BIENVENUE SUR LE SITE INTERNET DU DIOCESE DE MATADI ET NOUS VOUS REMERCIONS DE VOTRE VISITE

Église universelle

Le Pape François annonce un « Jubilé de la Miséricorde »

9148070295 5f9e797242 bDu 8 décembre 2015 au 20 novembre 2016, l’Eglise catholique célébrera une Année Sainte extraordinaire. Ce « Jubilé de la Miséricorde » débutera par l’ouverture de la Porte Sainte à la basilique Saint-Pierre de Rome, à l’occasion de la fête de l’Immaculée Conception et se terminera par la solennité du Christ Roi.

L’annonce d’une Année Sainte extraordinaire a été faite à l’occasion du deuxième anniversaire de l’élection du Pape François, durant l’homélie de la célébration pénitentielle par laquelle le Saint-Père a lancé l’initiative « 24 heures pour le Seigneur ». Proposée par le Conseil Pontifical pour la Promotion de la Nouvelle Evangélisation, celle-ci promeut dans le monde entier l’ouverture extraordinaire des églises pour inviter à l’adoration du Saint-Sacrement et la célébration du sacrement de réconciliation. Le thème de cette année est tiré de la lettre de Saint Paul aux Ephésiens : « Dieu riche en Miséricorde  » (Ephésiens 2,4).

L’ouverture du prochain Jubilé se fera à l’occasion du 50ème anniversaire de la clôture du Concile oecuménique Vatican II, en 1965, et pour cela il revêt une signification particulière qui pousse l’Eglise à continuer l’oeuvre entamée par Vatican II.

Pendant le Jubilé, les lectures pour les dimanches du temps ordinaire seront tirées de l’Evangile de saint Luc, « l’évangéliste de la miséricorde ». Dante Alighieri le qualifia de « scriba mansuetudinis Christi », « narratore della mitezza del Cristo ». Sont très connues, dans l’Evangile de la Miséricorde de Luc, les paraboles: la brebis égarée, la drachme perdue, le père miséricordieux.

L’annonce officielle et solennelle de l’Année Sainte sera faite par la lecture et la publication, près de la Porte Sainte, de la Bulle, le dimanche de la Miséricorde Divine, la fête instituée par Saint Jean-Paul II qui est célébrée le dimanche après Pâques.

Autrefois, chez les Juifs, le jubilé était une Année proclamée sainte qui tombait tous les cinquante ans. Pendant cette année, on devait rendre l’égalité à tous les fils d’Israël, offrant de nouvelles opportunités aux familles qui avaient perdu leur propriété, et même la liberté. Aux riches, en revanche, l’année jubilaire rappelait que le temps s’approchait dans lequel les esclaves israéliens, de nouveaux rendus égaux, auraient pu revendiquer leur droit. « La justice, d’après la loi d’Israël, se proposait surtout la protection des faibles » (Saint Jean-Paul II, dans Tertio Millennio Adveniente 13).

L’Année sainte, une opportunité pour approfondir notre foi

L’Eglise catholique a entamé la tradition de l’Année Sainte avec le Pape Boniface VIII en 1300. Boniface VIII avait prévu un jubilé à chaque siècle. A partir de 1475 – dans le but de permettre à toute génération de vivre au moins une Année Sainte- le jubilé ordinaire fut établi au rythme de 25 ans. Un jubilé extraordinaire, en revanche, est convoqué à l’occasion d’un événement remarquable. Les Années Saintes ordinaires célébrées jusqu’à aujourd’hui, sont au nombre de 26.

La dernière Année Sainte remonte au Jubilé de l’année 2000. La tradition de convoquer des jubilés extraordinaires remonte au XVIe siècle. Les dernières Années Saintes extraordinaires du siècle passé ont été celles de 1933, convoquées par Pie XI pour le XIXe centenaire de la Rédemption ainsi que celle de 1963, convoquée par Jean-Paul II pour les 1950 ans de la Rédemption.

L’Eglise catholique a donné davantage une signification spirituelle au jubilé juif. Cela consiste dans un pardon généralisé, une indulgence ouverte à tous et dans la possibilité de renouer le lien avec Dieu et le prochain. C’est pourquoi l’Année Sainte est toujours une opportunité pour approfondir notre foi et vivre, d’un engagement renouvelé, le témoignage chrétien.

Par le Jubilé de la Miséricorde, le Pape François met en lumière le Dieu miséricordieux qui invite tous à revenir chez Lui. La rencontre avec Lui inspire la vertu de la miséricorde.

Le rite du début du jubilé est l’ouverture de la Porte Sainte. Il s’agit d’une porte que l’on ouvre seulement pendant l’Année Sainte, tandis que durant les autres années, elle demeure murée. Ce sont les quatre basiliques, les plus importantes, qui ont une Porte Sainte : Saint-Pierre, Saint-Jean en Latran, Saint-Paul dehors les murs, Sainte-Marie Majeure. Le rite d’ouverture de la Porte Sainte exprime le symbole que, durant le jubilé, un  » parcours extraordinaire » vers le salut est offert aux fidèles. Les portes saintes de ces basiliques seront ouvertes après l’ouverture de la Porte Sainte de la basilique Saint-Pierre.

La miséricorde, c’est maintenant !

La miséricorde est un thème que le Saint-Père affectionne tout à fait spécialement. En effet, déjà quand il était évêque, le Pape François avait choisi comme devise « Miserando atque eligendo». Il s’agit d’une citation tirée des Homélies de saint Beda le vénérable qui, dans son commentaire de l’épisode évangélique au sujet de la vocation de Saint Mathieu, écrit : « Vidit ergo Jesus publicanum et quia miserandum atque eligendo vidit, ait illi Sequere me » («Jésus vit un publicain et comme il le regarda avec un sentiment d’amour et le choisit, il lui dit : Suis-moi»). Cette homélie est un hommage à la miséricorde divine. Une traduction de la devise papale pourrait être : « Avec des yeux de miséricorde ».

Au moment de son premier Angélus, après son élection, le Saint-Père disait : « Ressentir de la miséricorde, ce mot change tout. C’est le mieux que nous pouvons ressentir: cela change le monde. Un peu de miséricorde fait en sorte que le monde soit moins froid et plus juste. Nous avons besoin de comprendre bien cette miséricorde de Dieu, ce Père miséricordieux qui est tellement patient ». (Angélus du 17 mars 2013)

Pendant l’Angélus du 11 janvier 2015, il a affirmé : « Il y a tellement besoin, aujourd’hui, de miséricorde et il est important que les fidèles laïcs la vivent et l’apportent dans les différents milieux de la société. En avant ! Nous sommes en train de vivre le temps de la miséricorde : c’est maintenant le temps de la miséricorde ».

De plus, dans son message pour le Carême 2015, le Saint-Père écrit : « Combien je désire que les lieux où l’Eglise se manifeste, ainsi que nos paroisses et, spécialement, nos communautés, deviennent des îles de miséricorde au milieu de la mer de l’indifférence ! »

Le Pape François a confié au Conseil Pontifical pour la Promotion de la Nouvelle Evangélisation l’organisation du Jubilé de la Miséricorde.

Avec Bolletino N° 0187 du 13 mars 2015

 

Jean XXIII et Jean-Paul II proclamés Saints

Dimanche 27 Avril 2014 . Une journée historique pour l'Eglise catholique romaine : deux Papes ont été canonisés en présence de deux Papes et de 800 000 fidèles émus et enthousiastes. En présence de son prédécesseur Benoît XVI et devant une foule qui s’étendait à perte de vue, bien au-delà du château Saint-Ange et dans les rues avoisinantes, le Pape François a canonisé deux grandes figures emblématiques de la papauté : Jean XXIII et Jean-Paul II.  Lire la suite...

Nuvelles du Vatican.

Neuf sages pour aider à gouverner et réformer

Un mois après son élection comme Successeur de Pierre, le Pape François a constitué un groupe de neuf sages pour l’aider à gouverner et  réformer. Ils proviennent de différents continents. Parmi eux figure, pour le Continent africain, le Cardinal Monsengwo Pasinya Laurent, archevêque de Kinshasa (RDC)…Lire la suite

Rencontre historique de deux papes

 Une première historique : samedi un pape en exercice rencontre un pape émérite. Dix jours après son élection, le premier pape à porter le nom de François se rend à Castel Gandolfo pour s’entretenir avec son prédécesseur Benoît XVI, à l’abri des médias. Départ du Vatican en hélicoptère à midi, il a été acceuilli par son prédecesseur. Aucune cérémonie officielle, un programme simple pour un événement inédit ; ce face-à-face extraordinaire sera guetté par les journalistes comme par les simples fidèles qui risquent fort, pourtant, de rester sur leur faim...Lire la suite.

Rencontre du Pape François avec les Ambassadeurs

Le pape François s’est adressé ce vendredi matin au monde entier. Il recevait au Vatican dans la « sala Regia » la salle royale, au sein du palais apostolique, le corps diplomatique accrédité près le Saint-Siège. Dans un bref discours qu’il a qualifié « d’accolade du Pape au monde » François ne s’attarde pas sur des situations spécifiques mais, s’exprimant en italien et non pas en français, il a invité les ambassadeurs à « édifier la paix et construire des ponts » en luttant contre toutes les formes de pauvreté...Lire la suite.

Début du Ministère pétrinien du Nouvel Évêque de Rome

Le Nouvel Évêque de Rome, Sa Sainteté le Pape François, Pasteur de l’Église universelle, a commencé son ministère pétrinien, le mardi 19 mars 2013, en la Solennité de Saint Joseph, Époux de Marie et Patron de l’Église universelle. Toutes les cérémonies pour la célébration de ce grand événement de notre Église se sont déroulées à la Place Saint-Pierre de la Cité du Vatican, prise d’assaut par des milliers d’hommes et des femmes en liesse. Le tout a commencé peu avant 09h.00, quand le Souverain Pontife François, en provenance de Palais Sainte-Marthe, est entré à la Place Saint-Pierre et l’a sillonnée pour saluer les participants à cette cérémonie grandiose mais marquée d’une grande simplicité et dignité. Au cours de la messe, le Souverain Pontife a prononcé son homélie en ces termes…Lire la suite.

Messe d'action de grâce pour l'élection du Pape

Matadi, 17 mars 2013 - Messe solennelle d'action de grâce pour l'élection du Pape François

"C'est en effet le jour que j'ai choisi pour convier l'Eglise de Matadi tout entière à joindre sa voix à celle de l'Eglise universelle afin de prier et faire monter vers le Seigneur un vibrant hymne de louange pour le don inestimable qu'il vient de faire à son peuple, par l'élévation du Cardinal Jorge Mario Bergoglio à la dignité de successeur de Saint Pierre, c'est-à-dire de nouveau Pape de notre Eglise Catholique". C'est en ces termes que Monseigneur Daniel Nlandu Mayi, Evêque de Matadi a introduit la messe du cinquième dimanche du temps de carême qu'il a célébrée à l'Eglise Notre Dame de Fatima, le 17 mars 2013, pour remercier Dieu pour l'élection du Pape François.

Cette messe a connu la participation des délégations de toutes les paroisses de Matadi qui ont répondu à l'appel lancé par Monseigneur l'Evêque à tous les fidèles de son diocèse. Quelques autorités politico administratives de la ville et de la province ont également marqué de leur présence ladite célébration eucharistique. Nous pouvons citer Madame Niati, maire de la ville de Matadi adjointe, Florian Masaki Nzembele, ministre provincial de l’Environnement et Tourisme et Raymond Tsumbu Badika Lukawu, ministre provincial de l’Agriculture, Pêche, Pisciculture, Elevage, Développement rural.
Chantée par la chorale de la Zone apostolique de Matadi, la messe a connu une ambiance très solennelle marquée par l'excellente animation liturgique de cette eucharistie.

Dans son homélie, l'Evêque diocésain a commencé par inviter le peuple de Dieu à la confiance en Dieu, à la suite des textes liturgiques du jour. Il a ensuite fait l'hommage du Pape élu en le présentant comme un signe vivant d'espérance pour le peuple de Dieu; il a demandé à tous les fidèles du diocèse de prier pour le Souverain Pontife "pour que Dieu le soutienne et le protège tout au long de son pontificat".

Ci-joint l'intégralité de son message...Lire homélie de l'évêque.                                                                                                                   messe-action-de-gra-ce-pape-frana-ois-1-1.jpg

A. Jules Mandaya Isambasa,

rtdm Kukiele

(00243) 815904444 - 899114412

julesmandaya@gmail.com

issmand@yahoo.fr

Habemus Papam: dominum Cardinalem Bergoglio

 

A la Chapelle Sixtine, le conclave s'est conclu ce mercredi, 13 mars 2013, par l'élection du nouveau Successeur de Pierre, Pasteur de l'Eglise Universelle.

2013-03-13 Radio Vatican 
Habemus Papam, dominum cardinalem Bergoglio. Il est jésuite et nous vient de l'Argentine ! Il a pris le nom de François 1er. Il s'agit du premier pape des Amériques et du premier Jésuite à devenir pape. 
L'élection par les 115 cardinaux réunis en secret dans la Chapelle Sixtine avait été annoncée auparavant par l'émission rituelle d'une fumée blanche et par les cloches de la Basilique Saint Pierre qui avaient retenti à toute volée. "Les cardinaux sont allés me chercher au bout du monde", ont été les premières paroles du nouveau Pape, François, qui ajoutait:"Avant de vous bénir, je vous demande de prier pour moi". Et ce fut une Place Saint-Pierre en silence qui se recueillait. François 1er priait aussi pour son prédecesseur Benoît XVI, pour que Dieu le préserve.
José Maria Bergoglio, archevêque de Buenos Aires, 76 ans, est né le 17 décembre 1936 dans la capitale argentine, d'un couple d'immigrés italiens. Sa formation est celle d'un ingénieur chimiste. Mais il est entré très tôt dans la Compagnie de Jésus. Prêtre depuis 1969, il a toujours lié sa carrière ecclésiastique à l'expérience de la réalité sociale de son pays. Dès 1992, il était évêque auxiliaire de Buenos Aires, promu archevêque en 1998. 
José Maria Bergoglio est connu pour la vie simple qu'il a menée à Buenos Aires, voyageant en métro et en bus, passant ses week-ends dans les paroisses défavorisées, au contact des prêtres des bidonvilles. Il est cardinal depuis 2001. Et son nom avait déjà beaucoup été cité lors du précédent conclave.

Vacance du Siège Apostolique

Le Conclave débutera le mardi 12 mars

Le conclave pour l'élection du successeur de Benoît XVI débutera le mardi 12 mars. C'est ce qu'annonce un bref communiqué de la Salle de presse du Vatican, alors que la huitième congrégation était toujours en cours dans la nouvelle Salle du Synode au Vatican. 

"La huitième congrégation générale des cardinaux a décidé que le conclave pour l'élection du pape débutera le mardi 12 mars 2013. La mess  ...»

Apostolat de la mer

Du 19 au 23 novembre 2012, se tiendra à Rome (Vatican) un Congrès de l'Apostolat de la Mer. Etant donné que le port international de Matadi, en République Démocratique du Congo, se situe sur le territoire ecclésial du diocèse de Matadi, on comprend donc que notre diocèse soit intérssé par ces assises.

De Gdynia à Rome

XXIIIème Congres Mondial de l’Apostolat de la Mer 

Nous sommes heureux de vous annoncer que le XXIIIème Congrès Mondial de l'Apostolat de la Mer se réunira au Vatican, dans la Salle du Synode, du 19 au 23 novembre 2012. Cet important événement revient à Rome après 30 ans (le dernier y été célébré en 1982), 90 ans aussi après la signature des premières Constitutions de l'Apostolat de la Mer le 17 août 1922, de la main du Pape Pie XI. 

En syntonie avec l’Assemblée générale ordinaire du Synode des Evêques fixé pour le mois d'octobre 2012, c'est-à-dire un mois avant le début  de nos travaux, le thème du Congrès sera dédié à la nouvelle évangélisation. Nous nous efforcerons, par la réflexion, la prière et le partage, d'examiner l'actuelle situation de notre apostolat “pour pouvoir tracer ensuite, en communion avec le Saint-Père Benoît XVI, évêque de Rome et Pasteur universel de l'Église, des manières et des expressions inédites de la Bonne Nouvelle à transmettre à l'homme d'aujourd'hui, avec un nouvel enthousiasme" (Lineamenta du Synode des Evêques 2012).

 La “mission” que Jésus a confiée à ses Apôtres a été, est et sera la seule et unique mission, en tous lieux et en tous temps. Mais les circonstances dans lesquelles nous vivons notre vocation de chrétiens, vocation qui change en permanence – de nouveaux problèmes, de nouveaux défis, l'évolution des cultures et de nouvelles possibilités – constituent cette "nouveauté" dans notre vocation d'évangélisateurs du monde des gens de la mer.

  Et comme le Congrès Mondial représente un moment important dans la vie de l'Apostolat de la Mer, nous voudrions pouvoir réunir des personnes qui, à des titres divers, sont engagées dans cette tâche pastorale ; nous comptons sur la collaboration de tous pour que l'événement puisse donner les fruits qui en sont attendus. Cinqans après le Congrès mondial de Gdynia, nous devrons, de façon critique et avec une attention particulière, examiner ce que signifient pour les gens de la mer les changements qu'ils se trouvent à vivre actuellement, et la manière de les analyser à leurs racines les plus profondes. Nous devrons pouvoir nous tourner vers l'avenir avec prévoyance et avoir le courage de nous faire la voix de ceux qui n'en ont pas. Une analyse claire et une réflexion approfondie nous aideront à faire en sorte que les résultats de nos travaux  puissent aller au-devant des exigences des gens de la mer.

Les participants seront logés à l'Hôtel Casa Tra Noi, qui accordera des tarifs spéciaux à l'occasion du Congrès (www.hotelcasatranoiroma.com). Pour plus d'informations, veuillez consulter la section "Procedures".

 


 

Clôture du XXIIIème Congrès mondial de l'apostolat de la Mer

Clôture du XXIII° Congrès mondial de l’Apostolat de la Mer

Hier, vendredi 23 novembre 2012, a eu lieu au Vatican, la clôture du Congrès mondial de l’Apostolat de Mer, organisé par le Conseil Pontifical pour la Pastorale des Migrants et des Personnes en déplacement, auquel notre évêque, S.E. Mgr Daniel NLANDU MAYI, a pris part du 19 au 23 novembre. Ce congrès avait pour thème : « Nouvelle évangélisation dans le monde maritime ». A l’issue de leurs travaux, les Congressistes ont été reçus en audience le vendredi 23 novembre 2012 par le Pape Benoît XVI qui a prononcé le discours suivant:

Discours de Benoît XVI:

Vénérés Frères,

Chers frères et sœurs,

Je vous accueille avec joie, au terme des travaux du XXIIIe Congrès mondial de l’Apostolat de la mer. Je salue cordialement le cardinal Antonio Maria Vegliò, président du Conseil pontifical pour la pastorale des migrants et des personnes en déplacement, reconnaissant pour ses aimables paroles, ainsi que les collaborateurs du dicastère et tous ceux qui oeuvrent dans ce domaine spécifique. Vous avez vécu des journées intenses d’approfondissement de thèmes importants, comme l’annonce de l’Evangile à un nombre croissant de marins appartenant aux Eglises orientales, l’assistance à ceux qui ne sont pas chrétiens ou pas croyants, la recherche d’une collaboration œcuménique et interreligieuse toujours plus solide. Face aux désagréments auxquels sont confrontés aujourd’hui ceux qui travaillent dans l’industrie maritime, tout comme les pêcheurs et leurs familles, émerge toujours plus clairement la nécessité d’aborder les problèmes « à la lumière d’une vision intégrale de l’homme qui prenne en compte les différents aspects de la personne humaine, considérée avec un regard purifié par la charité » (Enc. Caritas in veritate, 32).

Ce sont seulement quelques-uns des multiples aspects qui sont au cœur de l’Apostolat de la mer, aspects qui ont émergé durant votre congrès et, surtout, qui sont bien attestés par la longue histoire de cette oeuvre méritoire. En effet, déjà en 1922, le pape Pie XI en a approuvé les constitutions et le Règlement, encourageant les premiers aumôniers et volontaires à la mission d’ «étendre le ministère maritime»; et, 75 années après, le bienheureux pape Jean-Paul II confirma cette mission avec le Motu proprio « Stella maris ». Dans le sillage de cette précieuse tradition, vous vous êtes réunis pour réfléchir sur le thème de la nouvelle évangélisation dans le monde maritime, dans la même salle où, le mois dernier, a eu lieu la XIIIe Assemblée ordinaire du synode des évêques « pour esquisser de nouveaux modes et expressions de la Bonne Nouvelle à transmettre à l’homme contemporain avec un enthousiasme renouvelé » (Linéament, Introduction). De cette façon vous avez répondu à l’appel que j’ai adressé à tous en ouvrant l’Année de la foi, pour « donner une impulsion renouvelée à la mission de toute l’Eglise … pour aider tous ceux qui croient au Christ à rendre plus consciente et à revigorer leur adhésion à l’Évangile» (Motu proprio Porta fidei, 8).

Depuis l’aube du christianisme, le monde maritime a été un véhicule efficace d’évangélisation. Les apôtres et les disciples de Jésus ont eu la possibilité d’aller dans le monde entier et d’annoncer l’Evangile à toutes créatures (cf. Mc 16,15) entre autres grâce à la navigation maritime; pensons seulement aux voyages de saint Paul. C’est de cette façon qu’ils ont ouvert le chemin pour répandre la Parole de Dieu « jusqu’aux extrémités de la terre » (Ac 1,8). Encore aujourd’hui, l’Eglise sillonne les mers pour porter l’Evangile à toutes les nations, et votre présence ramifiée dans les escales portuaires du monde, les visites que vous faites quotidiennement sur les bateaux accostés dans les ports et votre accueil fraternel lors des haltes des équipages, sont le signe visible de la sollicitude envers ceux qui ne peuvent pas recevoir un soin pastoral ordinaire. Ce monde de la mer, avec des personnes qui pérégrinent continuellement, doit tenir compte aujourd’hui des effets complexes de la mondialisation. Malheureusement, il doit affronter aussi des situations d’injustice, spécialement quand les équipages sont sujets à des restrictions pour descendre à terre, quand ils sont abandonnés avec les embarcations sur lesquelles ils travaillent, quand ils tombent sous la menace de la piraterie maritime ou subissent les préjudices de la pêche illégale (cf. Angélus, 18 janvier 2009). La vulnérabilité des marins, pêcheur et navigateurs, doit rendre la sollicitude de l’Eglise encore plus attentive et stimuler le soin maternel qui, à travers vous, se manifeste à tous ceux que vous rencontrez dans les ports et sur les navires, ou que vous assistez à bord durant de longs mois d’embarcation.

Une pensée particulière va à ceux qui travaillent dans le vaste secteur de la pêche et à leurs familles. Plus que les autres, en effet, ils doivent faire face aux difficultés présentes et ils vivent l’incertitude du futur, marqué par les effets négatifs des bouleversements climatiques et de l’exploitation excessive des ressources. A vous pêcheurs, qui cherchez des conditions de travail dignes et en sécurité, en sauvegardant la valeur de la famille, la protection de l’environnement et la défense de la dignité de chaque personne, je voudrais vous assurer de la proximité de l’Eglise. L’apostolat des laïcs, dans ce domaine, est déjà particulièrement actif : il compte non seulement de nombreux diacres permanents et volontaires dans les Centres "Stella maris", mais aussi et surtout se voit entre les gens de la mer eux-mêmes, qui font preuve d’une attention croissante pour soutenir les autres membres de l’équipage, les encourageant aussi à retrouver et intensifier la relation avec Dieu durant les longues traversées océaniques, et les assistant avec un esprit de charité dans les situations de danger.

Reprenant une métaphore que vous connaissez bien, je vous exhorte vous aussi à mettre à profit le Concile œcuménique Vatican II qui est comme « une boussole qui permet au bateau de l’Eglise d’avancer en pleine mer, au milieu des tempêtes ou sur des eaux calmes et tranquilles, de naviguer en sécurité et d’arriver à bon port » (Audience générale, 10 octobre 2012). En particulier, rappelant le décret Ad gentes sur l’activité missionnaire de l’Eglise, je désire aujourd’hui renouveler le mandat ecclésial qui, en communion avec vos Eglises locales d’appartenance, vous place en première ligne dans l’évangélisation de tant d’hommes et de femmes de diverses nationalités qui transitent dans vos ports. Soyez des apôtres fidèles à la mission d’annoncer l’Evangile, manifestez le visage empressé de l’Eglise qui accueille et se fait proche de cette partie du Peuple de Dieu, répondez sans hésiter aux gens de la mer, qui vous attendent à bord pour combler les profondes nostalgies de leur âme et se sentir membres actifs de la communauté. Je souhaite à chacun de vous de redécouvrir chaque jour la beauté de la foi, pour en témoigner toujours par la cohérence de votre vie. Que la bienheureuse Vierge Marie,Stella maris et Stella matutina, éclaire toujours votre action afin que les gens de la mer puissent connaître l’Evangile et rencontrer le Seigneur Jésus qui est Chemin, Vérité et Vie. Je vous donne de tout cœur la bénédiction apostolique, à vous, à vos collaborateurs et à ceux qui vous sont chers.

(Cfr. Traduction de Zenit.org)