BIENVENUE SUR LE SITE INTERNET DU DIOCESE DE MATADI ET NOUS VOUS REMERCIONS DE VOTRE VISITE

Diocèse

09 février 2017 : journée de la vie consacrée au Doyenné de Matadi

20170209 195052Initialement célébrée le 02 février de chaque année, la fête des consacrés, dans le doyenné de Matadi, a été reportée au jeudi 09 février suite à la mort inopinée de Maman Elisabeth SITA NKENGE, mère biologique de l’Abbé Philippe LUBIDIKA, vice curé doyen de Matadi et curé de la paroisse Saint Sacrement / Belvédère, dont la sortie du corps de la morgue de l’IME / Kimpese est intervenue à cette même date. Comme un grand nombre des consacrés a fait le déplacement de Kimpese, au niveau du Doyenné, on s’est convenu que la célébration de cette journée soit ramenée au jeudi 09 février 2017.

Raison pour laquelle, au soir du jeudi 09 février, les consacrés œuvrant dans  le doyenné de Matadi se sont retrouvés à la paroisse Sacré-Cœur de Kinkanda pour marquer d’un cachet spécial cette journée dédiée à la vie consacrée. C’était l'occasion pour les prêtres, religieux et religieuses ainsi qu’Auxiliaires de l‘Apostolat de fraterniser, de prier ensemble et de se rappeler certaines exigences fondamentales de leur vie.

Deux temps forts ont marqué le programme de cette journée :

A 17h30, tous les consacrés ont eu droit à une Conférence qui avait pour le thème : « Religieux : Soyez des experts en communion et constructeurs des ponts », animée dans la salle paroissiale Sacré-Cœur par le Révérend Père Victor MAMPUYA, Curé de la paroisse Saint Gérard de Minkondo. Texte de la conférence en attache

Après ce riche exposé qui a rappelé aux participants les grands traits de la vie consacrée, le contexte de la crise multiforme que traverse notre monde, laquelle crise qui ne manque pas d’affecter le style de vie des consacrés,  et ce qu’ils doivent faire pour devenir des experts en communion et des constructeurs des ponts…., autour de 18h45, on est passé sans transition à l’église paroissiale pour la messe. Sur mandat de Monseigneur l’Evêque empêché pour certaines urgences pastorales, le Père Curé de la paroisse Saint Gérard de Minkondo, assisté des Abbés Alexis KUTINU, Jean MAKANUA et André MINGIEDI, a enchaîné avec la présidence de l’Eucharistie. Son homélie en attache

Animée par la chorale Sacrifice de la même paroisse, notons qu’à cette messe, les consacrés du doyenné de Matadi ont été heureux de prier ensemble avec les fidèles laïcs qui n’ont pas hésité d’abandonner leurs multiples occupations pour venir s’associer à leurs pasteurs et leurs frères et sœurs consacrés, a indiqué le curé Doyen de Matadi, Alexis KUTINU, avant de remercier tous les prêtres, religieux et religieuse, demoiselles consacrées présents et toute l’assistance.

A partir de 20h00, au terme de la célébration eucharistique, tous les consacrés ont regagné la salle paroissiale pour le partage du repas fraternel.

Abbé Philibert MAYENGELE

RTDM KUKIELE

120170209 17482420170209 17491520170209 17493220170209 17502820170209 174932

 

20170209 20485120170209 20482120170209 20455020170209 20414520170209 19573520170209 19524820170209 19505220170209 19514420170209 18510120170209 18510120170209 18231220170209 190901

 

Ordination diaconale du séminariste Jean MPONGO VEDI à la paroisse de Villefranche Sainte Anne des Calades (Lyon)

 

13051706 964923323623850 7187806377244137305 nLe dimanche 24 avril, la paroisse Sainte Anne des Calades de Villefranche, au diocèse de Lyon en France, a eu la joie de voir ordonnés deux nouveaux diacres, au cours de la messe de 10h30, Jean MPONGO VEDI, qui vient du diocèse de Matadi en RDC, et Cédric TESCHER, né à Lyon, et réunionnais depuis l'âge de 9 ans. Tous deux viennent de terminer leur formation au séminaire du Prado.  C'était une très belle messe présidée par Mgr Daniel N'LANDU MAYI évêque du diocèse de Matadi (RDCongo.

Obsèques de Monsieur l’Abbé Gabriel KUSENGANA à N.-D. de FATIMA à Matadi

Fun kus 1aIls étaient nombreux à venir, hier soir et ce matin du mardi 29 décembre 2015, saluer la mémoire de l’Abbé Gabriel KUSENGANA. Un dernier adieu très émouvant pour ce grand homme d’Eglise que les chrétiens du diocèse de Matadi en général et ceux de la paroisse N.-D. de Fatima en particulier n’oublieront jamais.

C’est ce matin qu’a eu lieu dans l’église paroissiale N.-D. de Fatima, dans le doyenné de Matadi, la messe d’enterrement de Monsieur l’Abbé Gabriel KUSENGANI  MBOMBANI.  Immédiatement après la messe que l’Evêque de Matadi, Mgr Daniel NLANDU, a présidée personnellement, l’illustre disparu a été conduit à sa dernière demeure à  la M.C. KIONZO où il reposera désormais à côté de l’Abbé Sébastien NDOMBA. Celui-ci l’a succédé et remplacé par la suite comme curé de Fatima à Matadi.

De nombreux prêtres venus de tous les coins du diocèse, près de soixante dix, ont fait le déplacement pour offrir un dernier adieu à ce baobab qui aura marqué très positivement notre Eglise particulière.  

A l’introduction de la messe, Mgr Daniel NLANDU qui l’a personnellement présidée a résumé les grands traits qui constituent la personnalité de l’Abbé Gabriel KUSENGANA. « On gardera de lui le souvenir d’un formateur rigoureux et d’un pasteur zélé, a souligné Mgr l’Evêque. Combatif, persévérant et déterminé, il a formé une grande  partie du clergé de Matadi. », a indiqué Mgr l’Evêque. Aussi, a-t-il enchaîné en précisant que « l’Abbé KUSENGANA réussit avec bonheur à introduire dans la ville de Matadi les communautés ecclésiales  vivantes de base, en sigle C.E.V.B. qu’il animait avec  zèle et dextérité, inspirant et accompagnant sur cette voie  les autres  paroisses. N’est-ce pas cela qui nous a fait connaître ce slogan encore vivant sur les lèvres des chrétiens de Nzanza : « Nzanza molakisi »

La forte participation des chrétiens de Matadi dans l’ensemble et singulièrement ceux de la paroisse N.-D.de Fatima, comme l’a si bien dit l’Abbé Basile MVUANGA qui a prêché à la messe d’hier soir, est le signe que l’illustre disparu a eu un ministère riche et fécond.

« Pour tant d’exemples qu’il nous laisse et pour ses riches enseignements dont nous étions pour la plupart bénéficiaires, comme prêtres ou comme fidèles laïcs, a estimé l’Abbé Joseph NDOZIDIANU dans son homélie de ce matin, nous avons intérêt à le remercier. Cela pas seulement en parole ou en pensée mais en vivant ce qu’il n’a cessé de nous dire et tous les bons exemples qu’il a essayé de vivre. »

Dans la foule, on comptait plusieurs personnalités politico-administratives, des religieux et religieuses ainsi que nombreux paroissiens de Matadi et ceux d’autres doyennés du diocèse de Matadi. Ils sont tous venus pour dire « Deo gratias » à Monsieur l’abbé Gabriel KUSENGANA !

Philibert MAYENGELE

     RTDM KUKIELE

Fun kus 10Fun kus 11 sem 1Fun kus 11 semFun kus 11Fun kus 12Fun kus 14Fun kus 13Fun kus 15Fun kus 16Fun kus 1a 1Fun kus 1bFun kus 1cFun kus 2Fun kus 3Fun kus 5Fun kus 6Fun kus 8

OUVERTURE DE LA PORTE DE LA MISERICORDE AU DIOCESE DE MATADI

Pm 4Sur recommandation et à la suite du Souverain Pontife, le Pape François qui, à l’occasion du deuxième anniversaire de son pontificat et du cinquantenaire de la clôture du concile Vatican II, a inauguré, le 08 décembre dernier au Vatican, le « jubilé extraordinaire de la Miséricorde » par le geste symbolique de l’ouverture de la porte sainte de la Basilique Saint Pierre de Rome, l’Evêque de Matadi,  Monseigneur Daniel NLANDU MAYI a, à son tour, posé le même geste, ce dimanche 13 décembre 2015, en ouvrant la porte de la cathédrale Notre Dame Médiatrice à Matadi.

Avec cette cérémonie pleine de significations qui s’est déroulée immédiatement après la deuxième messe dominicale présidée par Mgr Daniel NLANDU, assisté de douze (12) prêtres, en présence des religieux et religieuses, des délégués de différentes paroisses du doyenné de Matadi et d’une foule nombreuse des fidèles de la cathédrale et ceux venus d’ailleurs, notre Père-Evêque a ainsi permis à tous ses diocésains de profiter de ce moment favorable pour contempler le mystère de la miséricorde de notre Dieu, de se rapprocher de Lui et de son dessein de salut.

Pour Mgr Nlandu, « ce geste revêt une grande signification dans la mesure où il nous rappelle le passage du péché vers la grâce ». Le chrétien qui franchit  cette porte entre dans la grâce divine qui appelle à la conversion des cœurs. Aussi, a-t-il précisé que, « la porte de l’église est ouverte à toute personne et accueille toujours les pécheurs car la grâce du Seigneur y est toujours disponible ».

En lançant le jubilé extraordinaire chez lui, l’Evêque de Matadi a saisi cette opportunité pour mettre au clair le souhait du pape : « la conversion spirituelle et le Renouveau de l’Eglise ». En effet, pour le Saint père, c’est une occasion providentielle pour reconnaître l’importance de la miséricorde de Dieu et de grandir en miséricorde. Il invite à pardonner sans limite ; « Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde » (Mt 5, 7).

Dieu est toujours rempli de joie quand il pardonne. A travers les trois paraboles de la miséricorde ; celle de la brebis perdue, de la dragme perdue, des fils perdus ainsi que celle du débiteur impitoyable Jésus exprime l’attitude du Père en vers les pécheurs.

Pour terminer, Mgr Daniel a invité tous les fidèles d’entrer dans l’année jubilaire en devenant Miséricordieux à la manière du Père et à solliciter cette grâce par la Vierge Marie, Vierge de la miséricorde afin qu’elle soutienne tous nos efforts vers la découverte du sens profond de la miséricorde.

Notons que du 08 décembre 2015 au 20 novembre 2016, le Saint père offre à l’Eglise un temps favorable pour contempler Jésus, le visage de la miséricorde du Père. Car la miséricorde est le propre de Dieu et l’expression de son amour.

Abbé Basile MVUANGA

       RTDM KUKIELE

Pm 2Pm1Pm 4Pm 5Pm 6Pm 7Pm 8Pm 9

ORDINATION D’UN DIACRE ET DE SIX PRETRES ET OUVERTURE DE L’ANNEE PASTORALE 2015 AU DIOCESE DE MATADI

 A augustin guesclin antoineA aug albert ant

Dans une grande ferveur, le dimanche dernier 26 juillet 2015, 17e dimanche du temps ordinaire de l’année liturgique B, l’Evêque  de Matadi, Mgr Daniel NLANDU MAYI, a ordonné un diacre en vue du sacerdoce et six prêtres. Parmi les six nouveaux prêtres cinq sont diocésains de Matadi et un de la congrégation du Très Saint Rédempteur. C’était au cours de la messe qu’il a présidée en l’église paroissiale Notre-Dame de Fatima, à laquelle on a noté la présence du Gouverneur de la province du Kongo central, de plusieurs autres personnalités politico-administratives, militaires et civiles, des chefs d’entreprises de la place et près d’une centaine de prêtres, religieux et religieuses entourés d’une foule immense des fidèles venus de différents coins du diocèse, du pays et même de l’étranger précisément du Diocèse de Mbanza Kongo en Angola.

S’inspirant des textes liturgiques choisis pour la circonstance, Mgr Daniel a, dans son homélie, exhorté les six nouveaux clercs à être de bons pasteurs pour les troupeaux de Dieu qui leur seront confiés. Il leur a également rappelé la mission du Diacre et du Prêtre. Aussi, dans cette même adresse, a-t-il procédé à l'ouverture de l'année pastorale 2015-2016. Lire l’homélie de Mgr Daniel…Homelie ordinations 2015 websiteHomelie ordinations 2015 website (36.84 Ko)

Après la messe, Mgr l’Evêque et les nouveaux ordonnés ont reçu les invités dans la nouvelle salle polyvalente du Synode situé à Safari / Ndimba Luwawanu.

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                           Philibert MAYENGELE

RTDM KUKIELE

MESSE D’OUVERTURE DU 5ème CHAPITRE GENERAL DE LA CONGREGATION DES SOEURS DE SAINTE MARIE DE MATADI

5e chapitreLe samedi  dernier 18 juillet 2015, l’Evêque du diocèse de Matadi, Monseigneur Daniel NLANDU MAYI, a présidé, en la cathédrale Notre Dame Médiatrice en ville basse à Matadi, la messe d’ouverture du 5ème chapitre  général de la congrégation des Sœurs de Sainte Marie de Matadi.

Le choix de l’église cathédrale pour célébrer l’ouverture de ce chapitre qui d’habitude se déroule au Noviciat Notre Dame de Bonne Espérance, situé à la paroisse Saint Charles de Vunda dans le Doyenné de Kinzau-Mvuete, est significatif pour Mgr Daniel.

En effet, pour lui, a-t-il précisé, « la cathédrale est le lieu hautement symbolique pour ouvrir ces activités car c’est là où repose le corps du fondateur de la congrégation des Sœurs de Sainte Marie de Matadi, Son Excellence Monseigneur Simon NZITA wa Ne Malanda. »

Dans son homélie, Mgr Nlandu a invité les sœurs qui représentent toute la congrégation à ce chapitre d’être conscientes de leurs responsabilités non seulement au cours de leurs débats mais surtout dans les prières. Car le chapitre, a-t-il enchainé,   est un signe de l’unité dans l’Eglise  avec plusieurs communautés religieuses.

A la fin de la messe, le Célébrant et toutes les sœurs présentes à cette messe se sont inclinés devant la tombe du père fondateur de cette famille religieuse. Geste fort qui montre qu’il est important non seulement de rester fidèle à l’esprit du fondateur mais bien plus de lui promettre de poursuivre avec courage son œuvre et de travailler sans relâche pour que celle-ci perdure.    

Notons que ce 5ème chapitre a pour thème : recours aux sources, et il prendra dix jours, soit du 20 au 29 juillet. Aussi, l’ensemble des activités bénéficiera de l’animation et de l’accompagnement du Révérend Frère NAKAUSA. 

                                                                                                                                                                                                                  Ange LUMPUVIKA

                                                                                                                                                                                                                     RTDM KUKIELE

                                              

 

 

 

Fin de la retraite sacerdotale 2015 des prêtres du diocèse de Matadi

Retraite 1Prêchée par une équipe composée d'un Prêtre, d'une Religieuse et d'un Evêque Emérite, la retraite sacerdotale des Prêtres du diocèse de Matadi, tenue au Grand séminaire de Mayidi, à près de 220 kms de Matadi, et organisée en deux tours durant la période allant du 05 au 17 juillet de l’année en cours, vient de prendre fin ce vendredi 17 juillet 2015 par la messe de clôture présidée par l’Abbé Jean-Pierre PIRE.

Durant les cinq jours de méditation et de prières programmées tour à tour pour ceux du premier comme du second groupe, les participants ont eu à vivre des moments forts  et riches spirituellement. Trois conférences à l’horaire suivies chaque fin d’après midi d’un partage d’approfondissement des enseignements reçus, l’Eucharistie, chaque soir pour terminer par la projection d’un film à titre d’illustration à partir de la vie courante des hommes et des femmes qui ont fait l’expérience des prophètes et du Christ Jésus, véritables lieu-tenants de Yahvé.

Dans l’ensemble, les enseignements de cette retraite ont consisté à donner un  avant goût d’une nouvelle façon de lire et comprendre la Bible selon la méthode Mess’AJE aux prêtres de Matadi. Il s’agit d’une manière spéciale de lire la Bible  qui permet non seulement d’approfondir la Parole de Dieu mais aussi de décrypter la clé des clés, l’histoire de la Bible pour y dégager la sève qu’on ne voit pas.

Voilà pour quoi, partant des exposés faits à tour de rôle avec beaucoup de finesse par les deux prédicateurs, l’Abbé Jean-Pierre PIRE  et  la Sœurs Jean-Baptiste DEHIN, à partir de quatre seuils de la foi, toute la Bible a été survolée. Un accent particulier a été mis sur l’essentiel de chaque grande période : découverte d’un Dieu avec eux, pendant l’Exode ; redécouverte et approfondissement de la foi  d’ Israël en temps d’Exil caractérisé par la présence des prophètes et le silence de Dieu ; Jésus qui, partant de sa personnalité et de ce qu’il disait de lui-même, va introduire son « JE », prendre la place de la Torah et par le fait même revendiquer son titre « divin » et continuer à se révéler aujourd’hui encore à travers l’Eglise.

Le dernier jour, l’Evêque Emérite du diocèse de Liège, Mgr Aloys JOVSKA qui a accompagné les prédicateurs, a quant à lui fait une synthèse générale des enseignements suivis en faisant une approche morale de l’ensemble de la Bible.

La messe de clôture a été dite pour le premier groupe, par l’Evêque de Matadi, Mgr Daniel NLANDU. Dans son homélie, il a d’abord remercié les prédicateurs venus de loin pour animer cette retraite et félicité les participants et, ensuite, il a exhorté ces derniers à la culture du sens de responsabilité.

Retraite 2Retraite 3Retraite 4Retraite a pire et sr jn baptiste 2Retraite 6Retraite euchRetraite euch 3Retaite mgr yvRetraite euch4  

Philibert MAYENGELE

RTDM KUKIELE

 

 

 

 

Célébration de la journée mondiale de la vie consacrée, Echange des vœux 2015 et 15e anniversaire d’ordination épiscopale de Mgr Daniel NLANDU MAYI à Matadi.

Les religieusesCélébrée partout à travers le monde le 02 février de chaque année, dans le Doyenné de Matadi, c’est le vendredi 06 février 2015 que la journée mondiale de la vie consacrée a été célébrée. Cette même date a été choisie, au Doyenné de Matadi, pour la traditionnelle cérémonie d’échange des vœux pour l’année nouvelle 2015 et pour la commémoration du 15e anniversaire de l’ordination épiscopale de notre Evêque, Son Excellence Mgr Daniel NLANDU MAYI. Celui-ci, rappelons-le, a  été consacré évêque le 30 janvier 2000 à Kinshasa ensemble avec Messeigneurs Dominique BULAMATARI et Edouard KISONGA, respectivement Evêque du Diocèse de Molegbe et Evêque auxiliaire de Kinshasa.

Deux moments forts ont caractérisé cette triple célébration, à savoir : la messe d’action de grâce et la soirée récréative.

C’est à 18h00’, en la cathédrale Notre Dame Médiatrice, que la messe présidée par Mgr l’Evêque et concélébrée par les Abbés Bruno DIANGADIO, Jean TSHINGOLA, Hervé MBENZA, Alexis KUTINU, Philippe LUBIDIKA et Serge ZOLANDONGA a débuté. La majorité des consacrés : prêtres, religieux et religieuses ainsi que les Auxiliaires de l’apostolat œuvrent dans le Doyenné de Matadi qui actuellement s’étend jusqu’à la paroisse Saint Joseph de Songololo y ont pris part. Au début de cette Eucharistie, à l’introduction, le Célébrant a souligné que : « Nous célébrons ce soir ici la fête de la vie consacrée, c’est le jour choisi par la providence pour que nous nous échangeons les vœux pour cette année de grâce 2015, année de la vie consacrée décrétée par le Pape François. Nous bénissons le Seigneur pour cette nouvelle année de grâce qu’Il vient de nous accorder et nous lui demandons de nous bénir tous pour que notre Diocèse et notre Pays puisse largement en bénéficier…. Aussi, personnellement je voudrais aussi au cours de cette Eucharistie réitérer avec vous mon action de grâce au Seigneur pour mes 15 ans d’épiscopat et lui demander encore davantage de faire de moi un pasteur selon son cœur.»

Chœur classique Pacis Cantores de Matadi

Img 9130Animée par le cœur classique jumelé du Doyenné de Matadi « Pacis Cantores », cette messe a bénéficié du concours spirituel du Modérateur de la curie diocésaine, l’Abbé Bruno DIANGADIO BINGO qui, à la demande de Mgr l’Evêque, a fait l’homélie. Celle-ci, A brunoa tout au début souligné le prédicateur, est un commentaire sur « le passage que nous venons d’entendre et sur l’événement que nous vivons aujourd’hui. Vous le savez cette année 2015 est dédiée à la vie consacrée. C’est le pape François qui l’a voulu ainsi et je voudrai vous donner quelques éléments comme objectifs, comme attentes de ce que le pape a tracé pour cette année 2015 jusqu’au 31 décembre où nous allons clôturer cette année dédiée à la vie consacrée. »

En résumé, concernant le premier objectif, il a indiqué que le pape  souhaite que chacun puisse regarder le passé avec reconnaissance. En tant que prêtres, religieux ou religieuses, comme chrétien, il y a eu un passé personnel dans notre vie et un passé pour nos différents instituts religieux, pour notre diocèse, dont nous sommes bénéficiaires aujourd’hui. Le Pape veut que nous puissions  méditer là-dessus et de dire merci au Seigneur.                                                                                                                                                                                                                                                    

Au deuxième objectif, le Pape, a poursuivi l’Abbé Bruno, nous demande de vivre notre présent avec passion. Dans le temps présent, estime l’Evêque de Rome, il est important de pouvoir y revenir et de nous engager avec force et courage, avec beaucoup d’engagement pour vivre, à la suite du Christ, notre idéal. Et cela pour la plus grande gloire de Dieu et le bien être de nos proches, de ceux qui nous entourent et du Peuple de Dieu et de notre société.  

Le troisième objectif que le Pape François assigne à cette année 2015, explique le prédicateur, c’est d’embrasser l’avenir avec espérance c’est-à-dire nous tourner vers devant mais en y apportant de l’espérance face aux situations de désespérance pour lesquelles nous sommes appelés à être des acteurs, c’est-à-dire des hommes et des femmes capables d’apporter l’espoir ou de l’oxygène à la vie de  nos proches et amis et à ce peuple qui nous est confié.

A côté de ces trois objectifs, l’Abbé Modérateur de la curie a aussi fait un petit commentaire sur les attentes formulées par le Saint Père pour cette année. Chrétiens et consacrés que nous sommes, a-t-il dit, il faut que nous puissions apporter la joie, pas une joie superficielle mais profonde aux autres. C’est la première attente.

Une deuxième attente, suggère le Pape François, c’est de nous réveiller nous-mêmes et de réveiller le monde qui nous entoure. Pour le prédicateur, les événements que nous gérons et vivons nous invitent justement à travailler pour que la paix et la liberté règnent, pour que l’amour vrai et sincère entre nous s’installe dans nos cœurs et rayonne autour de nous. Il s’agit pour nous de rejoindre le monde et d’aller même jusqu’à la périphérie pour pouvoir rencontrer ceux qui souffrent, les fragiles et les nécessiteux.

Et comme religieux, à la troisième attente, le Pape souhaite que nous puissions être des experts de la communion,  de la communion en Esprit et en Vérité pour retourner vers Dieu et pour mener une vie communautaire digne, sincère et vraie.

La quatrième attente est une invitation à sortir de nous-mêmes pour aller aux périphéries existentielles et travailler pour ceux qui sont les plus abandonnés, les plus fragiles. Et la cinquième attente, enfin, veut que nous puissions toujours nous interroger sur ce que Dieu, Jésus Christ, la Trinité Sainte attend de moi consacré et l’humanité aussi avec. Dans tout ce que nous pouvons entreprendre nous demander ce que Dieu attend de moi, ce que l’humanité attend de moi et d’y découvrir la volonté de Dieu. Il s’agit de prier pour découvrir l’inspiration de Dieu afin de bien discerner cette volonté divine.

Pour terminer, Il a exhorté chacun à faire un pas décisif durant cette année afin de bien comprendre la mission qui est la sienne en tant que consacré et de s’y engager avec courage.

Mgr nlanduAvant la bénédiction finale, l’Evêque a tenu s’acquitter d’un devoir, celui de remercier en un premier temps l’Abbé Bruno pour son homélie et, en deuxième moment, toute l’assistance. A celle-ci, il a renchéri en disant que « Chacun de vous est un héritage du Christ, chacun de vous est un don de Dieu, chacun de vous a du prix à mes yeux. Vous pouvez toujours compter sur ma sollicitude pastorale et je pense que je peux compter aussi sur vos prières. »

Quelques pretres doyenne de matadi lors de la messe   Bougies symboliques anniv 3

Immédiatement après la messe, tous les consacrés, prêtres, religieuses et religieux et auxiliaires de l’apostolat qui étaient présents à cette Eucharistie se sont retrouvés dans la salle paroissiale Notre Dame Médiatrice, autour de Son Excellence Mgr l’Evêque, pour la cérémonie d’échange des vœux 2015. Le Curé Doyen, l’Abbé Alexis KUTINU a d’abord adressé, au nom de tous les ecclésiastiques de son Doyenné, les vœux les meilleurs à Mgr Daniel et celui-ci, à son tour, a répondu en indiquant les recommandations pour cette année nouvelle.

 

Philibert MAYENGELE

RTDM KUKIELE

 

 

Tenue du conseil presbytéral à Matadi

Cp 14Dans le souci de faire le suivi des résolutions du synode diocésain tenu à Matadi en mai 2013, Mgr l’Evêque réunit tous les trois mois son conseil presbytéral afin de recueillir les avis (points de vue) des uns et des autres pour leur mise en application.

Pour cette raison, après le dernier conseil du mois d’octobre de l’année derrière, il vient de se tenir, du vendredi 17 au samedi 18 avril 2015, dans la grande salle de l’Evêché de Matadi, une nouvelle session dudit conseil.

En l’absence du Modérateur, le Vice Provincial des Rédemptoristes en R.D. Congo, le Révérend Père Zéphyrin LUYILA empêché, la modération de ces assises a été assurée par l’Abbé Simon MATONDO, actuellement recteur du Grand Séminaire de Mayidi.  

La majorité des membres de ce conseil ont marqué de leur présence à cette rencontre qui s’est déroulée dans un climat fraternel assaisonné des échanges très constructifs.

La prochaine session est prévue pour le mois d’octobre de l’année en cours.

Cp3Cp 10Cp 12Cp 4Cp 6Cp 7Cp 7Cp2

Administration du sacrement de confirmation et remise des diplômes de noces de jubilé d’argent et d’or par Mgr Daniel NLANDU MAYI à la Mission Catholique de Nkolo

Eglise de nkolo 1Du vendredi 30 janvier au lundi 02 février 2015, l’Evêque de Matadi, Mgr Daniel NLANDU MAYI a séjourné à la paroisse Sacré-Cœur de Nkolo dans le Doyenné de Kwilu-Ngongo, paroisse qu’il vient de visiter pour la toute première fois depuis son accession au siège épiscopal de Matadi. Il était accompagné des Abbés Nsimba Zéphyrin, Hervé Mbenza, Jean Makanua, Gérard Muanda et Philibert Mayengele, respectivement Econome diocésain, Secrétaire-Chancelier, Cérémoniaire diocésain, Vice Econome chargé de la Maison diocésaine de la Funa à Kinshasa et Directeur de la Radio Diocésaine KUKIELE.

A son arrivée, le vendredi 30 janvier 2015 à 16h30, notre Evêque a d’abord été accueilli à Kolo-Fuma, première étape, où une foule des chrétiens, l’équipe sacerdotale conduite par le Curé de la paroisse, l’Abbé Augustin NSONGANI, quelques religieuses de la communauté des Sœurs diocésaines de Matadi œuvrant à Nkolo Mission, la notabilité locale et la foule des chrétiens se sont regroupés pour lui souhaiter la bienvenue.

Arrivée à FUMA

 Nkolo 1Dès sa descente de la jeep prado, Mgr Daniel était accueilli par le Curé de la paroisse et après une louangeuse lui a souhaité, au nom de touteArrivee nkolo 3 la communauté paroissiale, le mot de bienvenue à Nkolo et remis un bouquet des fleurs. Tout de suite après, il a salué par une poignée de main la notabilité locale dont l’Administrateur du Territoire Adjoint, les prêtres, les religieuses et quelques membres du comité restreint de la zone pastorale. L’Abbé Curé l’a ensuite présenté à la foule en ces termes : « Tata Monseigneur tua kele vingila bongele meso ! » (Voici Mgr l’Evêque que nous attendions). Une pluie d’applaudissements s’en est suivie et des chants d’accueil. Pour sa part, avant de bénir la foule, l’hôte du jour a salué et remercié tout le monde pour l’accueil combien chaleureux qui lui a été réservé.

A Kolo-Kidezo, deuxième étape de son accueil, Mgr l’Evêque s’est aussi arrêté. Comme à Kolo-Fuma, une foule de chrétiens l’attendait. En compagnie du Curé de la paroisse et du reste de la délégation venue avec lui, à sa descente de la jeep, le Prélat a été accueilli par le Président de la coordination de Kolo-Kidezo et, à sa suite, le chef de la cité, les membres du comité restreint de la coordination. Avant de poursuivre sa route, Il a salué, remercié et béni la foule venue pour l’accueillir.

La dernière étape de son accueil était le village Vuala, à près de 100 m de la Mission Catholique où une très grande foule était postée. Le Président du conseil paroissial en tête, des légionnaires, des jeunes scouts, les flutistes, les élèves de toutes les écoles catholiques confondues étaient tous au rendez-vous. Plusieurs motocyclistes klaxonnant en tête du cortège épiscopal annonçaient alors l’arrivée de Monseigneur l'Evêque. Il était 18h20’ quand Monseigneur a foulé le sol du village Vuala à partir d’où il a marché à pied sous l’animation des flutistes, des chants et klaxons des motos, faisant un bain de foule, jusqu’à l’église paroissiale. Cela naturellement après avoir reçu le bouquet des fleurs préparé pour la circonstance et salué le chef de groupement, les membres du conseil paroissial restreint et toute la foule.

village Vuala

Arrivee nkolo 5 Dès l’entrée de l’Evêque à l’église paroissiale, pleine comme un œuf, on a assisté au recueillement qu’il a fait devant le Saint Sacrement, àA l entree paroissiale l’adresse de bienvenue du curé de la paroisse accompagnée d’un chant. Aussi, ce dernier n’a-t-i pas manqué remercier sincèrement Mgr Daniel pour avoir tenu arriver à Nkolo, après avoir séjourné à Kinshasa où il est allé principalement rendre un dernier hommage mérité à sa mère biologique décédée il y a à peine un mois et pour avoir coïncidé son arrivée à Nkolo au 30 janvier 2015, jour où il fête son 15e anniversaire d’ordination épiscopale. Pour s’associer à son action de grâce, l’Abbé Augustin l’a invité a souffler 15 bougies symboliques et recevoir les souhaits de joyeux anniversaire des chrétiens de Nkolo par un chant. Le secrétaire du conseil paroissial a, lui aussi, pris la parole pour exprimer à l’Evêque la pleine satisfaction des chrétiens de Nkolo pour sa présence parmi eux. « C’est pour nous une grande joie de vous voir parmi nous, va-t-il affirmer, puissiez-vous passer un bon et fructueux séjour à Nkolo ».  Avant de bénir et renvoyer la foule, l’Evêque a conclu, comme partout ailleurs, en disant : « je suis profondément touché par votre présence nombreuse et je vous dis de tout cœur merci d’avoir si bien préparé mon arrivée. Puisqu’on se retrouve encore dimanche, nous aurons encore l’occasion de prier ensemble. »

Visite ep 2La journée du samedi 31 janvier, déjà dans la matinée Mgr Daniel NLANDU s’est mis au travail. Vers 09h30, il a coup sur coup visité les écolesVisite ep 3 primaires Matoko et Lusansu ainsi que le lycée Luzolo. A 11h00, il s’est entretenu avec l’équipe sacerdotale. Dans l’après-midi, vers 15h00, il a rencontré les membres du conseil paroissial et, le soir, avant la soirée culturelle organisée en son honneur, il a reçu au salon du couvent des sœurs la communauté religieuse des sœurs de sainte Marie de Matadi qui y résident.

Le dimanche 1er février 2015, à la cour de l’école primaire Lusansu, Son Excellence Mgr l’Evêque, entouré de 11 prêtres et un Diacre, a personnellement présidé l’Eucharistie au cours de laquelle il a conféré le sacrement de confirmation à 257 catéchumènes et remis le diplôme de noces de jubilé d’argent et d’or à 18 couples dont le plus vieux a totalisé 67 ans de vie conjugale.

Messe 6   Messe 7     

Dans son homélie tirée de trois textes choisis pour la circonstance, le célébrant a d’abord rappelé aux confirmands le rôle de l’Esprit Saint dans la vie du chrétien. « L’Esprit-Saint qui est descendu sur les apôtres le jour la pentecôte est le même que vous allez recevoir tout à l’heure, a-t-il précisé, c’est aussi le même Esprit que vous avez reçu le jour de votre baptême ». Il les a exhortés en ces termes : « N’ayez donc pas peur ni honte de témoigner de votre foi et soyez toujours fiers de vous dire catholiques parce que vous appartenez à l’Eglise du Christ ».

Il a, par ailleurs, invité les couples jubilaires a préservé l’unité conjugale qui fait d’eux des bons serviteurs du Christ. L’Esprit que vous avez reçu au baptême et à la confirmation est un Esprit de communion et d’unité et il n’y a rien qui peut vous séparer car celui qui vous a unis est plus fort que tout.

A toute l’assemblée réunie à cette messe, Monseigneur l’Evêque a adressé un message fort d’unité et d’amour. Il a précisé qu’« il est triste de constater qu’à cause de la terre, ceux-là même qui se disent chrétiens, qui ont donc reçu le même Esprit, se séparent, se disputent, se querellent… Pire encore, à cause de la terre que nos ancêtres nous ont léguée et que Dieu leur a donnée, on s’entretue. Quel témoignage ? » Les richesses et les dons que nous tenons gratuitement de Dieu ne doivent pas nous pousser aux désordres ou aux conflits mais plutôt à la mise en commun. « Seul la recherche de l’unité, de la communion et donc de l’amour vous rendra forts. »

Confirm 4 Pour manifester le soutien qu’ils entendent apporter à leur Pasteur dans son lourd ministère, les chrétiens de Nkolo lui ont présenté plusieurs cadeaux, fruits de leur travail. Pendant plus de 30 minutes,  à la grande surprise de tout le monde, enfants, jeunes et vieux de tous les groupes paroissiaux confondus, alignés en dansant, tenaient à remettre quelque chose à Monseigneur. Parmi les cadeaux, nous avons noté plus de cinq bêtes (chèvres et boucs), des volailles (coqs et canards), des sacs de cossettes de manioc et de haricot, des régimes de bananes plantains et tant d’autres biens.

Remise des cadeaux

Cadeau 7     Cadeau 10

Deux mots ont été entendus après la communion. D’abord celui des couples jubilaires qui, tout en rendant grâce à Dieu qui leur a permis de demeurer unis et de se garder fidèles aux engagements du mariage, ont bien reconnu que « le diplôme des noces d’argent et d’or est pour eux un témoignage de fidélité à l’engagement pris depuis le jour de leur mariage religieux. » Ils sollicitent, pour ce faire, l’assistance de Dieu pour qu’Il les  aide à demeurer toujours unis.

Quant au mot du conseil paroissial, ensuite, il a consisté à rappeler à leur Pasteur que « la Mission Catholique Nkolo fut créée depuis 1916 sur l’initiative de Mfumu NDONZUAO LUNIANGA du clan Ne Ngandu à Nsumbi (…). Le présent rappel nous pousse à vous demander de proclamer l’année 2016, année du centenaire à Nkolo. »

Satisfait de sa brève visite à Nkolo et de tout ce dont il a été témoin du début à la fin de son séjour, l’Evêque de Matadi, avant d’accorder la bénédiction apostolique à l’ensemble de la chrétienté de Nkolo, il a exprimé ses sentiments de satisfaction en ces termes : « je viens de passer parmi vous un séjour court mais très intensif et plein d’enseignements. J’y garderai beaucoup de souvenirs ». Il a, par ailleurs, promis d’y retourner dans un proche avenir dans le cadre de la visite pastorale qui lui conduira jusque dans les différents sous-postes.

Après la messe, un cocktail a été offert à Mgr l’Evêque et à tous les invités dans la grande salle du lycée Luzolo.  Et avant de regagner le presbytère, Monseigneur s’est rendu à l’hôpital de référence de Nkolo pour visiter les malades et les installations de cette structure sanitaire.

Salle de conference   Salle 2   A l hopital Visite hopital 4

Le lundi 02 février2015 à 09h00’, le vénérable visiteur et sa suite ont quitté Nkolo pour Matadi.

 

Philibert MAYENGELE LUYANDA

RTDM KUKIELE

 

 

Célébration de la Nativité de Notre Seigneur 2014

No l arriv e 3

A l’occasion de la célébration de la Nativité de Notre Seigneur, fête communément appelée Noël, Son Excellence Mgr l’Evêque a choisi...Lire la suite. [Diapositives]

CSsR: 282e ANNIVERSAIRE DE LA FONDATION

Ordin mbanza 12Célébration du 282e anniversaire de la fondation de la congrégation du Très Saint Rédempteur, clôture de l’année  de  la  promotion  de  la vocation missionnaire et ordination diaconale du Profès Fabien Balongana Mamueni, CSsr à  Mbanza-Ngungu

Le dimanche 09 novembre 2014 restera gravé en lettre d’or dans l’histoire de la vice-province rédemptoriste de Matadi au Congo en général et celle de la paroisse Sacré-Cœur de Mbanza-Ngungu, situé à 210Km à l’Est de la ville portuaire, chef-lieu de la province et ville épiscopale du Diocèse de Matadi en particulier.

En effet, en ce jour qui coïncide avec le 32e dimanche du temps ordinaire de l’année liturgique A, au cours de l’Eucharistie solennelle  présidée par l’Evêque de Matadi, Son Excellence Mgr Daniel NLANDU MAYI assisté de 23 prêtres Diocésains de Matadi et Rédemptoristes, trois événements, à savoir : le 282e anniversaire de la fondation de la congrégation du Très Saint Rédempteur, la clôture de l’année de la promotion de la vocation missionnaire et l’ordination diaconale du Profès Fabien BALONGANA MAMUENI ont été célébrés.

Cette célébration a constitué un moment d’action de grâce au Seigneur pour les grâces reçues de Lui par le biais de la congrégation du Très Saint Rédempteur et un puissant rappel de l’importance de ce triple événement.

Dans son homélie, le Prélat a précisé le sens du diaconat en rapport à l’ordre sacré du sacerdoce ministériel en ces trois degrés : le diaconat, la prêtrise et l’épiscopat,  tous trois étant des services  bénévoles et gratuits ou mieux des offices d’amour.

Mettant en évidence le contexte social  qui est le nôtre marqué par la conquête du pouvoir pour se servir, Mgr Nlandu a souligné que le sacerdoce «  ne peut faire l’objet d’une conquête car il est un don que Dieu fait à celui qu’il appelle librement. » Par la suite, il s’est attelé à explique le rôle du diacre comme pour inviter l’ordinand, et à travers lui tous les serviteurs de Dieu, non seulement à exercer humblement leur ministère mais aussi et surtout à être des témoins authentiques de l’Evangile. « Dans notre société congolaise caractérisée par  la multiplication des sectes, a-t-il indiqué, où beaucoup de pasteurs et prédicateurs, n’ayant pas la formation théologique adéquate, sèment la confusion dans les esprits, le diacre catholique est appelé à faire la différence, à témoigner par une vie chrétienne édifiante et entrainante ».

Avec un ton paternel, il a exhorté le futur diacre à toujours se montrer disponible et, devant les mutations spirituelles profondes que nous vivons, à être disponible, à savoir discerner et à rester attacheé aux enseignements de l’Eglise et à la tradition de sa congrégation.

Pour rappel, la Congrégation du Très Saint Rédempteur (CSsR) a été fondée le 09 novembre 1732, à Scala en Italie par Saint Alphonse Marie de Liguori. Celui-ci  fut  un homme de prière, d’action et un grand pasteur. Ces qualités qu’il a transmises à ses fils, a pensé le Prélat, ont permis à beaucoup d’entre eux à fonder des missions et des diocèses à travers le monde. En reconnaissance à tous ces vaillants missionnaires, au regard des œuvres grandioses qu’ils ont réalisées chez nous et ailleurs,  Mgr Daniel leur a rendu un vibrant hommage.

Profitant de la clôture de l’année de la promotion de la vocation missionnaire rédemptoriste  décrétée le 09 novembre 2013, l’Evêque de Matadi a d’abord convié « chaque membre de la Congrégation à se renouveler et à approfondir son identité et sa vocation comme rédemptoriste pour une présence et une action pastorale plus féconde dans le monde. » Ensuite, il a appelé tous ses diocésains à continuer à prier pour les vocations sacerdotales et laïques, à accompagner et à soutenir davantage nos frères Rédemptoristes dans l’accomplissement de leur mission dans l’Eglise et dans le monde.

Pour finir, il a imploré la bénédiction du Très Haut pour l’œuvre des Rédemptoristes et pour notre diocèse.

Avant la bénédiction finale, trois mots ont été tour à tour prononcés par le Secrétaire du conseil paroissial, le nouveau Diacre Fabien et le Père Vice provincial des Rédemptoristes au Congo. Et, immédiatement après la Messe, Mgr l’Evêque et tous les invités se sont rendus au centre saint Clément de Kola à près de 6 Km du centre de la cité de Mbanza-Ngungu où une réception était organisée. [Diapositives]

Propos de Junior LUPOYO

Recueillis par Philibert MAYENGELE

OUVERTURE DE L'ANNEE PASTORALE, JUBILE D'ARGENT ET ORDINATIONS 2014

Ordinations 2014

Matadi, le 25 Août 2014. Trois prêtres et cinq diacres ont été ordonnés ce dimanche 24 août 2014 à Matadi par Son Excellence Monseigneur Daniel Nlandu Mayi, Evêque de Matadi. C’était au cours de la célébration eucharistique qu’il a célébrée à la paroisse Notre Dame de Fatima, eucharistie concélébrée par Monseigneur Gabriel Kembo, Evêque Emérite de Matadi et 72 prêtres. Les abbés Parfait Bumba, Justin Muesa et Thoma Tona ont étés ordonnés prêtres tandis que les abbés Guesclin Basopo, Rodrigues Diyamona, Augustin Kimputu, Antoine-Albert Mayindu et Albert Ntimansiemi ont été ordonnés diacres.

A côté des ordinations diaconale et sacerdotale, le dimache 24 août a célébré deux autres événements de taille à savoir l’Ouverture solennelle de l’année pastorale 2014-2015 consacrée à la famille et le jubilé d’argent des prêtres ordonnés en 1989. Il s’agit des Abbés Nathalis BASONGESA, Alexis KUTINU, Aimé MPEVO, Pierre NTIAMA, Germain NZINGA et Albert NZOLA. Trois d’entre eux étaient présents à la cérémonie : les abbés Alexis Kutinu, Pierre Ntiama et Albert Nzola. 

Cette célébration a connu la participation des autorités
politico-administratives nationales et provinciales sous la conduite de Monsieur Léonard Nsimba Nzungila, Président de l’Assemblée provinciale du Bas-Congo. Religieux et religieuses, chrétiens venus de différentes paroisses, membres de famille des élus du jour, amis et connaissances ont tous peuplé l’Eglise Notre-Dame de Fatima pour honorer les nouveaux ministres de Dieu en ce grand jour de leur élection. La messe était chantée par la chorale du doyenné de Matadi et la liturgie assurée par les Séminariste de Mayidi et de Kibula.

Dans son homélie, Monseigneur l’Evêque a  commencé par expliquer l’année de la famille à laquelle est consacrée la nouvelle année pastorale dans l’Eglise universelle et dans notre diocèse à la suite du synode des Evêques convoqué à Rome par le Pape François, du 5 au 12 Octobre 2014, sur « les défis pastoraux de la famille dans le contexte de l’évangélisation ». En rapport avec le synode diocésain de notre diocèse, l’Evêque a exhorté « tous les responsables et les agents pastoraux à passer à la vitesse supérieure pour que les efforts consentis pendant la célébration de notre synode puissent continuer à donner des fruits palpables dans tous les secteurs de la pastorale diocésaine ». S’adressant aux futurs diacres et aux futurs prêtres, Monseigneur l’Evêque leur a fait une catéchèse sur le ministère du diaconat et celui du sacerdoce selon l’Evangile et la doctrine de l’Eglise. « C’est de l’intimité spirituelle avec le Seigneur que le ministre puise son identité et la force d’accomplir sa mission à travers la croix », a-t-il souligné. Quant aux abbés jubilaires, ils ont été félicités et encouragés au nom de tous les fidèles du diocèse et de l’Evêque lui-même.

La journée s'est achevée dans la salle du synode où les invités se sont retrouvés pour le partage du repas et du gateau de jubilé.

Abbé Parfait BumbaAbbé Justin MuesaAbbé Thomas Tona

 

 

 

 

 

Jules Mandaya Isambasa. 

Homélie de l'Evêque. Mot des nouveaux prêtres. [Diapositives

 

RERAITE SACERDOTALE ANNUELLE 2014 A MAYIDI

Retraite annuelle des prêtresMatadi, le 14 juillet 2014. Pour refaire spirituellement ses prêtres à la fin l’année pastorale 2013-2014 et commencer la nouvelle année avec de nouvelles énergies, Mgr Daniel Nlandu Mayi, Evêque de Matadi,  a organisé une retraite pour ses prêtres au grand séminaire de Mayidi en deux groupes. Le prédicateur de la retraite est  le père jésuite Augustin Ntima Nkanza. Le thème de la retraite est : Ton nom a été invoqué sur moi, Seigneur Dieu de l’Univers. Dans les enseignements donnés, Il est question également de faire échos  du nouveau directoire sur le ministère et  la vie des prêtres. Le souhait de l’Evêque est que tous les prêtres puissent prendre connaissance de ce document qu’il considère important pour l’approfondissement de l’identité sacerdotale. Le premier groupe constitué des 40 prêtres, a commencé cette activité spirituelle le dimanche 06 juillet et venait d’en sortir  le vendredi 11 juillet 2014.

Pour encourager ses prêtres en retraite à Mayidi, Mgr l’Evêque Daniel Nladu est passé leur rendre visite le jeudi 10 juillet. Il a célébré l’eucharistie du jour au cours de laquelle il s’est adressé aux prêtres de son diocèse par  l’exhortation qu’il leur a faite.

Avant de se séparer les participants à la retraite ont remercié le prédicateur par sa disponibilité et ses précieux enseignements par la bouche de l’abbé Alfred Mambangula, un des participants.

Le second groupe de participants s’est rendu à Mayidi hier dimanche 13 juillet pour la même activité jusqu’au vendredi 18 juillet 2014.

[Exhortation épiscopale].

Jules MANDAYA ISAMBASA

Père Ntima Nkanza, prédicateurparticipantsparticipantsparticipantsparticipantsparticipantsparticipantsparticipantsparticipantsparticipants

Audience au Commissaire provincial de la police Bas-Congo

AudienceMatadi, le 19 Mai 2014. Mgr Daniel N’Landu Mayi, Evêque du diocèse de Matadi,  a reçu en audience dans son salon de travail, le nouveau Commissaire provincial de la police nationale congolaise (PNC) du bas Congo.

Après avoir présenté ses civilités aux autorités politico administratives de la province du bas Congo, le nouveau patron de la PNC/Bas-Congo a rencontré ce lundi 19 mai 2014 à Matadi, l’évêque du diocèse de Matadi Mgr Daniel N’LANDU MAYI pour le même motif. Les deux personnalités ont échangé au tour de deux points essentiels à savoir: la situation sécuritaire dans la province du Bas-Congo et la vie de l’église catholique dans le diocèse de Matadi. Une occasion pour le commissaire divisionnaire Philémon-patience MUSHID YAV de présenté sa lettre de témoignage en qualité de chrétien catholique à l'Ordinaire de lieu de l'Eglise locale de Matadi, lettre signée par Mgr Emmanuel Bernard KASANDA, Evêque de Mbuji-Mayi d'où il provient. Au micro de la presse, l'hôte du prélat catholique a invité les chrétiens, non seulement de l'Eglise catholique, mais aussi ceux des autres confessions religieuses du Bas-Congo, à collaborer étroitement  avec  les services de la PNC dans l’éradication de l’insécurité dans la province.Il sollicite l’implication des tous les chrétiens du Bas-Congo dans la lutte contre les phénomènes dits ''KULUNA ou ZULU'' et autres formes de banditismes urbain qui sèment la terreur au sein de la population. L’évêque de Matadi Mgr Daniel N’LANDU MAYI a rassuré de son côté la disponibilité de l'Eglise catholique d’accompagner la PNC dans sa mission de sécuriser les personnes et leurs biens au sein de la province du Bas-Congo. 

Ange Lumpuvika, rtdm.

PAQUES 2014 : CELEBRATIONS DE LA SEMAINE SAINTE

Veuill e pascale 2014 la cath drale 33Matadi, le 23 Avril 2014. Le programme de la semaine sainte de Son Excellence Monseigneur l’Evêque a commencé par la célébration de la messe chrismale à la paroisse Notre Dame de Fatima à Matadi, le mercredi 16 Avril 2014 à 17 h 00. 40 prêtres au total venus de diverses paroisses du diocèse ont concélébré cette solennelle eucharistie qui a connu l’assistance d’une foule nombreuse de fidèles du doyenné de Matadi.

Deux événements majeurs ont caractérisé cette célébration selon la coutume de l’Eglise et la liturgie du jour. D’une part la rénovation des promesses sacerdotales des prêtres à l’égard de l’Evêque, ensuite la bénédiction des huiles saintes et la consécration  du Saint Chrême. [Homélie de l’Evêque].

Le Jeudi Saint, Monseigneur l’Evêque s’est rendu à la paroisse Saint Gérard dans la ville de Matadi pour la célébration de la Cène du Seigneur. Au cours de cette messe qui commémore l’institution du sacrement de l’eucharistie et du sacerdoce, Monseigneur l’Evêque a lavé les pieds de quelques personnes parmi les fidèles, pour reprendre le geste accompli par le Christ à ses disciples le jour qui précédait sa mort.  La procession et l’adoration du Saint-Sacrement ont couronné cette liturgie célébrée dans la joie et la méditation sous l’animation de la chorale du Renouveau Charismatique. [Homélie de l’Evêque].

Le Vendredi Saint, c’est à la Cathédrale Notre Dame Médiatrice que Son Excellence Monseigneur l’Evêque a célébré la passion du Seigneur Jésus-Christ. La liturgie a commencé par le chemin de croix suivi par les fidèles de cette paroisse partant de la place « Libongo » jusqu’à l’Eglise, une Eglise qui ne cesse d’être rénovée par les efforts combien louables  et encourageants de ses propres fidèles. En hommage à la croix glorieuse du Christ, l’Evêque, les prêtres et tous les fidèles se sont présentés l’un après l’autre devant elle pour la vénérer. La cérémonie s’est achevée par le partage fraternel du Corps du Christ entre tous. [Homélie de l’Evêque].

Commencées le mercredi saint, les activités de la semaine sainte de Son Excellence Monseigneur l’Evêque se sont achevées à la cathédrale Notre Dame Médiatrice où il a célébré la veillée pascale. Tous les décors étaient bien plantés pour commémorer la victoire du Christ sur la mort, ce qui est un motif de joie et d’allégresse pour tous ceux qui ont foi en lui.

Dans son message de Pâques à ses fidèles, Monseigneur l’Evêque lance un appel à mourir et ressusciter avec le Christ, c’est-à-dire mourir dans notre propre volonté pour vivre selon la volonté de Dieu et ne chercher qu’à faire la volonté de Dieu en faisant confiance en lui et en s’engageant dans la mission qu’il nous a confiée sans peur.

Au cours de cette joyeuse eucharistie, tous les fidèles ont procédé à la rénovation de leur profession de foi baptismale après la bénédiction de l’eau par l’Evêque. [Homélie de l’Evêque].

[ Diapositives ]

Jules Mandaya Isambasa

 

MESSE D'ACTION DE GRACE ET DE RETROUVAILLES

Mgr daniel landu mayiL’Evêque de Matadi, Mgr Daniel NLANDU MAYI invite ses filles et fils ressortissants du Diocèse de Matadi résidant à Kinshasa au renouveau tant souhaité et à l’engagement enclenché par le synode diocésain.

Dans le cadre de la mise en œuvre des résolutions et recommandations du synode diocésain tenu à Matadi du 22 au 25 mai 2013, l’Evêque de Matadi, Mgr Daniel NLANDU MAYI vient de présider personnellement le dimanche 30 mars dernier une messe d’action de grâce et de retrouvailles à l’intention des filles et fils ressortissants du diocèse de Matadi vivant à Kinshasa. La paroisse Saint Raphaël de Limete dans l’Archidiocèse de Kinshasa a servi de cadre à cette célébration eucharistique qui a étonnamment rassemblé un grand monde venu, d’une part, de différents horizons de la ville province de Kinshasa et du Diocèse de Matadi pour être témoin de ce rendez-vous historique. 

En une retrouvaille familiale, c’est autour de 11h25’ que tout a commencé. L’église paroissiale Saint Raphaël, totalement pleine comme un œuf, a réuni 36 prêtres concélébrant autour de l’Evêque de Matadi dont le curé de la paroisse hôte, Abbé Noël NDUNGU, le Curé doyen du Doyenné de Mbanza-Ngungu, Mgr Philippe DINZOLELE, le Professeur Emérite, Abbé Paul BUETUBELA, le Recteur de l’Institut Supérieur Catholique (ex. ISSR), Abbé Emmanuel NSUKULA, le Secrétaire général du synode et président du comité de suivi des résolutions du synode, Abbé Alexis MBUAKI et tant d’autres prêtres diocésains de Matadi, de l’Archidiocèse de Kinshasa, de Boma et ceux d’autres congrégations, a présidé personnellement la sainte messe. Ont également pris part à cette Eucharistie d’action de grâce quelques membres des gouvernements national et provincial du Bas-Congo, les honorables députés et sénateurs tous en majorité ressortissants du Diocèse de Matadi. Parmi ceux-ci, nous  avons noté la présence du Vice 1er ministre.

Daniel Mukoko Samba,  le ministre national de l’environnement, le Gouverneur Jacques Mbadu Nsitu et son vice, Atou Matubuana, du Bas-Congo, le Président de l’Assemblée provinciale de Kinshasa et les Honorables Gilbert Kiakuama et Fabrice Puela. Etaient également conviés à cette rencontre familiale les notabilités originaires du Diocèse de Matadi dont Mama Marie Madeleine Mienze, les religieux et religieuses  des congrégations présentes à Kinshasa, les fidèles chrétiens originaires du Diocèse de Matadi et  plusieurs autres invités.

Inscrivant cette messe d’action de grâce dans la dynamique synodale, surtout en cette année pastorale consacrée à la mise en pratique des résolutions et recommandations du synode, dans son homélie, après avoir saluer et remercier successivement l’Archevêque de Kinshasa, le Cardinal Laurent MONSENGWO, pour avoir permis cette célébration à la paroisse Saint Raphaël qui est proche de notre maison diocésaine, le curé de la paroisse et ses collaborateurs, pour le soin mis à la préparation de cette messe et tous les ressortissants de Matadi n’ayant pas pu être physiquement présent à cette rencontre mais qui lui ont adressé des messages d’encouragement et de soutien, Mgr Daniel NLANDU n’est pas allé sur quatre chemins. Il a coupé court en disant que « le diocèse de Matadi d’aujourd’hui n’est pas le diocèse de Matadi d’hier. Dans plusieurs de ses coins, on entend plus que des cris de détresse. Les infrastructures tant scolaires, hospitalières qu’ecclésiales sont devenues vétustes pour ne pas dire qu’elles se meurent. Que faut-il faire ? Continuer à pleurnicher ? Nous n’y gagnerons rien ! Laisser pourrir les choses ? Ou attendre le secours de l’étranger devenu rarissime ? Non ! C’est à chacun de nous de faire quelque chose. C’est le « kinzu kia mante » ancestral qui est la vraie solution ! » C’est en ces termes bien clairs que l’Evêque Daniel NLANDU a voulu inviter tous les ressortissants du Diocèse de Matadi éparpillés à travers les 24 communes de Kinshasa, la capitale de la R.D. CONGO au renouveau tant souhaité et à l’engagement déjà enclenché par le synode.

A partir de trois proverbes puisés dans le trésor de l’héritage culturel kongo, à savoir : « mbemba kazieta kazieta vundulu diandi… mfuma … », « Kinsu kia maante… »,  « Tukala bonso mika mia mbua… », « nsi yankulu ntambi za mpa… », Mgr Daniel NLANDU MAYI a exhorté ses filles et fils à ne jamais oublier ses origines,  à se soucier toujours de leur « mfuma », le diocèse et enfin à s’aimer, à rester unis et  à travailler la main dans la main pour bâtir notre édifice commun. « Oui, nous avons besoin de chacun d’entre vous, de votre expertise pour redéfinir et renouveler le visage de notre cher diocèse, et pourquoi pas, a précisé le Célébrant, pour chercher à avoir des nouvelles de chez vous et initier des projets visant à la développer.»     

S’inspirant de l’évangile du 4e dimanche de carême célébré en ce jour, l’Officiant a enfin demandé à l’assemblée de faire sienne la prière de l’aveugle-né qui a humblement prié ainsi : « Seigneur, si tu le veux, tu peux me guérir ! » et effectivement, il a été guéri. A notre tour, question de nous laisser éclairer par « la véritable Lumière pour devenir (…) des lumières ou des bougies ; si elles sont mises ensemble, soyons-en sûrs, nous serons en mesure d’éclipser l’obscurité et de donner au monde, « tout ce qui est bonté, justice, vérité, fraternité, solidarité et partage ! ».

Avant la bénédiction finale, trois mots ont été entendus. D’abord celui du Curé de la paroisse Saint Raphaël qui, à son tour, à remercier et souhaiter un bon séjour à l’Evêque de Matadi dans sa paroisse. Aussi, il n’a pas manqué de dire sa désolation chaque fois qu’il visite quelques paroisses du Diocèse de Matadi, cette terre qui a accueilli les premiers missionnaires,      qui aujourd’hui ne présentent plus que de la ruine. Devant cette situation, on constate malheureusement que tous les filles et fils ressortissants de ces paroisses restent totalement insensibles. Le deuxième mot, celui du président du comité organisateur de cette fête, Monsieur Mfuemeno, soucieux de voir la cohésion de tous les filles et fils du Bas-Congo, unique chemin pour son développement,  devenir une réalité, a formuler à l’attention de l’Evêque de Matadi quelques recommandations. La dernière adresse, pour finir, était celui du Vice-premier ministre, Daniel Mukoko Samba qui est brièvement revenu sur les mots-clés de l’homélie de Mgr Daniel Nlandu, à savoir le renouveau,  l’engagement et la reconstruction du diocèse de Matadi. Lorsque l’on visite les Missions de Tumba, Gombe-Matadi et Nkolo, l’on peut alors bien comprendre la désolation exprimée tout à l’heure par le curé de la paroisse qui nous accueille dans son petit mot et e cri nous lancé par l’Evêque de Matadi, a-t-renchéri. Pour lui, l’appel de l’Evêque de Matadi est une tâche énorme et pour cela tout ne doit pas seulement se limiter à cette messe ou au nsinsani (quête spéciale) auquel nous venons de participer. Mais il s’agit de multiplier des rencontres, de réfléchir  fond afin de voir in concreto ce qui convient d’être fait pour aider réellement le Diocèse de Matadi à retrouver son visage d’antan et à se développer.

Vers 14h30’, au sortir de la messe, animée par la chorale les messagers de l’Evangile de la paroisse Sainte Marie de Mbanza-Ngungu sous la direction de Tata Bimoko Bia Nkokela, tous les invités se sont dirigés à la maison diocésaine, leur mfuma de Kinshasa, où un repas fraternel pour la circonstance était offert à la grande satisfaction de tous. Notons en passant que cette réception était agrémentée par l’orchestre Zaïko L.L. Kolo Mboka de Josart Nioka Longo qui était personnellement présent. Dans la foulée, on a aussi noté la présence de Lutumba Simaro Masiya, lui aussi a réondu, comme fils du Diocèse de Matadi, à l’invitation de son Evêque.

Pour clore, il sied de signaler qu’avant l’agapé, Mgr l’Evêque et le Vice-premier ministre ont tour à tour repris la parole à la cour de la maison diocésaine. En sa qualité d’initiateur de ce rendez-vous, Mgr Daniel a d’abord exprimé son immense joie et toute sa satisfaction pour la concrétisation et l’aboutissement heureux de cet important événement planifié depuis des longues dates à la suite d’une des recommandations de notre synode diocésain. Ensuite, il a remercié et encouragé le comité de suivi et de mise en application des résolutions du synode, le comité mis sur pied pour préparer cet événement dont il a évoqué  les capacités managériales de son président. Il a tenu également remercier solennellement le Vice-premier ministre pour sa contribution consubstantielle et généreuse à cette fête et à la réfection de notre maison diocésaine, le Gouverneur du Bas-Congo, pour sa proximité et sa générosité tant lors de la célébration du synode et pur sa présence physique à cette rencontre. Enfin, il a salué la présence nombreuse des ressortissants de Matadi de Kinshasa qui pour lui est la preuve de leur attention au diocèse de Matadi mais aussi au soutien qu’ils entendent apporter à leur Evêque dans sa lourde charge.  

Daniel Mukoko Samba, quant à lui, a demandé aux ressortissants de Matadi, de s’aimer, de s’unir de plus en plus en vue de bien réfléchir pour le Diocèse. Pour répondre concrètement à l’appel lancé par le synode, il a invité tout le monde à être pragmatique. Il s’agit, pour lui, de multiplier des rencontres, de s’asseoir avec documents à l’appui pour mettre en œuvre des projets concrets susceptibles de contribuer au développement de notre cher Diocèse, pour que l’Evêque n’attendent pas la saison sèche pour visiter les missions de Mangembo ou Miyamba et refaire de Tumba, Ngombe-Matadi et Nkolo des étoiles qui continueront à faire la fierté de notre province et pourquoi pas de notre pays.

 

Abbé Philibert MAYENGELE

RTDM KUKIELE

 

Mots de l'Evêque

IMAGES 

SPECIALE MESSE D'ACTION DE GRACE A KINSHASA

Journée mondiale de la vie consacréeMatadi, le 25 mars 2014. Son Excellence Monseigneur Daniel Nlandu Mayi, Evêque de Matadi, va célébrer une messe d’action de grâce à Kinshasa le dimanche 30 mars 2014 à la paroisse Saint Raphael de Limete. C’est une occasion de réunir autour de lui tous les ressortissants du diocèse de Matadi habitant la ville-province de Kinshasa pour un partage fraternel de l’eucharistie qui, du reste, est avant tout un sacrement de la communion et de l’unité. Dans cet esprit de l’unité entre les fils et les filles du diocèse de Matadi, laquelle unité a fait l’objet des assises du Synode diocésain tenues à Matadi du 22 au 25 mai 2013, Monseigneur l’Evêque voudrait rassembler tous les originaires du diocèse de Matadi où qu’ils se trouvent, afin de contribuer la main dans la main au renouveau attendu dans son Eglise locale suivant les résolutions du synode diocésain. En effet un adage africain dit : « le feu monte plus haut si chacun y jette son morceau de bois ».

De nombreuses personnalités sont attendues à cette rencontre entre les enfants « Ne koongo », rencontre qui se veut avant tout un rendez-vous de prise de conscience et d’engagement à l’unité et au témoignage tel que l’a voulu l’assemblée synodale dont le thème était : « Que tous soient Un et Vous serez mes témoins » (Jn 17, 21 ; Ac 1, 8). Le comité organisateur est à l’œuvre pour la réussite de ce grand événement qui est une grande première dans le diocèse de Matadi.

Jules Mandaya Isambasa

JOURNEE MONDIALE DE LA VIE CONSACREE 2014

Journée mondiale de la vie consacréeLe 02 Février, l’Eglise catholique universelle célèbre la journée mondiale de la vie consacrée. A Matadi, cette journée a réuni tous les consacrés de la ville autour de l’Evêque diocésain, Monseigneur Daniel Nlandu Mayi, à la paroisse cathédrale Notre Dame Médiatrice à partir de 16 h 00’.

Tout a commencé par une conférence donnée par Monsieur l’abbé Jean Tshingola, Recteur de la cathédrale. Le thème des réflexions était : « Fraternité : fondement et route pour la paix ». A travers cette ligne, l’orateur du jour a voulu démontré l’intérêt qu’il y a à vivre la fraternité dans les communautés des consacrés en vue d’une harmonie existentielle. La fraternité à entendre comme rapport de vie entre des êtres humains créés tous à l’image et à la ressemblance de Dieu. Dans ce rapport, l’accent a été mis sur l’acceptation de l’autre dans ce qui le caractérise, sans céder évidemment à la résignation et en mettant de côté l’esprit égalitariste car, a dit l’orateur, « la fraternité assume les différences, tandis que l’égalité les nie ». Il s’agit donc de vivre ensemble différents et non dans les différends. Pour cela, il faut faire preuve de certaines vertus chrétiennes comme le pardon et la réconciliation.

La conférence était suivie de l’eucharistie célébrée par Son Excellence Monseigneur l’Evêque  dans la cathédrale, messe à laquelle ont pris part de nombreux fidèles laïcs qui sont venus prier ensemble les consacrés de Matadi. La liturgie du jour, comme le veut le calendrier de l’Eglise, a fêté la présentation du Seigneur au Temple. Par sa consécration à son Père au temple de Jérusalem, Jésus se présente comme modèle de tous ceux qui consacrent leur vie à Dieu. Homélie de l’Evêque.

Après la messe chantée par la Chorale du doyenné de Matadi, tous les consacrés se sont retrouvés dans la salle paroissiale de la cathédrale pour le partage d’un repas dans la fraternité.

Jules Mandaya Isambasa

IMAGES

14 eme ANNIVERSAIRE D'EPISCOPAT DE S.E. Mgr L'EVEQUE

Photo de l eveque 3Aujourd'hui 30 janvier 2014, 14 ans jour pour jour depuis l'ordination épiscopale de Mgr Daniel Nlandu Mayi, notre Evêque.

L'autorité diocésaine a tenu à partager la joie de ce 14è anniversaire avec les paroissiens de la Cathédrale ND Médiatrice, représentatifs de tous les fidèles du Diocèse de Matadi confiés à sa sollicitude pastorale.

Dans son homélie au cours de l'eucharistie qu'il a présidée devant eux ce matin, il a rendu un saisissant hommage aux personnes qui ont joué un rôle décisif dans son cheminement sacerdotal jusqu'à ce jour: son Père Faustin Nlandu, son Cousin Abbé Alphonse Kavenadiambuko, le Cardinal Laurent Monsengwo, le Cardinal Joseph Albert Malula, le Cardinal Frédéric Etsou, le Pape Jean-Paul II, le Pape Benoît XVI, Monseigneur Gabriel Kembo, et tous les diocésains de Matadi. Il a terminé son adresse en remerciant tous les fidèles pour leurs prières, leur soutien et leur amitié. A la fin de la célébration eucharistique, avant la bénédiction finale, la communauté sacerdotale de la cathédrale a remis un joli  cadeau à son "Curé Canonique", après que toute l'assemblée lui ait chanté en choeur un vibrant "Joyeux anniversaire"! 

Abbé Hervé Mbenza

 

HOMELIE DE SON EXCELLENCE MONSEIGNEUR DANIEL NLANDU MAYI, EVÊQUE DE MATADI, A L’OCCASION DE LA CELEBRATION DU 14e ANNIVERSAIRE DE SON ORDINATION EPISCOPALE.

Matadi, Cathédrale Notre Dame médiatrice, jeudi 30 janvier 2014

Chers confrères dans le sacerdoce,

Chers frères et sœurs en Christ,

Aujourd’hui, c’est le 30 janvier 2014, 14ème anniversaire de mon ordination épiscopale. J’ai désiré célébrer cet anniversaire avec vous, étant donné que je me trouve en ce jour à Matadi près de la Cathédrale, Eglise épiscopale du diocèse, symbole de l’Eglise famille de Dieu qui est au diocèse de Matadi. Vous représentez tous en ce moment toute notre famille diocésaine de Matadi qui est confiée à ma sollicitude pastorale. C’est donc une grâce insigne pour moi de célébrer cette action de grâces avec vous, étant donné que j’ai été ordonné Evêque non pour moi-même, mais pour vous, peuple de Dieu.

C’est  vraiment un bonheur pour moi  de célébrer cette eucharistie avec vous les fidèles de la cathédrale d’autant plus que vous accordez une attention  particulière aux anniversaires. De mon appartement à la Procure, situé à quelques mètres de la cathédrale, vous vous en doutez,  je suis souvent  le déroulement de vos célébrations eucharistiques matinales, et j’ai noté avec bonheur que chaque fois que l’un de vous célèbre son anniversaire,

il reçoit en chœur les félicitations de toute l’assemblée en prière.

C’est une  pratique que j’apprécie beaucoup car celui qui fête son anniversaire se sent ainsi entouré de l’affection de tous et porté par la prière de toute la communauté. C’est magnifique !

Un anniversaire rappelle toujours beaucoup de souvenirs à celui qui le célèbre. En ce 14ème anniversaire de mon ordination épiscopale, beaucoup de choses me viennent à l’esprit. Il est difficile et même impossible de les évoquer toutes ici dans le cadre d’une homélie. Cependant je tiens à saluer et  honorer, en ce jour, la mémoire de ceux qui ont joué un rôle décisif dans mon cheminement sacerdotal  jusqu’à présent :

Mon père Faustin, qui m’a donné la vie. Il a posé les premières bases de mon éducation humaine  et religieuse. A ce titre il est le premier artisan de mon cheminement. Et je n’oublie jamais sa réponse lorsque je lui avais confié mon projet de devenir prêtre : « C’est très bien. Mais sache que le sacerdoce est une vocation supérieure qui  exige des qualités exceptionnelles ».

Mon cousin Abbé Alphonse KAVENADIAMBUKO, prêtre de notre diocèse, disparu très tôt de façon tragique. Il a joué un rôle décisif dans l’orientation de ma vie sacerdotale. Il m’a encouragé et accompagné dans mon cheminement vers le sacerdoce. Devant choisir entre le sacerdoce et la vie religieuse, Il m’a conseillé de choisir la prêtrise.

Le Cardinal Laurent MONSENGWO, alors prêtre, fut mon directeur spirituel au Grand séminaire Jean XXIII. Je ne pouvais pas m’imaginer à cette époque que je serai comme lui, l’un des successeurs des Apôtres.

Le Cardinal Albert Joseph MALULA qui m’a admis au séminaire et ordonné prêtre ; il a fortement marqué notre génération et m’a assuré la formation nécessaire  pour assumer les grandes responsabilités dans l’Eglise.

Le Cardinal Frédéric ETSOU, qui dès son arrivée au siège métropolitain de Kinshasa m’a fait confiance en me nommant Vicaire Général de l’Archidiocèse. Et quelques années après, il  m’a ordonné Evêque.

Le Pape Jean-Paul II, qui m’a nommé Evêque Auxiliaire de Kinshasa. J’ai eu le privilège de prendre part à ses obsèques à   Rome. J’ai toujours pensé à ce qu’il dit dans son livre publié à l’occasion des 50 ans de son ministère sacerdotal : « Ma vocation, un don et un mystère ». C’est ainsi que je perçois ma propre vocation. C’est une  figure sacerdotale de proue, lumineuse pour l’Eglise en ces temps  difficiles pour le monde entier.

Le Pape Benoît, qui m’a nommé à la Curie Romaine Membre Ordinaire de l’Académie Pontificale pour la Vie et Administrateur Apostolique de Kinshasa pendant la vacance du siège. Par sa décision murement réfléchie, ce théologien de haute facture qui a renoncé à sa charge papale,  mérite beaucoup de considération et de respect car sa décision courageuse  marque un grand tournant pour l’Eglise.

Mgr Gabriel KEMBO, qui m’a accueilli avec bienveillance au diocèse de Matadi après ma nomination comme Coadjuteur par le Pape Benoît. Il m’a accordé suffisamment le temps  de m’immerger dans le diocèse avant de passer la main.

Et vous tous qui m’avez chaleureusement accueilli le 16 février 2009 à mon arrivée à Matadi, alors que je revenais sur la terre de mes ancêtres qui m’a vu naître. Je resterai à jamais marqué par cet accueil qui me traduisait bien vos attentes auxquelles j’espère bien, avec la grâce de Dieu, pouvoir répondre progressivement. Je saisis de cette occasion pour vous remercier de tout cœur pour votre prière quotidienne et pour le soutien appuyé que vous m’apportez  pour assumer la charge épiscopale qui en ces temps difficiles pour notre pays est devenue très difficile.

Chers Frères dans le Sacerdoce,

Chers frères et sœurs dans le Christ,

Que dire en ce jour anniversaire ? Simplement merci. Merci au Seigneur pour les merveilles de son amour pour moi et pour vous tous qu’il a bien voulu  confier à ma sollicitude pastorale. Je suis toujours surpris et émerveillé par ce qui m’arrive. Et je puis dire, à la suite de Sainte Thérèse de Lisieux, que tout est grâce ! J’ai désiré et demandé  une chose au Seigneur : devenir prêtre après avoir renoncé à mon projet de devenir Frère des Ecoles chrétiennes.

Tout le reste  m’est arrivé comme par enchantement, par hasard pourrait-on dire, de façon inattendue ! C’est pourquoi aujourd’hui encore je m’en remets à sa sollicitude et je lui réitère ma demande de tous les jours : la grâce d’être toujours son fidèle  serviteur et un pasteur selon son cœur.

Pour nous tous réunis ici et tous ceux dont j’ai la charge, je demande au Seigneur, en m’inspirant de l’évangile de ce jour, que nous soyons illuminés par sa splendeur pour transmettre sa lumière comme témoins à d’autres. Par sa lumière, Dieu veut offrir à son Eglise de nouveaux évangélisateurs illuminés par l’Esprit. Et le Pape François vient de nous rappeler dans sa dernière lettre notre vocation commune d’évangélisateur et la joie attachée à cette mission. Le titre de cette lettre dit tout : « la joie d’évangéliser ».

Notre baptême a fait de nous un peuple sacerdotal et par le sacrement de confirmation, nous avons été envoyés auprès de nos frères pour les évangéliser. Nous  sommes donc le ferment de la société  et la lumière des peuples. Véritables témoins du Christ, nous devons attirer le monde vers le haut et ramer à contre courant de l’esprit du monde enclin au nivellement vers le bas et à la médiocrité.

Notre société congolaise n’est pas fatalement condamnée à la médiocrité. Chrétiens, nous sommes membres d’une Eglise appelée à jouer pleinement son rôle de levain dans la pâte dans un monde qui a perdu ses repères éthiques et qui est gangrené par les fléaux de l’injustice et du mensonge.

Pour tout dire, je voudrais tout simplement vous inviter à raviver les dons spirituels que vous avez reçus le jour de votre baptême et votre confirmation, et à vous engager fermement à lutter contre tout ce qui avilit, diminue et détruit les vies humaines et la société Congolaise.

Que cette eucharistie nous fortifie  pour accomplir efficacement notre tâche apostolique dans nos familles, nos communautés, nos lieux de travail, bref partout.

Merci à vous tous ! Que Dieu Tout Puissant vous bénisse et que Notre Dame du perpétuel secours intercède pour vous.

                                             +Daniel NLANDU MAYI

                                               Evêque de Matadi

 

POSE DE LA PREMIERE PIERRE

Mgr Daniel Nlandu Mayi pose la première pierre pour la construction du bureau de la coordination provinciale des ECCSon Excellence Monseigneur Daniel Nlandu Mayi, Evêque de Matadi, a posé ce mercredi 15 janvier 2014, la pierre inaugurale des travaux de construction du bâtiment administratif de la Coordination provinciale des Ecoles conventionnées catholiques du Bas-Congo. Cette cérémonie a eu lieu au site où sera érigé ledit bâtiment situé au quartier Soyo, dans la ville de Matadi, en présence des membres du Conseil provincial de l’éducation, des représentants des Coordinations diocésaines du Bas-Congo ainsi que quelques chefs d’établissements scolaires de Matadi.

 Pour Monsieur Josué Nkuti, Coordinateur provincial des Ecoles conventionnées catholiques du Bas-Congo, il s’agit de la matérialisation d’un rêve,  celui d’ériger un bâtiment administratif digne conformément à l’arrêté ministériel 0392/2013 du 04 septembre 2013 du nouvel organigramme de la structure du bureau de la coordination provinciale et urbaine.

Quant à Monsieur Lambert Mbadu, Président du Conseil provincial de l’éducation du Bas-Congo,  il a mis l’accent sur l’importance que revêt le partenariat éducatif adopté comme mode de gestion du système éducatif dans notre pays. Dans cette optique, il a souligné la nature correcte, exemplaire du partenariat éducatif entre la Division provinciale de l’éducation et la Coordination provinciale des écoles conventionnées catholiques.  Pour lui, ce partenariat doit être soigné car les Eglises dans l’ensemble assurent l’éducation de plus de 60% des effectifs scolaires dans notre pays ; c’est pourquoi il a promis l’appui de la division du conseil provincial de l’éducation et même du gouvernement provincial pour la réalisation de ce magnifique projet.

Monseigneur l’Evêque a exprimé sa satisfaction pour ce projet en ces termes : «Nous sommes très heureux que la coordination des Ecoles conventionnées catholiques puisse avoir un lieu adéquat de travail ; le moment est donc venu de penser à un grand ouvrage, à un immeuble qui peut abriter les services administratifs de cette coordination. Nous devons prier pour cela et  la contribution de tout le monde est attendue parce que c’est un ouvrage qui servira au diocèse, à la province et bref à tout le monde ».

Le coût global de l’ouvrage, suivant le devis présenté par les ingénieurs Blaise Boika et Sita Bavangila, conducteurs des travaux, est évalué à 418.000 Dollars américains. L’acquisition du terrain pour cette construction, a dit le coordinateur provincial des écoles conventionnées catholiques du Bas-Congo, est évaluée à plus de 20.000 dollars américains, toutes les dépenses confondues tenant compte de l’accessibilité du milieu.

Jules Mandaya Isambasa

Echange des Voeux 2014

EchangeMatadi, Dimanche 05 janvier 2014. Les Consacrés du diocèse, représentés par le noyau du doyenné de Matadi, ont fait l'échange des voeux pour l'année 2014 avec l'Evêque diocésain, Son Excellence Monseigneur Daniel Nlandu Mayi. Par la même occasion, le doyenné de Matadi a procédé à l'accueil de nouveaux venus, c'est-à-dire tous ceux qui ont été nouvellement affectés dans les paroisses de la ville de Matadi. La cérémonie a eu lieu dans la salle de fêtes de Safari à Matadi, de 19 h 00' à 22 h 00'. Après avoir reçu les meilleurs voeux de la communauté diocésaine des consacrés, par le mot de l'abbé Alexis Kutinu, Curé doyen de Matadi, Son Excellence Monseigneur l'Evêque s'est adressé, à son tour, à toute la communauté diocésaine. Il a d'abord fait le point sur ce qu' a été l'année 2013, avant de donner ensuite des orientations pastorales pour l'année qui commence. A cette occasion Monseigneur l'Evêque a annoncé la nouvelle mission confiée à Monsieur l'abbé Bruno Diangadio en plus de ses fonctions précédentes. Il est nommé Modérateur de la Curie Diocésaine. Tout s'est achevé par un repas partagé entre tous dans l'amour fraternel. Mot du Curé Doyen de Matadi. echange-de-voeux-des-pretres-2014-cure-doyen.mp3 Audio.   Mot de Mgr l'Evêque.Audio.mp3 Audio.

Jules Mandaya Isambasa

Images :

Echange

Echange

EchangeEchangeEchange des voeux 2014Echange des voeux 2014Echange des voeux 2014Echange des voeux 2014Echange des voeux 2014Echange des voeux 2014Echange des voeux 2014Echange des voeux 2014Echange des voeux 2014Echange des voeux 2014Echange des voeux 2014Echange des voeux 2014Echange des voeux 2014

Ordinations à Mbanza-Ngungu, paroisse Sacré-Coeur

OrdinationsMbanza-Ngungu, le 24 Novembre 2013, Dimanche du Christ-Roi. Deux Rédemptoristes sont ordonnés prêtres à la paroisse Sacré-Cœur de Mbanza-Ngungu par Mgr Daniel Nlandu Mayi, Evêque de Matadi.

’Soyez des prêtres zélés et heureux’’, a recommandé Mgr Daniel Nlandu Mayi, Evêque de Matadi aux deux Rédemptoristes qu’il a ordonnés prêtres le dimanche 24 Novembre 2013, jour que l’Eglise universelle célèbre la fête du Christ, Roi de l’Univers. Il s’agit des pères Hugues Matondo Nlandu et Barthel Nzounza Bendo. Cette cérémonie a eu lieu au cours de la célébration eucharistique qu’il a présidée à la paroisse Sacré-Cœur de Mbanza-Ngungu au milieu de 62 prêtres concélébrants et chantée par la chorale centrale de la paroisse.

S’adressant aux ordinands, Mgr l’Evêque leur lance l’appel au service, le service attendu de chacun d’eux par l'Eglise : ‘’être serviteur des serviteurs car tous les chrétiens sont des serviteurs de Dieu’’. Prêtres au service de la communauté, ils seront ainsi, ‘’une bénédiction pour tous ceux qui seront confiés à leur sollicitude pastorale’’. Face au sécularisme qui gagne du terrain dans le monde d'aujourd'hui et notamment en Afrique, demande Mgr l’Evêque, ‘’aucun effort ne doit être épargné pour lutter contre cet affadissement du sens religieux et la confusion religieuse qui gagne de plus en plus du terrain dans nos cités et villages’’. Mgr l’Evêque invite également les nouveaux prêtres de se mettre à la suite de leurs aînés Rédemptoristes, pionniers de l’Evangélisation dans le diocèse de Matadi. Voici ses propos : ‘’je vous exhorte à prendre en exemple l'intégrité, l'ardeur et le zèle apostolique de vos aînés dont le ministère sacerdotal, la vie religieuse et les œuvres sont exemplaires et fructueuses dans notre diocèse. Je vous exhorte à leur emboîter les pas, car le diocèse attend de vous une présence plus active, plus créatrice et rédemptrice dans le Christ suivant le charisme et la spiritualité rédemptoriste’’. Les nouveaux ordonnés ont promis leur attachement à l’Evêque diocésain et lui ont rassuré leur soutien dans les prières : ‘’Vous pouvez compter sur nos prières. Et d'ailleurs, Excellence, tant que nous œuvrerons dans le Diocèse de Matadi, tant que vous serez notre Pasteur, c'est votre nom que nous prononcerons dans toutes nos célébrations eucharistiques’’. Pour répondre à l'appel au service lancé par l'Evêque, ils ont déclaré : "aujourd'hui, nous pouvons dire que, comme prêtres, avec la grâce de Dieu, nous sommes disposés et prêts à rendre service au sein de l’'Eglise catholique romaine". Prêtres ordonnés dans la mouvance de la mise en pratique des résolutions du synode diocésain pour un renouveau pastoral au diocèse de Matadi. Dans ce contexte, le père Zéphirin Luyila, Supérieur Vice-provincial des Pères Rédemptoristes, rassure à l'Evêque diocésain : "nous, rédemptoristes, voustémoignerons toujours de notre collaboration, là où votre sollicitude pastorale nous demande d'apporter notre contribution".

Notons que, ce jour de la fête du Christ-Roi était aussi  l’occasion pour la Radio catholique Vuvu-Kieto, une œuvre des Pères Rédemptoristes pour l’Evangélisation au Diocèse de Matadi, de fêter ses 10 ans d’existence depuis sa fondation en 2003.

Quant à l’assistance, elle était bien présente. Les autorités politico-administratives dont Madame Marie-Madeleine Mienze Kiaku, Secrétaire générale adjointe du PPRD, les membres de famille des élus du jour, les amis et connaissances, les paroissiens du Sacré-Cœur ont peuplé la petite Eglise paroissiale et ses alentours pour fêter la grâce que le Christ, Roi de l’Univers a accomplie en son Eglise.
Diapositives. Homélie de l'Evêque. Mot du Père Vice-provincial. Mot des Ordonnés. Mot du Conseil paroissial.

Père HuguesPère Barthel

 

 

 

 


Jules Mandaya Isambasa

 

 

Mobilisation des fonds pour la mission de la CENCO

Lancement de la
« Campagne de mobilisation des fonds pour la mission de la CENCO »
.

lancement-campagne-mobilisation-fonds-pour-la-mission-cenco-035.jpgMatadi, le 28 septembre 2013. Lancement, dans le diocèse de Matadi, de la campagne de mobilisation des fonds pour la mission de la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO). La cérémonie a eu lieu dans la salle N'dimba Luwawanu située au quartier Safari dans la ville de Matadi. Elle a été présidée par Monsieur l'abbé Donatien Nshole, premier Secrétaire général adjoint de la CENCO. Monseigneur l'Evêque du diocèse de Matadi était représenté par Monsieur l'abbé Alexis Kutinu, curé doyen de Matadi. La société Vodacom-Congo, partenaire de la CENCO dans cette mobilisation, était représentée par Monsieur Felix Dingondo, Manager commercial vodacom du Bas-Congo. Quant à l'entreprise de consultance Synergy-Group qui assure le lien entre la CENCO et Vodacom-Congo, elle était représentée à cette cérémonie par Monsieur Jerry Kalume, manager d'opérations.

En effet, depuis cette année 2013, la CENCO a signé un partenariat avec Vodacom-Congo afin de récolter des fonds utiles permettant de constituer un capital pour la création de la Banque catholique de solidarité et de développement. Vodacom-Congo a ainsi créé une base de données de l'Eglise catholique où sont enregistrés tous les abonnés utilisant les cartes SIM CENCO disponibles dans les différentes paroisses du Congo. A chaque recharge du crédit dans l'une de ces cartes SlM, 5% des frais payés reviennent au compte de la CENCO pour la réalisation de sa mission.

Tour à tour, les représentants de différentes institutions aux commandes de cette cérémonie, ont pris la parole pour mobiliser les fidèles catholiques de Matadi dans l’engagement à ce projet. Au nom de l'Evêque du diocèse, l'abbé Alexis Kutinu a d'abord souhaité les bienvenues à toutes les personnes présentes à cette cérémonie avant d'assurer la CENCO de l'appui indéfectible du diocèse de Matadi à ce projet de mobilisation de fonds pour sa mission. La Synergy-Group, par son délégué, a montré les avantages qu'offre l'achat d'une carte SIM CENCO ainsi que son utilisation par les fidèles catholiques du Congo, à leur Eglise. Pour Monsieur Felix Dingondo de Vodacom, la rétribution du partenariat entre la CENCO et Vodacom-Congo ne sera visible que si les fidèles catholiques s'y impliquent efficacement; il n'y a pas de doute à se faire. Ce partenariat est gagnant-gagnant, a-t-il précisé. Il y a d'autres avantages qu'offre l'utilisation de la carte SIM CENCO, a ajouté Monsieur Alphonse Kamumbaya, mobilisateur des fonds de la CENCO : elle permet d'avoir l'accès à l'information liée à l'Eglise catholique dans tout le pays avec le menu prévu par Vodacom-Congo à cette fin, accessible par le code *1126#. Avec l’option m-pesa, les chrétiens catholiques ont la facilité de transférer de l’argent entre fidèles, entre paroisses, entre diocèses en toute sécurité.

Dans son mot, l'abbé Donatien Nshole a montré ce qu'est la CENCO, sa structure, son fonctionnement, ses dépenses et ses recettes. Il s’en dégage que le coût des dépenses annuelles de la CENCO est très élevé par rapport à ses recettes. Ainsi, a-t-il souligné, il y a urgence pour l'Eglise de sensibiliser ses fidèles pour contribuer à la mission de la CENCO. Cette contribution passe par l'adhésion au projet de la création de la Banque catholique de solidarité et de développement en partenariat avec Vodacom-Congo et par la souscription des fidèles de l'Eglise catholique du Congo, à travers l'association Théophile, au soutien de la mission de la CENCO. Pour cette souscription, des cartes d'adhésion ont été distribuées à l'assemblée et la réaction des fidèles a été immédiate: nombreux des participants ont marqué leur adhésion et ont donné déjà leurs premières contributions.

Après une séance des questions-réponses, le représentant de l'Evêque diocésain a prononcé le mot de remerciement avant de bénir l'assemblée. Commencée à 15 h 30 minutes, la cérémonie a pris fin à 18 h 30 minutes.[Diaporama photos].

A. Jules Mandaya lsambasa

Double jubilé, Ordinations et Ouverture de l'année pastorale

ordination-2013-1.jpgDouble jubilé d'Or et d'Argent, ordinations diaconales et sacerdotales et Ouverture de l’année pastorale 2013-2014

Matadi, Dimanche 25 août 2013. En ce jour où l’Eglise universelle célèbre le 21ème dimanche ordinaire, la communauté de l’Eglise locale de Matadi est en fête. Elle célèbre un triple événement de taille : le double jubilé de 50 ans de sacerdoce et 25 ans d’épiscopat de Son Excellence Monseigneur Gabriel Kembo Mamputu, Evêque Emérite de Matadi, les ordinations diaconales et sacerdotales ainsi que l’ouverture de l’année pastorale 2013-2014. Tous ces événements sont célébrés dans l’Eglise paroissiale Notre Dame de Fatima au cours de la messe présidée par Son Excellence Monseigneur Daniel Nlandu Mayi, Evêque de Matadi. 110 prêtres ont concélébré cette eucharistie dont le Père Zéphirin Luyila, Vice-provincial des Pères rédemptoristes et l’abbé Ernest Vangu, Recteur du Séminaire propédeutique, qui a conduit la délégation du diocèse de Boma. La messe était chantée par la chorale du doyenné de Matadi.

Sont ordonnés diacres les abbés Parfait Bumba Phongi, Justin Muesa Mayenga et Thomas Tona Khonde. Sont ordonnés prêtres les abbés Jean-Daniel Kuhanda Diabatutisa, Jacques-Antoine Mantuadi Nzinga, Vital Mayamona Samba, Joseph Munsambote Lukau et Evariste Ngonde Mazietele.

Les différentes délégations provenant de tous les coins du diocèse : religieux, religieuses et autres fidèles ont composé la forte assistance de cette eucharistie. Nous notons la présence de Son Excellence Monsieur Atou Matubuana, Vice-gouverneur du Bas-Congo, représentant personnel du Gouverneur de Province. Il est accompagné de quelques Honorables députés et Excellences ministres provinciaux ainsi que des autorités militaires et policières.

S’agissant du double jubilé, la biographie de l’Evêque jubilaire était lue par l’abbé Janvier Nginadio, Chancelier du diocèse. La Bénédiction pontificale du Pape François, quant à elle était lue par l’abbé Hervé Mbenza, Assistant à la chancellerie diocésaine et remise, après, au jubilaire par Son Excellence  Monseigneur Evêque de Matadi. Des messages de félicitations ont été adressés à l’Evêque jubilaire par : le Cardinal FILONI, préfet de la Congrégation pour l’Evangélisation des peuples, le Vice-provincial des Pères Rédemptoristes et la Mère Générale des Sœurs de Sainte Marie de Matadi.  Aidés par un groupe de prêtres, Monseigneur jubilaire a soufflé sur les 50 bougies symboliques de 50 ans de vie sacerdotale dont 25 ans d’épiscopat. Notons que Son Excellence Monseigneur Gabriel Kembo a ordonné, durant mon mandat épiscopal, 148 prêtres dont 131 prêtres diocésains, 15 pères rédemptoristes et 02 pères Carmes.

Quant aux nouveaux prêtres ordonnés, après avoir été envoyés en mission par l’Evêque diocésain, ils ont donné leur première bénédiction traditionnelle aux Evêques, aux prêtres, aux parents et à l’assemblée des fidèles réunis pour la circonstance. Commencée à 9 h 30 minutes, la messe a fini à 15 h 45 minutes. La journée s’est achevée par le partage d’un pain fraternel dans la salle du synode en chantier, située au quartier Safari de Matadi.

evariste.jpgjacques.jpgjean-daniel.jpgjoseph.jpgvital.jpg

 

 

 

 
 

Bénédiction pontificale. Mot du Cardinal Filoni. Homélie de l’Evêque. Mot du Vice-provincial cssr. Mot de la Mère Générale des SSMM. Diapositives.

Jules Mandaya Isambasa

Echange pastoral entre les Diocèses de Matadi et de Bulle

amandinemoraneacc.jpgMatadi le 13 juillet 2013. Depuis l'année passée 2012, notre diocèse est en échange pastoral avec le diocèse de Bulle en Suisse. C'est dans ce cadre que, sur invitation de Monseigneur l'Evêque Daniel Nlandu Mayi, deux jeunes suissesses viennent d'arriver au diocèse depuis hier vendredi 12 juillet 2013. Il s'agit de Mademoiselle GOLLIARD Morane, étudiante au Collège du Sud à Bulle et Mademoiselle  CHATTON Amandine, en formation à l'école de culture générale de Bulle en Suisse. Leur visite d'échange pastoral au diocèse va aller jusqu'au 23 août 2013. Elles résideront à la Maison généralice de la Congrégation des Soeurs de Sainte Marie de Matadi située au quartier Soyo à Matadi.

Signalons que cette visite est la deuxième en son genre après celle de trois autres jeunes suissesses qui venaient de faire leur expérience au Congo: Manon, Loraine et Magalie. Vous pouvez retrouver leur blog à travers ce lien "magrdc.canalblog.com".

La communauté diocésaine de Matadi souhaite à Morane et Amandine les bienvenues et un très bon séjour au Congo.

magalie-manon-laoraine.jpgMagalie-Manon-Loraine

Jules Mandaya Isambasa

Ordinations et Ouverture de l'année pastorale 2012-2013

dsc00081.jpg

Matadi, 2 septembre 2012 - En ce jour du 02 Septembre 2012 où l'Eglise universelle célèbre le 22ème Dimanche du Temps ordinaire, le Diocèse de Matadi célèbre un double évènement. Il s'agit de l'ouverture solennelle de l'année pastorale 2012 - 2013 sous le thème : UNE EGLISE EN SYNODE et des ordinations diaconales de Cinq séminaristes et sacerdotales de quatre diacres. Sont ordonnés diacres, les séminaristes Jean-Daniel KUHANDA DIABATUTISA, Jacques-Antoine MANTUADI NZINGA, Vital MAYAMONA SAMBA, Joseph MUNSAMBOTE LUKAU, Evariste NGONDE MAZIETELE. Sont ordonnés prêtres, les abbés Daniel MAVINGIDI DIALUFUMA, Hervé MBENZA NTUTULU, François LUKOKI DILUNGANA et Pierre NSESANI MUKE. La messe a été célébrée à la paroisse Notre-Dame de Fatima dans la ville de Matadi, présidée par Monseigneur Daniel Nlandu Mayi, Evêque du diocèse de Matadi et concélébrée par Monseigneur Gabriel KEMBO MAMPUTU, Evêque Emérite du diocèse de Matadi, Monseigneur Edouard KISONGA, Evêque auxiliaire de l'archidiocèse de Kinshasa, 93 prêtres venus des différentes paroisses du diocèse et d'autres diocèses. Elle était chantée par la Chorale de la Zone apostolique de Matadi. Quelques autorités politico-administratives y ont également pris part, notamment Son Excellence Monsieur le Vice-Ministre de l'intérieur, Sécurité, Décentralisation et Affaires coutumières, Son Excellence Monsieur le Gouverneur intérimaire du Bas-Congo, Les honorables députés nationaux, provinciaux, Messieurs les ministres provinciaux ainsi que les Membres du Conseil provincial de sécurité. Après la messe un petit repas a été offert dans la salle des fêtes des Soeurs de Sainte Marie de Matadi à SAFARI.

Ci-joint le texte de l'homélie de Mgr l'Evêque et le mot de circonstance des élus du jour ainsi que quelques photos en rapport avec l'évènement.
 

 dsc00083-1.jpgHomélie de S.E. Daniel NLANDU MAYI, Evêque de Matadi, à l’occasion de l’ouverture de l’année pastorale 2012-2013 et des ordinations diaconales et sacerdotales

Matadi/Paroisse Notre Dame de Fatima, le 2 septembre 2012

Thème : Une église en Synode

Chers frères et sœurs,

Dans cette  Eucharistie, nous célébrons deux  événements très importants  de la vie  de notre diocèse de Matadi :

  • l’ouverture solennelle de l’année pastorale 2012-2013 ;
  • et les ordinations diaconales et sacerdotales.

Nous confions ces événements entre les mains du Seigneur. C’est lui qui  en est l’Auteur, et c’est de lui que nous obtiendrons la force nécessaire pour les accomplir jusqu’au bout, selon sa sainte volonté.

L’ouverture de l’année pastorale : une Eglise en Synode.

Après des  vacances bien méritées, nous nous retrouvons ensemble pour réitérer notre ferme engagement à continuer la mission que le Seigneur a confiée à son Eglise. En appelant les apôtres, et en envoyant évangéliser tous les peuples, c’est chacun de nous que le Seigneur appelle et envoie annoncer la Bonne nouvelle.

Cet appel que chacun de nous a reçu, a fait de nous tous, une et une même famille. C’est ce que Saint Paul nous rappelle dans l’Epître aux Corinthiens : « Nous avons été baptisés dans un seul Esprit, juifs et Grecs, esclaves ou hommes libres, et nous avons tous été abreuvés d’un seul esprit pour ne former qu’un seul corps dans le Christ » (1Co 12,13). C’est cela la famille des enfants de Dieu.

Une Eglise en synode

En entrant dans l’année synodale, notre Eglise veut résolument mettre en application la recommandation du Seigneur de vivre dans l’unité et la communion.

Le mot « synode », en effet, veut dire « marcher ensemble, faire route ensemble ». L’Eglise de Matadi veut exprimer par cette entrée en synode qu’elle est le peuple en marche vers le Royaume de Dieu. Notre Eglise veut suivre Jésus qui est son Maître et son Guide qui montre le chemin qui  conduit au Père. Le Christ nous dit : « Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie. Personne ne va au Père sans passer par moi » (Jn 14,6).

Au-delà de nos ethnies et des origines diverses, nous ne formons qu’un seul peuple, le peuple de Dieu racheté par le sang de son Fils Jésus, qui a fait de nous des fils par adoption. L’unité des enfants de Dieu nés par le baptême, est scellée par le repas eucharistique qui rassemble toute la famille autour de la même table, pour  qu’en   mangeant le même pain, et en buvant la même coupe, le même amour divin nous unisse entre nous, et avec notre Père du ciel.

Le Christ a prié son Père avec insistance pour que ses disciples vivent réellement dans l’unité : « Père, que tous soient un, comme moi, je suis en toi, et toi en moi, afin que le monde croit que tu m’as envoyé » (Jn 17,20).

L’idéal de la communauté ecclésiale est l’unité. Cette unité plonge ses racines dans le mystère trinitaire de Dieu et s’épanouit dans la communion fraternelle. Les apôtres se réunissaient dans la joie pour écouter la Parole et chanter des cantiques. Ils étaient assidus  à la prière et partageaient le même repas. Ils mettaient leur bien en commun et les redistribuaient pour que personne ne manque de rien (Cfr Ac 2, 42-27).

C’est le témoignage de l’Eglise primitive qui a suscité l’adhésion de nouveaux fidèles qui sont devenus, à leur tour, les témoins de la Bonne nouvelle dans le monde. Nous aussi, nous sommes appelés à devenir, à notre tour, par l’unité, la communion et le partage, les témoins de la Bonne nouvelle pour le monde d’aujourd’hui.

Tous engagés pour la réussite de notre synode

C’est dans le but de promouvoir une conscience plus approfondie de cette identité de la famille de Dieu vivant dans l’unité, et engagée dans l’annonce de la Bonne Nouvelle, que nous avons pris l’initiative d’engager notre Eglise de Matadi dans la voie du Synode.

Ce synode sera un temps fort de la vie de notre Eglise, où chacun de nous, et tous ensemble, nous nous mettrons à l’écoute de l’Esprit Saint.

A travers les enseignements et les travaux en carrefour, ainsi qu’à travers toutes  les formes d’activités synodales, l’Esprit Saint nous rappellera la vocation de l’Eglise à l’unité, à la communion et au témoignage. Il rappellera à chacun de nous, l’appel qu’il a reçu, selon la spécificité  de sa vocation, à participer efficacement et de manière concrète à l’édification du Corps du Christ.

Ce synode répond à une aspiration commune de tous les fidèles de notre diocèse ainsi que de tous les prêtres, religieux et religieuses, de voir notre diocèse repartir avec un élan nouveau pour que l’unité et la communion soient réellement vécues dans nos communautés sacerdotales, religieuses et paroissiales.

Pour que nous arrivions effectivement à ce témoignage authentique et renouvelé de la mission ecclésiale à Matadi, il est nécessaire que toutes les communautés  de notre diocèse, et tous les prêtres, religieux et religieuses, ainsi que tous les fidèles laïcs, puissent se disposer à participer aux travaux du synode avec beaucoup d’enthousiasme et de détermination. Loin d’être un travail de l’Evêque seul ou de l’équipe de pilotage seule, notre synode diocésain doit nous mobiliser tous, pour qu’il puisse porter réellement les fruits  de conversion et de renouveau dans tous les domaines de la vie diocésaine.

Les ordinations sacerdotales et diaconales

Le deuxième événement que nous célébrons dans cette Eucharistie, ce sont les ordinations diaconales et sacerdotales. Ces ordinations s’inscrivent providentiellement dans la dynamique de notre Eglise en pleine démarche synodale. Car ce sont les ministres ordonnés, plus précisément les prêtres qui ont la mission de rassembler quotidiennement les fidèles pour l’annonce de la Parole de Dieu et la célébration des sacrements.

Il est donc hautement significatif que nous ordonnions des prêtres et des diacres au moment où nous ouvrons solennellement cette année pastorale consacrée au synode diocésain. Par ces ordinations, le Seigneur nous manifeste sa sollicitude permanente en augmentant le nombre de ses serviteurs dans l’Eglise. Cette croissance, en nombre, des serviteurs de Dieu doit correspondre aussi à une communion plus solide de tous les membres du Corps du Christ appelés à ne former qu’une même famille dans l’amour.

Identité et mission des prêtres et des diacres.

La fonction des prêtres, en tant qu’elle est unie à l’ordre épiscopal participe à l’autorité par laquelle le Christ lui-même construit, sanctifie et gouverne son corps-Eglise. C’est pourquoi le sacerdoce des prêtres, s’il repose sur les sacrements de l’initiation chrétienne, est cependant conféré au moyen d’un sacrement particulier qui, par l’onction du Saint Esprit, les marque d’un caractère spécial, et les configure ainsi au Christ Prêtre pour les rendre capables d’agir en son nom. De même, les diacres, en se  préparant au ministère sacerdotal, assument déjà à leur niveau, des responsabilités spécifiques  dans l’Eglise, au service liturgique de la parole, et dans l’organisation matérielle de la vie communautaire.

Participant ainsi, chacun pour sa part, à la fonction des Apôtres sous l’autorité de l’Evêque, le prêtre et le diacre, reçoivent de Dieu la grâce qui les fait ministres du Christ Jésus auprès des nations, assurant le service sacré de l’Evangile, pour que les nations deviennent une offrande agréable, sanctifiée par l’Esprit-Saint. En effet l’annonce apostolique de l’Evangile convoque et rassemble le peuple de Dieu, afin que tous les membres de ce peuple, étant sanctifiés par l’Esprit-Saint, s’offrent eux-mêmes  en « victime vivante, sainte, agréable à Dieu » (Rom 12,1). Le Bienheureux Pape Jean-Paul II  a admirablement résumé le sacerdoce en deux mots : « Le sacerdoce, c’est le sacrifice ».

C’est justement par le service des ministres ordonnés que se consomme le sacrifice spirituel des fidèles, en union avec le sacrifice du Christ, unique médiateur. Ce sacrifice est offert au nom de toute l’Eglise dans l’eucharistie, par les mains des prêtres, de manière sacramentelle et non sanglante, jusqu’à ce que vienne le Seigneur lui-même. C’est là qu’aboutit le ministère sacerdotal et c’est là qu’il trouve son accomplissement.

Ainsi donc, la finalité de la vie et du ministère du prêtre et du diacre, c’est de rendre gloire à Dieu le Père  dans le Christ. Et cette gloire, c’est l’accueil, conscient, libre  et reconnaissant, des hommes à l’œuvre de Dieu accomplie dans le Christ ; c’est le rayonnement de cette œuvre à travers toute leur vie.

Dans la prière et l’adoration, comme dans l’annonce de la Parole, dans l’offrande  du sacrifice eucharistique ou l’administration des autres sacrements, comme dans les différents ministères exercés au service des hommes, les ministres sacrés contribuent à la fois à faire grandir la gloire de Dieu et à faire avancer les hommes dans la vie divine. Notez que la gloire de Dieu, c’est l’homme débout.

La fécondité apostolique du ministère sacerdotal ou diaconal dépend en tout premier lieu de la profondeur intérieur du ministre  et de son union à Dieu. Celui qui est uni au Christ, lui-même est uni  à son Père, celui-là  portera beaucoup de fruits.  Rappelez-vous la parabole du sarment. Jésus-Christ est la vigne, et les ministres sont les sarments. Hors de cette communion profonde avec le Maître, le prêtre ou le diacre se dessèche. Il devient étrange. C’est en effet, dans l’intimité spirituelle avec le Seigneur   que le ministre puise son identité et la force d’accomplir sa mission à travers la croix, qui y est nécessairement liée, en tant que chemin de la Résurrection.

Les fidèles attendent des prêtres et des diacres de les aider à grandir dans la connaissance de Dieu par le témoignage de leur fidélité et par leur dévouement et leur disponibilité au service de la communauté chrétienne.

Chers frères et sœurs,

Comme vous le savez, loin d’être uniquement un honneur, le ministère  sacerdotal  ou diaconal est avant tout une charge. Nous sommes tous invités à prier, tous les jours, pour nos frères qui seront bientôt ordonnés, afin qu’ils soient pleinement conscients de la charge qui sera la leur, et qu’ils la portent joyeusement avec la grâce de Dieu.

C’est à toute la communauté chrétienne qu’il revient de les soutenir et de les aider, non seulement matériellement, mais aussi spirituellement, pour qu’ils restent fidèles à l’appel qu’ils ont reçu du Seigneur, à servir dans  son Eglise. Car, sans prière et l’aide de Dieu lui-même, le sacerdoce devient une entreprise humaine et vouée à l’échec : « Sans moi, dit le Seigneur, vous ne pouvez rien faire » (Cfr Jn 15,5).

Chers frères et sœurs,

L’année synodale dans laquelle notre diocèse de Matadi est engagé exige de chacun de nous une participation active, en vue de notre conversion et de notre renouveau intérieur. La conversion et le renouvellement spirituel sont les conditions fondamentales pour l’édification d’une Eglise réellement Famille de Dieu, où chacun accorde sa voix à la louange  commune de Dieu, à travers le témoignage d’une vie d’amour et de fraternité sans exclusion.

Les nouvelles ordinations sont un signe de la fidélité de Dieu qui n’abandonne jamais son Eglise. Le Seigneur assure à son Peuple, de génération en génération, les serviteurs dont il a besoin pour l’annonce de la Parole, la célébration des saints mystères et le témoignage de la fraternité dans l’édification de son Règne de Vérité, de Justice et d’amour.

Que la Sainte Vierge Marie, Mère de l’Eglise, nous obtienne de son Fils Jésus toutes les grâces dont notre Eglise de Matadi a besoin, tout au long de cette année synodale, et en assure les fruits dans la vie de chacun de nous. AMEN.


dsc00088.jpgMot de circonstance des nouveaux ordonnés diacres et prêtres

Matadi/Paroisse Notre Dame de Fatima, le 2 septembre 2012

 

Excellence Monseigneur  l’Evêque,
Excellences Messeigneurs les Evêques,
Excellence Monsieur  le Gouverneur ad interim,
Honorables Députés,
Excellences Messieurs  les Ministres,
Révérends Abbés,
Révérends Pères,
Révérends Frères,
Révérendes Sœurs,
Distingués invités en vos titres et qualités respectifs
Chers frères et sœurs,

« Comment rendrai-je à Yahvé tout le bien qu’il m’a fait ? J’élèverai la coupe du salut, j’appellerai le nom de Yahvé », disait le psalmiste (Ps 115).

Et nous, qu’allons-nous dire au Seigneur en ce jour où le peuple de Dieu ici rassemblé, éprouvant la joie d’être véritablement des enfants de Dieu, bénéficie une fois de plus de ses bienfaits en choisissant au milieu de lui des prêtres et des diacres à son service ? Nous allons simplement continuer à l’aimer et à dire avec Charles de Foucauld : « mon Dieu votre bonheur me suffit ». Cependant, qu’il nous soit permis ici de remercier tous ceux par qui ce projet de Dieu se trouve réalisé.

A Son Excellence Monseigneur Daniel Nlandu, nous adressons nos vifs remerciements pour la confiance qu’il a placée en nous en nous ordonnant diacres pour les uns et prêtres pour les autres. Certes, Excellence, vous avez fait preuve de  courage et de confiance en décidant de nous ordonner diacres et prêtres. En effet, vous avez cru en l’homme et en la force de l’Esprit Saint. Indignes, nous prenons la mesure de la tâche qui nous est confiée aujourd’hui. Mais rassurez-vous, cher père dans la foi, nous fournirons les efforts nécessaires pour répondre aux attentes de l’Eglise.

Pour ce faire, votre sollicitude paternelle et votre souci d’avoir un clergé uni et heureux, intellectuellement compétent, spirituellement fort et pastoralement engagé, toujours prêt à faire face aux défis du monde d’aujourd’hui, est un atout majeur.  Notre collaboration et notre attachement ne vous feront pas défaut pour relever les grands défis de tous ordres face auxquels se trouve l’église de Dieu qui est à Matadi.

Nous prions Son Excellence Monsieur le Vice-Ministre chargé de l’intérieur, sécurité et  décentralisation, Représentant du Gouvernement national, d’être auprès de ce dernier l’interprète fidèle de notre reconnaissance pour la marque d’attention envers nous. Ses paroles et son cadeau nous vont droit au cœur. Par notre ministère diaconal et sacerdotal, nous contribuerons à la bonne gouvernance de ce pays.

A vous Monsieur l’Abbé Joseph Ndozidianu qui avez accepté d’animer notre retraite préparatoire au diaconat et au presbytérat, nous disons aussi merci. Vous vous êtes dépensé à parcourir avec nous « Presbyterorum ordinis » dans le seul souci d’approfondir ce que l’Eglise attend de nous. Riche d’expériences de vie sacerdotale, vous avez su nous prévenir sur r les difficultés qui nous attendent. Cher ainé, nous vous entendrons toujours et partout nous redire sans cesse que cette immense grâce sacerdotale est avant tout service à la manière de Jésus qui s’est livré pour le salut des autres. Soyez rassuré, Monsieur  l’Abbé qu’avec  la grâce de Dieu, votre prédication portera des fruits en chacun de nous.

A nos formateurs, à nos  Curés et à tous nos aînés prêtres, nous vous témoignons de notre gratitude. Ce que nous sommes aujourd’hui est en grande partie fruit de vos différents apports. Nous vous resterons à jamais reconnaissants.

Que le Comité organisateur de cette fête trouve ici l’expression  de notre profonde gratitude. C’est à lui que nous devons les hautes couleurs des cérémonies religieuses que nous venons de vivre.

A vous chers parents qui avez accepté de nous offrir au Seigneur, à vous tous, amis et connaissances et à tout le peuple de Dieu, nous disons merci. Vous avez voulu partager ce jour de fête et de joie. Puisse votre présence être l’expression du soutien de notre  ministère diaconal et sacerdotal.

En ce jour de fête et de joie, puisse le Seigneur continuer à nous garder tous et à nous raccompagner dans nos différents milieux de vie et que la Vierge Marie, Notre Dame du  Perpétuel Secours nous accompagne tout au long de notre ministère.

Nous vous remercions.

Journées sacerdotales 2012-2013

 Matadi, 5 septembre 2012 - Au commencement de l'année pastorale 2012-2013, les prêtres du diocèse de Matadi se sont réunis en journéessacerdotales, soit du mardi 4 au mercredi 5 Septembre 2012 dans la salle de SAFARI.

pretres-participants-2.jpg 106 prêtres au total ont pris part à ces assises autour de l’Évêque diocésain, Mgr Daniel NLANDU MAYI. Le thème développé est : "La fraternité sacerdotale, la collaboration pastorale et la gestion des biens communs". Au premier jour, après la messe puis le mot d'ouverture de Son Excellence Monseigneur l'Evêque, a suivi l'exposé de Monsieur l'abbé Antoine MATENKADI (prêtre de l'archidiocèse de Kinshasa et professeur de droit canon à l'UCC) sur la Charité fraternelle et la collaboration pastorale entre les prêtres. Un bureau a été constitué pour conduire les travaux, composé d'un modérateur, d'un secrétaire général puis de deux rapporteurs. Aussi, les travaux se sont-ils déroulés en carrefour par groupe d'une dizaine de prêtres pour réfléchir et porter des réponses au questionnaire soumis à leur examen. Le deuxième jour était consacré à la mise en commun des réponses trouvées aux questions débattues en carrefour la veille. Tour à tour chacun de dix groupes constitués a fait l'exposé de son texte puis l'a déposé au bureau pour une centralisation des idées. Quelques intervenants ont été également écoutés. Les travaux se sont achevés par le mot puis la messe de clôture de Monseigneur l’Évêque dans la chapelle des soeurs. Pour Monseigneur l'Evêque, toutes les préoccupations émises constituent d'ores et déjà une matière du synode diocésain en cours, cadre choisi pour la révision de la marche de notre diocèse.

 

EXPOSE DE L'ABBE ANTOINE MATENKADI FINIFINI

4 - 5 septembre 2012

expose-de-l-abbe-matenkadi.jpg« Charité fraternelle et collaboration pastorale entre les prêtres »

INTRODUCTION

        

  • Les orientations de l’Eglise  constituent un point de référence, un facteur d’unité et un stimulant pour les prêtres.
  • Nul ne peut remplacer le prêtre dans sa tâche de veiller sur lui-même.
  • La fonction pastorale exige des prêtres une conscience pastorale approfondie, qui se fonde sur leur identité de consacrés pour prêcher l’Evangile, pour être des pasteurs des fidèles et pour célébrer le culte divin.
  • La conscience pastorale implique le sens de l’appartenance à une Eglise particulière, en communion avec son Pasteur, avec les autres prêtres, les diacres et toute la communauté des fidèles.
  • L’évangélisation n’est jamais un acte isolé et individuel, mais toujours une action profondément ecclésiale.
  • Le prêtre évitera de vivre son sacerdoce de manière isolée et subjective.

FRATERNITE SACERDOTALE

Can 275,1 : « Etant donné qu’ils travaillent tous à la même œuvre, à savoir l’édification du Corps du Christ, que les clercs soient unis entre eux par les liens de la fraternité et de la prière et visent à la coopération entre eux ».
La charité fraternelle renvoie à l’unité et non à l’uniformité.
Les exigences de la charité fraternelle qui concourent à la vie commune et à la pastorale.
L’unité est un précepte divin : « Que tous soient UN », Jn 17. : la  communion.
La communion est signe et instrument de l’union intime avec Dieu et de l’unité de tout le genre humain.
La communion sacerdotale comprend : la communion avec la Trinité et avec le Christ, la communion avec l’Eglise, la communion hiérarchique : lien spirituel, organique et structurel des prêtres avec tout l'ordre épiscopal, avec leur propre évêque, et avec le Souverain Pontife, la communion dans la célébration eucharistique, la communion dans l’activité ministérielle, la communion avec les membres des instituts de vie consacrée, la communion avec les fidèles laïcs : objet de son soin pastoral, la communion dans le presbyterium : véritable famille où les liens ne viennent pas de la chair et du sang, mais de la grâce de l'Ordre.
L’unité pour les clercs est un TEMOIGNAGE (Ac 2, 42-47 ; Ac 4, 32-37 : un seul cœur et une seule âme) et aussi un DEVOIR.
Fraternité sacerdotale et appartenance au presbyterium sont des éléments qui caractérisent les prêtres (cfr. le rite de l’imposition des mains par l’Evêque et les prêtres à l’ordination presbytérale).
Le presbyterium est un lieu privilégié où le prêtre trouvera les moyens spécifiques de sanctification et d’évangélisation.
La communion entre les prêtres se fonde sur le fait qu’ensemble et autour de leur Evêque, ils forment un seul presbyterium.
Unis autour de leur Evêque, les prêtres s’appliqueront à vivre la fraternité sacramentelle, le fondement et la garantie d’une aide spirituelle réciproque et de l’accomplissement du ministère dans une grande unité d’intention. Ils forment ainsi un corps dynamique et crédible.
Le prêtre cherchera à favoriser la communion fraternelle en donnant et en recevant de prêtre à prêtre la chaleur de l »amitié, de l’aide affectueuse, de l’accueil, de la correction fraternelle.
La capacité de cultiver et de vivre des amitiés sacerdotales mûres et profondes apparait comme une source de sérénité et de joie dans l’exercice du ministère, un soutien décisif dans les difficultés, et une aide précieuse pour la croissance de la charité pastorale que le prêtre doit exercer d’une façon particulière envers les confrères en difficulté qui ont besoin de compréhension, d’aide et de soutien.
La vie fraternelle unit les membres dans le Christ, les prêtres ou clercs d’une communauté ou d’un diocèse, comme dans une même famille particulière, doit être réglée de façon à devenir pour tous une aide réciproque pour que chacun réalise ou accomplisse convenablement sa mission.
Les exigences de la vie fraternelle : 1Cor 12, 4-7 « l’amour prend patience ».
La prière concourt à la vie fraternelle et à la pastorale : can. 276, 1-2.
Il est donc nécessaire que le prêtre organise sa vie de prière pour qu'elle comprenne: la célébration eucharistique quotidienne, unie à une préparation et une action de grâces adéquates; la confession fréquente  et la direction spirituelle déjà pratiquée au séminaire;  la célébration complète et fervente de la liturgie des heures,  à laquelle il est quotidiennement tenu; l'examen de conscience, l'oraison mentale proprement dite; la lectio divina; des moments prolongés de silence et de colloque divin, principalement durant les Exercices Spirituels et les récollections périodiques; les expressions précieuses de la dévotion mariale comme le chapelet; le chemin de Croix et les autres exercices de piété; la fructueuse lecture hagiographique.
Que chaque année, comme manifestation d'un désir durable de fidélité, durant la Messe chrismale, les prêtres renouvellent devant l'évêque et avec lui les promesses faites au moment de l'ordination.

VIE COMMUNE

Can 280 : « Une certaine pratique de la vie commune est vivement recommandée aux clercs ; et là où elle existe, elle doit être autant que possible conservée ».
Vie commune est différente de la vie communautaire.
La vie commune ne se limite pas à une convivance matérielle : elle suppose communion et partage aussi bien au plan spirituel et pastoral qu’au plan humain. Ainsi les prêtres qui forment une communauté sauront prier ensemble, ils échangeront les informations utiles, ils organiseront et vérifieront ensemble les activités apostoliques, ils s’aideront mutuellement à se renouveler au plan intellectuel et s’entraideront matériellement.
Ils passeront volontiers ensemble les moments de détente et de joie, ils se prêteront assistance et ils s’encourageront dans les situations difficiles spécialement lorsque ces difficultés concernent leur vocation, dans les moments de fatigue et de maladie.
Ils ne manqueront pas, lorsque ce sera utile, de pratiquer la monition fraternelle.
La vie commune est une manifestation de la communion sacerdotale et ses différentes réalisations sont : maison commune, table commune, prière commune, recréation commune, détente commune, sorties et visites communes, activités communes, etc.
La vie commune supposant communion et partage, les prêtres chercheront à vivre une amitié sincère avec leurs confrères, ils s’aideront facilement et mutuellement dans le développement de leur vie spirituelle et intellectuelle, se donner assistance dans les nécessités matérielles.
Une dimension de la spiritualité du prêtre diocésain c’est l’amitié avec le Christ à suivre et à servir. Il y a un lien étroit entre la Parole de Dieu et la vie sacerdotale.
L’amitié entre prêtres favorise l’union au Christ et est une aide précieuse pour surmonter le poids et les difficultés de la solitude.
La vie commune est l’expression de la fraternité entre prêtres. Elle favorise le travail apostolique en esprit d’équipe (mission d’enseigner, de sanctifier et de gouverner).
La vie commune facilitera l’entente entre les prêtres d’origine et d’âge différents. Les jeunes y trouveront une aide pour entrer dans un ministère nouveau pour eux, grâce à l’expérience des ainés ; ceux-ci trouvent, de leur côté, une collaboration active et un encouragement dans l’enthousiasme et le dynamisme des jeunes.
Les places ou l’ordre dans les processions des prêtres, en des nombreuses célébrations liturgiques, est  une marque de déférence qui dépasse la valeur humaine des personnes et exprime le respect que les prêtres se rendent les unes des autres en respectant les années d’ordination.
Les prêtres avancés en âge méritent la considération la plus délicate pour une confirmation sereine et apaisante du rôle qu’ils sont encore appelés à jouer dans le presbyterium.
Les prêtres, spécialement, les curés considéreront comme confiés à leur sollicitude d’une façon particulière les jeunes prêtres que l’Evêque leur envoie comme collaborateurs. Ils les aideront fraternellement, de telle sorte qu’ils ne se sentent pas abandonnés à eux-mêmes et ils s’intègrent positivement dans le presbyterium.
Parmi les moyens qui favorisent la communion et l’aide mutuelle entre les prêtres il y a les associations sacerdotales dont les statuts sont approuvés par l’autorité compétente et ayant pour but le développement de la vie spirituelle, de la vie commune, des activités de formation intellectuelle et pastorale, de favoriser l’unité des prêtres entre eux et avec leur Evêque.
Les moyens de la communion sacerdotale : rencontres sacerdotales, l’année pastorale, les temps sabbatiques, la Maison du clergé, les récollections et exercices spirituels : haltes spirituelles pour méditer et prier, la formation permanente, etc.
La vie intellectuelle suppose non seulement conviction et disponibilité, mais aussi l’usage régulier des moyens adéquats tels que le temps réservé à l’étude, la participation active aux initiatives de cet ordre et aux rencontres organisées dans le diocèse, le choix des lectures, si possible l’organisation d’une bibliothèque personnelle ou diocésaine, disposer des documents récents du Souverain Pontife, de l’Evêque, de la CENCO, des dicastères romains, etc.
La vie intellectuelle, c’est aussi la formation permanente et la formation humaine continue.

LA GESTION DES BIENS TEMPORELS

L’Eglise dispose d’un droit inné d’acquérir, de conserver, d’administrer et d’aliéner des biens temporels. (can. 1254,1).
Les fins propres des biens temporels sont principalement : organiser le culte public, procurer l’honnête subsistance du clergé et des autres ministres, accomplir les œuvres de l’apostolat sacré et de charité, surtout envers les pauvres. (can. 1254,2).
La gestion des biens temporels comporte la gestion de ressources humaines et celles de ressources matérielles.
Les ressources humaines comprennent les administrateurs et le personnel.
Les qualités attendues des personnes appelées à travailler ensemble : la confiance, l’abnégation, le respect des autres, le dialogue.
Dans le choix des personnes pour gérer les biens de l’Eglise, on tiendra compte de certaines aptitudes : la compétence, la qualification, l’efficacité et l’honnêteté.
Les principes majeurs dans le choix de personnes, c’est la justice, l’utilisation rationnelle et judicieuse de personnes, le contrôle et la responsabilité.
Conscient du fait que les biens temporels du diocèse et de la paroisse appartiennent à l’Eglise et ne sont pas sa propriété personnelle, le prêtre veillera à ce que sa gestion soit faite avec justice et de  manière ordonnée.
Les administrateurs doivent dans l’engagement du personnel employé, observer exactement la législation civile du travail et de la vie sociale, selon les principes donnés par l’Eglise. (can. 1286).
Des choses à éviter : un personnel pléthorique, personnel non qualifié, mauvaise utilisation du personnel, non respect de charges sociales, etc.
Le code de 1983 parle des biens temporels en trois temps : l’acquisition, l’administration, les contrats et en particulier l’aliénation.
Le premier principe de la gestion des biens temporels c’est le respect des normes canoniques, le recours à l’autorité compétente : Evêque diocésain ou Econome diocésain.
Les principes de base de la gestion des biens temporels sont : la justice, la transparence, la prudence, le respect de l’intention du donateur, la créativité, l’usage judicieux et rationnel, l’entretien et maintenance, une administration responsable, l’inventaire et la remise-reprise, classer soigneusement et garder en des archives sûres et convenables les documents, tenir en bon ordre les livres des recettes et des dépenses, préparer chaque année un budget et un bilan.
Gérer en bon père de famille, d’où la nécessité de la mise en place de conseils pour les affaires économiques.
Les conditions concernant les aliénations, il est requis : une juste cause, urgente nécessité, évidente utilité ou grave raison pastorale ; une estimation écrite de la chose à aliéner, le produit de l’aliénation sera placé soigneusement dans l’intérêt de l’Eglise. 

CONCLUSION

L’image de l’Eglise en Afrique, c’est l’Eglise-Famille de Dieu.
L’idée-force de l’Eglise-Famille de Dieu en Afrique, c’est l’attention à l’autre, la solidarité, la chaleur des relations, l’accueil, le dialogue, la confiance. (EIA n° 63).

SOURCES

JEAN PAUL II. Code de droit canonique. Rome, 1983.
Congrégation de l’Evangélisation des peuples. « Guide de vie pastorale pour les prêtres diocésains des Eglises qui dépendent de la  Congrégation de l’Evangélisation des peuples. Rome, 1984.
Congrégation pour le Clergé. « Directoire pour le ministère et la vie des prêtres ». Rome, 1994.  

Abbé Antoine MATENKADI Finifini
Archidiocèse de Kinshasa     

QUESTIONS DES CARREFOURS

  1. Les fidèles du diocèse de Matadi qui nous voient vivre, peuvent-ils parler de nous comme un presbyterium crédible et dynamique ? Donnez les raisons.
  2. Nos communautés sacerdotales sont-elles le lieu de communion fraternelle et de vie commune ?
  3. Quelles sont les réussites dans notre communion fraternelle et notre vie commune ?
  4. Comment pensons-nous notre engagement pastoral ou paroissial : un acte individuel ou un engagement commun avec nos différents collaborateurs ?
  5. Quels sont les points communs de nos communautés sacerdotales ? Lesquels nous séparent ou nous divisent ?
  6. Nos relations reflètent-elles dans nos communautés sacerdotales et dans le presbyterium les valeurs essentielles de l’Eglise-Famille de Dieu ? Justifiez votre opinion.
  7. Quelle appréciation avons-nous de la gestion des biens temporels du diocèse, des paroisses et autres services diocésains ?
  8. Y a-t-il des conseils comme structure pour la gestion des biens temporels des paroisses et autres différentes institutions ?
  9. Qu’attendons-nous des administrateurs ou gestionnaires comme qualités principales et principes élémentaires ?
  10. Sommes-nous satisfaits de l’entretien et maintenance des biens temporels des paroisses et autres différentes institutions ? Que faire ou améliorer ?

Marche-pèlerinage pour la paix

 Matadi, le 26 août 2012 - Le dimanche passé, 26/08/2012, a eu lieu, dans la Ville de Matadi, la marche-pèlerinage pour dire non à la balkanisation et au pillage des ressources de la RDC comme demandé par la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO) à tous les diocèses de la RDC. Chaque paroisse est partie de chez elle après la messe dominicale pour se rassembler au complexe scolaire Notre Dame de Fatima où S.E. Mgr Daniel Nlandu Mayi, Evêque du lieu, a prononcé le mot de circonstance pour clôturer le triduum des prières organisé dans les paroisses à cet effet.

Ci-dessous le mot de Mgr l'Evêque.   

marche-de-la-paix4-3.jpg

Message de S.E. Mgr Daniel NLANDU MAYI, Evêque de Matadi, à l’occasion de la clôture du Triduum de prière et du pèlerinage pour la paix en RD Congo

Chers frères et sœurs,

Lors de la dernière Assemblée plénière de la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO) qui s’est tenue à Kinshasa du 2 au 6 juillet 2O12, les Evêques de notre pays ont pris la mesure de la guerre qui sévit,  encore une fois, dans le Nord et le Sud Kivu.

Dans un communiqué du 06 juillet 2O12, qui vous a été lu aujourd’hui au cours de la célébration eucharistique dans vos paroisses respectives, la CENCO a exprimé sa profonde consternation sur cette guerre qui est l’illustration du plan de balkanisation, maintes fois dénoncé par les Evêques dans leurs déclarations et messages antérieurs.

Non à la balkanisation de la RD Congo

« Ce plan est en exécution sous plusieurs formes. Sur le plan économique, par la présence de réseaux d’exploitation illégale des ressources ; et sur le plan politique, par une intensification de la présence inacceptable des milices et des groupes armés étrangers qui tuent, violent et pillent, entraînant le déplacement  forcé des populations congolaises, et une occupation irrégulière de notre territoire. Les Evêques expriment leur compassion aux populations sinistrés, victimes des affres de cette guerre injuste et injustifiable » (cfr Non à la balkanisation, n°2).

Attachés au plus haut point à l’unité de la nation congolaise, toujours mise en  mal par des guerres successives et des rébellions, les Evêques tiennent à réaffirmer l’unité et l’indivisibilité de la RD Congo  dans ses frontières issues de la colonisation, et reconnues par la communauté internationale, le30 juin 1960.

« Ils invitent les élus du peuple  ainsi que le peuple congolais tout entier à un sursaut patriotique pour ne pas être complices de ce plan macabre d’émiettement et d’occupation de notre territoire national. Ils leur demandent de dénoncer toutes les stratégies visant l’affaiblissement de l’unité nationale, l’exploitation anarchique et illégale des ressources naturelles, ainsi que tout ce qui vise à dresser les groupes ethniques, ou les provinces, les uns contre les autres. Les ressources naturelles du Congo appartiennent au peuple congolais, et doivent d’abord servir à son développement et au bien-être de sa population (Non à la balkanisation, n°5)

La Paix, un don de Dieu

Pour l’Eglise du Congo, le combat pour la sauvegarde de l’intégrité de notre territoire national, doit se mener non seulement par une diplomatie de bon voisinage et par l’armée,  dont la mission est de protéger les frontières du pays, mais surtout par la mobilisation de toute la population qui reconnaît ce pays comme un don de Dieu. Cette terre que Dieu a donnée à nos ancêtres, nous devons la protéger et la défendre avec  la force de Dieu lui-même, car si Dieu ne garde la maison, c’est en vain que veillent les gardiens (cfr Ps 127).      

C’est le sens du pèlerinage que nous venons de faire :      

         -Montrer notre solidarité à nos frères  et sœurs de l’Est, qui subissent, au jour le jour, les agressions multiformes des assaillants et qui en paient le lourd tribut ;

         -et  invoquer  la paix qui vient de Dieu pour la coexistence  pacifique des peuples.

Chers frères et sœurs,

La Région du Kivu et la Province Orientale appartiennent bel et bien à la RD Congo, et nous devons nous sentir solidaires de nos frères et sœurs qui y vivent. Ils sont des Congolais et tout ce qui leur arrive nous concerne. Nous ne devons  pas rester indifférents face à cette guerre injuste qui nous est imposé et qui décime nos frères et sœurs.

Nous avons donc marché pour leur dire que nos sommes de cœur avec eux, et que nous protestons énergiquement contre le fléau de la guerre et son cortège de misères. Ici au Bas-Congo, nous  avons beaucoup de frères et sœurs ressortissants du Kivu et de la Province orientale ainsi que d’autres provinces de la RD Congo, ils sont ici chez eux et ils doivent y vivre heureux. Et quand nous allons dans ces provinces, nous sommes chez nous et nous désirons y être heureux.

Nous avons surtout marché pour élever nos voies vers le Ciel, vers le Dispensateur de tout bien. C’est lui qui a donné à chaque peuple  sa portion de terre, et qui invite les nations à vivre dans la paix, et à le louer tous ensemble.

Le prophète Isaïe présente la paix entre les peuples comme un don messianique. En effet, nous lisons dans le livre du Prophète Isaïe ce qui suit :

« Il arrivera dans l’avenir que la montagne du Seigneur sera placée à la tête des montages. Toutes les nations afflueront vers elles,  des peuples nombreux se mettrons en marche et ils dirons : Venez montons à la montagne du Seigneur, il nous enseignera ses chemins. Il sera le Juge des nations, l’arbitre de la multitude des peuples. De leurs épées ils forgeront des socs de charrues, et de leurs lances, des faucilles. On ne lèvera plus l’épée nation contre nation, on ne s’entrainera plus pour la guerre (cfr Is 2,1-5).

Tous solidaires.

En organisant ce pèlerinage à la demande de la CENCO, et comme l’ont fait tous les diocèses de notre pays, le diocèse de Matadi participe à cette prière unanime qui s’élève, de tout le pays, pour implorer la paix, à travers toute l’étendue de la RDC et dans le monde entier.

Le diocèse de Matadi supplie Dieu de hâter le temps où tous les peuples de la terre vivront dans la paix, pour qu’on ne lève plus l’épée nation contre nation, mais tous, ensemble, les peuples de la terre puissent chanter, à l’unisson, l’hymne au Dieu trois fois Saint.

Ce temps de paix ne viendra que si l’homme se convertit ; si l’homme cherche d’abord la volonté de Dieu, et accepte de mettre en application les commandements de Dieu, principalement le commandement de l’amour. C’est là, la source de la vraie paix, alors, la paix peut germer partout, et fleurir en fraternité, et en joie de vivre ensemble.

Comme le dit le Pape Benoît XVI dans l’Exhortation post-synodale Africae munus,si l’on ne crée pas, dans les cœurs, la force de la réconciliation, le présupposé intérieur  manque à l’engagement pour la paix. La purification intérieure de l’homme constitue la condition préliminaire essentielle à l’édification de la justice et de la paix. Mais cette purification et cette maturation intérieure vers une véritable humanité ne peuvent exister sans Dieu. En effet, c’est la grâce de Dieu qui donne un cœur nouveau et qui nous réconcilie avec lui et avec les autres (cfr Africae munus, n°19-20).

C’est le Christ qui a rétablit l’humanité dans l’amour du Père. La réconciliation prend donc sa source dans cet amour ; elle naît de l’initiative du Père de renouer la relation avec l’humanité, relation rompue par le péché de l’homme. Dans le Christ, Dieu a réconcilié tous les peuples de la terre, et  a fait de toutes les tribus une seule et une même famille des enfants de Dieu (cfr Ep2, 11-22).

La paix pour laquelle nous avons marché concerne chacun de nous. Le Seigneur, en vous invitant à être les artisans de la paix, nous exhorte à nous convertir tous les jours pour que nous ne mettions pas en avant nos intérêts personnels, souvent  sources de divisions, de discordes et des guerres, mais que nous  cherchions avant tout la volonté de Dieu qui veut que nous vivions tous dans la paix. C’est  ce qu’il nous a appris dans la prière de Notre Père : « Que ton Règne vienne. Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel ». Or le  Règne de Dieu, comme nous le disons dans la préface du Christ-Roi de l’Univers, c’est le Règne de la vérité ; Règne de la grâce et de la sainteté ; règne de la justice, d’amour et de paix »

La solidarité que nous manifestons à nos frères et sœurs de l’Est du Congo, et la prière que nous élevons pour implorer la paix qui vient de Dieu, nous interpellent sur notre vie de tous  les jours :

  • Construisons-nous la paix dans nos familles ?
  • Construisons-nous la paix dans nos milieux de travail ?
  • Construisons-nous la paix dans nos différentes communautés et dans nos paroisses ?

Que le message de paix, que le Christ nous a adressé dans les Béatitudes, puisse germer dans nos cœurs, et produite ses fruits : la pardon, la fraternité, l’unité et la joie.

Prions pour que les initiatives de la CENCO  pour la paix dans notre pays puissent donner des bons fruits.

Prions aussi pour nos autorités et pour les Forces Armées de la République Démocratiques du Congo (FARDC) qu’elles assument pleinement leurs responsabilités afin que l’intégrité de notre territoire soir sauvegardée et que la paix règne dans tout le pays.

Je tiens à vous remercier tous, profondément,  d’avoir participé au pèlerinage pour la paix, de l’avoir fait dans la piété, le recueillement  et le respect des consignes données pour qu’il se déroule dans l’ordre et le calme.

Je remercie aussi tous nos frères et sœurs d’autres confessions religieuses qui se sont joints  à nous pour marcher ensemble, prier ensemble pour la paix et l’unité de notre pays.

Je remercie de façon particulière le Gouverneur de la Province qui nous a accordé la dérogation nous permettant  de faire notre pèlerinage aujourd’hui car pour des raisons pastorales, nous n’avons pas pu  le faire   le 1er Août comme partout ailleurs. Nous remercions de même Monsieur le Maire de la Ville de Matadi, les responsables de la police et de l’armée, les policiers, les militaires, les groupes organisés qui ont assuré admirablement l’ordre et la discipline  pour que tout se déroule comme souhaité.

Repartez  chez vous,  dans vos familles,  dans vos communautés, dans le calme, le recueillement comme vous l’avez fait tout au long du pèlerinage.

Ainsi nous donnerons le témoignage des chrétiens qui  veulent la paix et sont artisans de la paix.

Que la Vierge Marie, Reine de la Paix, intercède pour la paix en RD Congo et dans le monde, Amen.

marche-de-la-paixeveque.jpgmarche-de-la-paixautorites-1.jpgmarche-de-la-paix1-1.jpg

LANCEMENT DE L'ANNEE MISSIONNAIRE 2012

acceuil-4-1.jpgA l’occasion du Dimanche des missions, Monseigneur l’Evêque a procédé au lancement de l’année missionnaire pour la collecte des fonds des Œuvres pontificales missionnaires (O.P.M.) sous le thème : ''Nul homme n’est une île''. La messe, d’une durée de quatre heures, a été célébrée hier 21 Octobre 2012 à la paroisse Notre Dame du Sacré-Cœur de Kinzao-Mvuete. Dix prêtres ont concélébré autour de l’Evêque cette eucharistie, animée par la chorale Sainte Marie de la paroisse Sacré-Cœur de Kinkanda (Matadi) en visite pastorale à Kinzao-Mvuete.

La collecte spéciale organisée en ce jour pour le compte des O.P.M. a donné une somme équivalent à 716,05 $ US. Aussi, pour cet exploit réalisé, l’abbé Antoine Pandula, animateur diocésain des O.P.M., félicite-t-il les fidèles de Kinzao-Mvuete en ces termes : ‘’Je dois féliciter les fidèles de Kinzao-Mvuete parce que ce qu’ils ont réalisé en un seul dimanche par rapport à la répartition du montant demandé (1000 $), montre qu’ils ont compris le message de l’Evêque qui a dit qu’il faut une grande différence entre OPM 2011 et OPM 2012…’’. Pour le curé de la paroisse, Mr l’abbé Henri Diwampovesa, ‘’c’est de l’extraordinaire, mais il y a lieu de faire plus pour la promotion de l’Eglise locale et de l’Eglise universelle en travaillant la main dans la main’’.

Une délégation de la paroisse de Bulle en Suisse, conduite par l’abbé Giraud Pindi, a pris part à cette célébration. Il s’agit de l’abbé Jean-Claude Dunand curé doyen à Bulle, André Sallin, Magalie Déforel, Lorraine Wicht, Manon Bach. Ils sont dans notre diocèse pour une expérience missionnaire. Aux fidèles catholiques du diocèse de Matadi, l’abbé Jean-Claude Dunand laisse le message suivant : ‘’priez pour que l’ensemble des chrétiens aient la grâce de la joie’’.

Jules Mandaya Isambasa