BIENVENUE SUR LE SITE INTERNET DU DIOCESE DE MATADI ET NOUS VOUS REMERCIONS DE VOTRE VISITE

SYNODE DIOCESAIN

Jubilé d’argent et Profession perpétuelle chez les Sœurs de sainte Marie de Matadi

Ssm sr julienne nsuami4Comme il est de coutume chaque année, en la fête de l’assomption de la Vierge Marie, la congrégation des Sœurs de Sainte Marie de Matadi, SSMM, fête quelques uns de ses membres. Fidèle à cette tradition, ce dimanche 23 août 2017, quatre religieuses dont trois, les Révérendes Sœurs Léonie EKIRA OKING, Laurentine MAYILONGUA NZAYILA et Julienne BUNGA BAVENGA ont célébré leur jubilé d’argent et une, la Révérende Sœur Julienne NSUAMI DIAMBU, a émis ses vœux perpétuels. C’était au cours de la sainte messe présidée par Mgr Daniel NLANDU MAYI, Evêque de Matadi, et concélébrée par 47 prêtres à la paroisse Notre-Dame de Fatima dans le doyenné de Matadi.  

Dans une église archicomble, dans son homélie, le Père Evêque, a souligné qu’ « en cette fête de l’Assomption, Marie nous est présentée comme un modèle admirable de vie chrétienne que nous devons imiter ». Aussi, avant de s’adresser particulièrement aux sœurs en honneur, il a exhorté toute l’assemblée à toujours rechercher ce qui est élevé et d’avoir le regard fixé sur les valeurs d’en haut. Et que tout ce que nous faisons sur terre soit une participation à la venue et à la croissance du Rège de Dieu.

Trois cérémonies pathétiques ont marqué cette célébration : la profession perpétuelle de la Sœur Julienne NSUAMI DIAMBU devant la Mère Générale des SSMM, la remise des couronnes de 25 ans aux Sœurs Jubilaires et la cérémonie des bougies.

Retransmise en direct de la RTDM KUKIELE, cette solennelle eucharistie, animée par la chorale centrale de la paroisse Sainte Bernadette de Soyo, a débuté à 09h30’ et a pris fin à 14h15’. Elle a par ailleurs connu une participation massive des religieux et religieuses ainsi que des fidèles laïcs venus d’un peu partout à travers le diocèse et d’ailleurs.

Après la messe, une réception était organisée à Safari dans la salle du Synode.

Abbé Philibert MAYENGELE

RTDM KUKIELE

Ssm16  Ssm15 Ssm14 Ssm12 Ssm10 Ssm6 Ssm4 Ssm3

Ssm7  Ssm1

Célébration des ordinations diaconale et sacerdotale

Ordi 34Après le doyenné de Mbanza-Ngungu l’année dernière, cette année pastorale, c’est Matadi, la ville épiscopale, qui vient d’accueillir la célébration des ordinations diaconale et sacerdotale.

En effet, au cours de la messe qu’il a personnellement présidée à la paroisse Notre-Dame de Fatima à partir de 09h00, ce 23 juillet 2017 qui coïncide au 16e dimanche du temps ordinaire de l’année A, Mgr Daniel NLANDU MAYI, Evêque de Matadi, a ordonné trois diacres : les Abbés Herman BANDA NZITA NTOTO, Henri NKONDI SOMBOLO et Jonas WASUKAMA KILANDAMOKO et cinq prêtres : les Abbés Michel BABAWUKA MAKUTA, Christian MBIMBA NDANGI, Jean MPONGO VEDI, Thomas NGINDU NDONGALA et Ferdinand NGUEMA LEMBO.

De nombreux prêtres dont Padre MALAKIYA, vicaire général du Diocèse de Mbanza Kongo et curé à la paroisse de Noqui en Angola, et du Père Bienvenu BADINDAMA, prêtre et formateur au Grand Séminaire de Prado en France, religieux et religieux ainsi que de fidèles chrétiens venus de partout, sans oublier des autorités politico-administratives, ont pris part à cette célébration animée par la Chorale du Doyenné de Matadi.  

Dans son homélie, Mgr Daniel, a d’abord exhorté les fidèles « à prendre soin de la bonne semence que le Fils de l’homme dépose chaque jour dans nos cœurs. La bonne semence c’est la Parole de Dieu que nous lisons chaque jour et que nous écoutons à la messe ; c’est aussi les sacrements que nous recevons dans la foi… Nous devons veiller à ce que la mauvaise herbe n’envahisse pas notre vie intérieure et nos communautés ». Aussi, avant de s’adresser aux ordinands, a-t-il également souligné avec insistance que « la mission des chrétiens dans le monde, c’est de faire fructifier les dons divins pour plus de paix, d’amour sur la terre ». C’est dire que « toute personne qui se réclame du Christ doit faire preuve d’amour dans sa vie ».

Quant aux élus au diaconat et au sacerdoce, le Père Evêque a rappelé ce que la communauté chrétienne attend d’eux. Pour lui, « la mission spécifique des ministres sacrés ne doit pas s’arrêter aux célébrations liturgiques et sacramentelles mais en toutes circonstances, ils doivent incarner les valeurs du Royaume de Dieu qui font défaut dans notre société aujourd’hui ».

Se faisant interprète des fidèles chrétiens, en bon réaliste, le Prélat a clairement dit que « les fidèles veulent voir en nous leurs pasteurs, les précurseurs du royaume de Dieu, des hommes qui non seulement annoncent ce nouveau royaume mais aussi et surtout(…) qui vivent concrètement ce royaume dans la vie quotidienne ». Il a attiré leur attention sur le fait que les hommes et les femmes sont de nos jours lassés, fatigués de voir des soit disant « envoyés de Dieu » qui proclament à tue tête et à longueur des journées l’imminence du salut promis par Dieu sans rien faire de concret pour soulager la misère des gens ». Beaucoup de faux prophètes mais aussi des fossoyeurs de la société et de l’Eglise contredisent l’enseignement de Dieu avec des slogans tel que « Nzambe ako sala ». « Qu’il n’en soit pas ainsi pour vous », a martelé l’Evêque de Matadi.

Pour terminer, avant d’inviter les fidèles à prier pour ces nouveaux serviteurs de Dieu et savoir les prendre en charge spirituellement et matériellement, Mgr Daniel a résumé en quelques phrases les exigences du ministère diaconal et sacerdotal : arroser le champ du Seigneur et en assurer la croissance par des enseignements et exhortations bien soignés et préparés ; accompagner les fidèles par l’accueil et l’écoute de leurs problèmes ; soigner les âmes blessées ; s’occuper des malades et des catégories sociales les plus fragiles ; faire preuve de beaucoup de disponibilité et de simplicité ; être attentifs aux autres, savoir se sacrifier et s’imposer une certaine discipline de vie…

Comme à chaque messe des ordinations, avant la bénédiction finale, on a entendu successivement les mots du comité organisateur et celui des nouveaux ordonnés. Et, après la messe, une soirée festive a eu à Safari dans la salle du synode.

Philibert MAYENGELE

RTDM KUKIELE

Ordi 1Ordi 2Ordi 13Ordi 15

Ordi 14Ordi 16Ordi 18Ordi 20

Messe de confirmation à la paroisse Sainte Bernadette Soyo dans le Doyenné de Matadi

Soyo2Ce dimanche 14 juin 2017, en la solennité de la Sainte Trinité, Mgr Daniel NLANDU MAYI, Evêque de Matadi, a conféré le sacrement de confirmation à une centaine de baptisés de la paroisse Sainte Bernadette de Soyo dans le doyenné de Matadi.

A son arrivée à la paroisse à 09h15’, le Père Evêque a été accueilli par le curé de la paroisse accompagné de la Mère générale des Sœurs de Sainte Marie de Matadi, des Abbés Philibert MAVILA et Jean-Claude Nekwa et de quelques membres du conseil paroissial. Juste après une petite pause au presbytère, à 09h25’, il s’est dirigé à la sacristie pour le début de la messe.

Au cours de cette célébration eucharistique, animée par la chorale centrale, le Père Evêque a conféré le sacrement de confirmation a une centaine de fidèles baptisés.

Dans son homélie,  après avoir expliqué le mystère de la Sainte Trinité, le Prélat a précisé que  « Le sacrement de confirmation nous donne les dons de l’Esprit Saint pour nous fortifier dans la foi et nous faire vivre pleinement la vie chrétienne unie au Christ ». Par la confirmation, « nous incorpore pleinement à l'Église, a-t-il poursuivi, nous devenonsSoyo14 adulte dans la foi et elle nous appelle à un engagement plus personnel dans l’Eglise et à une mission de témoignage de la foi ». Et, pour terminer, « la confirmation, non seulement qu’elle est le sacrement de la maturité spirituelle mais elle est l’achèvement du baptême » a insisté Mgr Daniel.

Avant la bénédiction finale, le Curé de la paroisse, l’Abbé Gérard KINKELA, a remercié l’Evêque pour avoir répondu favorablement à l’invitation de la paroisse malgré son agenda surchargé et toute la communauté paroissiale pour la présence nombreuse à cette messe.

Après la messe un repas a été offert au Flat hôtel « PANORAMA » cadre que le conseil paroissial a choisi pour la réception.

Tout a fini par la prise de quelques photos souvenirs avec Mgr l’Evêque qui, avant de quitter, a remercié le curé, le conseil paroissial et toute la communauté chrétienne pour la belle célébration eucharistique et pour l’accueil chaleureux

dont il vient d’être bénéficiaire.

Ph. MAYENGELE

RTDM KUKIELE


Soyo8Soyo9Soyo11Soyo9Soyo12 1Soyo21 apr mess 1Soyo22 apr mess 1Soyo23 apr mess 1Soyo26 apr mess 1Soyo24 apr mess 1Soyo25 apr mess 1

Soyo2Soyo20Soyo20 messSoyo18 confSoyo19 mess

Daniel NLANDU MAYI, Evêque de Matadi, invite ses diocésains à avoir un bon cœur et à une communion plus grande et plus solide

Dsc 0201La célébration des trois moments forts du temps pascal, le jeudi, le vendredi et le samedi saints, a toujours été pour l’Evêque de Matadi, Mgr Daniel NLANDU MAYI, une opportunité à saisir pour être plus proche de ses diocésains. Cette proximité pastorale à laquelle il tient depuis son accession au siège épiscopal de Matadi est pour lui un véritable thermomètre pour connaître la santé de son diocèse à partir de la base mais aussi une occasion de palper du doigt la réalité sur terrain et d’être témoin oculaire des nombreux progrès observés dans différentes paroisses grâce au vibrant appel à la prise en charge et à la modernisation de nos infrastructures lancé au synode diocésain tenu en 2012.

Pour cette année pastorale 2016-2017, Mgr Daniel a désiré célébrer le triduum pascal et la Pâques dans trois différentes paroisses du Doyenné de Matadi. Après avoir réuni près de trois mille jeunes catholiques de tous les doyennés à la cité de Lukala, situé à plus de 200 km de Matadi, la ville épiscopale, le dimanche des Rameaux, suivi de la messe chrismale le soir du mardi 11 avril 2017 à la paroisse Notre-Dame de Fatima de Matadi, le jeudi saint 13 avril, il a commémoré l’institution de l’Eucharistie à la paroisse Sacré-Cœur de Kinkanda, paroisse qui connaît de plus en plus de l’expansion à telle enseigne qu’on y entreprend depuis bientôt dix ans la construction d’une très grande église ‘encore en chantier’ sur fonds propres. Le vendredi 14 et le samedi  15 avril, le Père Evêque a présidé l’office de la passion et de la mort du Seigneur et la messe de la veillée pascale à la paroisse Cathédrale Notre-Dame Médiatrice en ville basse. Et le dimanche 16 avril, comme pour boucler la boucle, son choix est tombé sur la paroisse populaire Saint Joseph Nzanza « Molakisi », comme ses paroissiens aiment désigner leur paroisse, pour la solennité de la Résurrection de Notre Seigneur Jésus-Christ.

Si, pour le Père Evêque, le grand rassemblement de toute la jeunesse diocésaine devenu aujourd’hui, « la preuve la plus éloquente de la vitalité et du dynamisme de cette jeunesse diocésaine unie, fraternelle et solidaire autour de l’Evêque, non seulement pour célébrer sa foi et sa fierté d’appartenir à ce grand diocèse de Matadi », a-t-il si bien souligné, est l’occasion  de faire écho, c’est-à-dire de retransmettre aux jeunes de Matadi les différents messages et enseignements que le Pape adresse chaque année à tous les jeunes du monde entier, le triduum pascal, par contre, est le moment très indiqué pour rappeler à ses diocésains en général l’essentiel de leur mission prophétique.

Soucieux de voir ses jeunes fils et filles être à la page, à travers la huitième édition des Rameaux des Jeunes tenue le 09 avril 2017 à Lukala, Mgr Daniel a voulu que notre diocèse entre déjà dans la mouvance de la 15e Assemblée générale du Synode des Evêques qui se tiendra en octobre 2018 à Rome sur le thème : « Les Jeunes, la foi et le discernement vocationnel ». Ce qui permet ainsi aux jeunes de notre diocèse, a-t-il par la suite précisé « d’entamer dès maintenant le cheminement synodal en communion avec tous les jeunes à travers l’Eglise universel ». Et il a fini son exhortation en invitant chaque jeunes « à découvrir dans la vie de Marie les style de l’écoute, le courage de la foi, la profondeur du discernement et le dévouement au service ».

Au triduum pascal qu’il a ouvert le jeudi saint au soir, comme dit ci-dessus, à la paroisse Sacré-Cœur de Kinkanda, l’ordinaire du lieu y a repris le geste qui marquera à jamais l’humanité entière : le lavement des pieds. Au paravant, devant une foule dense des fidèles qui ont rempli la salle paroissiale et ses alentours, l’Evêque a prononcé son homélie sur un ton paternel et chaleureux. Il a exhorté ses diocésains à « avoir un bon cœur. Un cœur qui aime les autres comme on s’aime soi-même ». Car, estima-t-il « Celui qui se hait, se détruit ». Reconnaissant par ailleurs que « nous n’avons pas les mêmes sentiments envers tous les hommes », il a toutefois indiqué que « nous devons nous efforcer d’aimer tous les hommes, car ils portent en eux l’image de Dieu. Une bonne manière de les aider, c’est de prier pour eux ».

Dsc 34Dsc 21Dsc 0072

« Comment vivons-nous notre relation à l’Eglise que (le Christ) a fondée ? Est-elle vraiment pour nous une famille ? Sommes-nous vraiment frères ? Donnons-nous le témoignage d’une fraternité nouvelle en Jésus Christ ? Comprenons-nous seulement cette autre parole forte de l’évangile : « il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime » ?, s’est-il interrogé. « La manière de traiter ceux qui vous entourent, l’unité, la compréhension, la manière dont entretenez des relations avec (l’Eglise) et les autres…, pour Daniel NLANDU, ce sont là autant de traits qui caractérisent le bon et le vrai chrétien ».

Poursuivant ses réflexions, le lendemain, vendredi saint, l’Evêque de Matadi, a présidé personnellement l’office de la passion-mort du Seigneur à la cathédrale Notre-Dame Médiatrice. Le moment central étant la cérémonie de la vénération de la croix qui fait mémoire de la crucifixion du Christ et de sa croix, l’Officiant a précisé, dans sa brève méditation, qu’à la croix « Jésus nous a appris à crucifier le mal sous toutes ses formes, à le combattre avec vigueur et détermination, d’abord dans sa racine : la tentation de ne pas observer le commandement de Dieu et de l’Eglise ». C’est là à la croix que Christ a réalisé une fois pour toute la rédemption. Celle-ci « devient actuelle sur l’autel chaque fois que nous célébrons la sainte Messe, a déclaré Mgr Daniel. Celle-ci « c’est la plus grande prière et l’acte principal de notre salut » a-t-il encore dit. Mais pour qu’il soit porteur de grâce, « cet acte doit aussi nourrir notre fraternité et notre communion avec tous les frères et sœurs, pour que nous puissions être le Temple de l’Esprit Saint, un seul corps et un seul esprit dans le Christ ».

Dsc 0112Dsc 0115Dsc 0129

Et dans la même église, le samedi à la veillée pascale, « la mère de toutes les saintes veillées », comme le disait St Augustin, le curé canonique de la Cathédrale, est revenu sur la signification de la croix et l’invitation à la communion. Après le rite de la lumière qui marque le passage des ténèbres à la lumière et l’annonce de la joie pascale avec le chant de l’Exultet, dans son homélie, il a demandé aux fidèles non seulement de s’appliquer à imiter Jésus ou à faire la volonté de Dieu mais aussi à lui faire confiance,  à savoir s’abandonner à Lui au milieu de toutes les épreuves, ne compter que sur Lui, sans chercher des solutions de rechange dans l’occultisme et le fétichisme. Et puisqu’avec le Christ, nous sommes passés de la mort à la vie, nous nous engageons à devenir à notre tour, lumière du monde et sel de la terre.

Pour le Prélat de Matadi, « Il s’agit, pour chacun de nous, de se renouveler à la lumière du Christ ressuscité pour commencer réellement la vie nouvelle dans le Christ comme les Apôtres l’ont fait à l’origine de l’Eglise ». « Pour  notre diocèse, a-t-il insisté, cette vie nouvelle doit être marquée par une communion plus grande et plus solide entre nous tous, afin qu’ayant reçu le même baptême dans le Christ nous participions tous, d’un même cœur, à la mission commune de l’Eglise : mission du renouveau, renouveler tout en Jésus-Christ qui a vaincu la mort, et donc toutes les médiocrités. C’est à travers ce renouveau de l’engagement missionnaire dans la communion des cœurs et dans l’unité que nous témoignerons de notre foi au Christ ressuscité ».

Dsc 0237Dsc 0240Dsc 0192

Le dimanche de Pâques, à la paroisse Saint Joseph Nzanza, l’Evêque, chaleureusement accueilli par les chrétiens venus très nombreux à cette messe, a adressé en « munu kutuba » le même message. Au cours de cette messe, 22 jeunes ont reçu de ses mains la première communion. Avant de finir son propos, il n’a pas manqué de remercier la communauté paroissiale de Nzanza , comme ceux de la cathédrale également, pour tout ce qu’ils font pour le diocèse et leurs paroisses. L’on peut noter la réparation complète de la toiture et du plafond de l’église saint Joseph et la modernisation de l’église-cathédrale.

Philibert MAYENGELE

     RTDM KUKIELE

Dsc 0171Dsc 0165Dsc 0145

Dsc 0252Dsc 0250Dsc 0245Dsc 0241Dsc 0234Dsc 0232

 

 

 

 

 

Dsc 0257Dsc 0260Dsc 0259Dsc 0258Dsc 0265Dsc 0256Dsc 0255Dsc 0254Dsc 0253

Messe chrismale à la paroisse Notre-Dame dans le Doyenné de Matadi

Dsc 52Le mardi 12 avril 2018 à partir de 17h30’, l’Evêque de Matadi, Mgr Daniel NLANDU MAYI, a célébré en l’église paroissiale Notre-Dame de Fatima la messe chrismale, messe au cours de laquelle l’Evêque consacre le saint chrême et bénit les huiles des catéchumènes et des malades. A cette même messe qui commémore aussi le jour où le Seigneur partagea son sacerdoce à ses apôtres, les prêtres  renouvellent leurs promesses faites le jour de l’ordination sacerdotale pour mieux les vivre pour le plus grand bien du Peuple de Dieu confié à leur sollicitude pastorale.

Une pléthore des prêtres, religieux et religieuses et plusieurs personnalités politico-administratives et militaires dont le Vice gouverneur, Atou MATUBUANA, et quelques ministres et députés provinciaux ont pris part à cette solennelle eucharistie animée par la chorale du doyenné de Matadi dans une église pleine comme un œuf.

Dans son homélie, le célébrant a de prime abord exprimé sa joie de célébrer cette messe avec ses frères dans le sacerdoce entourés de nombreux fidèles. « Cette messe, a souligné Mgr Daniel, exhorte nous prêtres à devenir davantage ce que nous sommes devenus par l’ordination sacerdotale ».

Trois points essentiels ont constitué en substance son homélie. Il a en premier lieu rappelé aux prêtres que leur vocation est toujours « un don et un mystère ». Un don parce que le Christ nous a choisis  pour être dans le monde ces lieutenants, ceux qui le représentent et un mystère parce que nous exerçons notre office avec la même force qui vient de lui-même.

Il est vrai, a reconnu Monseigneur l’Evêque, que l’habitude et le fait d’exercer le ministère sacerdotal dans un contexte comme le nôtre caractérisé par de nombreuses préoccupations et des recherches permanentes qui plongent le prêtre dans une situation d’instabilité et de recherche permanente qui peut facilement l’empêcher d’être ce qu’il est devenu par l’ordination sacerdotale, c’est-à-dire pasteur des âmes. Mais malgré cela, le prêtre ne doit pas perdre de vue que la tâche première et principale que Seigneur leur a confiée en faisant d’eux des prêtres. Cette tâche reste la même que celle qu’Il a confiée à ses apôtres Pierre et Paul, celle de paitre le troupeau de Dieu.  

Aussi, il a enchainé, en deuxième lieu, que « prêtres, nous ne sommes pas des fonctionnaires de Dieu mais des pasteurs d’ âmes. C’est ce que Dieu a voulu faire de nous et que le Peuple de Dieu attend de nous ». « Notre mission première reste  donc de paitre le troupeau du Seigneur c’est-à-dire de conduire les hommes au salut éternel, d’être vraiment des pasteurs . C’est pourquoi le prêtre reçoit l’onction qui le préfigure au Christ pour agir à son nom, tâche humainement impossible mais qui devient possible et même facile quand le prêtre vit en communion continuelle avec le Christ. C’est alors qu’il agit en nous et par nous ».

N’étant pas d’abord une fonction mais une vie, si le prêtre veut être heureux dans son sacerdoce, il lui suffit, comme le disait le Cardinal Malula qu’il a cité, de bien vivre votre sacerdoce, c’est-à-dire conformer votre existence aux exigences du sacerdoce ministériel.

Pour terminer, au troisième moment, il a rappelé aux prêtres qu’ils portent leur sacerdoce dans notre nature humanité fragile. Ils ne sont pas parfaits certes mais l’exemple de témoignage de ceux qui l’ont vécu avec bonheur tel que le curé d’Ars en dépit de leurs limites humaines montre bien que cela est possible. Cette puissance vient de Dieu et nous devons nous ouvrir à Lui. Le Christ Lui-même nous dit « Ma grâce te suffi ». C’est ici qu’il a indiqué l’une des tâches essentielles du prêtre aujourd’hui, celle de rassembler, le Peuple de Dieu autour de l’Eucharistie, la communion. Celle-ci, estime-t-il, « nourrit et renforce les liens de fraternité. Prenons donc l’habitude de célébrer l’Eucharistie chaque jour et de concélébrer si possible. Cela manifeste davantage la cohésion fraternelle et aussi la joie d’exercer ce ministère que le Seigneur nous a confié.  Elle est la source de toutes les énergies dont nous avons besoin pour être pleinement au service de nos frères et construire une véritable famille des enfants de Dieu. Ainsi notre vie sera un véritable témoignage pour les autres ».

Avant de conclure sa prédication, Mgr Daniel a insisté sur le vrai sens de la vie communautaire qui est « non seulement un puissant soutien et un réconfort pour des confrères en situation difficile mais aussi un puissant moyen de sanctification car elle est porteuse de la présence du Christ ». « Là où deux ou trois sont réunis à mon nom, dit Jésus, je suis là au milieu d’eux » dit Jésus. Au sein de la communauté, le prêtre, ministre du pardon, doit savoir pardonner. Il est à la fois témoin et ministre du pardon de Dieu. Comme le Christ, il est le témoin d’un amour sans limite, d’un amour sans mesure c’est-à-dire d’un  amour gratuit et désintéressé.

L’invitation que le Seigneur nous adresse consiste, en ce jour mémorable pour nous prêtres, «  à devenir davantage ce que nous sommes devenus par l’imposition des mains, prêtre selon le cœur de Jésus et non selon notre propre entendement ».

Après l’homélie, les prêtres présents se sont placés devant le Père dans la foi pour le renouvellement de leurs promesses sacerdotales. Et immédiatement après les Abbés Simon MATONDO, Freddy MASIKA, Philippe LUBIDIKA et Serge ZOLANDONGA se sont dirigés vers l’ancien autel au lieu où étaient disposées les huiles à bénir pour les présenter à Mgr l’Evêque. Celui-ci a béni tour à tour l’huile des malades, l’huile des catéchumènes et le Saint Chrême.

Dsc 0038Dsc 0036Dsc 0041

 

 

 

 

 

Ces deux cérémonies finies, la messe s’est poursuivie comme à l’accoutumée.

Philibert MAYENGELE

    RTDM KUKIELE

Dsc 53Dsc 0032Dsc 0030Dsc 0032Dsc 0025Dsc 0010Dsc 0007Dsc 0014Dsc 0004

 

Célébration du 30e anniversaire de la mort de Mgr Raphaël LUBAKI NGANGA

« Souvenez-vous de ceux qui vous ont dirigés, méditez sur l’aboutissement de la vie qu’ils ont menée, et imitez leur exemple » (cf. Hb 13, 7).

Il y a trente ans, jour pour jour, Mgr Raphaël LUBAKI NGANGA, ancien Evêque du Diocèse de Matadi, s’éteignait. C’était à Inga, le jeudi 26 mars 1987, au moment où l’on avait encore grandement besoin de lui. C’était le jeudi 26 mars 1987 à Inga.

Pour commémorer le 30e anniversaire de sa mort, les élèves de l’institut qui porte son nom, Institut Mgr Lubaki, I.MO.LU. en sigle, se sont retrouvés le samedi 25 mars 2017, à 10h00, en l’église paroissiale Notre-Dame de Fatima pour s’acquitter, au cours de la messe dite par l’Abbé Serge ZOLANDONGA, du devoir de mémoire vis-à-vis de celui que l’histoire n’oubliera jamais. Nous avons cité Son Excellence Monseigneur Raphaël LUBAKI NGANGA pour avoir été le premier préfet autochtone de cet institut pilote de notre diocèse. Immédiatement après la célébration eucharistique, Mlle Caroline NKUSU, Préfet dudit institut, accompagnée de ces deux directeurs des études, de quelques professeurs et de Célestin MIANSANGI, ancien élève du Petit Séminaire de Kibula se sont rendus à la cathédrale Notre-Dame Médiatrice en ville basse pour s’incliner et déposer une gerbe de fleurs à la tombe où repose ad vitam aeternam le défunt Père Evêque.  

Le lendemain dimanche 26 mars, en commémoration de ce même événement, une autre messe était organisée à la cathédrale Notre-Dame de Fatima. Celle-ci était présidée par l’Abbé Freddy MASIKA, Vicaire de la paroisse cathédrale, et parmi les fidèles on a noté la présence remarquable de quelques membres de la famille biologique de l’évêque défunt.

Dans leurs prédications, les deux prêtres cités ci-dessus sont revenus sur les traits essentiels et les vertus qui ont marqué la personnalité et la vie de Mgr Lubaki.

Il était « un homme empêtré d’un sens prononcé de responsabilité, soucieux et capable de répondre aux charges lui confiées. Ce qui implique naturellement sa capacité de prendre des risques pour sa vie surtout lorsqu’il s’agissait de défendre les intérêts de son diocèse ».

Au regard de ce qu’il a été et fait pour l’Eglise de Dieu qui est à Matadi, l’on peut se permettre d’affirmer que Mgr Raphaël reste pour nous un modèle à imiter surtout dans le contexte de crise multiforme avec ses nombreux défis que traverse la R.D Congo, notre pays, en général et notre diocèse en particulier.

Comme Evêque coadjuteur aux côtés de l’Evêque titulaire, Simon NZITA wa Ne Malanda et son vicaire général, Gabriel KEMBO, qui l’a d’ailleurs succédé, Raphaël LUBAKI a fait preuve de collégialité et de proximité avec tous. Fin psychologue, tous ses diocésains ont gardé de lui l’image d’un pasteur très proche de ses prêtres, religieux et religieuses, de ses brebis et même de ses séminaristes qu’il connaissait chacun par son nom et sa provenance.

Brève biographie de Mgr Raphaël LUBAKI

Monseigneur Raphaël LUBAKI NGANGA est Né le 1er janvier 1934 à Mindouli au Congo Brazza ville. Il a fait ses études secondaires au Petit Séminaire de Kibula puis il a poursuivi  sa formation de philosophie et de Théologie au Grand Séminaire de Mayidi.

Le 23 juin 1963, il sera ordonné prêtre avec Mgr Gabriel KEMBO par Mgr Simon Nzita à l’Eglise Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus à Thysville, actuel Mbanza-Ngungu.

Après son ordination sacerdotale, il a été envoyé à l’université de Lovanuim à Kinshasa pour entreprendre les études spécialisées à la faculté de psychopédagogie. Brillant étudiant, Raphaël LUBAKI a fini sa formation universitaire avec une mention spéciale « grande distinction ». Après ses études, il sera sans transition nommé préfet des études à l’Institut Tala Mbanza, à Matadi, qui deviendra par la suite Institut Mgr Lubaki, IMOLU en sigle.

Nommé évêque coadjuteur avec droit de succession par le Pape Paul VI, le 04 juillet 1971, il est ordonné évêque par son Eminence le Cardinal MALULA au stade Lumumba de Matadi.

En 1985, il est nommé par le Pape Jean-Paul II, évêque du Diocèse de Matadi.

Après deux ans seulement comme Evêque du diocèse de Matadi, le 26 mars 1987, il a remis son âme à Dieu à la Clinique d’Inga, située à 35 Km de Matadi.

Pasteur infatigable, grand prédicateur, vaillant acteur du développement, parmi ses nombreuses réalisations l’on peut citer le nouvel Evêché de Matadi sis à Safari, le couvent des sœurs de Christ-Roi à Mbanza-Ngungu, l’actuel couvent des sœurs diocésaines et la grande salle de fête à Ndimba Luwawanu, la craierie de Kimpese, la réorganisation des crawles de Kindongala ( qui avait plus de 2000 têtes à 1987) et de Kimpangu ainsi que le grand projet d’agriculture entrepris à Nkolo.

Evoquer la mémoire de Lubaki Nganga, c’est être fasciné par son style de vie très particulier, la profondeur de ses convictions, son courage, ses initiatives et la force de sa personnalité. Tel est l’épilogue qui le dépeint tel qu’il fut et tel qu’il demeure dans nos souvenirs emplis de gratitude.

 

Philibert MAYENGELE

    RTDM KUKIELE

 

En souvenir de nos pasteurs Simon Nzita, Raphaël Lubaki et Gabriel Kembo, voici ci-joint quelques photos sélectionnées par Célestin Miansangi que la famille biologique de Mgr Lubaki et de l’Abbé Albert Ndandu ont mis à notre disposition. Nous leur disons cordialement merci.

Copie 2 de img6 1Copie de photo 2 page 001Scann 20170205 0002 page 002Photo 9 page 001Photo 9 page 001 copieCopie 2 de photo 2 page 2

 

 

AVIS IMPORTANT « LES ACTES DU SYNODE DIOCESAIN » VIENNENT D’ETRE PUBLIES

Syno 3Publié au premier anniversaire de la clôture du synode diocésain tenu à Matadi du 21 avril 2011 au 25 mai 2013, cet opuscule intitulé « Actes du synode diocésain » résume les 242 Résolutions et recommandations des participants à ce forum diocésain, résolutions qui ont été soumises au législateur de l’Eglise particulière de Matadi, Mgr l’Evêque, seul habilité à donner suite aux divers avis exprimés lors de ces assises diocésaines.

A la grande satisfaction de l’ensemble de la communauté diocésaine de Matadi, le Synode diocésain non seulement connut une issue heureuse mais aussi fut réellement un cadre ecclésial de communion, de concertation, de recherche, de redynamisation, de découverte, de rénovation et de réaménagement pastoral », bref une grâce de Dieu.

Cet ouvrage informera le lecteur sur l’essentiel de tous les épisodes de ce grand forum diocésain qui tint ses paris - malgré la crise économique mondiale – grâce à la volonté manifeste et décidée de l’ensemble des chrétiens du Diocèse de Matadi et de son pasteur propre.

Les « Actes du synode diocésain » sont disponibles à Matadi (Procure), à Mbanza-Ngungu et à Kinshasa (Maison diocésaine de la Funa) au prix de 10.000 Fc et 15 $ pour ceux qui veulent soutenir l’œuvre.

 Q u ’ o n   s e   l e   d i s e   !

RTDM KUKIELE

 

 

CLOTURE DU SYNODE DIOCESAIN A MATADI

cloture-du-synode-diocesain-diocese-de-matadi-par-mgr-daniel-nlandu-7-1.jpgDepuis son ouverture le 19 mai 2012, en la fête de la Pentecôte, après une année de réflexion, d’échanges et de partage qui a vu mobilisé, comme un seul homme, tout le peuple de Dieu établi au diocèse de Matadi, de la base au sommet, à travers des équipes synodales, des forums synodaux, des assemblées décanales et finalement à l’assemblée synodale générale,  les rideaux du synode diocésain de Matadi viennent enfin de tomber ce dimanche 26 mai 2013.

En effet, c’est au cours de la messe qu’il a présidée personnellement en l’église paroissiale Notre Dame de Fatima à Matadi, en présence d’une foule immense des fidèles chrétiens venus de tous le coins et recoins du diocèse de Matadi, que notre père Evêque, Son Excellence Mgr Daniel NLANDU MAYI, plaçant ainsi les travaux du synode sous le signe de l’Eucharistie, a clôturé le Synode diocésain de Matadi en ces termes : « Dans l’unité et la ferveur spirituelle de cette solennité trinitaire et dans l’espérance, je déclare clos les travaux de l’assemblée générale du synode diocésain »

Pour manifester leur soutien à l’Eglise locale de Matadi, plusieurs éminentes personnalités ont pris part à cette célébration Eucharistique de clôture du synode  diocésain qui a coïncidée avec la solennité de la Sainte Trinité célébrée à travers le monde entier, notamment le Chargé d’affaires de la Nonciature Apostolique en R.D. CONGO, Mgr Daniel LIESSE, représentant personnellement le Nonce Apostolique, leurs Excellences Messeigneurs Edouard KISONGA et Carlos Vicente KIAZIKU, successivement Evêque auxiliaire et Vicaire général de l’Archidiocèse de Kinshasa, représentant de l’ Archevêque de Kinshasa, Son Eminence le Cardinal Laurent MONSENGWO PASINYA et Evêque du diocèse de Mbanza-Kongo en République d’ Angola.  

On a aussi noté la présence de plusieurs autres personnalités et autorités politico-administratives et militaires de la place et d’ailleurs dont Monsieur Maurice VODIKULUAKIDI, Directeur du cabinet et Représentant du Gouverneur du Bas-Congo, Madame Marie-José FULU MASAKA, Vice-présidente de l’Assemblée provinciale du Bas-Congo, l’Honorable Gilbert KIAKUAMA KIA KIZIKI et leurs Excellences les ministres et Commissaires provinciaux, les Députés nationaux et provinciaux,  le Commandant de la Police Nationale / ville de Matadi, ainsi que plusieurs  directeurs et chefs d’entreprises. 

A côté de nos Pères les Evêques, deux diacres et plus de septante (70) prêtres ont concélébré à cette messe parmi lesquels le Très Révérend Père Zéphyrin LUYILA, Vice provincial des Pères Rédemptoristes, deux abbés Représentants respectivement  les Evêques de Kisantu et de Boma, deux Experts invités personnels de Mgr l’Evêque pour accompagner les assises synodales dont Monsieur l’Abbé François LUYEYE de l’archidiocèse de Kinshasa, spécialiste en Dogmatique et Monsieur l’Abbé Bruno LUTUMBA du diocèse de Kisantu, spécialiste en Droit canonique.

Parmi les invités de marque, deux religieuses européennes ont représenté les anciens missionnaires qui ont œuvré au diocèse de Matadi, à savoir les Révérendes sœurs Hélène VAN OOTGHEN de la congrégation des Sœurs de la charité de Jésus et de Marie et DIOSELINA des Sœurs de Marie Immaculée de Mère Laura.

Du côté des religieux venant de l’Etranger, nous signalons la présence de quatre religieuses de la congrégation des Sœurs préférées de Jésus du diocèse de Cabinda conduites par la Sœur Esther MAFULA KINKELA.

Avant l’homélie, l’Abbé Alexis MBUAKI MAYEMBA, Secrétaire Général du Synode a remis à Monseigneur l’Evêque, pour appréciation et éventuelle approbation, le dossier contenant toutes les résolutions prises au terme des assises synodales tenues à Safari / Ndimba Luwawanu du 22 au 25 mai 2013.

Dans son homélie, Mgr Daniel NALNDU MAYI a rassuré la communauté diocésaine de la prise en compte de toutes les résolutions du synode en ces termes : « … quelle que soit la longueur du temps que cela prendra, en raison du facteur humain et de tous les paramètres à prendre en compte dans certains domaines, je vous donne ma parole que les résolutions du synode qui seront promulguées sous mon autorité, fruit de plus d’une année de travail de toute la communauté diocésaine rassemblée dans l’unité et résolue à témoigner de l’évangile du Christ ressuscité, toutes ces résolutions disais-je, seront traduites en acte. »

Le diocèse de Matadi étant désormais entré dans la dynamique du synode, toute l’Eglise diocésaine de Matadi est envoyée en mission pour une vie plus forte, plus belle et plus rayonnante.

Avant la bénédiction finale, quelques mots de circonstances ont été prononcés celui des anciens missionnaires qui ont œuvré au diocèse de Matadi dit par la Révérende Sœur Hélène VAN OOTGHEN, celui de Mgr Daniel LIESSE, Chargé d’affaires de la Nonciature Apostolique du Congo et enfin le mot de remerciement de l’Abbé Alexis MBWAKI MAYEMBA, Secrétaire général du synode. La Sœur Hélène a remercié Monseigneur l’Evêque pour les avoir associées à cet événement et a salué la continuité de l’œuvre missionnaire par la présence des religieuses qui travaillent encore dans le diocèse. Pour Monseigneur Daniel, « la clôture d'un Synode n'est qu'une finalité et non la fin. Car le Synode terminé, l'heure de la responsabilité a sonné : c'est le moment de traduire en actes les résolutions prises et les objectifs assignés à ce Synode. C'est le moment de l'engagement de chacun pour construire, promouvoir et protéger la communion ecclésiale au sein du Diocèse ».

Notons en passant que cette messe était chantée par la chorale centrale du doyenné de Matadi (CHOZAM) sous la direction de la commission liturgique. La journée s’est achevée par un cocktail fraternel que Mgr Daniel NLANDU MAYI a offert à tous convives au jardin de Flat Hôtel LEDYA.

Ci-joint l’homélie de Monseigneur l’Evêque, le Mot du Chargé d’affaires de la Nonciature Apostolique et celui du Secrétaire Général de l’Assemblée synodale.

Homélie. Message Nonciature Apost. Mot Secrétaire Général. [Diapositives]

RTDM KUKIELE

ASSEMBLEE SYNODALE A MATADI

photo-067.jpgASSEMBLEE SYNODALE A MATADI : RAPPORTS DES SOUS-COMMISSIONS

Après les ateliers des sous-commissions, les membres de l’assemblée synodale se sont retrouvés de nouveau ce vendredi 24 mai 2013, pour l’audition des rapports de ces ateliers.Tour à tour les rapporteurs des sous-commissions sont passés présenter les résultats de leurs réflexions. Pour chaque rapport, il était question de relever le haut et le bas de la situation dans le diocèse à la lumière de la doctrine de l’Eglise et/ou de la Parole de Dieu, puis de présenter des propositions pour l’avenir. Après amendements et suggestions faits dans  une atmosphère calme et de réflexion approfondie, les rapports ont été approuvés par vote à main levée.

La matière n’étant pas épuisée, l’audition des rapports va se poursuivre ce samedi 25 mai 2013 avant de passer aux résolutions à soumettre à Monseigneur l’Evêque. Commencée à 9 h 00’, la plénière s’est achevée à 20 h30’.

A. Jules MANDAYA ISAMBASA, rtdm

[Diapositives]

dscn0952.jpg  dscn0957.jpg  dscn0961.jpg  dscn0972.jpg

dscn0974.jpg  dscn0977.jpg  dscn0985.jpg  dscn1011.jpg

dscn1015.jpg  photo-067-1.jpg

ASSISES DU SYNODE DIOCESAIN

 photo-043.jpg ASSISES DU SYNODE DIOCESAIN : ATELIERS DES SOUS-COMMISSIONS

Commencées hier, les assises du synode diocésain de Matadi se sont poursuivies ce jeudi 23 mai 2013. Cette deuxième journée est consacrée aux ateliers des commissions et sous-commissions. Après la lecture de la synthèse des rapports transmis par les équipes synodales, l’assemblée a suivi avec attention l’exposée de l’abbé Simon Matondo, Président de la commission doctrinale, sur la foi chrétienne. A la suite du réaménagement du programme, la composition des sous-commissions a été réformée et les travaux se sont poursuivis en carrefour par sous-commission. Le document contenant... Lire la suite.

photo-049.jpg  photo-052.jpg  photo-056.jpg  photo-057.jpg

photo-061.jpg  photo-065.jpg

Assemblée Synodale de Matadi

synode-diocesain-mgr-l-eveque-de-matadi.jpg

OUVERTURE DES ASSISES DU SYNODE DIOCESAIN A MATADI 

Le synode diocésain de Matadi lancé depuis Pentecôte 2012 est dans sa phase finale. Les assises de ce grand forum diocésain sont ouvertes ce mercredi 22 mai 2013 par Monseigneur Daniel Nlandu Mayi, Evêque de Matadi à 9 h 00’, dans la salle de fêtes de Safari. Plusieurs personnalités ont pris part à cette cérémonie : le représentant du gouverneur du Bas-Congo, des autorités politico-administratives, des représentants des Eglises sœurs, les membres de l’assemblée synodale.

Outre la cérémonie d’ouverture proprement dite, cette première journée a été consacrée aussi à la validation des mandats des participants, à la lecture du Règlement d’ordre intérieur des assises, à la catéchèse et à la composition des commissions et sous-commissions.

Quatre catéchèses étaient faites pour préparer le terrain sur la matière qui sera débattu en commission et sous-commission. La première est celle faite par l’abbé François Luyeye, prêtre de l’archidiocèse de Kinshasa, sur la révélation divine. La seconde, basée sur la liturgie, était donnée par l’abbé Bernard Nkiambi, Directeur du Centre pastorale et liturgique de Tumba. Quant à la troisième catéchèse, elle s’est articulée sur la Pastorale et était exposée par le père Victor Mampuya, Recteur du Scolasticat des Rédemptoristes à Kinshasa. Enfin, la quatrième catéchèse, faite par l’abbé Emmanuel Nsukula, a tourné au tour de l’Eglise.

La journée s’est terminée par la projection du film sur l’Afrique terre d’espoir. A partir du jeudi, les travaux vont se dérouler en commissions et sous-commissions. 

Ci-joint l’Allocution de Monseigneur l'Évêque et le Mot de bienvenue du Secrétaire général à l’ouverture de ces assises.

 synode-diocesain-assemblee-synodale.jpg  synode-diocesain-bureau.jpg

Jules  MANDAYA ISAMBASA, rtdm

Assises du Synode diocésain

Communiqué du Secrétariat

Suite aux funérailles de Monsieur l'abbé Victor Mukiese Luamba, prêtre du diocèse de Matadi décédé à Kinshasa et qui sera enterré le 17 mai 2013, le secrétariat général du synode vient de modifier le programme des assises de ce forum de la manière suivante:

  • du mercredi 22 au samedi 25 mai 2013 : assemblée synodale dans la salle de SAFARI à Matadi.
  • le dimanche 26 mai 2013 : messe de clôture du synode diocésain à la paroisse Notre-Dame de Fatima à Matadi.

Que ceux qui sont invités à ces assises et à la messe de la clôture du synode puisse tenir compte de ce nouveau programme.

Jules  MANDAYA, rtdm

Constitution du Secrétariat Général du Synode

armoiries-eveque-5.jpgMatadi, 1er mai 2013 – Par le Décret épiscopal N°002/DNM/EVMAT/2013, signé le 1er mai 2013, S. E. Mgr Daniel Nlandu Mayi, Évêque diocésain de Matadi, a procédé à la constitution du Secrétariat Général du Synode diocésain de Matadi ainsi qu’à la nomination de ses membres...Lire la suite.

SENSIBILISATION AU SYNODE DIOCESAIN

ENVOI EN MISSION DES SENSIBILISATEURS DU SYNODE DIOCESAIN

armoiries-eveque-8-3.jpgMatadi, 19 janvier 2013 - Son Excellence Monseigneur l'Evêque Daniel Nlandu Mayi vient de procéder à l'envoi en mission des animateurs de la campagne de sensibilisation du synode diocésain. Ce, au cours d'une célébration eucharistique qui a clôturé la session de formation que cette équipe a suivie sur la mission à accomplir. Avec cette campagne, le synode diocésain lancé depuis la Pentecôte 2012 entre dans son tournant décisif pour sa première étape. Il s'agit pour ces animateurs, comme le stipule Mgr l'Evêque, d'apporter l'information à tous les fidèles du diocèse dans leur milieu de vie selon leur propre langage pour rendre accessible à tous les diocésains la participation à ce rendez-vous de réforme de notre diocèse. Cette mission va du 21 au 31 Janvier 2013. Les équipes d'animation sont composées suivant les axes ci-après : 

Axe Vanga - Kinzao Mvuete - Nsanda - Matadi : 

l'abbé Jean Tshingola et la Soeur Jeanne Mabumba.

Axe Nduizi - Manteke - Songololo - Kasi - Kimpese - Lukala : 

l'abbé Philibert Mayengele et l'abbé Antoine Pandula.

Axe Ngombe Sud - Kimpangu - Luvaka - Kuilu Ngongo - Mbanza Ngungu - Kinzundu - Ngombe Matadi - Nsona Mbata - Nsanga : 

l'abbé Hubert Matondo et la soeur Itridat Ndombi

Axe Nord 1 : Bienga - Bandakani - Nkundi - Luozi (Lukunga) : 

le père Joseph Mukondua et la soeur Marie-Janvier Bawutila.

Axe Nord 2 : Zimba - Mangembo - Miyamba : 

l'abbé Ernest Nkinasa et l'abbé Roger Mvula Nene

Ci-joint le texte de l'homélie de Mgr l'Evêque à l'occasion de l'envoi  en mission…

Lire homélie de l'Évêque.

Jules  Mandaya  Isambasa

Faire route ensemble

ANNEE SYNODALE : FAIRE ROUTE ENSEMBLE

Révérends Abbés,

Révérends Pères,

Révérendes Sœurs,

Révérends Frères,

Très chers Animateurs de la pastorale,

Le Synode est ouvert, il est officiellement lancé

Le 27 mai 2012, en la fête de la Pentecôte, notre Evêque a proclamé l’année synodale diocésaine, nous embarquant dans une démarche commune à toute l’Eglise diocésaine depuis ce jour jusqu’à la Pentecôte 2013, le 19 mai.

Cette démarche se veut :

  • une véritable dynamique nouvelle, heureuse et joyeuse, aux fins de nous renouveler, de nourrir notre espérance et de nous emmener à resserrer les liens qui nous unissent pour vivre une communion ecclésiale profonde et féconde. Nous pouvons dire que nous sommes appelés à une purification, une conversion, une transformation de nos habitudes et pratiques, personnellement et collectivement (en Communauté).
  • une dynamique qui nous permettra dans la prise de conscience de notre pauvreté et de nos limites à porter notre regard sur les signes de vie, dans les personnes et les événements ; et en même temps de développer l’exercice de la coresponsabilité entre les prêtres, entre prêtres –laïcs et entre les laïcs entre eux, dans la communion de prières et d’action avec notre Evêque diocésain.
  • une dynamique qui se veut une réponse aux mutations de la société et de l’Eglise ainsi qu’aux situations parfois difficiles auxquelles les chrétiens sont confrontés.

Elle offre une chance nouvelle aux Communautés, aux Baptisés, à l’Eglise diocésaine et son ouverture sur le monde, en nous appelant à  réajuster et préciser sous la mouvance de l’Esprit la mise en œuvre de la mission de l’Eglise aux fins de prendre courageusement quand il le faut des chemins nouveaux pour répondre aux appels de l’Evangile. 

Aussi, est-ce avec beaucoup d’humilité que l’équipe de pilotage diocésaine du synode vous adresse ces quelques mots pour aider, tant soit peu, à entrer dans cette dynamique synodale, non pas avec des idées arbitraires ou falsifiées, mais dans le respect de la nature du synode, ce cadre ecclésial de communion, de concertation, de recherche, de redynamisation, de découverte, de rénovation et de réaménagement pastoral, en fidélité avec les objectifs que l’Eglise, mater et magistra, lui assigne !

Le présent texte demande à être interprété et commenté selon les caractéristiques de ses auditeurs.

Il est évident que la réalisation du synode appelle des concours nombreux et divers.  Pour l’heure, l’équipe de pilotage demande aux Curés, aux Vicaires comme aux Animateurs synodaux désignés sous leur responsabilité de prendre le temps et les moyens qu’il faut pour emmener leurs fidèles à l’intelligence de la réalité qui désormais  nous mobilise, et qu’il nous faut accueillir comme une grâce de Dieu : le synode diocésain.

Nous voilà donc tous embarqués pour une belle aventure ! Puisse ce synode redonner vigueur, enthousiasme à chacun et à chacune, puisse-t-il redynamiser le peuple de Dieu dans notre diocèse ! Puisse-t-il donner envie aux Jeunes de s’engager et de marcher avec Jésus, notre Maître ! 

Le Synode, qu’est-ce ?

En consultant le Code de droit canonique, nous y lisons que « le synode diocésain est la réunion des délégués des prêtres et des autres fidèles de l’Eglise particulière qui apportent leur concours à l’évêque diocésain pour le bien de la communauté diocésaine tout entière » (canons 460 ss).

Le synode, dont le nom même signifie « faire route ensemble », est donc une démarche collective que l’évêque propose à l’ensemble des fidèles dont il a la charge.

Selon son étymologie, le mot Synode renvoie à l’idée d’une marche (ou d’une démarche) effectuée ensemble – ou, plus précisément encore, effectuée selon l’être-ensemble qui caractérise la communauté ou la communion des chrétiens.

Les Assemblées qui seront formées aux différents niveaux pastoraux, notamment de mouvements spirituels et apostoliques, ou de Séminaristes ou encore à une plus vaste échelle de sous postes de mission, de paroisses, ou même au niveau décanal (de zone apostolique), auront effectivement, bien sûr, « quelque chose de vraiment synodal. »

Toutefois, parce qu’elles ne vérifieront pas certaines caractéristiques de ce que le Droit canonique appelle à proprement parler un Synode, nous les qualifierons plutôt de pré-synodales. Elles visent à permettre à tout notre diocèse, à ses Communautés (paroissiales ou non), à ses Services, à ses Mouvements, à toutes  ses « forces vives » mais aussi finalement à chacun de ses membres de s’exprimer, de se sentir davantage et mieux membre à part entière de l’Eglise de Jésus-Christ qui est dans le diocèse de Matadi.

La forte implication de ces groupes, équipes ou assemblées qui sont autant des lieux d’exercice de la coresponsabilité souligne la prise au sérieux de la communauté chrétienne dans son ensemble chargée de la mission de l’Eglise dans le diocèse, sous la présidence du ministre ordonné, le Curé.

Sans leur consultation, rien de bien vivant, de solide, de durable ne pourrait  être réalisé. En effet, sans eux, aucun projet décidé d’en haut, - si bien ficelé soit-il – n’aurait de l’avenir ! C’est pourquoi notre synode est précédé d’une phase de consultation, c’est-à-dire d’un vaste temps de préparation qui est l’occasion, pour les membres de notre Eglise diocésaine de prier, de réfléchir, mais aussi de vivre et de travailler ensemble en vue de la réalisation de notre projet commun.

Toutes les instances et toutes les personnes sont concernées par les appels évangéliques que l’évêque diocésain lance vigoureusement à l’ensemble des fidèles : « Que tous soient un – Vous serez mes témoins. »

Au terme de cette phase de préparation, l’évêque promulguera par un décret la loi synodale selon laquelle l’Assemblée synodale qui réunira les membres élus de tous les grands conseils diocésains et des représentants élus de tous les secteurs pastoraux de notre diocèse sera constituée et la conduite des débats exercée.

Ainsi donc, le synode proprement dit consistera en une ou plusieurs assemblées synodales.

La finalité du Synode est donc d’apporter son concours à l’Evêque dans l’exercice de la fonction qui lui est propre, fonction d’enseignement, de sanctification et de gouvernement. 

Il est donc convoqué et présidé par l’Evêque. C’est lui ou son représentant qui fixera les questions qui seront débattues et qui dirigera effectivement les discussions durant les sessions synodales.

A l’issue des travaux, c’est aussi à l’évêque qu’il reviendra de « tout examiner et de retenir ce qui est bon » dans les avis exprimés. Il lui appartient également, à lui seul, de donner suite ou de ne pas donner suite au travail du Synode, et de signer les déclarations et décrets qui engageront l’Eglise diocésaine dans les changements que l’Esprit-Saint aura inspirés aux membres du Synode.

Le synode est donc d’abord un acte du gouvernement épiscopal.  Mais il est, en même temps, à un haut degré un événement de communion et un exercice de coresponsabilité exprimant ainsi la nature profonde de l’Eglise, « peuple de Dieu, Eglise famille de Dieu », parce qu’il fait appel aux compétences de tous, dans la diversité de  fonctions, de ministères et de charismes (laïcs, prêtres et diacres, agents de pastorale, religieuses et religieux, jeunes et adultes).

Le synode manifeste la dimension horizontale d’une Eglise dans laquelle, en raison du baptême, tous sont fondamentalement égaux et jouissent d’une même dignité.

 Une telle occasion de donner la parole à tous les baptisés est suffisamment rare pour qu’elle soit  appréciée par tous, à sa juste valeur.

Le statut des propositions synodales

Les avis du synode sont qualifiés de « consultatifs », ceci pour signifier que l’évêque est libre d’accueillir ou non les opinions manifestées par les membres du synode, et aussi pour manifester qu’il n’est pas dans la nature de l’Eglise d’opposer l’évêque et le peuple de Dieu dont il a la charge : le synode n’est donc pas l’occasion de faire part de ses revendications ou d’exprimer ses ressentiments.

Il vaut la peine de souligner ici que le synode est encore  un acte de communion avec l’Eglise universelle. Ce qui exclut de facto d’y remettre en cause des décisions qui relèvent du magistère universel et local.

Il est d’ailleurs recommandé à l’évêque, dans les instructions relatives à l’organisation des synodes diocésains, d’exclure de la discussion synodale des thèses et positions qui seraient « discordantes » par rapport à la doctrine et à l’organisation ecclésiale, notamment certaines «questions relatives à la vie et au ministère des Clercs ».

Il reste toutefois évident que si notre évêque fait entrer le diocèse dans cette démarche synodale, c’est qu’il est prêt à entendre tout le peuple de Dieu et à écouter l’ensemble des  Acteurs de la vie pastorale, avec leurs diverses expériences, aux fins de construire avec eux l’avenir du diocèse. 

Quel regard porter sur le synode ? Dans quel esprit vivre cette démarche ?

Nous pouvons encore regarder le synode comme un acte symbolique dans la mesure où :

  • il manifeste la nature de l’Eglise « communion » de tous les croyants.
  • Il est un acte pratique puisque les conclusions du synode sont destinées à orienter concrètement l’activité diocésaine.

Dans quel esprit convient-il de vivre une telle démarche ? Voici quelques points importants à ne pas perdre de vue :

  • le Synode est avant tout une démarche spirituelle. C’est pourquoi la première responsabilité de tous les participants au synode est la prière à l’Esprit Saint, puisque c’est lui et lui seul qui doit guider toute la démarche synodale, et être le véritable auteur des conclusions qui en ressortiront.
  • La démarche synodale doit nécessairement partir d’un constat objectif de ce qui est réellement vécu dans  l’Eglise diocésaine, sans que l’on se  focalise sur les problèmes, sur ce qui ne marche pas.

N’est-ce pas qu’il s’agit de regarder d’abord les beautés qui sont les nôtres et discerner en toute objectivité comment notre Eglise diocésaine répond déjà aux aspirations spirituelles et religieuses de nos contemporains.

  • Enfin, au-delà des orientations qui seront prises et des résultats tangibles qu’on peut légitimement en escompter, il  semble que ce qui importe avant tout, c’est de « vivre » le synode.

C’est, en effet, l’occasion d’exercer, de la manière la plus concrète possible cette unité du peuple de Dieu dans sa diversité et de tester notre capacité à travailler ensemble pour avancer vers un même but.

Chacun de nous sait comment est grande la tentation d’un chacun ou de nos communautés de se suffire à elles-mêmes, de se satisfaire d’une convivialité protocolaire, de ne se préoccuper que de leur fonctionnement ou de leur petit confort liturgique.

Nous le savons, ce qui souvent met à mal la communion dans l’Eglise, ce sont les jugements que nous portons les uns sur les autres et les difficultés que nous avons à accueillir d’autres points de vue que les nôtres.

C’est  pourquoi le synode invite précisément chacun à dépasser son seul point de vue, sa seule opinion, pour ne retenir que le bien de l’ensemble et l’édification du corps du Christ. Par exemple une équipe synodale, quelle qu’elle soit, formée de membres d’un mouvement apostolique, ou d’une congrégation, ou d’une catégorie socioprofessionnelle ou de n’importe quel groupe à idéal précis, n’est  pas appelée  à débattre de son avenir ou de sa place au sein de l’Eglise diocésaine, mais à se prononcer «  en tant qu’équipe, mouvement, congrégation ou association de vie religieuse » sur l’avenir de l’Eglise diocésaine.

Conclusion

Le synode, donc, doit manifester non seulement la communion diocésaine, mais encore il doit permettre de la réaliser concrètement et de la consolider.

Peut-être  est-ce faire preuve d’un bel optimisme, mais dans l’esprit et la perspective dans laquelle notre évêque l’a décrété et l’a ouvert, nous voulons croire que le synode sera pour notre Eglise diocésaine, le point de départ d’une véritable conversion, un temps pour revisiter nos attitudes, nos pratiques et nos propositions afin de mieux répondre aux attentes des hommes et des femmes d’aujourd’hui.

L’équipe de pilotage attend de tous des contributions qui font état d’un certain nombre de préoccupations autour des appels de notre synode « Que tous soient un », « Vous serez mes témoins », ainsi que de ces deux thèmes  qu’il inspire : servir et témoigner

Fait à Matadi, le 27 mai 2012

Equipe de pilotage du Synode diocésain

PRIERE DU SYNODE

PRIERE DE SAINT FRANCOIS

Seigneur, faites de moi un instrument de votre paix !

Là où il y a de la haine, que je mette l’amour.

Là où il y a l’offense, que je mette le pardon.

Là où il y a la discorde, que je mette l’union.

Là où il y a l’erreur, que je mette la vérité.

Là où il y a le doute, que je mette la foi.

Là où il y a le désespoir, que je mette l’espérance.

Là où il y a les ténèbres, que je mette votre lumière.

Là où il y a la tristesse, que je mette la joie.

O maître, que je ne cherche pas tant

A être consolé … qu’à consoler ;

A être compris … qu’à comprendre ;

A être aimé … qu’à aimer ;

Car :

C’est en donnant … qu’on reçoit ;

C’est en s’oubliant … qu’on trouve ;

C’est en pardonnant … qu’on est pardonné ;

C’est en mourant … qu’on ressuscite à l’éternelle vie. Amen

PRIERE POUR LES REUNIONS DU CHEMINEMENT SYNODAL

Adsumus (Nous voici)

Seigneur, Esprit Saint, nous voici devant Toi.

Nous qui sommes tous des pécheurs,

En ton Nom seulement nous sommes ici réunis.

Viens à nous,

Demeure avec nous,

Daigne habiter dans nos cœurs.

Enseigne-nous ce que nous avons à faire,

Le but vers lequel nous devons marcher.

Montre-nous quelle tâche nous avons à réaliser

Pour que nous puissions, avec ton assistance,

Te plaire en toutes nos actions.

Sois notre seul conseiller, le seul inspirateur de nos jugements,

Toi seul, avec le Père et le Fils, possèdes le Nom de Gloire.

Toi qui aimes l’équité parfaite,

Ne permets pas que nous jetions le désordre

Dans ce qui est conforme à la justice.

Fais en sorte

Que l’ignorance ne nous entraîne pas sur une fausse route,

Que la partialité n’influence pas nos actes

Et que nous ne soyons pas séduits

Ni par un avantage personnel, ni par une complaisance envers quelqu’un.

Attache-nous à Toi afin de nous rendre efficaces par le seul don de ta grâce.

Que nous trouvions en Toi notre unité,

Qu’à aucun moment nous ne quittions le chemin de la vérité.

Puissions-nous dans toute notre activité

Observer la droiture en nous laissant guider par la foi

Afin que maintenant nos avis ne s’opposent jamais à ta volonté

Et que plus tard nous obtenions une récompense éternelle,

Réunis en Ton Nom.

Amen

Textes du Synode diocésain

armoiries-eveque-5.jpgMatadi, 14 mars 2013 – Concernant le Synode en cours au diocèse de Matadi, il a été décidé de publier, sur le site officiel, le dossier complet contenant tous les textes y relatifs. Ce dossier est dénommé SYNODE DIOCESAIN. Il permettra ainsi aux lecteurs de suivre l'évolution des travaux synodaux.

 

1.  Communique officiel N/Réf.001/EVMAT/2011

http://img93.xooimage.com/views/a/5/6/1-communiqu-synode1-3cb2730.pdf/

2. Homélie de S.E. Mgr Daniel NLANDU MAYI, Evêque de Matadi,…Pentecôte 2012

http://img90.xooimage.com/views/0/f/5/2-hom-lie-de-la-p...-te-2012-3cb281d.pdf/

3.  DECRET EPISCOPAL NO001/EVMAT/ PORTANT CONVOCATION ET OUVERTURE…

http://img94.xooimage.com/views/0/c/d/3-d-cret-episcopal-no-001-3cb2968.pdf/

4.ANNEE SYNODALE : FAIRE ROUTE ENSEMBLE

http://img92.xooimage.com/views/7/7/d/4-ann-e-synodale-...ensemble-3cb2991.pdf/

5.DECRET EPISCOPAL N°006/DNM/EVMAT/2012 PORTANT CONSTITUTION …

http://img94.xooimage.com/views/1/b/1/5-d-cret-de-const...synodale-3cb29a9.pdf/

6.Lettre pastorale synodale

http://img93.xooimage.com/views/a/c/7/6-lettre-pastorale-synodale-3cb29bb.pdf/

7.  L A    L O I   S Y N O D A L E

http://img90.xooimage.com/views/4/9/c/7-loi-synodale-3cb29c3.pdf/

8.Prière pour les réunions du cheminement synodal

http://img92.xooimage.com/views/e/0/2/8-pri-re-pour-les...-synodal-3cb29d1.pdf/

9. HOMELIE DE LA MESSE D’ENVOI EN MISSION DES ANIMATEURS…

http://img94.xooimage.com/views/9/6/0/10-hom-lie-de-la-...-d-envoi-3cb29f3.pdf/

10.Prière de Saint François

http://img91.xooimage.com/views/8/3/f/10-pri-re-de-saint-fran-ois-3cb2a05.pdf/

11.Message de sensibilisation des chrétiens de la ZAM sur le synode

http://img91.xooimage.com/views/7/f/d/11-message-de-sen...-synode--3cb2a0d.pdf/

Convocation du Synode diocésain

armoiries-eveque-8-4.jpgDECRET EPISCOPAL N°001/DNM/EvMat/2012 PORTANT CONVOCATION  DU SYNODE DIOCESAIN


Daniel Nlandu Mayi, par la grâce de Dieu et l’autorité du Siège Apostolique, Evêque de Matadi ;

Le  12 et 13 janvier 2011, aux journées sacerdotales, les prêtres ont pris le temps de faire le point sur la situation globale du diocèse. En conclusion de leurs analyses et synthèses, ils ont expressément demandé à l’Evêque diocésain l’organisation d’un synode diocésain comme chemin indiqué et adéquat pour faire naître l’aggiornamento nécessité  par les mutations profondes qui marquent  le diocèse ad intra et ad extra depuis plusieurs décennies.

Ne peut-on dire, en effet, que la question du meilleur ajustement de l’Eglise à sa vocation et à sa mission s’est toujours posée à toutes les époques de l’histoire.

Après le temps de la Préfecture et du Vicariat que nous appelons le temps des semailles, il s’agit de la semence de l’Evangile ; 

Au terme de plus de 50 ans de vie dans le cadre juridique du diocèse, période jalonnée d’ombres et de lumières ;

Il paraît judicieux et tout à fait indiqué que notre diocèse se mette en mouvement et cherche  à relever les défis anciens et nouveaux qui se posent à lui, d’autant qu’il est inséré dans un contexte global de crise multiforme dont il se ressent douloureusement.

Au vu de ces états de lieux, après avoir pris conseil et prié, j’ai accédé à la demande de tous les prêtres que le diocèse se donne les moyens de mettre en œuvre  un nouveau  projet missionnaire diocésain réajusté à notre temps, et qui régira notre action pastorale pour les années à venir.

J’ai tout de suite pensé que cette démarche se devait d’être à la fois un temps fort de conversion personnelle pour chaque Baptisé, un temps fort  de renouvellement communautaire autour de la mission de l’Eglise reçue de son divin Maître : «  Que tous soient un » (Jean 17,21) et « Vous serez mes témoins » (Actes 1,8). 

Ainsi donc, l’ensemble de  prêtres et tous les Conseils diocésains ayant donné un avis positif (Canon 461, §1), j’ai décidé de la tenue prochaine d’un synode diocésain ; et l’annonce en a été faite à l’occasion de la grande messe chrismale du 21 avril 2011. Par la même occasion,  je faisais connaître la composition de « l’Equipe de pilotage » en charge de préparer et d’organiser la phase préparatoire du synode, c’est-à-dire la phase de consultation de tout le peuple de Dieu.

En ce jour de Pentecôte que nous fêtons comme  la  naissance, la  mise au monde du peuple de Dieu destiné à croître par la force créatrice de l’Esprit, en ce jour où l’amour de Dieu peut embraser toute la Terre et guérir les derniers replis de nos cœurs, je décrète et promulgue le Synode diocésain selon les dispositions du Code de Droit Canonique (Canons 460 à 468 et 833, §1). Il a pour thème « Que tous soient un »et « Vous serez mes témoins. »  Que ce Synode soit pour nous tous, une grâce de vie nouvelle à accueillir.

C’est pourquoi,

Vu les canons ci-dessus précités,

Vu l’instruction sur les synodes diocésains de la Congrégation des Evêques en date du 9 juillet 1997,

L’Esprit Saint ayant été invoqué, j’ai disposé :

Article 1 : le Synode du diocèse de Matadi sera célébré depuis la Pentecôte 2012, en ce jour 27 mai jusqu’à la Pentecôte 2013, le 19 mai.

Article 2 : Pour pouvoir relever les multiples défis auxquels le diocèse est confronté, postule des concours nombreux, il en appelle à une recherche commune (synodalité), car il a besoin de repérer son expérience historique fondamentale, de lire adéquatement les signes du temps et de les interpréter correctement, d’analyser sa situation actuelle par rapport au monde qui l’entoure et dans lequel il est inséré pour tirer les conséquences pour son vécu. C’est condition indispensable pour qu’il reste à même de continuer à assurer efficacement et fidèlement la triple mission de l’Eglise, à savoir

1.   l’annonce de la foi et la formation chrétienne, c’est la proposition de foi en Christ
2.   la célébration de la foi et la prière, c’est la fonction liturgique
3.   le service de la charité et de la solidarité, c’est la diakonia.

Ceci concerne tous les niveaux de la vie diocésaine, depuis les Communautés Ecclésiales Vivantes de Base jusqu‘aux organes centraux de conduite du diocèse (fonction du témoignage).

Il sera nécessaire qu’on prenne également en compte les aspects financiers, immobiliers, organisationnels et ressources inhérentes à toutes les évolutions pastorales (c’est l’enjeu du réaménagement pastoral).

Article 3 : Les prières recueillies pour les réunions  du cheminement synodal aux fins de rester docile et fidèle  à l’Esprit et  pour accompagner nos efforts de conversion seront dites pour ouvrir et clôturer les réflexions et les  travaux synodaux.

La prière d’ouverture « adsumus » peut être suivie d’un temps de méditation s’appuyant sur un verset biblique adapté.

Article 4 : Au terme de la phase de la consultation, l’assemblée synodale proprement dite sera constituée selon le droit par un décret particulier de l’Evêque.

Article 5 : La phase de préparation synodale et sa conduite sont confiées à l’équipe de pilotage.

Article 6 : Le Synode étant fondamentalement une démarche spirituelle, ce temps fort doit être porté dans la prière de notre Eglise. Aussi  pendant toute la durée du Synode, le diocèse priera-t-il  pour son heureuse issue.

Article 7 : L’annonce de  l’ouverture du Synode et sa finalité seront reprises et commentées dans les plus brefs délais dans toutes les Communautés chrétiennes du diocèse au cours d’une célébration adaptée  non eucharistique. Ce jour-là marquera de façon plus particulière l’entrée en synode de ces Communautés.

Article  8 : Lorsque les prescriptions liturgiques le permettent, les prêtres sont  invités à prendre la messe « Pour une réunion d’ordre spirituel ou pastoral », ou la messe « Pour l’Eglise locale ». Et dans chaque messe dominicale, on proposera désormais une intention de prière universelle pour le synode.

Article  9 : La célébration de clôture du Synode et l'envoi en mission de l'Eglise diocésaine est fixée au 19 mai 2013 en la fête de la Pentecôte.

Que notre Dame du Perpétuel Secours, Patronne de notre diocèse, chemine avec nous sur les chemins de la mission tout au long de démarche synodale.

Donné à Matadi, le dimanche 27 mai 2012 en la fête de la Pentecôte.

+ Daniel NLANDU MAYI,
Evêque de Matadi.

Contresignée par le Chancelier de l'Evêché de Matadi,
Abbé Janvier NGINADIO MUNTIMA.

AVIS IMPORTANT « LES ACTES DU SYNODE DIOCESAIN » VIENNENT D’ETRE PUBLIES

Syno 3Publié au premier anniversaire de la clôture du synode diocésain tenu à Matadi du 21 avril 2011 au 25 mai 2013, cet opuscule intitulé « Actes du synode diocésain » résume les 242 Résolutions et recommandations des participants à ce forum diocésain, résolutions qui ont été soumises au législateur de l’Eglise particulière de Matadi, Mgr l’Evêque, seul habilité à donner suite aux divers avis exprimés lors de ces assises diocésaines.

A la grande satisfaction de l’ensemble de la communauté diocésaine de Matadi, le Synode diocésain non seulement connut une issue heureuse mais aussi fut réellement un cadre ecclésial de communion, de concertation, de recherche, de redynamisation, de découverte, de rénovation et de réaménagement pastoral », bref une grâce de Dieu.

Cet ouvrage informera le lecteur sur l’essentiel de tous les épisodes de ce grand forum diocésain qui tint ses paris - malgré la crise économique mondiale – grâce à la volonté manifeste et décidée de l’ensemble des chrétiens du Diocèse de Matadi et de son pasteur propre.

Les « Actes du synode diocésain » sont disponibles à Matadi (Procure), à Mbanza-Ngungu et à Kinshasa (Maison diocésaine de la Funa) au prix de 10.000 Fc et 15 $ pour ceux qui veulent soutenir l’œuvre.

 Q u ’ o n   s e   l e   d i s e   !

RTDM KUKIELE