BIENVENUE SUR LE SITE INTERNET DU DIOCESE DE MATADI ET NOUS VOUS REMERCIONS DE VOTRE VISITE

Doyenné de Matadi

Cérémonie d’échange des vœux des agents pastoraux du Doyenné de Matadi

FEch v 19idèles à la tradition et selon le communiqué n° 02/16 du 07janvier 2017 du Curé Doyen, tous les consacrés (prêtres, religieux et religieuses ainsi qu’auxiliaires de l’apostolat) œuvrant dans le Doyenné de Matadi se sont retrouvés ce lundi soir 16 janvier 2017, dans la grande salle de Safari à Matadi, autour de leur Evêque, Son Excellence Mgr Daniel NLANDU MAYI, pour la célébration de la traditionnelle cérémonie d’échange des vœux de Nouvel An 2017.

Deux temps forts ont marqué cette cérémonie, à savoir : les deux adresses prévues pour la circonstance (celui du curé doyen et celui de Mgr l’Evêque) et le partage du repas fraternel.

Dans son adresse le curé doyen a, partant d’une réflexion, permis à toute l’assemblée de comprendre que chacun de nous a la capacité, le pouvoir de faire en sorte que cette année soit bonne, merveilleuse pour lui.  Il suffit de « se donner les moyens par un travail sur soi, par un coaching, par la capacité, à quelque niveau que ce soit, d’un point psychologique et concret , qu’on parviendra à des actions concrètes susceptibles de changer et d’améliorer sa vie et de la faire progresser toujours vers le meilleur » a-t-il indiqué. Ensuite, avant de souhaiter, au nom du noyau des consacrés de la ville portuaire représentatif de tous les consacrés du Diocèse de Matadi, les vœux d’une année pleine de joie, de succès et de paix au Père Evêque, il a rappelé les mots d’ordre proposé par Mgr l’Evêque à l’ouverture de l’année pastorale 2016-2017. Il s’agit de « l’humilité et du service ».  Il a enchaîné en affirmant qu’ « exercer notre ministère en toute humilité et nous appliquer à développer cette vertu et le sens du service désintéressé, tel est notre cheval de bataille et notre prière tout au long de cette année nouvelle».

Quant à Mgr Daniel NLANDU, dans son allocution, il a d’abord évoqué les situations particulièrement éprouvantes que notre Diocèse de Matadi a connu ces deux dernières années : la mort de l’Abbé Gabriel KUSENGANA qui nous quittait le 22 décembre 2015 et, l’année suivante, celle de l’Abbé Bernard MAMPASI, décédé le 21 décembre 2016. Peu avant lui, le 28 août de la même année, la disparition de notre Evêque Emérite, Mgr Gabriel KEMBO et plusieurs autres nouvelles successives de décès soit de parents, ou de membres de famille des séminaristes, des prêtres ou des religieuses. A tous les confrères et religieuses qui ont été éprouvés par les deuils de leurs proches, il a réitéré sa proximité, sa compassion et sa communion spirituelle. Et pour honore les âmes de nos fidèles défunts, il a invité l’assistance à observé un petit instant de silence.

Poursuivant son mot, après avoir rappelé les grandes célébrations liturgiques qui nous ont permis de célébrer nous aussi l’année sainte, le grand jubilé de la Miséricorde et diverses autres célébrations paroissiales, il a saisi de cette occasion pour remercier tout le monde pour la collaboration et l’implication personnelle de chacun et de tous.

Enfin, il a souligné que «  dans notre travail pastoral de cette année nouvelle, … que nos tâches ordinaires et la poursuite de nombreuses urgences qui nous préoccupent souvent, ne puissent pas nous éloigner du projet commun que nous nous sommes assignés, et que j’aimerais vous rappeler ici : il s’agit de la poursuite de la mise en application des résolutions de notre synode Diocésain, qui s’est clôturé le 26 mai 2013 ». C’est en exhortant tous les agents pastoraux de Matadi, représentés valablement par ceux du Doyenné de Matadi, « à garder constamment présent à l’esprit cette tâche primordiale de longue haleine qui… est la meilleure voie qui puisse rendre plus palpable le renouveau et le redressement de notre Diocèse, tel que nous l’avons voulu» qu’il a bouclé son message.

Dès après les différents mots, l’assistance s’est mise à la disposition du protocole pour le partage du repas fraternel.

Notons, par ailleurs, que cette soirée a été toute particulière parce qu’elle a coïncidé avec l’entrée en compétition à la CAN 2017 de notre équipe nationale, les léopards qui a affronté et battu le Maroc avec un score de 1 but à 0. Tout en mangeant, tout le monde avait son attention vers le petit écran de la télévision placée expressément dans la salle. C’était, comme l’a si bien dit l’Evêque lui-même, une belle soirée et notre joie a été davantage sentie avec la victoire de notre pays… »  Au dernier coup de sifflet, c’était l’explosion de joie et la fin de la manifestation.

Philibert MAYENGELE

                                                                                                                                                                                                     RTDM KUKIELE

Ech v 22Ech v 22Ech v 20Ech v 16Ech v 17Ech v 14Ech v 12Ech v 13Ech v 21Ech v 1Ech v 4Ech v 10

Messe de l’Esprit Saint marquant l’ouverture de l’année académique 2016-2017

Sg11Sur recommandation de la Conférence Episcopale Nationale du Congo et sous le haut patronage de l’Evêque de Matadi, Mgr Daniel NLANDU MAYI, les personnels académiques et les étudiants catholiques, membres du Mouvement International des Etudiants Catholiques de toutes institutions supérieures et universitaires confondues du Doyenné de Matadi, d’une part, et les grands jeunes, membres des groupes Bilenge ya Mwinda, Légion de Marie junior, Mijercha et Jeunes du MCL ainsi que les noyaux des Mouvements des enfants (Kizito-Anuarite, Légion de petites âmes, Armée des petits anges, d’autre part,  ont pris massivement part, le samedi 25 novembre 2016 en l’église paroissiale Saint Gérard de Minkondo,  à la messe de l’Esprit Saint marquant l’ouverture de l’année académique 2016-2017.

Au cours de cette messe, présidée par l’Aumônier diocésain des jeunes, Abbé Freddy MASIKA entouré de six prêtres, le Père Victor MAMPUYA et les Abbés Philibert MAYENGELE,  Jean Claude NEKWA, Basile MVUANGA, Ghilain LUWAWU, Serge ZOLANDANGA,  les jeunes ont invoqué l’Esprit Saint pour solliciter ses abondantes grâces et son intervention spéciale sur chacun. Profitant de cette même occasion, Ils ont également prié pour les personnels académiques, les étudiants et les jeunes de notre diocèse ainsi que pour notre cher pays, la R.D. Congo.

Dans son homélie, tirée de deux textes  Jc 2, 14-20 et Lc 4, 16-20, le Célébrant a exhorté l’assistance à la Foi et à l’action. Chacun de nous, a-t-il indiqué, doit avoir la conviction de la présence de Dieu et de son action dans sa vie. Cette conviction doit nous pousser à l’action allant dans le sens de la lutte contre les anti-valeurs qui caractérisent les jeunes. Et, pour être plus concret, chacun a été invité à se poser les questions suivantes :

- En quoi mon appartenance à Dieu, ma relation avec Dieu  influence-t-elle ma vie de tous les jours ?

- Pourquoi la corruption règne tant dans nos universités et instituts supérieurs ?

- Pourquoi les jeunes ne visent-ils pas l’excellence et le sens de l’effort a-t-il disparu ?

Pour l’Abbé Freddy, au lieu de se plaindre de la situation actuelle ou de la vie que nous menons tous, il s’agit plutôt de réfléchir pour voir comment s’en sortir.

La voie de sortie, pour lui, semble être l’imitation de Jésus Christ qui non seulement était convaincu non seulement de la présence et l’action de l’Esprit Saint dans sa vie mais aussi d’apporter le bonheur et le vrai bonheur à tous. Et donc, comme Jésus, l’Eglise, nos Evêques nous demandent d’être « prophètes » de notre temps, d’être « débout » pour avancer et être des jeunes « responsables » qui travaillent sérieusement « sans être instrumentalisé par qui que ce soit » pour bâtir leur avenir.

Avant la bénédiction finale, l’Abbé Freddy a procédé à la présentation, d’abord, des aumôniers diocésains des groupes des jeunes et enfants nouvellement nommés et qui désormais vont le seconder dans sa lourde charge, il s’agit des Abbés Jean Claude NEKWA pour le groupe APA, Serge ZOLANDONGA pour le groupe KA, Ghilain LUWAWU pour le groupe Xaverie et Edmond SOBA pour le Bilenge ya Mwinda ; ensuite,  le comité décanal des étudiants au sein du MIEC et, enfin, du nouveau bureau diocésain de Scout qui sera piloté par Mr Jean Marie KATUKONKI, du comité diocésain de Xaverie et des personnels académiques.

Après lui, l’Abbé Philibert MAYENGELE, en sa qualité d’aumônier du MIEC, a fait un petit mot de remerciement à l’endroit des Evêques de la CENCO, du comité diocésain des jeunes, du Curé de la paroisse, des corps académiques, de la chorale du MIEC qui a animé cette messe et de toute l’assistance.

Le secrétaire de la commission diocésaine de Jeunes a, quant à lui, salué et présenté les différentes coordinations des mouvements des jeunes et enfants.

Pour terminer, avant de bénir solennellement l’assistance, l’officiant a transmis à tous les jeunes le bref message personnel de Mgr l’Evêque : « Laissez-vous former et visez toujours plus haut. »      

Tout a fini autour de 20h30’ dans la  salle paroissiale Saint Gérard où un cocktail a été offert aux prêtres et autorités académiques.

 

Abbé Philibert MAYENGELE

RTDM KUKIELE

Sg1Sg12Sg11Sg10Sg9Sg8Sg7Sg6Sg5Sg5Sg4Sg3Sg1Sg1

CLOTURE DE L’ANNEE DE LA MISERICODE AU DIOCESE DE MATADI

Pm13En communion avec l’Eglise Universelle, l’Evêque de Matadi, Mgr Daniel NLANDU MAYI, a procédé, le dimanche 20 novembre 2016 en la solennité du Christ-Roi de l’Univers, à la clôture solennelle de l’année sainte de la Miséricorde. Comme geste symbolique, dès l’entrée de la messe, le Père Evêque a fermé la porte centrale de l’église-cathédrale Notre-Dame Médiatrice en ville basse.

Entouré de sept prêtres, en présence du gouverneur de la province du Kongo central et de nombreux fidèles venus de toutes les paroisses du doyenné de Matadi, Mgr l’Evêque a souligné que « cette fermeture n’a marqué que la fin de la démarche jubilaire, mais la pratique de la miséricorde doit se poursuivre durant toute la vie. » La fermeture de l’année de la miséricorde constitue pour le chrétien un nouveau départ, a-t-il poursuivi.

Par la même occasion Mgr Daniel NLANDU a transmis à l’Église famille de Dieu qui est à Matadi le message et la prière de sa sainteté le pape François pour la paix en R.D.CONGO.

Notons que L’année sainte de la miséricorde a été ouverte par le Pape François le 8 décembre 2015 à Rome. Et au diocèse de Matadi, en réponse à la demande du Saint Père, c’est le même mois  que les fidèles de Matadi ont été appelés à passer par la Porte de la miséricorde ouverte par leur Evêque dans la même église cathédrale.

RTDM KUKIELE

Pm1 2Pm7Pm23Pm24Pm22Pm21Pm20Pm19Pm18Pm17Pm13Pm16Pm15Pm14Pm12Pm11Pm8Pm7Pm9Pm10

Les fidèles du Doyenné de Matadi sensibilisés à la Mission universelle

En marge de la 90e journée mondiale de la Mission Universelle, sous l’encadrement du Bureau Diocésain de MISSIO, la Opm6 1deuxième édition du triduum d’enseignement et de prière qui a réuni les chrétiens de 9 neufs paroisses que compte le Doyenné de Matadi, vient d’être organisée, du mardi 12 ou jeudi 14 octobre 2016, à la paroisse N.-D. de Fatima, sous le thème : EGLISE MISSIONNAIRE : TEMOIN DE MISERICORDE.

L’Abbé Basile MVUANGA, animateur diocésain des OPM, a indiqué que «  Comme l’année dernière, ce triduum vise un seul objectif, c’est celui justement de rappeler à tous les fidèles leur mission, celle qui consiste à proclamer  partout, à temps et à contre temps,  la Bonne Nouvelle du salut. Aussi, les sensibiliser à soutenir spirituellement, matériellement et financièrement l’Eglise dans l’accomplissement de sa Mission évangélisatrice. L’Eglise, a-t-il insisté, n’est pas uniquement l’affaire du Pape, des Evêques, des prêtres ou des religieux et religieuses mais c’est aussi l’affaire de tout baptisé et donc de tout le monde. »

Trois temps forts ont marqué ce triduum, à savoir : la prière du chapelet Missionnaire, les enseignements et la quête pour le compte des O.P.M.

A propos des enseignements, il sied de signaler que le mardi 12 octobre, 1er jour du triduum, l’Abbé Freddy MASIKA, Vicaire à la Cathédrale N.-D. Médiatrice, a développé le sous-thème : L’Eglise Missionnaire. La modération était assurée par Mr Hyppolite VASIKA de la Communauté Famille Chrétienne.

Le mercredi 13 octobre, 2e jour, deux sous-thèmes étaient exploités. Le premier, Marie, Témoin de la mission, par l’Abbé Basile MVUANGA. Le second, Eglise, Témoin de la miséricorde, par Mr Adolphe MFUEMONO de la Communauté Famille chrétienne. Mr Max NZITA, par contre, a assuré la modération.

Le jeudi 14 octobre, 3e et dernier jour, l’Abbé Alexis KUTINU, curé Doyen du Doyenné de Matadi, a, au nom de Son Excellence Mgr Daniel NLANDU MAYI, notre Evêque, présidé la messe de clôture. Dans son homélie, il est revenu sur la synthèse de tous les enseignements. Aussi, a-t-il exhorté les fidèles de son Doyenné non seulement à prendre conscience de la Mission que Jésus-Christ a confiée à tous les chrétiens mais aussi et surtout a toujours soutenir l’Eglise par la prière, l’engagement à toutes les activités (la présence régulière et assidue) et l’assistance financière. Il a, pour conclure, noté que « c’est par cet apport assez visible et concret de tout un chacun que l’Eglise restera fidèle à sa mission et jouera efficacement son rôle d’éveilleur de conscience et de moteur de développement dans le monde. »

Cette messe, chantée par la chorale centrale de la paroisse Sainte Bernadette Soyo et concélébrée par le Père Victor MAMPUYA, les Abbés Basile MVUANGA, Gérard KINKELA et Philibert MAYENGELE, respectivement Curé de la paroisse Saint Gérard de Minkondo, Animateur Diocésain des OPM, curé la paroisse Sainte Bernadette de Soyo et Directeur de la radio diocésaine de Matadi, a débuté à 16h30’ et pris fin à 19h30’. Au cours de celle-ci, une quête spéciale pour soutenir les Œuvres Pontificales Missionnaires a été organisée.

A la grande satisfaction du Bureau Diocésain de MISSIO, du début à la fin de ce triduum, on a noté une bonne participation des fidèles. Aussi, les enseignements assurés ont permis aux participants de prendre conscience non seulement de leur place dans la Mission de l’Eglise mais aussi de cultiver pour l’avenir le sens de « don » en nature ou en espèce pour la MISSION.

La prochaine édition se tiendra toujours à la paroisse N.-D. de Fatima à la même période.

Philibert MAYENGELE

   RTDM MATADI

PELERINAGE DES LEGIONNAIRES DE MARIE DU DOYENNE DE MATADI A LA GROTTE MARIALE DE MVUADU

L m 1 2

Dans le cadre des activités du mois d’octobre, dit mois du Rosaire, fidèles à leur agenda, plus de 3.000 légionnaires de Marie du Doyenné de Matadi se sont retrouvés, le dimanche 09 octobre 2016, à la grotte mariale naturelle de Mvuanda dans la paroisse Sainte Bernadette de Soyo.

Toutes les paroisses bien représentées, c’est à 13h30 que tout a commencé par la prière du chapelet en procession allant du petit pont après l’église Témoins de Jéhovah jusqu’à la grotte.

Dès l’arrivée à la grotte, au terme de la prière du chapelet, après un petit temps de méditation, à 14h10’, on a directement enchaîné avec la célébration eucharistique. Celle-ci été présidée par le Révérend Père Jean MPONGOSO, Vicaire à la paroisse Saint Gérard de Minkondo, assistés, à sa gauche, des Abbés Léon MBUANGI et Gérard KINKELA et, à sa droite, des Abbés Philippe LUBIDIKA et Philibert MAYENGELE.  

Dans son homélie, le  Célébrant a  exhorté les fidèles à savoir rendre grâce à Dieu. Car, a-t-il souligné, savoir rendre grâce n'est pas toujours dans nos habitudes. Nos prières sont plus souvent des prières de demande. Mais lorsque nous avons reçu de Dieu ce dont nous avons besoin, on ne pense pas toujours lui dire ne fut-ce que merci. Ne jamais oublier de dire MERCI à Dieu pour tous les bienfaits qu’il ne cesse de nous accorder, tel est  le message central. Aussi, l’officiant a-t-il invité chacun à imiter l’exemple du Syrien Namaan, l’officier militaire, et  celui d’un de dix lépreux qui, après la guérison de leur lèpre, on fait preuve de reconnaissance. Ils sont retournés peu après voir leurs « guérisseurs » pour dire merci.

Ce moment de pèlerinage a été animé,  à la grande satisfaction de tout le monde,  par la Chorale des légionnaires de la paroisse Saint Gérard.

Après la distribution de la communion, de façon circonstancielle, une opération dénommée « construisons notre grotte » a été organisée. Chaque membre présent était invité à remettre l’enveloppe moyennant quelque chose afin de réunir petit à petit, a précisé le Président du Regia, le montant pour la construction de notre grotte.

Avant la bénédiction finale, l’Abbé Philippe LUBIDIKA, Directeur spirituelle du Regia, a remercié chacun pour sa présence et sa participation à la réussite de cette journée. Il a également procédé à la présentation des prêtres célébrants.

Notons que la Légion de Marie a été créée le 07 septembre 1921 à Dublin en Irlande sous l’étiquette de l’association de Notre-Dame de la  Miséricorde. Elle avait pris le nom de Légion de Marie en novembre 1926 par le fondateur Franck Duff.

Le Senatus est l’organe suprême de la Légion de Marie. Les grandes étapes de la Légion commencent par le Praesidium, le Curia, le Comitium, le Regia et le Senatus.

Philibert MAYENGELE

Lm 1L m 9L m 13L m 10L m 9L m 8L m 7L m 6L m 5L m 3L m 2L m p jnL m p jn 2L m grotteL m 1 1

Obsèques de Son Excellence Monseigneur Gabriel KEMBO MAMPUTU, Evêque Emérite du Diocèse de Matadi

 

Obs 35 lukLe clergé séculier et religieux, les religieux et religieuses ainsi que l’ensemble de fidèles de tout le diocèse de Matadi en union avec leur Père Evêque, Son Excellence Mgr Daniel NLANDU MAYI, d’une part, et la population de Kongo Central, particulièrement celle comprise entre Kisantu et Matadi, les autorités politico-administratives, militaires et civiles, en tête Son Excellence Mgr le Gouverneur de notre province, le Président de l’Assemblée provinciale et les membres du gouvernement  provinciale du Kongo ainsi que la notabilité Ne Kongo résidant à Kinshasa, d’autre part, tous réunis comme un seul homme, ont rendu un fervent dernier hommage à l’Evêque Emérite de Matadi, Son Excellence Mgr Gabriel KEMBO MAMPUTU.

En effet, après 23 ans d’épiscopat et 50 ans de vie sacerdotale, les funérailles de l’Evêque Emérite défunt de Matadi ont été une véritable démonstration « d’une possible unité » du Peuple Ne Kongo. Transcendant la coloration politique, religieuse ou d’opinion des uns et des autres, les hommes et les femmes de toutes tendances confondues ont tenu, par leur présence physique remarquable, à saluer, du jeudi 08 soir au vendredi 09 septembre 2016 lors de ses obsèques, la mémoire et les mérites de ce digne fils de l’Eglise.

Reconnu par tous comme un « Serviteur bon et fidèle », Son Excellence Mgr Gabriel KEMBO MAMPUTU, rappelé auprès de  Dieu le Père le vendredi 26 août 2016 autour de  09h20’ à Lukala, a été dignement conduit à sa dernière demeure, la cathédrale Notre-Dame Médiatrice en Ville basse, à côté de leurs Excellences Messeigneurs Raphaël LUBAKI NGANGA et Simon NZITA wa Ne MALANDA, ce vendredi 09 septembre 2016. Il était 14h05’ lorsque, au rythme des sons de cloches,  dans un grand silence de toute l’assemblée bien sélectionnée présente, le cercueil de Mgr Gabriel KEMBO a été descendu dans le caveau au terme de funérailles profondément chrétiennes. Lire programme en pièces jointes

De sa brève biographie

Né à  Kinshasa le 19 septembre 1935
M.l’Abbé Kembo Gabriel : ordonné à Thysville – Ste-Thérèse le 26 juin 1963 par Mgr Simon Nzita
M.l’Abbé Kembo Gabriel : à Vunda 1964
M.l’Abbé Kembo Gabriel :  1964-1969 à Rome pour les études
M.l’Abbé Kembo Gabriel : à Kibula ; prof. et vicaire général de Mgr NZITA nommé le 17/4/1969 M.l’Abbé Kembo Gabriel : à Kibula ; nommé Recteur au grand Séminaire Jean XXIII à Kinshasa 1971-1979

Mgr Kembo Gabriel : nommé le 24/09/75 vicaire général de Mgr LUBAKI, résidant à Kinshasa
S.E. Mgr Kembo Gabriel : à Matadi ; Vicaire général 1979-1987
S.E. Mgr Kembo Gabriel : à Matadi ; Vicaire Général  --  Administrateur Diocésain
S.E. Mgr Gabriel Mamputu Kembo : résidant à Matadi ; administrateur apostolique nommé évêque de Matadi le 21/06/1988, consacré le 02/10/1988
Evêque de Matadi 1988-21/09/2010
Evêque Emérite 21/09/2010- 26/08/2016 
Décédé à LUKALA
De sa vie

Fils de l’infirmier François Nkembo, Gabriel Kembo Mamputu, né à Kinshasa le 19 septembre 1935, élève au Petit Séminaire de Kibula, étudiant au Grand Séminaire de Mayidi, puis prêtre étudiant à l’université du Latran à Rome, est revenu au Diocèse après un brillant doctorat en Droit Canonique. Vicaire Général de Mgr Simon NZITA d’abord, puis de Mgr Raphaël LUBAKI ensuite, et devenu évêque de Matadi le 02 octobre 1988, Mgr KEMBO a, comme le dit Saint Paul, combattu le bon combat, et achevé sa course. Qu’il entre maintenant dans la joie de son Maître à qui il a consacré toute sa vie.

Il quitte cette terre des hommes en nous laissant une grande leçon d’un très bon serviteur de Dieu, d’un Evêque conscient de ses responsabilités, disponible, d’une grande bonté, serviteur de tous, respectueux de tout homme quel que soit son âge ou son rang social, humble, discret et simple. Mgr Gabriel KEMBO a aimé et servi son Diocèse jusqu’à l’épuisement total de ses forces physiques. Aussi, a-t-il expérimenté dans son corps, a indiqué Mgr Daniel NLANDU, la fragilité humaine, surtout durant les dernières années de sa vie terrestre passées pratiquement dans la maladie. Mais il a vécu ce temps d’épreuve avec foi et en étant davantage uni à la Passion du Christ.

De son ministère sacerdotal et épiscopal

Soucieux d’offrir à son Diocèse de bons prêtres, à peine revenu de Rome alors qu’il était docteur, il accepta spontanément d’assurer les cours de français (en 2e C.O.) et de latin au Petit Séminaire de Kibula, et d’autres enseignements au Grand Séminaire de Mayidi. Par la suite, nommé recteur au Grand Séminaire Interdiocésain Jean XXIII de Kinshasa, il forma avec une remarquable dextérité plusieurs prêtres de notre pays et d’ailleurs.

Devenu Vicaire général puis Evêque, malgré le poids ses responsabilités, il a en toute humilité continué avec les enseignements, cette fois-ci au Noviciat Notre-Dame de l’espérance des Sœurs de Sainte Marie de Matadi à la Mission Catholique de Vunda où il se rendait chaque jeudi sauf en cas d’empêchement grave. Dans l’entre-temps, il a passé plusieurs séjours au Petit Séminaire de Kibula pour veiller sur la qualité de la formation qu’offrait cette « pépinière » du diocèse.

Sa devise épiscopale, « In verbo tua laxabo retia » -Sur ta parole je jetterai le filet- (Lc 5, 5), lui a servi de fil conducteur tout au long de son ministère d’Evêque ; ce qui lui a permis de poursuivre audacieusement et achever l’œuvre initiée par ses prédécesseurs. Il a entrepris plusieurs projets pastoraux, liturgiques et de développement pour l’Eglise de Dieu qui est à Matadi et en République Démocratique du Congo.

Au Diocèse, Il a entre autres organisé et restructuré le Service diocésain de Développement, ainsi que le Centre pastoral et liturgique de Tumba. Ce dernier donnera une nouvelle impulsion avec la formation des agents pastoraux (les catéchistes de tout le diocèse) par des sessions trimestrielles et la publication de plusieurs documents pastoraux et liturgiques dont la Bible traduite en langue du diocèse -Mpov’a Nzambi- le Ngimbudulu a Fongo en rite zaïrois, le Fongo en rite zaïrois,  Lutumu lua Paki, Mpasi za Mfumu eto Yezo Kristo, quelques recueils de chants. Et pour faire connaître son diocèse, il avait publié Les repères historiques du Diocèse de Matadi, la genèse de la Congrégation des Sœurs de Sainte Marie de Matadi, etc.

Au niveau de la Conférence épiscopale nationale du Congo, à travers la commission épiscopale de l’évangélisation qu’il a pilotée durant deux mandats consécutifs, il a défendu et mis sur pied des stratégies pour la prise en charge de l’Eglise par ses propres fidèles, stratégies qui furent saluées à Rome lors du Synode spécial pour l’Afrique convoqué par Sa Sainteté le Pape Jean Paul II.

Il a également apporté sa contribution non des moindres à l’Institut Supérieur des Sciences Religieuses de Limete à Kinshasa en qualité de président du Conseil d’administration.

De ses obsèques

Au regard de ce qui vient d’être dit, l’on peut nettement comprendre que, en signe de reconnaissance, c’est finalement toute l’Eglise de Dieu qui est en R.D Congo et les fils et filles Ne Kongo qui devaient s’acquitter du modeste devoir de réserver à Mgr Kembo des obsèques dignes et chrétiennes.

Depuis la levée de son corps de la morgue de l’hôpital général Saint Luc de Kisantu, le jeudi 08 septembre 2016 à 07h45’, jusqu’à son inhumation le vendredi 09 septembre, Mgr Gabriel KEMBO MAMPUTU n’a laissé personne indifférent.

La première étape, c’est Kisantu. Dès la levée du corps, la dépouille mortelle a été acheminée à la paroisse Sainte Famille de Nkandu où,  en un clin d’œil, se sont amassés plusieurs dizaines de fidèles et notables venus implorer la miséricorde divine pour le repos paisible du pasteur disparu. Sous l’animation de la fanfare du diocèse de Kisantu, l’Evêque du lieu, Son Excellence Mgr Fidèle NSIELELE zi MPUTU a accueilli le corps à l’église. Après un temps de recueillement et de prière, avant le départ pour Mbanza-Ngungu, on a procédé au dépôt des gerbes de fleurs.    

Parti de Kisantu à 08h30’, c’est à 09h30’ que le long cortège funéraire conduit -pour raison de sécurité, et par haut respect envers le défunt- par le Vice-gouverneur de la province du Kongo Central, l’Honorable Atou MATUBUANA accompagné de l’Econome du Diocèse de Matadi, Mr l’Abbé Zephyrin NSIMBA comme représentant de l’Église, de quelques prêtres, religieux et religieuses, ainsi que de l’équipe de la radio diocésaine RTDM KUKIELE pour la couverture médiatique, est arrivé à Mbanza-Ngungu, deuxième étape du voyage.

Tata Mbuta Nganga Gabriel Kembo a été exposé pour un temps en l’église Ste Thérèse de l’Enfant Jésus. Les fidèles de cette paroisse et ceux venus d’autres paroisses du Doyenné de Mbanza-Ngungu ainsi que les autorités politico-administratives et militaires de la place lui ont, à leur manière, rendu un fervent hommage. La prière a été conduite par le Curé Doyen Mgr Philippe DINZOLELE qui, à l’occasion, pour avoir été vicaire général du défunt, a fait un témoignage sur lui. À 10h05’, après la bénédiction du corps, sous le rythme de la fanfare de Ste Thérèse, en présence d’une foule nombreuse de chrétiens avec rameau en main, le cortège funéraire a repris la route pour Lukala. En procession, toute l’assistance a raccompagné la dépouille jusqu’à l’intersection entre l’avenue Nsona Nkulu et la  Nationale n°1.

Tout au long de la route, on a noté une impressionnante et magnifique mobilisation des fidèles qui ont tenu à témoigner leur reconnaissance envers le défunt, de qui l’annonce du décès par la voix des ondes a plongé tout le diocèse en émoi.

A  10h40’, le cortège s’est arrêté à la bifurcation de Kwilu-Ngongo où plusieurs fidèles de la paroisse Notre-Dame de Lourdes de Kwilu-Ngongo attendaient pour dire adieu à leur Père évêque émérite. Prières et chants ont permis à l’assistance de se recueillir pendant un quart d’heure.

A 11h07’, le cortège funéraire est arrivé au poste de péage de Lukala, troisième étape, où beaucoup de fidèles se sont également rassemblés pour accueillir, en signe d’hommage, le corps du regretté et vénérable père dans la foi. En procession rythmée par la fanfare de la CILU et les chants, le cortège funèbre et toute la foule se sont dirigés jusqu’à l’église. Exposition du corps pendant une demi heure, en présence de quelques personnalités, de prêtres, religieux et religieuses. Après la prière et une courte exhortation faite par l’Abbé André NTONI, le cortège est reparti, pour Matadi, à12h05’.

Au niveau de Songololo où l’Abbé Hippolyte LUBIKU et quelques fidèles attendaient, c’était juste une petite escale pour permettre à cette chrétienté de communier spirituellement avec le Père évêque défunt.

A Nduizi où le cortège est parvenu autour de 14h53, un quart d’heures de recueillement et de prière devant le corbillard a été observé.

A 14h58’, le long cortège de la dépouille mortelle de Mgr Gabriel KEMBO, escorté par les motards et la Police nationale congolaise, est arrivé à Mpozo. Le curé doyen du Doyenné de Matadi, l’Abbé Alexis KUTINU, des prêtres, religieux, religieuses, et une foule immense de fidèles, y étaient postés pour accueillir le corps. Après une courte prière, à 15h15’, ce fut le départ de Mpozo pour la paroisse Notre Dame de Fatima. Tout le long de la route, enfants, jeunes et vieux entremêlés avec des fidèles de Saint Gérard Minkondo à Mvuandu, ceux de Sainte Bernadette Soyo de Chic chic à Coca, les fidèles de Sainte Marie Camp Redjaf et de Sacré Cœur Kinkanda étaient alignés à partir de Tomate, 24 novembre jusque vers le centre pour handicapés Nzo a Nsalasani des Sœurs de la Charité de Jésus et de Marie. De la hauteur du 2415 jusqu’à Kiamvu se sont regroupés les fidèles de la Cathédrale Notre Dame Médiatrice, et de Kiamvu à Notre-Dame de Fatima, c’est la grande foule des fidèles de Saint Joseph Nzanza et de Fatima qui ont raccompagné le cortège en chantant sous le rythme de la fanfare de la Police nationale jusqu’à l’église paroissiale N.-D. de Fatima.

Cette dernière étape a été plus qu’émouvante. Lorsque du corbillard sort le cercueil porté par les grands séminaristes de Matadi, retentissent en même temps que les coups des cloches les applaudissements de l’immense foule, comme pour saluer la mémoire de ce grand pasteur alors que sa dépouille est parvenue au terme de son dernier voyage sur cette terre des hommes.

L’Evêque de Matadi, Mgr Daniel NLANDU MAYI, assisté du curé de la paroisse, Abbé Clément BATUDIANGA, en présence du Président de l’Assemblée provinciale du Kongo Central, de plusieurs autres autorités locales, des consacrés et de plusieurs dizaines de chrétiens, a procédé à la cérémonie d’accueil officiel de la dépouille de son vaillant prédécesseur. Les grands séminaristes de Matadi, tous en soutane noire et surplis blanc, ont entouré le cercueil placé sur un petit charriot.

Après le rite d’accueil, le sarcophage du Père évêque émérite est passé solennellement sur le tapis rouge, puis installé au dessus d’une moquette à dominance rouge, devant l’autel magnifiquement orné.

Dans une église remplie comme un œuf en peu de temps, l’officiant a invité tout le monde à  observer un petit moment de prière et de recueillement en pensant à tout ce que ce grand homme d’Eglise qui vient de nous quitter a réalisé de beau et de bon parmi nous.

C’est à 20h30’, sous la présidence de l’Evêque de Boma, Son Excellence Mgr Cyprien MBUKA, assisté de son collègue évêque de Matadi, qu’a débuté la messe de veillée, concélébrée par une centaine de prêtres et animée par la chorale du Doyenné. Au début de celle-ci, Mgr Daniel NLANDU a évoqué quelques grandes vertus ayant caractérisé et marqué la vie de Mgr Gabriel KEMBO, et procédé à la cérémonie des cierges et de la couronne de fleurs.

Juste à la fin de la messe, après la signature du registre des condoléances par leurs Excellences Messieurs le Gouverneur de province et son vice, et pendant le recueillement, l’évêque de Kisantu, Son Excellence Mgr Fidèle NSIELELE zi MPUTU, a fait son entrée dans l’église en allant directement s’incliner devant la dépouille.

Suivant le programme du comité organisateur, la veillée mortuaire a débuté immédiatement après le recueillement. Toute la nuit, les chorales catholiques de nos différentes paroisses de Matadi et d’ailleurs (Lukala), celles des protestants et salutistes, des groupes instrumentaux et fanfares se sont succédé jusqu’aux environs de 06h30’. Pendant ce temps, en dehors de l’église, le groupe folklorique « Kinkulu ki Lukaya », a également agrémenté toute la nuit jusqu’au lendemain après la levée du corps pour la cathédrale.

La journée du vendredi 09 a commencé par l’office des défunts, dirigé par les grands séminaristes, et suivi du dépôt des gerbes de fleurs. À 10h00 a commencé la messe d’inhumation, célébrée par l’Evêque de Matadi et concélébrée par leurs excellences Messeigneurs Cyprien MBUKA et Fidèle NSIELELE et par une centaine de prêtres. Peu avant les absoutes, après l’hommage des petits séminaristes de Kibula, quatre mots ont été entendus : celui du représentant de la famille biologique du défunt, celui du délégué de la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO), celui du Père Vice provincial des Rédemptoristes au Congo, et celui de Son Excellence Monseigneur Daniel NLANDU MAYI.

Au terme des absoutes, est intervenue la levée du corps sous les applaudissements de l’assistance et les coups de cloche, au départ d’une longue procession pour l’église cathédrale Notre-Dame Médiatrice.

Tout le long de la route vers la Ville basse, au passage du cortège, la population de Matadi, drapelet en main, a tenu à saluer et rendre hommage à cet honorable défunt. Et à l’arrivée, une grande foule s’est amassée devant la cathédrale pour accompagner Mgr Gabriel KEMBO a sa dernière demeure.

Seuls sont entrés dans la cathédrale les Evêques, les officiels, les consacrés, les membres de la famille du défunt, et la chorale du doyenné de Matadi.

Après la bénédiction de la tombe et la descente du cercueil au fond du caveau sous les applaudissements de l’assistance et les coups de cloche, l’assistance, l’un après l’autre, passait s’incliner et déposer une fleur dans la tombe de Son Excellence Mgr Gabriel KEMBO qui quitte cette terre des hommes à l’âge de 81 ans.

A l’issue de l’inhumation, le bain de consolation a été organisé à la résidence du Gouverneur, à Safari et à la paroisse Notre-Dame de Fatima.              

Merci infiniment, Mgr Gabriel KEMBO, pour tout ce que vous avez été pour votre Diocèse de Matadi !

 

Philibert MAYENGELE

RTDM KUKIELE

Obs 12Obs 13Obs 14Obs 15Obs 72 mat jpg absObs 73mat jpg absObs 74mat jpg absObs 75mat jpg absObs 76mat jpg absObs 76mat jpg absObs 77mat jpg absObs 78mat jpg absObs 79mat jpg absObs 80mat jpg absObs 81 mat jpg enterObs 82 mat jpg enterObs 83 mat jpg enterObs 85 mat jpg enterObs 87 mat jpg enterObs 88 mat jpg enterObs 89 mat jpg enterObs 90 mat jpg enterObs 91 mat jpg enterObs 71 mat jpg absObs 70 mat jpg absObs 70 matObs 69 matObs 68 matObs 67 matObs 63 matin matObs 8o mat jpg enterObs 23mbaObs 66 matObs 65 matObs 64 cerc matObs 62 matin matObs 53 matin matObs 51 matin matObs 19Obs 47 matObs 36 matObs 37 matObs 51 matin matObs 41 matObs 43 matObs 40 matObs 35 lukObs 11 1

 

Célébration des jubilés de 60 ans et de 25 ans de vie religieuse et Profession Perpétuelle de trois jeunes soeurs de la Charité de Jésus et de Marie à la paroisse N.-D. de Fatima à Matadi

Célébration des jubilés de 60 ans et de 25 ans de vie religieuse et Profession Perpétuelle de trois jeunes sœurs de la charité de Jésus et de Marie à la paroisse  N.-D. de Fatima à Matadi

V6Les fidèles du Diocèse de Matadi en général et ceux du Doyenné de Matadi et ceux du Doyenné de Matadi (qui porte le même nom) en particulier ont rendu grâce à Dieu avec les sœurs de la charité de Jésus et de Marie, le dimanche 17 juillet 2016, pour les 60 ans de vie religieuse de la Rév. Sœur Lutgarde TUSAMBA, du Jubilé d’argent (25 ans) des Sœurs Marie Laura TEMBO et Jeanne Claudine MBUYI ainsi que des Vœux Perpétuels des Sœurs Alice N’KAZI, Marthe BATUMA et Mireille MPEMBA. C’était au cours de la sainte messe présidée en l’église paroissiale N.-D. de Fatima par l’Evêque de Matadi, Mgr Daniel NLANDU MAYI, et concélébrée par 21 prêtres venus de quelques paroisses du Diocèse de Matadi et d’ailleurs, en présence de la supérieure provinciale des SCJM, la Sœur Rosette  KABENABASWA, des membres de famille biologique et d’une foule immense des chrétiens.

Dans son homélie, le Père Evêque a félicité toutes les sœurs en honneur et exhorté celles qui ont été retenues aux vœux perpétuels à persévérer dans leur engagement. Aussi a-t-il invité les jeunes filles à suivre leur exemple et à ne jamais avoir peur de se lancer sur cette voie. Car, dans la Province du Kongo Central se vit actuellement une crise de vocation à la vie religieuse. Ce qui est un véritable hypothèque pour la vie de l’Eglise.

Deux moments forts ont marqué cette cérémonie, d’abord l’engagement définitif à servir le Seigneur durant toute leur vie, à travers la congrégation des SCJM par la profession des trois vœux de religion : obéissance, chasteté et pauvreté par des sœurs Alice, Marthe et Mireille. Celles-ci ont, par la suite, porté des alliances comme signe de leur attachement au Christ. Ensuite, les deux jubilaires de 25ans ont consolidé en présence de Mgr l’Evêque leurs vœux de constituer à servir le Sgr. En signe d’honneur pour la détermination et la persévérance dont elles ont fait montre, la Mère Provinciale des SCJM a placé sur la tête de toutes les 3 jubilaires les Srs Lutgarde, Marie Laura et Jeanne Claudine des couronnes.

Avant la bénédiction finale, deux mots ont été entendus, celui des élus du jour prononcé par une d’elles et celui de la supérieure provinciale.

La journée s’est terminée au couvent des sœurs de la charité de JM situé au quartier ciné palace où une réception a été organisée.

Philibert MAYENGELE

RTDM KUKIELE

V20V18V20V19V39V18V38V17V37V16V36V34V14V32V2V3Slut

Monsieur l’Abbé Joseph NDOZIDIANU MBALA fête son jubilé d’or sacerdotal

Jub boug 2jpgOrdonné prêtre du diocèse de Matadi par Mgr Simon NZITA wa Ne Malanda, le 26 juin 1966, à la paroisse Saint Gérard de Kimpangu, Monsieur l’Abbé Joseph NDOZIDIANU MBALA a célébré ce 03 juillet 2016 qui coïncide avec le XIVe dimanche ordinaire de l’année C ses 50 ans de vie sacerdotale. C’était au cours de la messe d’action de grâce organisée en son honneur en l’église paroissiale N.-D. de Fatima, dans le Doyenné de Matadi. Ce, en présence de l’Evêque de Matadi, Mgr Daniel NLANDU MAYI, du Vice provincial des Rédemptoristes en R.D. Congo, le Père Zéphyrin LUYILA, du Modérateur de la curie diocésaine, Abbé Bruno DIANGADIO et de plusieurs autorités politico administratives.

Présidée par le vénérable Abbé Jubilaire et concélébrée par une centaine de prêtres venus de tous les coins du diocèse, cette messe animée par la chorale du doyenné de Matadi dont le jubilaire est co-fondateur, a connu une forte  participation de plusieurs religieux et religieuses, des membres de la famille biologique de l’homme du jour ainsi que de nombreux fidèles de Fatima, de Saint Sacrement, de N.-D. du Perpétuel Secours d’Inga et ceux venus de partout ailleurs. 

Tout au début de cette célébration eucharistique, prenant la parole, Mgr Daniel NLANDU MAYI, a vivement félicité l’Abbé Jubilaire pour ses 50 ans de vie sacerdotale et pour tous les services qu’il a rendus au diocèse de Matadi, d’abord comme professeur au Petit Séminaire de Kibula 11 ans durant, ensuite à l’Economat du diocèse et enfin, en paroisse comme curé d’abord à Gombe-Matadi, ensuite à Mbanza-Ngungu (Christ-Roi) et enfin à la paroisse N.-D. du Perpétuel Secours d’Inga où il exerce son ministère jusqu’à ce jour. Pour l’Evêque de Matadi, l’Abbé Joseph NDOZIDIANU reste « … ».

A la lumière des textes liturgiques du jour, dans son homélie,  l’officiant a insisté sur l’extension de la mission des douze à un groupe plus étendu de soixante-douze disciples. Comme pour dire que la mission évangélisatrice ne concerne pas seulement les Evêques, les prêtres, les religieux et les religieuses etc… mais tous ceux qui se disent chrétiens. Et c’est en toute humilité et dévouement qu’ils sont appelés à l’accomplir. Son jubilé n’est une                         mais plutôt un magnificat.

Bien avant la fin de la messe plusieurs mots ont été entendus dont celui du comité organisateur qui a remercié tous ceux qui ont contribué pour la réussite de cette grandiose fête, celui de la génération des prêtres enseignés par le jubilaire représentée par l’Abbé Bruno DIANGADIO qui, à titre de témoignage, a évoqué un certain nombre des qualités et vertus de l’Abbé Joseph NDOZIDIANU qui les ont profondément marqués. Il reste pour eux un exemple d’un chercheur qui a su se former et former ses élèves en mathématique mais aussi un modèle de prêtre dévoués à son ministère. Pour clore ce chapitre des mots, l’heureux jubilaire a pour sa part rendu grâce à Dieu qui ne cesse de faire tout pour lui, comme l’indique sa devise sacerdotale tirée du Ps 137, 8. Aussi, a-t-il également remercié tous ceux qui l’ont aidé et soutenu, en l’occurrence le Père Evêque a qui il a adressé ses hommages les plus déférents.

Une pathétique cérémonie de bougies s’en est suivie. Le jubilaire a soufflé sur 50 bougies qui symbolisent ses 50 ans de vie sacerdotale. Et l’aîné du clergé local de Matadi, Tata l’Abbé Alphonse MVUNGU lui a remis la grosse bougie du jubilaire qui représente le Christ Lumière qu’il a suivi et servi et l’espérance de parvenir à la lumière éternelle, c’est-à-dire à la vie sans fin.

C’est à Safari / Ndimba Luwawanu, dans la nouvelle salle du Synode que la journée a fini par le partage fraternel et familial du repas préparé pour la circonstance.

Philibert MAYENGELE

RTDM KUKIELE

Jub 3Jub mvJub bougJub 27Jub 10Jub 8Jub 7Jub 004

Tenue de la 2e session des journées sacerdotales au Diocèse de Matadi

Js 07Le début du mois en cours a été très intense et important pour le clergé diocésain et religieux œuvrant  au Diocèse de Matadi.

En effet, sur invitation du Père-Evêque, Mgr Daniel NLANDU MAYI, 106 prêtres se sont retrouvés, du 01er au 02 juillet, dans la grande salle de Safari à Matadi pour prendre part aux journées sacerdotales, édition 2016.

Modérées par l’Abbé Philibert MAYENGELE et animées par les Abbés François LUYEYE et François-Pantaléon KAJINGULU, tous deux prêtres de l’Archidiocèse de Kinshasa, l’ensemble des réflexions ont gravité autour de deux thèmes majeurs, à savoir : « Prêtre, ministre de la miséricorde divine » et « Hygiène de vie des prêtres ».

Quelques moments forts ont marqué le programme de ces assises : le mot introductif de Mgr l’Evêque, la présentation des animateurs, les exposés suivis des échanges, des travaux en carrefours et mises en commun, le mot de conclusion du Père Evêque avec formule officielle de clôture des journées sacerdotales, la célébration eucharistique et le repas.

Dans la matinée du premier jour, à 09h40’, l’Abbé François LUYEYE a fait un brillant exposé sur la présentation générale de la Bulle papale « Misericordiae Vultus ».

En début d’après-midi, revenu sur le même thème, l’animateur a cette fois là  fait une lecture sacerdotale de la même Bulle papale. Un temps d’échange s’en est suivi et a permis aux prêtres de se parler sincèrement et ouvertement  en évoquant  certains comportements et attitudes qui nous éloignent de la pratique de la miséricorde. Chacun a été invité à prendre au sérieux l’appel du Saint Père afin de bénéficier de toutes les grâces de cette année sainte. C’est à 17h15’ que la première journée s’est terminée par la bénédiction de Monseigneur l’Evêque.

Le samedi 02 juillet, le deuxième animateur, Mr l’Abbé François KAJINGULU, médecin spécialiste en médecine interne aux cliniques universitaires de Kinshasa a longuement entretenu les prêtres participants sur l’hygiène de vie. Chacun a compris que la santé est un véritable trésor entre nos mains. L’homme peut en jouir mais aussi la protéger et la sauvegarder. L’Abbé Docteur a essentiellement focalisé son propos sur deux sujets : les facteurs de risque cardio vasculaire ( Accident Vasculaire Cérébral, AVC) et de la mort subite  et la prostate et ses maladies.  Ces deux maux  semblent devenir aujourd’hui des faits (phénomènes) très courants. Après échanges et travaux en carrefours, quelques recommandations ont été formulées par les modérateurs des quatre groupes constitués.

Avant le mot de clôture de l’Evêque et la traditionnelle formule de la fin de tout forum, la parole a été accordé à l’animateur diocésain des O.P.M., l’Abbé Basile MVUANGA qui a, à grands traits, expliqué l’importance des O.P.M. et présenté, en faisant une comparaison annuelle, les rapports de différentes campagnes de collecte des fonds déjà menées. Une invitation été adressée à chaque prêtre et principalement aux curés de paroisse à faire des O.P.M. une des priorités.

En guise de conclusion, Mgr l’Evêque a d’abord exprimé son vœu de voir les enseignements reçus être mis en pratique par chacun, il a ensuite remercié les Abbés animateurs qui n’ont ménagé aucun effort pour se rendre disponibles et salué la présence nombreuse des prêtres à ces journées sacerdotales. Enfin, il était 14h15 quand il a prononcé la formule traditionnelle de clôture de ces deux journées presbytérales. Tout de suite après, comme d’habitude, tout le monde s’est rendu à la chapelle des sœurs pour la messe. Celle-ci était présidée par l’Abbé Jubilaire Joseph NDOZIDIANU assisté du Père Fabien BALONGANA.

A la lumière des textes liturgiques du jour, samedi de la treizième semaine du temps ordinaire, le célébrant a, dans son homélie, insisté sur certains points, notamment :   l’identité de Jésus, la vérité qui libère, la pastorale de proximité ou pastorale de porte en porte dans les situations limites …. L’Eglise doit sortir non en vagabondage mais à la recherche  de …..

Au terme de la messe, avant le repas fraternel, on a procédé à quelques prises de photos de famille devant la chapelle.

Notons que la dernière édition des journées presbytérales remonte à l’an 2012.

Philibert MAYENGELE

RTDM KUKIELE

Js 04Js 01Js 07Js 6Js 5

 

Célébration de la 53e journée mondiale de communication sociale et clôture des activités pastorales du Mouvement international des Etudiants Catholique, M.I.E.C. du Doyenné de Matadi

Dsc 0049Les Journalistes et communicateurs catholiques de différentes chaines de radio et de télévision ainsi que de la presse écrite, d’une part, et les étudiants catholiques des institutions supérieures et universitaires de Matadi réunis au sein du Mouvement International des Etudiants Catholiques, d’autre part, ont, comme qui dirait, fait route ensemble, du mercredi 22 au dimanche 26 juin 2016.

En effet, si pour les premiers, c’était l’occasion de se retrouver pour célébrer la 53e journée mondiale de communication sociale décrétée par le Pape François, pour les seconds, par contre, après une année riche en activités ecclésiales, avant le début de la période dite "de blocus", ont voulu clôturer en beauté l’année pastorale 2015-2016.

Tout a commencé le soir du mercredi 22 juin 2016 à la paroisse Sacré-Cœur de Kinkanda qui a eu l’honneur d’accueillir en conférence-débat Mlle Isabelle CLOCK FONTANILLE, Professeur des sciences du langage à l’université de Limoges en France, sous le thème : « Ecriture et Pouvoir ». Exemples de l’invention de l’Ecriture en Afrique.

L’oratrice a articulé son exposé autour de l’historique de l’Ecriture en Afrique et au monde, du rapport entre Ecriture et Pouvoir et de quelques Exemples de l’Ecriture en Afrique. Journalistes, communicateurs, étudiants et bien d’autres fidèles ont pris part à cette conférence à laquelle on a noté la présence des Abbés Philibert Mayengele, Ali Yambula et André Mingiedi, respectivement Aumônier de la Commission diocésaine de Communication Sociale et du Mouvement International des Etudiants Catholiques, M.I.E.C., prêtre étudiant en Italie et vicaire à la paroisse Sacré-Cœur de Kinkanda.

Après une pause le jeudi 23, les activités se sont poursuivies le vendredi 24 juin par une recollection des journalistes et communicateurs dans l’oratoire des prêtres à la paroisse N.-D. de Fatima. En communion avec l’Eglise Universelle et l’Union Catholique de la Presse, la CDCOS Matadi a consacré ce temps de méditation et de prière autour du message du Pape François à l’occasion de la 53e journée mondiale de communication sociale intitulé : « Communication et Miséricorde ».

Le samedi 25 juin en fin d’après-midi, une soirée musicale et culturelle a eu lieu en l’église paroissiale Saint Sacrement. Plusieurs chorales ont merveilleusement animée cette soirée, notamment  celle du M.I.E.C., les chorales Saint Gabriel et Saint Joseph, toutes deux de la paroisse Saint Joseph de Nzanza auxquelles se sont adjointes trois autres de la paroisse Saint Sacrement Belvédère : Bilenge ya Mwinda, Immaculée conception et le groupe vocal.

Le dimanche 26 juin 2016, une messe d’action de grâce a sanctionné la fin des activités relatives à la semaine de communication sociale et la clôture des activités pastorales du M.I.E.C. Matadi.

Philibert MAYENGELE

RTDM KUKIELE

 

DOUBLE EVENEMENT A SAINT JOSEPH DE NZANZA : CONFIRMATIONS ET JUBILE D’OR ET D’ARGENT DES COUPLES

Nzanza1Le lendemain 17 avril 2016, quatrième dimanche de Pâques dans l’année C de l’Eglise, juste après Mbanza-Ngungu, Monseigneur Daniel NLANDU MAYI, Evêque de Matadi, s’est rendu à la paroisse Saint Joseph de Nzanza à Matadi où il a conféré le sacrement de confirmation à 102 fidèles et décerné les diplômes de mérite à 34 couples ayant totalisé entre 25 et 55 ans de fidélité dans la vie conjugale.

A son arrivée, à 09h00’ précises, Monseigneur l’Evêque a été chaleureusement accueilli par la communauté paroissiale, avec à la tête l’Abbé Laurent DIASONAMA, curé de la paroisse, sous le rythme de la fanfare. En signe d’accueil, juste à l’entrée de la paroisse, une fillette lui a adressé un mot de bienvenue et présenté un bouquet de fleurs.

Tout de suite après, à 10h00, c’était le début de messe, animée par la chorale centrale et honoré par une foule très nombreuse des fidèles et membres de famille des couples jubilaires et des confirmands.

Dans son homélie, le célébrant a d’abord insisté sur le sens du sacrement de la confirmation et celui du jubilé d’argent et d’or des couples.

S’agissant de la confirmation, ce sacrement, a rappelé l’Evêque, fait de ceux qui les reçoivent des adultes dans la foi et des Apôtres de Notre Seigneur Jésus Christ. Partant de cela, il  a exhorté des confirmands  à demeurer fidèles à la foi catholique, à témoigner du Christ partout et à s’engager dans les mouvements d’action catholique.

Aux couples jubilaires, Mgr Daniel,  a souligné que le mariage étant un des sacrements de l’Eglise, ceux qui y demeurent fidèles et tiennent à leurs engagements reçoivent dans la part de Dieu tant de grâces et de  bénédictions. Pour avoir vécu 25, 30 voire 50 ans de fidélité aux engagements matrimoniaux, vous devenez un exemple pour le couple en difficulté mais aussi des modèles pour tant de jeunes qui aspirent au mariage. « Le diplôme de mérite que vous allez recevoir, a dit Monseigneur l’Evêque, est un signe qui traduit la grâce que vous avez obtenue du Seigneur à travers son Eglise ».

Saisissant de cette opportunité, l’officiant a attiré l’attention des fidèles sur la baisse sensible des vocations sacerdotales et religieuses que notre Eglise en général et notre Diocèse en particulier connaissent ce dernier temps. L’occasion faisant le larron, en ce dimanche des vocations, le père évêque a invité l’assemblée non seulement à prier pour les vocations mais aussi de les favoriser, aux parents singulièrement d’aider leurs fils et filles à découvrir le bien fondé de la vocation religieuse et sacerdotale, d’encourager ceux qui décident de s’y engager et de soutenir les prêtres, religieux et religieuses.

Pour termine , l’Evêque de Matadi a félicité et encouragé les fidèles de la paroisse de Saint Joseph/Nzanza, communément appelée «NZANZA MOLAKISI » pour les efforts qu’ils ne cessent de déployer pour l’embellissement de leur église et la prise en charge des prêtres. Il les a invités à continuer sur cette même lancée et à toujours travailler la main dans la main avec l’équipe sacerdotale.

Le tout s’est terminé par le partage du repas fraternel dans la salle paroissiale.

 

Abbé Basile MVUANGA

RTDM KUKIELE

 

BENEDICTION DU NOUVEAU PRESBYTERE A LA PAROISSE SAINTE BERNADETTE SOYO DANS LE DOYENNE DE MATADI

Soyo 15L’Evêque de Matadi, Mgr Daniel NLANDU MAYI, a procédé ce mercredi 13 avril 2016 à la bénédiction du nouveau presbytère de la paroisse Sainte Bernadette Soyo dans le Doyenné de Matadi.

A son arrivé, à 17h25, Daniel NLANDU a été accueilli par le curé de la paroisse, l’Abbé Gérard KINKELA et son vicaire, Abbé Philibert MAVILA. L’Abbé Jean-Claude NEKUA, prêtre coopérateur de cette paroisse, l’Abbé Bernard NKIAMBI, en séjour à la maison généralice des Soeurs de Sainte Marie de Matadi située à Soyo et quelques religieuses de la même congrégation, les notables de la paroisse ainsi que un nombre assez représentatif des fidèles  étaient également témoins de cet événement.

Trois temps forts ont caractérisé cette cérémonie, à savoir : la bénédiction du nouveau presbytère, le mot  de remerciement du curé de la paroisse et la coupure du ruban symbolique.  

Avant d’accorder sa bénédiction à l’assemblée présente, Mgr Daniel  a remercié de tout cœur les fidèles de Sainte Bernadette Soyo qui, par ce geste, viennent de manifester concrètement leur amour pour l’Eglise et pour leurs prêtres. Il s’agit là, a souligné Monseigneur, « d’un signe concret de votre implication aux résolutions du synode diocésain en matière de prise en charge de l’Eglise par ses propres fidèles ».

Notons que jeune de toutes les paroisses du Doyenné de Matadi, la paroisse Sainte Bernadette a toujours souffert, depuis son érection, d’un manque de bonne capacité d’accueil des prêtres résidants et des visiteurs. C’est ainsi que ce projet a été conçu initié il y a de cela quatre ans. Avec ce nouveau presbytère, la paroisse peut offrir non seulement un logement décent à ses prêtres résidants mais aussi avoir la possibilité d’ajouter un ou deux prêtres pour assurer un bel encadrement dans cette paroisse située dans un coin de la ville qui prend de plus en plus de l’extension. Aussi, un bel  accueil peut être réserver aux visiteurs de passage.

Notons, par ailleurs, que cette nouvelle bâtisse va déjà abriter deux prêtres résidants mais dans l’entretemps les travaux se poursuivent. Elle reste donc un chantier.

Le coût global des travaux est estimé à 26.000 $ US (Vingt six mille dollars américains).

Le tout s’est clôturé par un partage du repas fraternel offert dans la salle paroissiale.

 

Abbé Basile MVUANGA

RTDM KUKIELE

 

 

SORTIE OFFICIELLE DE LA CHORALE CHŒUR DES ANGES A LA PAROISSE NOTRE-DAME MEDIATRICE DANS LE DOYENNE DE MATADI

Chor ange 15Le dimanche 10 Avril 2016 restera gravé dans les annales de la paroisse Cathédrale  Notre- Dame Médiatrice dans le Doyenné de Matadi.

En effet, c’est ce jour qui a été retenu pour la sortie officielle de la nouvelle chorale classique dénommée « Chœur des Anges » et composée essentiellement des enfants de 08 à 16 ans. Cette cérémonie s’est déroulée en l’église paroissiale Notre-Dame Médiatrice  au cours de la  2eme messe présidée par le Recteur de la Cathédrale, l’Abbé Jean TSHINGOLA, et concélébrée par les Abbés Ernest NKINASA et Serge ZOLANDONGA, respectivement Curé de la paroisse Sainte Thérèse de Bandakani et vicaire à la paroisse Notre-Dame de Fatima de Matadi.

Parents, amis et connaissances de ces jeunes choristes ainsi que les chrétiens en général sont venus très nombreux non seulement pour être témoins oculaires de la première prestation du « Chœur des Anges » mais aussi les encourager et implorer avec eux les grâces de l’Eternel pour que cette magnifique œuvre aille loin et plus loin encore.

Dans son homélie, après avoir invité l’assistance à imiter l’exemple de ces enfants qui, en formant cette nouvelle chorale, ont en fait répondu par un oui à l’appel de Dieu, l’officiant du jour a loué les efforts du Maestro qui, pendant plus d’une année, ne s’est pas lassé à assurer un bel encadrement à tous ces enfants, efforts couronnés en ce jour de la sortie officielle du Choeur des Anges. Aussi, pour la croissance de cette œuvre, il est question « pour chacun, a précisé le prédicateur, de prendre à cœur la responsabilité qui lui est confiée et de travailler dans le seul but de servir au mieux la communauté chrétienne, non pas pour plaire aux autorités de l’Eglise mais surtout pour servir le Christ, Notre Seigneur ».

Notons que pour constituer cette chorale, le Recteur de la Cathédrale avait lancé une vaste campagne de sensibilisation  au terme de laquelle beaucoup de parents avaient compris l'opportunité et n’avaient pas hésité d’envoyer ou même de pousser leurs enfants à la classe des chants qui s’organise encore chaque dimanche. 

Après une année de formation et d’encadrement, entre les mains de maître de l’Abbé Hervé MBENZA, initiateur et Maestro principal du Choeur des Anges, et l’accompagnement de plusieurs autres encadreurs dont Mesdames Joelle Bilonda et Josette Kibonge, plus d’une cinquantaine d’enfants sont aujourd’hui comptés parmi les choristes de la paroisse Cathédrale N.D. Médiatrice, et qui  viennent donc d’enrichir la commission liturgique d’une nouvelle chorale classique constituée uniquement  des enfants, dénommée « Chœur des Anges ».

Avant la bénédiction finale, les  Abbés Recteur et  Hervé MBENZA ont tour à tour pris la parole.  Le premier a, d’une part, remercié tous ceux qui ont œuvré pour la réussite de cette journée, et d’autre part, lancé un appel aux paroissiens intéressés à  bien vouloir soutenir cette jeune chorale et même à  pouvoir déjà se prononcer dès la sortie de la messe. Le second, quant à lui, après avoir rendu grâce à Dieu pour son assistance et sa protection, et apès avoir remercié les parents pour leur confiance, leur coopération et leur patience, a exprimé sa joie de voir un rêve devenir réalité, et a tenu à partager cette même joie avec tous ceux qui ont donné le meilleur d’eux-mêmes pour la réussite de cette œuvre pastorale.

Immédiatement après la messe et la longue séance photos qui s'en est suivie, les membres de la nouvelle chorale, quelques parents et invités se sont retrouvés dans la salle  paroissiale  pour le partage du repas fraternel. 

Ange LUMPUVIKA.

 RTDM KUKIELE

 

Mardi 22 mars 2016 : Messe Chrismale à N.-D.de Fatima dans le doyenné de Matadi

Chrisma 25Du grec « Khrisma » qui veut dire « huile » ou « onction »,  la messe chrismale célébrée normalement le matin du jeudi saint, par l’évêque, a eu lieu au diocèse de Matadi, ce mardi 22 mars soir à la paroisse Notre-Dame de Fatima. Ceci dans le souci de permettre aux prêtres de regagner leurs paroisses respectives à temps en vue de célébrer le Triduum pascal.

En présence d’un grand nombre des fidèles, entouré d’une soixantaine de prêtres venus de tous les coins du diocèse, Mgr Daniel NLANDU MAYI, Evêque de Matadi, a consacré les huiles saintes utilisées toute l’année pour les sacrements, dans tout le diocèse. En plus de la bénédiction des huiles, il a reçu le renouvellement des promesses sacerdotales de ses prêtres faites le jour de leur ordination.

Dans son homélie, l’Evêque de Matadi a souligné qu’ « en faisant de la messe chrismale une fête du sacerdoce, l’Eglise nous invite à méditer en profondeur sur la grandeur du sacerdoce et son importance dans la vie de l’Eglise et des hommes. » Il a invité les prêtres, en cette année de ma miséricorde, à être davantage des pasteurs selon le cœur de Jésus.

Prendre davantage, d’une part, conscience de ce que nous sommes devenus par l’ordination sacerdotale : « alter Christus » et, d’autre part, faire l’expérience de la miséricorde de Dieu qui est reliée à la conscience de sa propre faiblesse et en même temps à la dignité dont il est investi,  voilà l’exercice auquel chaque prêtre est appelé à se livrer. C’est dans cette démarche d’intériorisation et d’approfondissement de notre vocation  qu’il nous faut trouver les énergies nécessaires pour repartir et repartir du bon pied pour un sacerdoce d’excellence, a conclu Mgr Daniel.

Philibert  MAYENGELE

RTDM KUKIELE

 

Célébration de triple événement hier à la cathédrale N.-D. Médiatrice à Matadi : clôture de l'Année de la vie consacrée, journée des personnes consacrées et présentation du Seigneur

V c 2Les personnes consacrées, prêtres, religieux, religieuses et auxiliaires de l’apostolat œuvrant dans le doyenné de Matadi se sont retrouvés hier soir, 02 février 2016, autour de Son Excellence Mgr Daniel NLANDU MAYI pour marquer un cachet spécial à cette journée de prière pour la vie consacrée.

La soirée a commencé par la messe d’action de grâce que Mgr l’Evêque, entouré de six prêtres, a présidée en la cathédrale N-D. Médiatrice en ville basse.

Dans son mot d’introduction, Mgr Daniel a, d’abord, salué la présence des prêtres, religieux, religieuses et auxiliaires de l’apostolat ainsi que les fidèles laïcs venus s’associer à leurs frères et sœurs consacrés. Il a profité de l’occasion pour accueillir et souhaiter la bienvenue aux prêtres, religieux et religieuses nouvellement affectés dans la ville de Matadi. Ensuite, il a expliqué le sens de la vie consacrée et annoncé, enfin, la nomination du Révérend Père Joseph MUKONDUA en qualité de responsable diocésain de la vie consacrée.

Dans l’homélie faite par le Révérend Père Edy MABILA, de la congrégation des Oblats de Marie, a insisté sur le sens de la vie consacrée et de la Miséricorde. - Lire Homelie du p edy pour le 2 fevrier 2016Homelie du p edy pour le 2 fevrier 2016 (19.46 Ko)

Notons que le Prédicateur choisi pour la circonstance est arrivé au diocèse de Matadi au mois de novembre dernier pour une expérience pastorale de 3 ans. Il est actuellement affecté au service de rédaction de la RTDM KUKIELE.   

Bref, cette triple fête a été l’occasion non seulement de remercier le Seigneur d’avoir donné à son Eglise et à l’humanité des hommes et des femmes qui se consacrent entièrement à son service et à l’Église : religieux, religieuses, prêtres et demoiselles consacrées. Aussi, pour les fidèles-laïcs présents à cette eucharistie, célébrer la vie consacrée leur a permis de comprendre qu’il est bon, aujourd’hui encore comme hier, de s’engager au service de Dieu, de suivre le Christ et de vivre l’Evangile… en imitant Siméon et la prophétesse Anne, modèles de vie consacrée.   

La soirée s’est clôturée par une belle soirée récréative et le partage du repas fraternel.  

Philibert MAYENGELE

RTDM KUKIELE

V c 6V c 9V c 8V c 7V c 5V c 6V c 10V c 1V c 4

PLAN PASTORAL 2015-2016 / PAROISSE CATHEDRALE N.-D. MEDIATRICE

Thème de l’année pastorale : « La miséricorde divine ».

Devise de la Paroisse : « Agir par amour pour Dieu » Jn 21, 15).

« Après le repas, Jésus dit à Simon-Pierre : ‘Simon, fils de Jean, m’aimes-tu plus que ceux-ci ?’ ‘Oui, Seigneur’, répondit-il, ‘tu sais que je t’aime’. ‘Alors, pais mes agneaux’, lui dit Jésus » (Jn 21, 15). En effet, par trois fois, avant de confier à Simon-Pierre ses brebis, le Seigneur Jésus lui pose la question de savoir s’il l’aimait. Et par trois, la réponse de Pierre fut positive. Comme pour dire : tout ce que nous ferons cette année en fonction du thème de la « Miséricorde divine de l’Eglise universelle », nous ne le ferons pas parce que le Pape, l’Evêque, le Doyenné, les Abbés Recteur et Vicaire, le Conseil paroissial nous le demanderont, mais simplement parce que nous aimons notre Dieu.  Cliquez ici Plan pastoral 2015 2016Plan pastoral 2015 2016 (248.08 Ko)  

 

EQUIPE SACERDOTALE

   Recteur : Abbé Jean TSHINGOLA MADOTSHI
               Tél : 09 98 44 71 49 et 089 82 72 71 9

Vicaire : Abbé Freddy MASIKA MUNZEMBA

               Tél : 09 90 25 75 90 et 089 91 92 09 2

Coopérateur  paroissial : Abbé Bruno DIANGADIO

 

CLOTURE DU MOIS MARIAL ET BENEDICTION DE LA GROTTE MARIALE DEDIEE A NOTRE DAME DE LOUDES A LA PAROISSE N.-D. MEDIATRICE A MATADI

                                                                                                                                                                                                                                                                           Grotte 1jpg« Les parents, les aines et tous les fidèles sont appelés à transmettre la dévotion mariale qui est de nos jours tant combattue par beaucoup de confessions et même chrétiennes. » Telle est l’invitation que l’Evêque de Matadi, Mgr Daniel NLANDU MAYI, vient d’adresser à ses diocésains en général et aux paroissiens de la paroisse Notre-Dame Médiatrice de Matadi en particulier. C’était le jeudi soir 30 mai 2015, au cours de la messe de clôture du mois marial qu’il a présidée et à l’issue de laquelle il a procédé à la bénédiction de la nouvelle grotte mariale dédiée à Notre-Dame de Lourdes.

En présence d’une nombreuse assistance de chrétiens de cette paroisse et ceux venus d’ailleurs, le Prélat, entouré de sept prêtres dont l’Abbé Recteur de la cathédrale et son vicaire, a, dans son homélie, insisté sur l’importance et l’efficacité de la dévotion mariale. « Marie, a-t-il indiqué, continue à accomplir sa mission, médiatrice, aujourd’hui encore… Nombreux sont les témoignages des hommes et des femmes qui font l’expérience de l’efficacité de l’intercession de Marie, la mère du Seigneur. »

Pour l’Evêque de Matadi,   « la dévotion mariale est un grand don que nous avons reçu et que nous devons transmettre aux autres…. N’hésitons pas à faire recours à Marie… Ne suivons pas tout ce qui lui dénie ce rôle de médiatrice… »

Pour appuyer son idée, l’officiant a donné quelques témoignages des hommes et des femmes qui, pour avoir fait recours à Marie, ont expérimenté l’efficacité de l’intercession à la Vierge Marie, la Mère de Jésus. Comme exemples, il a évoqué le cas du Saint père, le pape François, qui au lendemain de son élection a confié son pontificat à notre Mère du ciel et aujourd’hui, a précisé Monseigneur Daniel,  « on est témoin des merveilles que le pape est en train d’accomplir comme pasteur de l’Eglise universelle. Il est écouté et apprécié même par les gens qui ne partagent pas notre foi et beaucoup d’autres faits que nous sommes en train de vivre.» Il a également cité le cas de son père  qui s’est vu guéri d’un sérieux rhumatisme qui pouvait l’empêcher à passer son examen final d’admission à l’école normale de Tumba. Et, pour finir, il a parlé de son propre témoignage non seulement le fait d’être guéri d’une grave malaria dont il a souffert lorsqu’il était enfant mais aussi toutes les faveurs divines dont il est aujourd’hui encore bénéficiaire. Tout cela, pense-t-il avec conviction,  c’est l’œuvre de Marie.

Notons que tout au début de sa prédication, Mgr l’Evêque a remercié et félicité le Recteur de la paroisse, ses collaborateurs ainsi que tous les paroissiens pour la réalisation de cet bel ouvrage, construit sans aucune contribution extérieure, qui fait honneur à notre mère du ciel et exprime leur foi en Jésus Christ, Fils de Dieu, né de Marie, la première servante du Seigneur. 

Juste après la troisième oraison, toute l’assemblée accompagnée du Célébrant et de sa suite se sont dirigés en procession solennelle, sous le rythme de la fanfare de la paroisse Sacre Cœur de Kinkanda, vers la grotte nouvellement construite.

Tout de suite après, le Père Evêque a procédé à la cérémonie rituelle de bénédiction de cette grotte mariale dédiée à Notre-Dame de Lourdes.

Avec cette grotte, les chrétiens de la paroisse cathédrale se réjouissent  d’avoir désormais un cadre idéal où ils pourront se mettre réellement en face de notre Mère du ciel et solliciter son intercession.  Venus nombreux à cette cérémonie, les paroissiens n’ont pas caché leur joie et satisfaction d’avoir acquis un beau bijou qui fait l’admiration de tous.

Que Notre-Dame de Lourdes intercède pour tous ceux et toutes celles qui y chercheront son Fils.

Philibert MAYENGELE

                                                                                        RTDM KUKIELE

Grotte 10Grotte 26 1Grotte 25Grotte 23Grotte 22Grotte 24Grotte 21Grotte 19Grotte 18Grotte 17Grotte 16Grotte 15Grotte 14Grotte 12Grotte 11Grotte 10Grotte 9Grotte 8Grotte 2Grotte 1jpg 2Grotte 4 1Grotte 7 1Grotte 8 1Grotte 21 1

 

 

 

Confirmation de 53 jeunes à la cathédrale N.-D. Médiatrice de Matadi

Confirm 5Le dimanche 24 mai 2015, jour de la célébration de la Pentecôte 2015, l’Esprit-Saint a soufflé sur la cathédrale N.-D. Médiatrice à Matadi.

En effet, 53 jeunes ont reçu le sacrement de la confirmation des mains de notre Père Evêque, Mgr Daniel NLANDU MAYI, au cours de la messe qu’il a personnellement présidée.

Entouré de quelques prêtres, en présence d’une grande assistance des fidèles, l’Evêque, dans son homélie, a insisté sur l’importance ou mieux le rôle du Saint-Esprit dans la vie du chrétien. L’Esprit-Saint, a-t-il indiqué, « donne la vie et transforme le cœur de l’homme ».

Il a invité les confirmands non seulement à croire en la présence de l’Esprit-Saint dans leur vie mais aussi à  toujours s’appuyer sur ce don qui n’est autre qu’une force qui nous est donné et qui nous aide efficacement à témoigner du Christ et à aller plus loin dans notre vie de chrétienne.

 

Confir 7Confirm 5Confirm 13Confirm 2Confirm 5Confirm 1

 

 

Installation du nouveau conseil paroissial à Saint Sacrement Belvédère

Img 1318Paroisse st sacrement 1Le dimanche 10 mai 2015 restera gravé dans l’histoire de la paroisse Saint Sacrement Belvédère, dans le Doyenné de Matadi.

En effet, c’est ce jour qui a été retenu pour l’installation officielle du nouveau conseil paroissial. Cette cérémonie s’est déroulée en l’église paroissiale Saint Sacrement au cours de la messe présidée par l’Abbé Philibert MAYENGELE et concélébrée par les Abbés Alexis KUTINU, Philippe LUBIDIKA et Bonaventure NKIAMA, respectivement Curé Doyen du Doyenné de Matadi, Curé et vicaire de la paroisse Saint Sacrement Belvédère.

Malgré la pluie qui s’est abattue à Matadi la nuit du samedi 09 au dimanche 10 mai jusque pratiquement à l’heure où la messe devait débuter, les chrétiens de cette paroisse n’ont pas voulu manquer ce grand rendez-vous. Ils sont venus très nombreux pour être témoins oculaires de la prise de fonction officielle de leur conseil paroissial.

Dans son homélie, après avoir invité toute l’assistance a imité Dieu qui ne fait pas de différence, l’officiant a relevé combien la tâche du conseil paroissial est délicate. Il s’agit « pour chacun, a-t-il précisé, de prendre à cœur la responsabilité qui lui est confiée et de travailler dans le seul but de servir au mieux la communauté chrétienne.» Ce que « vos prêtres et l’ensemble de chrétiens de cette paroisse attendent de vous, a poursuivi l'Abbé Philibert, c’est d’être tout à tous, de ne rejeter personne et d’être au milieu d’eux comme des bons et fidèles serviteurs.»

Quatre temps forts ont marqué cette solennelle cérémonie d’installation, à savoir : le dialogue entre le prêtre et les membres du nouveau conseil paroissial, la lecture de l’acte de nomination de chacun d’eux et la remise du document de travail définissant les attributions de chaque commission paroissiale par le curé de la paroisse et, enfin, la prière de bénédiction du prêtre sur les membres du conseil paroissial installé.

Notons que pour constituer ce nouveau conseil paroissial, le curé a procédé à une vaste consultation populaire au terme de laquelle chaque entité de la paroisse était invitée à désigner et à soumettre à l’appréciation de l’équipe sacerdotale deux candidats. Après la judicieuse sélection faite conjointement par le curé et son vicaire, au total 54 personnes ont été choisies pour participer à la charge pastorale de la paroisse Saint Sacrement en qualité de conseillers paroissiaux. Ceux-ci, bien avant la cérémonie de leur installation officielle et surtout pour leur permettre de bien comprendre la charge confiée à leur soin, ont participé activement, du lundi 13 au mercredi 15 avril 2015, à une session de formation sur l’organisation pastorale d’une paroisse. Cette formation ainsi que la cérémonie de l’installation étaient assurées par l’Abbé Philibert.

Avant la bénédiction finale, le Président du nouveau conseil paroissial, Papa Emile Nzinga Nguvu et le Curé Doyen, l’Abbé Kutinu ont tour à tour pris la parole. Le premier a remercié tous ceux qui ont œuvré pour la réussite de cette journée et invité, d’une part, chaque membre du conseil à être toujours disponible et sérieux dans l’accomplissement de sa tâche et, d’autre part, la communauté chrétienne à ne pas croiser les bras mais plutôt à aider tant soit peu le conseil paroissial et le soutenir dans toutes ses initiatives. Le second, quant à lui, a exprimé sa joie de voir un nouveau conseil paroissial à Saint Sacrement Belvédère et encouragé chacun à travailler pour le grand bien de la paroisse.

Après la messe, le nouveau conseil paroissial a organisé un cocktail à l’intention de tous ses membres ainsi que les invités.

Philibert MAYENGELE

RTDM KUKIELE

Img 1194Img 1209Img 1215Img 1225Img 1268Img 1275Img 1292Img 1307St sacrem 1Paroisse st sacrement 1Img 1309Img 1312Img 1319Img 1322Img 1323Img 1324Img 1328Img 1329

D’UNE EGLISE DE PIERRE A UNE EGLISE DE CHAIR (Récollection des Consacrés du Doyenné de Matadi)

Reco 1D’UNE EGLISE DE PIERRE A UNE EGLISE DE CHAIR

Récollection des Consacrés du Doyenné de Matadi (Prêchée par l’Abbé Aimé MPEVO MPOLO,  le mardi 31 mars 2015 à Safari / Ndimba Luwawanu)

 « On peut beaucoup respecter les choses et négliger les humains. L’Eglise de pierre, c’est  cette église où on embrasse la terre et on néglige les hommes, les femmes et les enfants qui pourtant en sont les bénéficiaires tandis que l’Eglise de chair, c’est cette église où on embrasse les humains et on considère les choses, les instruments (les cathédrales, les véhicules, les structures, les sanctions que l’on prend…) comme des outils dont on se sert pour faire du bien aux hommes et aux femmes concrets. »

Extrait de la récollection prêchée  par l’Abbé Aimé MPEVO MPOLO aux consacrés (prêtres, religieux, religieuses et auxiliaires de l’apostolat) du Doyenné de Matadi, le 31 mars 2015 dernier, à Safari / Ndimba Luwawanu, en pleine semaine sainte et avant la messe chrismale au cours de laquelle les prêtres renouvellent leurs promesses sacerdotales.   

A l’issue de cet exercice spirituel, immédiatement après la messe, l’Abbé prédicateur a accordé une interview à Philibert MAYENGELE  de la Radio Télé Diocésaine de Matadi, RTDM KUKIELE dont ci-dessous le texte dans son intégralité.

Reco 3

Philibert : Mr l’Abbé Aimé MPEVO bonjour !

Abbé Aimé : Bonjour !

Philibert : « De l’Église de pierre à l’Église de chair » : tel est le thème de la récollection que vous venez d’animer à vos frères et sœurs  prêtres, religieux, religieuses et auxiliaires de l’apostolat du Doyenné de Matadi. Mr l’Abbé, voulez-vous nous dire ce qui vous a motivé à choisir ce thème.

Abbé Aimé : Le choix de ce thème a été motivé par deux raisons essentielles. La première, c’est la permanence ou la récurrence, dans les Écritures Saintes, de la maison de chair, j’allais dire, au détriment d’une maison de pierre. Dans l’Ancien Testament comme dans le Nouveau Testament, vous rencontrez plusieurs passages où Yahvé –ou les prophètes ou les apôtres ou Jésus lui-même- rappellent que nous sommes d’abord un édifice des pierres vivantes. L’Eglise, c’est un édifice des pierres vivantes et Jésus-Christ lui-même se présente comme la pierre angulaire; les apôtres sont présentés comme des fondations, les fidèles sont présentés comme des colonnes. Donc, c’est quelque chose qui est présent, qui est récurrent dans l’Ancien Testament et dans le Nouveau Testament. Or cet aspect des Écritures Saintes, c’est un aspect dont on parle très peu. C’est cela la première raison. Et la deuxième, c’est que moi-même, je vis dans  l’Eglise, j’ai d’une manière ou d’une autre géré une partie ou des petits morceaux de l’Église. Je suis moi-même membre de l’Église, j’ai des amis, des frères et des sœurs qui vivent dans l’Eglise. En plus de cela, je suis un ecclésiastique et je vois comment des vies humaines sont parfois détruites, des carrières détruites, des institutions détruites parce que justement on a, soit voulu sanctionner des gens pour « protéger»  des institutions… Parce qu’à la fin, on se rend compte que, souvent on ne protège même pas, car en détruisant une vie humaine, une existence humaine, indirectement on détruit aussi l’institution. Donc ayant eu à vivre ces expériences de souffrance face au fait que des gens, peut-être de mauvaise foi –ou parfois même de bonne foi, en croyant faire du bien à l’Église-  ont pris des décisions qui finalement détruisent des existences humaines et indirectement détruisent aussi l’Église. Alors en vivant ces expériences-là et  informé par les Écritures Saintes, j’ai finalement dit qu’il est peut-être temps que nous puissions un peu nous appesantir sur cet aspect-là de la Parole de Dieu et de notre existence quotidienne en tant que Église et membre de l’Église. Voilà donc les deux raisons qui m’ont poussé à choisir ce thème.

Philibert : Justement, Mr l’Abbé, partant de ces deux raisons, puisque vous venez d’être tout à l’heure en recollection avec des ecclésiastiques. Quel message vous avez tenu ou voulu leur transmettre ?

Abbé Aimé : Le message, il est en deux morceaux. Le premier morceau, c’est que chaque ecclésiastique est d’abord un membre de l’Église, chaque ecclésiastique est un bénéficiaire de l’Église. Donc moi, en tant qu’ecclésiastique, quand je me trouve en face d’un autre ecclésiastique, je dois me préoccuper d’abord de son bien. Tout ce que je prends comme décision, tout ce que je pose comme acte à l’égard d’un confrère, d’une sœur, d’un frère, d’une demoiselle consacrée, je dois me poser la question « Est-ce que je lui fais du bien? Est-ce que ce que j’ai fait , ce que je lui fais, la décision que je prends envers lui ou elle, l’attitude que j’ai envers lui ou elle, est-ce que ça l’aide à devenir plus heureux ou plus heureuse ? » Parce que parfois nous sommes les personnes qui rendent les autres ecclésiastiques malheureux ou malheureuses. C’est ça la première chose, le premier morceau disons. Le deuxième morceau, c’est par rapport aux autres, les gens pour qui nous travaillons, les gens de l’extérieur. Nous, quand on se met comme dans un camp, un peu comme les fonctionnaires de Dieu, en face de nous, il y a les bénéficiaires de ce service de la fonction publique. Alors en tant que fonctionnaires de Dieu, à travers le travail que nous faisons, est-ce que nous faisons du bien aux autres ?  Lorsque nous prenons des décisions, à qui ces décisions font-elles du bien? Parce qu’il y a un danger qu’on se mette à travailler pour une institution abstraite, pour un Dieu qu’on ne voit pas et dont on ne connait pas le visage, pendant qu’on est en train de malmener les hommes et les femmes qui sont les membres de cette Église pour qui nous tavaillons.

Philibert : Oui, à vous entendre, Mr l’Abbé, je pense que vos réflexions sont à la fois importantes et intéressantes. C’est dire que ça vaut la peine que nos fidèles en général et nos auditeurs en particulier puissent en tirer sérieusement profit ou bénéfice. Alors pour les aider, n’y a-t-il pas lieu de nous résumer en peu de mots ce que vous venez de dire de façon un peu savante? C’est-à-dire : voulez-vous nous résumer en langage simple tout ce que vous venez de dire, afin de permettre à nos nombreux auditeurs de bien comprendre votre message ?

Abbé Aimé : Je pense que nos nombreux auditeurs ou nos fidèles doivent être conscients du fait que l’Église, ce sont d’abord les fidèles. L’Église ce n’est pas la bureaucratie. L’Église ce ne sont pas les bâtiments, ce n’est pas la paperasse. L’Eglise ce ne sont pas les cathédrales, les grottes, les presbytères, les couvents. L’Église, c’est d’abord les humains en chair et en os, comme j’ai l’habitude de dire, les hommes, les femmes et les enfants qui font partie de l’Église, c’est d’abord eux l’Église. Alors tout acte qui est posé dans l’Église devait tout naturellement viser le bien de ces hommes, de ces femmes et de ces enfants qui constituent l’Église. Ça, c’est important, d’autant plus important que parfois, nous les ministres ou ce que je peux appeler les fonctionnaires de Dieu, parfois certains méfaits que nous commettons dans l’Eglise -méfaits qui font souffrir les autres ou d’autres personnes- parfois… ce sont nos laïcs qui nous aident à les poser. Regardez dans certaines paroisses : le curé prend parfois certaines décisions dures, des décisions regrettables, des décisions déplorables;  mais il les prend avec qui ?  C’est avec le conseil paroissial, et souvent ce conseil paroissial, c’est fait des laïcs, ces mères et ces pères de famille, ces jeunes universitaires etc. Donc, c’est important qu’eux aussi soient conscients parce que l’Église d’aujourd’hui est gérée en cogestion entre les ecclésiastiques et le laïcat. Et dans certaines paroisses ou dans certaines institutions,  il  arrive  même  parfois  que  les laïcs  soient  plus  puissants  ou  plus influents que les ecclésiastiques. C’est donc clair qu’il est aussi important que les laïcs sachent que Yahvé, lorsque David veut par exemple lui bâtir un temple ou une maison, Yahvé dit : « ce n’est pas à toi de me bâtir une maison, je n’en ai pas besoin. C’est plutôt à moi de te bâtir une maison ». Dans les deux cas, on utilise le terme « maison », mais dans ces deux cas « maison » ne signifie pas la même chose.  Quand David veut bâtir une maison pour Yahvé, la maison qu’il veut bâtir, c’est un temple, que d’ailleurs plus tard Salomon va bâtir. Mais quand Yahvé dit : « moi je vais te bâtir une maison »,  la maison qu’il va bâtir, c’est la maison d’Israël, c’est la famille royale, les descendants de David… Donc la maison que Yahvé bâtit, ce sont les hommes, les femmes et les enfants. Contrairement à David qui veut bâtir pour Dieu une maison de pierre, Dieu va plutôt bâtir pour David une maison de chair. Et c’est ça,  en fait, la future Église. C’est comme ça que Jésus par exemple, au chapitre 2 de Saint Jean, va dire aux juifs : « Démolissez ce Temple et moi, en trois jours, j’en bâtirai un autre ». Quand il dit « démolissez ce temple », le temple dont il parle, c’est le temple-là en pierre, en bois, et aujourd’hui on dirait en béton ou en tôle.  C’est ce temple-là qu’il faut démolir. Et effectivement, ce temple va être démoli, mais Jésus va le remplacer par un autre temple. C’est lequel ? Oui, c’est son corps par la résurrection, mais plus que cela; c’est le corps du Christ, c’est-à-dire l’Église en tant que corps du Christ, c’est-à-dire les hommes et les femmes qui vont adhérer à ce nouveau peuple de Dieu qui va remplacer en fait l’ancien Peuple de Dieu. Donc, dans le Nouveau Testament, Jésus, les apôtres -Saint Jean, Saint Pierre, Saint Paul- insistent sur ce fait que l’Église de chair et d’os c’est-à-dire l’Église faite d’hommes, de femmes et des enfants, c’est d’abord cela l’Église. L’Église de chair, c’est prioritaire par rapport  aux bâtisses, par rapport aux structures, par rapport au béton, par rapport à la pierre… Et ça, c’est important. 

Philibert : Mr l’Abbé, pour être un peu plus clair, plus concret ou plus précis,  voulez-vous nous donner quelques exemples qui démontrent que notre Église glisse parfois vers la construction de l’Église de pierre au détriment de l’Église de chair vivement recommandée par Yahvé ?

Abbé Aimé : Mais c’est simple. Tu n’as qu’à voir toutes les casses qu’on fait -ce qu’on appelle des casses sociales- qu’on fait quand on entreprend, par exemple, des travaux dans des paroisses. A l’occasion de la construction d’une salle paroissiale, d’une grotte… on peut faire des casses, des vraies casses dans  la communauté. On blesse moralement des gens qui risquent même de ne plus jamais mettre pied à l’église. Parce que  nous  avons voulu  aller  vite  dans  la  construction d’une Église de pierre, on a blessé des gens qui, par après, tellement blessés, se retirent même de de la paroisse ou de l’Église, ils ne viennent plus à la messe. En tout cas, il n’est pas rare qu’à l’occasion de la construction d’une salle paroissiale -ou lorsqu’on érige une grotte- que le curé ou un quelconque laïc influant de la paroisse adresse des paroles méchantes à un frère dans la foi, à une sœur dans la foi, qui serait tellement blessé, découragé… jusqu’au point où ce dernier quitte la paroisse ou même l’Église au vrai sens du mot : akosambela lisusu te ou bien akeyi na ye na binzambi nzambi. Il y a d’autres cas : parfois vous rencontrez un curé qui est un bon gestionnaire, il construit la paroisse, la paroisse est propre, il place des fleurs partout; c’est bien beau tout ça; mais quand vous arrivez dans sa communauté, ce curé, plein de belles initiatives, ne se parle même pas avec ses vicaires…  ils vivent à couteaux tirés, ils ne peuvent même pas manger ensemble, ils ne peuvent même pas prier ensemble. C’est quelle Église ça ? Si vous ne savez pas vous parler, vous ne savez pas manger ensemble, il n’ya pas de relations fraternelles entre vous et… pourquoi alors construire un gros réfectoire, pourquoi construire une salle paroissiale ? Je ne dis pas que la salle paroissiale, ce n’est pas important; c’est important, mais il ne faut pas que cela se fasse au détriment de nos relations humaines. L’Église, c’est d’abord les hommes, les femmes, les enfants [qui en font partie]), c’est ça l’Église de chair.  La pierre c’est important, les structures c’est important, les lois c’est important; mais nous devons savoir que tout cela est au service de la vraie Église qui est l’Église de chair. Donc, l’Église de chair doit être prioritaire et le reste-là, l’Église de pierre, doit être instrumental. C’est un instrument pour le bien de l’Église de chair.

Philibert : Si je comprends bien, vous voulez donc dire que souvent la construction de l’Église de pierre nous préoccupe plus au détriment de celle de l’Église de chair. On peut alors dire qu’il s’agit là finalement d’une tentation qui guète aujourd’hui les prêtres, les pasteurs ou les responsables de certaines institutions ecclésiales ou politiques ou que sais-je encore ?  Quel conseil pouvez-vous alors prodiguer à tous ceux-là qui gèrent des institutions dans l’Église ou même dans le pays ? Et quelle attitude peuvent-ils adopter pour éviter justement de tomber dans ce piège ?

Abbé Aimé : Je pense que la première chose, c’est ce qu’on peut appeler hygiène mentale, hygiène intellectuelle c’est-à-dire faire régulièrement -sinon chaque jour ou en tout cas chaque semaine- un examen de conscience et de revoir  ce qu’a été la journée, ce qu’a été la semaine, se poser la question : « Dans tout ce que j’ai entrepris, dans tout ce que j’ai réalisé, à qui ai-je fait du bien? » C’est une question qu’il faut souvent se poser. Même quand on prend des sanctions, lorsque vous prenez des sanctions  en tant que chef ou responsable dans une partie de l’Église, il faut toujours vous poser la question de savoir si « Cette sanction que j’ai prise, en mettant en œuvre cette sanction ou en la décidant ou en la décrétant, je fais du bien à qui ? » Si nous ne sommes pas capable d’identifier celui ou celle à qui nous faisons du bien, ça signifie que nous sommes en train de travailler pour une entité abstraite. Il faut toujours se poser la question : « A qui fais-je du bien ? »... « Cette semaine, j’ai travaillé au bureau, je ne sais pas moi de Caritas ou de Justice et paix… dans tout ça, j’ai fait du bien à qui ? Est-ce que j’ai travaillé pour les papiers ? Est-ce que j’ai travaillé pour les évêques ? Ou j’ai travaillé pour moi-même, selon l’idée que je me fais de moi-même ? Ou j’ai travaillé pour des hommes ou des femmes concrets qui sont les bénéficiaires de mon travail ? Je fais du bien à qui? » Se poser souvent cette question et faire l’examen de conscience, c’est important je pense.

Philibert :  Mr l’Abbé, pour terminer, je pense que pour parvenir à la vraie Église voulue par Dieu, il y a un effort d’harmonisation ou mieux de compénétration à fournir entre ce que vous appelez, d’une part,  l’Église de pierre et, d’autre part, l’Église de chair.  Comment réagissez-vous sur cette  façon de voir les choses ?  Et si l’on ne peut rien négliger, comment alors peut-on, d’après vous, concilier les deux Églises ?  

Abbé Aimé : Je pense que l’Église de pierre, c’est un outil. Ça c’est la logistique; et la logistique, c’est important. Dans une société humaine, il faut des lois, il faut des principes, un règlement intérieur, il faut des statuts, un organigramme, des véhicules, des locaux… c’est important tout ça. C’est cela la pierre. C’est important, mais c’est important en tant que instrument, en tant que outil au service des vrais hommes et des vraies femmes. Il ne faut pas que l’instrument devienne plus important que le bénéficiaire du service. Donc, il faut toujours avoir en tête qu’en gérant l’instrument, cet instrument on le gère en vue des hommes et des femmes, en vue de faire du bien aux hommes, aux femmes et aux enfants concrètement en chair et en os. C’est ça le plus important. Je ne dis pas qu’il faut négliger la pierre. Non! Mais la pierre doit être secondaire… ce qui doit être prioritaire, ce sont les hommes, les femmes et les enfants qui sont les bénéficiaires de cette Église de pierre.

Philibert : Grand merci, Mr l’Abbé, pour le conseil que vous venez de  prodiguer à ceux qui, dans l’Église ou ailleurs, assument une quelconque responsabilité. Mais avant de boucler totalement cette interview,  Mr  l’Abbé Aimé, vous avez sans doute un mot de la fin à l’intention de nos chers auditeurs qui vous suivent en ce net moment.

Abbé Aimé : Oui, comme je vous l’ai déjà dit, il faut toujours se poser la question chaque fois qu’on prend une décision, chaque fois qu’on entreprend une action ou chaque fois qu’on a fini une action. Se demander : « Dans tout cela, j’ai fait du bien à qui » Si vous êtes incapable d’y répondre ou si vous faites du bien à vous-même ou à votre propre conscience, ça signifie que vous êtes sur le mauvais chemin. Il faut faire du bien à des hommes ou à des femmes concrètes. Voilà tout !

Philibert : Merci de tout cœur, Mr l’Abbé,  pour la spontanéité avec laquelle vous avez répondu à toutes nos questions. Soyez sûr et certain que votre message est allé loin, le plus loin possible et que grâce à la magie de la radio, il portera à coup sûr beaucoup de fruits dans notre Église et partout ailleurs. Encore une fois grand merci, bon retour chez vous et nous pensons que, très prochainement, vous serez encore des nôtres.

 

 

Reco 4Reco 5Reco gr 3Reco 8                                                                                       Reco gr 6Reco 9

PRESENTATION

SIEGE :

 

CURE DOYEN :
Abbé Alexis KUTINU

CONTACTS :

 

  • 00243 89 839 61 65 – 00243 85 521 30 53

 

 Les Paroisses du Doyenné

Doyenné de Matadi
 N° Nom de la paroisse
1 Notre Dame Médiatrice Cathédrale
2 Notre Dame de Fatima
3 Saint Joseph / Nzanza
4 Saint Gérard / Mvuzi
5 Saint Sacrement / Belvédère
6 Sacré-Cœur / Kinkanda
7 Sainte Bernadette / Soyo
8

Sainte Marie / Camp Redjaf

9

Saint Joseph / Songololo

10

Nduizi

 

 

CONFIRMATIONS A LA PAROISSE SAINTE MARIE / CAMP REDJAF

Confirmations a sainte marie camp redjaf par mgr daniel nlandu 2Matadi, le 27 juillet 2014. Son Excellence Monseigneur Daniel Nlandu, notre Evêque, a conféré le sacrement de confirmations aux catéchumènes de la paroisse Sainte Marie de l’aumônerie militaire au Camp Redjaf Matadi.

Cela est une réalisation de la promesse qu’il a faite aux fidèles de cette paroisse le jour de noël lors de l’eucharistie qu’il a célébrée chez eux. Autorités militaires, familles des soldats et autres fidèles sont tous venus partager la joie avec leurs frères et sœurs devenus adultes dans la foi.

« La confirmation que vous allez recevoir aujourd’hui fait de vous désormais des adultes dans la foi, de véritables témoins du Christ », a dit Monseigneur l’Evêque aux 42 catéchumènes venus recevoir le dernier sacrement de l’initiation chrétienne. Devenus adultes, leur a-t-il recommandé, ils doivent manifester désormais leur engagement effectif dans les différentes activités et actions pastorales de la paroisse.

La messe, chantée par la chorale centrale paroissiale, était célébrée sous la liturgie de Pentecôte en rapport avec l’action de l’Esprit Saint en chacun des confirmés.

Dans le mot prononcé à la fin de l’eucharistie, le président du Conseil paroissial a formulé deux demandes à Son Excellence Monseigneur l’Evêque à savoir des visites régulières à la paroisse Sainte Marie de l’aumônerie et la nomination d’un vicaire dominical. Monsieur l’abbé Abélard Kueyitualamo, aumônier militaire et curé de Sainte Marie, a remercié Monseigneur l’Evêque pour cette visite et lui a demandé de faire de même pour Camp Ango-Ango situé à la frontière avec l’Angola voisin.

Les fidèles de Sainte Marie ont manifesté leur reconnaissance à la visite de leur Père en lui donnant quelques présents, fruits de leur travail. 
Homélie de l'Evêque.

Jules Mandaya Isambasa

IMAGES DE LA CEREMONIE

Messe des confirmations a sainte marie camp redjaf par mgr daniel nlandu 3Messe des confirmations a sainte marie camp redjaf par mgr daniel nlandu 4Messe des confirmations a sainte marie camp redjaf par mgr daniel nlandu 5Messe des confirmations a sainte marie camp redjaf par mgr daniel nlandu 6Messe des confirmations a sainte marie camp redjaf par mgr daniel nlandu 7Messe des confirmations a sainte marie camp redjaf par mgr daniel nlandu 8Messe des confirmations a sainte marie camp redjaf par mgr daniel nlandu 9Messe des confirmations a sainte marie camp redjaf par mgr daniel nlandu 10Messe des confirmations a sainte marie camp redjaf par mgr daniel nlandu 11Messe des confirmations a sainte marie camp redjaf par mgr daniel nlandu 12Messe des confirmations a sainte marie camp redjaf par mgr daniel nlandu 13Messe des confirmations a sainte marie camp redjaf par mgr daniel nlandu 14Messe des confirmations a sainte marie camp redjaf par mgr daniel nlandu 15Messe des confirmations a sainte marie camp redjaf par mgr daniel nlandu 16Messe des confirmations a sainte marie camp redjaf par mgr daniel nlandu 17Confirmations a sainte marie camp redjaf par mgr daniel nlanduMesse des confirmations a sainte marie camp redjaf par mgr daniel nlandu 20Messe des confirmations a sainte marie camp redjaf par mgr daniel nlandu 21Messe des confirmations a sainte marie camp redjaf par mgr daniel nlandu 22Messe des confirmations a sainte marie camp redjaf par mgr daniel nlandu 23Messe des confirmations a sainte marie camp redjaf par mgr daniel nlandu 24Messe des confirmations a sainte marie camp redjaf par mgr daniel nlandu 25Messe des confirmations a sainte marie camp redjaf par mgr daniel nlandu 26Messe des confirmations a sainte marie camp redjaf par mgr daniel nlandu 28Messe des confirmations a sainte marie camp redjaf par mgr daniel nlandu 29Messe des confirmations a sainte marie camp redjaf par mgr daniel nlandu 32

FETE PATRONALE A LA PAROISSE SACRE-COEUR / KINKANDA

Fete de sacre coeur a kinkanda 8Triple événement, le dimanche 29 juin 2014, à la paroisse Sacré-Cœur de Kinkanda dans le Doyenné de Matadi, sous la présidence de l’Evêque de Matadi, Son Excellence Mgr Daniel NLANDU MAYI, à savoir : la fête patronale commémorant le 114e anniversaire de la paroisse, l’administration du sacrement de confirmation à 180 catéchumènes (jeunes et adultes) et la bénédiction de la nouvelle grotte mariale dédiée à Marie, Notre-Dame des grâces.

Le dimanche 29 juin 2014, jour de grâce où l’Eglise universelle a fêté le Sacré-Cœur de Jésus, restera marqué en lettres d’or pour la communauté chrétienne de Kinkanda, dans le Doyenné de Matadi, dont la paroisse est dédiée justement au Sacré Cœur de Jésus.

En effet, sous la présidence de l’Evêque de Matadi, Mgr Daniel NLANDU MAYI, trois grands événements jumelés y ont été célébrés, à savoir : la fête patronale commémorant le 114e anniversaire de ladite paroisse, l’administration du sacrement de confirmation à 180 catéchumènes (jeunes et adultes) et l’inauguration officielle suivie de la bénédiction de la nouvelle grotte mariale dédiée à Marie, Notre Dame des grâces.

Soucieux de maintenir la proximité avec ses diocésains comme souhaité et recommandé vivement au synode diocésain célébré l’année dernière, le Pasteur de Matadi, Mgr Daniel NLANU MAYI, après les deux dernières visites pastorales effectuées au mois de mai de l’année en cours, le dimanche 04 mai à Sainte Bernadette / Soyo à Matadi et du 23 au 27 mai à Sacré Cœur / Miyamba, situé à plus de 350 Km de Matadi et de 240 Km de la nationale N°1, dans le Doyenné de Luozi, a tenu s’associer à la prière et à l’action de grâce de tous les paroissiens de Kinkanda.

Arrivé à 09h00, après l’accueil chaleureux par le Curé de la paroisse, Abbé André NTONI, accompagné des Abbés André Mingiedi et Edmond SOBA suivi successivement du Président de l’Assemblée Provinciale du Bas-Congo, Honorable Leonard NSIMBA NZUNGILA, fidèle de cette paroisse, du Vice Président du conseil paroissial et quelques membres du conseil restreint, de l’Abbé Directeur de la RTDM KUKIELE, du Diacre Parfait Bumba et de quelques grands séminaristes en vacances, l’Evêque s’est dirigé directement à la sacristie pour commencer la célébration eucharistique qu’il a présidée devant l’esplanade de la salle paroissiale. Débutée à 09h40’, cette messe a connu une grande participation des fidèles habillés en majorité en pagne rose de la paroisse imprimé pour la circonstance.

Dans son homélie, Mgr l’Evêque, profitant de cette belle occasion, a dans un premier lieu commencé par salué et remercié profondément les paroissiens de Kinkanda non seulement pour le bel accueil qu’ils lui ont réservé mais aussi pour tout ce qu’ils font sans se lasser au bénéfice de leur paroisse, l’on peut citer en passant le grand chantier de l’église paroissiale et la construction de la grotte dédiée à Marie, Notre-Dame des grâces. Pour les inciter à garder cet élan, Mgr Daniel leur a exhorté en ces termes : « soyez assurés de mon soutien dans la prière, de ma bénédiction ainsi que de tous mes encouragements : ne baissez pas les bras, allez de l’avant ! »  

Par la suite, allant droit à l’essentiel, l’Officiant a indiqué que par la célébration de la solennité du Sacré Cœur de Jésus, l’Eglise nous donne de méditer sur l’amour salvateur de Dieu. Il s’agit pour nous de contempler le cœur aimant, compatissant, miséricordieux, doux et humble de Jésus et de nous laisser transformer par lui.

A la lumière des textes liturgiques du jour tirés de Dt 7, 6-11 ; 1Jn 4, 7-16 et de Mt 11, 25-28, l’Evêque de Matadi a, par ailleurs, souligné que « la solennité du Sacré-Cœur est donc la fête de l’amour de Dieu pour nous, de notre amour pour Dieu, et de l’amour dont nous devons nous aimer les uns les autres. » En plus de l’amour qui est la valeur suréminente du Cœur de Dieu, a-t-il poursuivi, nous sommes également invités aujourd’hui à contempler la compassion, la douceur et l’humilité, ces trois autres valeurs que nous inspire le Sacré-Cœur de Jésus.

Avant de s’adresser aux confirmands, faisant écho du message du Pape François, l’Ordinaire du lieu a exhorté l’assemblée à gouter la tendresse de l’amour de Dieu à toutes les saisons de la vie. Notre Dieu est riche en miséricorde, il est amour et il a toujours pitié de nous. Ainsi, chacun a été particulièrement invité à se poser deux questions relatives à la qualité de son amour pour le prochain : « Comment est mon amour pour le prochain ?;  Suis-je fidèle à cet amour pour le prochain ? »

S’adressant aux confirmands, enfin,  Mgr l’Evêque a beaucoup insisté sur la visibilité de l’action de l’Esprit Saint dans leur vie. Cette visibilité doit se remarquer essentiellement dans la mise en pratique des dons particuliers de chacun au service de l’Eglise et du monde, dans l’attachement à la foi catholique et donc d’éviter le vagabondage dans les autres églises (les sectes) et dans l’amour à vivre les uns envers les autres,  condition pour que Dieu demeure en nous et nous en lui.

Après la communion, le Vice-président du conseil paroissial, Mr Edouard NIMY, a pris la parole au nom de tous les chrétiens de Kinkanda. Dans son mot, il a d’abord rendu grâce à Dieu pour avoir permis cette célébration grandiose. Ensuite, il a remercié Mgr l’Evêque pour sa présence et surtout pour avoir conféré le sacrement de confirmation à une centaine de jeunes et adultes de Kinkanda. Aussi, a-t-il demandé à l’Evêque de penser dans l’avenir à l’implantation des sous-postes ou même des paroisses au quartier Kinkanda en vue de rapprocher de plus en plus les chrétiens à leur lieu de culte. Parlant du grand chantier de l’église paroissiale en construction, à côté des initiatives locales non négligeables, il a imploré le Pasteur de Matadi à envisager à partir de ses nombreux contacts la possibilité de solliciter un financement extérieur qui viendrait en appui aux efforts de la communauté chrétienne de Kinkanda.   

Immédiatement après ce mot, Mgr l’Evêque, et toute l’assemblée avec lui,  a été convié à se diriger vers la grotte pour procéder à son inauguration officielle et à sa bénédiction. Après cette cérémonie, Mgr Daniel, a donné la bénédiction finale solennelle à l’assemblée.

Cette journée s’est clôturée par un grand défilé de tous les paroissiens rangés en fonction de leurs CEVB respectives ou de leurs mouvements d’action catholique. Après le défilé, une réception a été organisée dans la salle paroissiale Sacré-Cœur/Kinkanda. [Diapositives].

A.  Philibert MAYENGELE

RTDM KUKIELE

CONFIRMATIONS A SAINT JOSEPH / NZANZA ET OUVERTURE DE L'ANNEE CHARISMATIQUE 2014

Confirmation à Saint Joseph / NzanzaDeux événements majeurs ont marqué l’activité pastorale de l’Evêque de Matadi, Son Excellence Mgr Daniel NLANDU MAYI, le dimanche 09 février 2014, dans deux paroisses sœurs du Doyenné de Matadi, à savoir : la célébration du sacrement de la confirmation conférée à 90 enfants et quelques adultes de la paroisse Saint Joseph/Nzanza et l’ouverture des activités du groupe Renouveau dans l’Esprit de l’année charismatique 2013-2014 à la paroisse Saint Gérard/ Minkondo.

Le dimanche 09 février 2014 a été pour l’Evêque du diocèse de Matadi, Son Excellence Mgr Daniel NLANDU MAYI, une journée à la fois chargée et spirituellement riche.

En effet,  fidèle à son agenda pastoral et soucieux d’être plus proche de ses brebis, Mgr Daniel NLANDU MAYI a permis à ses chrétiens de deux paroisses  sœurs du Doyenné de Matadi de vivre avec lui, le dimanche 09 février 2014,  deux événements pastoraux haute en couleur, à savoir : dans l’avant-midi, la messe de confirmation à la paroisse Saint Joseph de Nzanza et, dans l’après-midi, l’ouverture des activités du groupe charismatique pour l’année pastorale 2013-2014, à Saint Gérard de Minkondo.

Comme dit ci-dessus, tout a commencé à Nzanza, le matin du dimanche 09 février, autour de 09h00 où nombreux chrétiens de Saint Joseph, paroisse populaire située au Nord-Est de la ville de Matadi, attendaient leur pasteur. A son arrivée, juste à l’entrée principale de la paroisse où il est descendu de sa jeep Prado, ce dernier a été accueilli tour à tour par l’équipe sacerdotale conduite par le curé de cette paroisse, Abbé Alexis KUTINU, la Communauté des Sœurs de Saint Vincent de Paul, l’équipe de reportage de la radio diocésaine KUKIELE, à sa tête, l’Abbé Directeur, Philibert MAYENGELE, quelques membres du conseil paroissial et la grande communauté paroissiale de Nzanza  Molakisi en liesse qui, comme on peut l’imaginer,  n’a ménagé aucun effort pour réserver à Mgr l’Evêque un bain de foule. Après avoir salué toutes les personnes qui se sont rangées pour l’accueillir, Mlle Wele Noela, une fillette du groupe Kiziti-Anuarite, lui a adressé le mot de bienvenue et présenté le bouquet des fleurs. Aussitôt après, comme pour marquer son entrée officielle dans cette paroisse, Mgr Daniel NLANDU a procédé à la coupure du ruban symbolique prévu à cet effet.

Immédiatement après la cérémonie d’accueil, l’hôte du jour, accompagné de six prêtres concélébrants, s’est dirigé vers la sacristie pour se vêtir des ornements liturgiques et débuter la messe.

Dans son homélie, avant de conférer la confirmation, l’Evêque de Matadi s’est appesanti sur le mystère de la pentecôte qui, pour lui, reste très actuel. Il s’agit d’un événement que nous sommes appelés non pas seulement à célébrer aujourd’hui encore mais bien plus à expérimenter dans notre vie. C’est un événement fondateur de notre être chrétien et qui marque le commencement de l’Eglise. Il a ainsi exhorté l’assemblée présente à cette messe à méditer profondément sur la force de l’Esprit-Saint, à faire l’expérience du renouveau et à prendre conscience de la mission que Christ nous a laissée, celle d’annoncer la Bonne Nouvelle du salut partout, de changer nos vies et de nous transformer réellement. Seul l’Esprit-Saint peut nous fortifier, nous donner la force et le courage pour y parvenir.

Aux confirmands, il a d’abord souligné que le sacrement de confirmation inaugure un tournant décisif dans leur vie de chrétien, que cela ne soit pas une simple formalité mais plutôt un signe fort qui vient renforcer l’Esprit Saint reçu au baptême et par lequel ils se sentent désormais envoyés en mission. Avec insistance, il a ensuite demandé à chacun d’eux de rester attachés à l’Eglise catholique et de ne jamais se laisser prendre ou distraire par ceux qui pensent que l’Eglise catholique est dépassée. Elle a été, elle est et elle restera la même hier, aujourd’hui et demain, a-t-il renchéri. Pour ce faire, il leur a recommandé d’adhérer dans les différents groupes organisés, de s’engager dans des C.E.V. … qui sont pour nous des lieux privilégiés pour l’exercice de notre mission de chrétien.

Pour terminer, rappelant le thème de l’unité qui a guidé l’ensemble des travaux du synode diocésain célébré l’année dernière dans notre diocèse, Mgr Daniel NLANDU a imploré ses ouailles à rechercher en tout et partout l’unité et de combattre toute forme de division.  Apprendre à nous mettre ensemble autour d’un projet commun, voilà ce qui doit nous unir malgré la diversité de nos opinions, a-t-il conclu.  Notons par ailleurs que pendant dans son adresse et peu avant la bénédiction, l’Evêque a tenu remercier et exprimer sa reconnaissance à l’ensemble de la communauté paroissiale de Nzanza non seulement pour l’accueil chaleureux qui vient de lui être réservé mais également pour avoir répondu et contribué efficacement à tous ses appels  pour la bonne tenue des travaux du synode diocésain. Ci-joint le texte intégral de l’homélie de Mgr Daniel NLANDU MAYI, Evêque de Matadi.

Prenant la parole, avant la bénédiction finale, le président du conseil paroissial, Mr Joseph MBUNGU NZIALU, a remercié l’Evêque de Matadi pour avoir bousculé son programme déjà surchargé afin de présider personnellement cette messe et conférer de ses mains le sacrement de confirmation qui n’a plus été administré dans cette paroisse depuis 5 ans. Avant de brosser succinctement l’historique de la paroisse Saint Joseph de Nzanza, il a convié les confirmés à garder fidèlement la grâce dont ils viennent d’être bénéficiaires et à témoigner toujours et partout du Christ. Ci-joint le mot du Président du Conseil paroissial

A la fin de la messe, l’Evêque et sa suite ont été invité dans la salle paroissiale où les membres du conseil paroissial et quelques invités l’attendaient pour le partage du repas fraternel. 

 Poursuivant son programme du jour, dans l’après-midi, vers 14h15’, Mgr Daniel NLANDU MAYI a rejoint les membres du Renouveau charismatique de toutes les paroisses du Doyenné de Matadi et des autres venus de tous les horizons du diocèse de Matadi, à la paroisse Saint Gérard de Minkondo où ils se sont fixés rendez-vous à l’occasion de l’ouverture officielle de l’année charismatique 2013-2014.  

Ci-joint le Message de Son Excellence Mgr Daniel NLANDU MAYI, Evêque de Matadi, aux membres du renouveau dans l’Esprit à l’occasion de l’ouverture de l’année charismatique.

Propos de Ange LUMPUVIKA rapportés par Philibert MAYENGELE de la R.T.D.M.  KUKIELE

Diaporama Photos

NATIVITE DU SEIGNEUR 2013 AU CAMP REDJAF

MesseMatadi, le 25 Décembre 2013. Après avoir célébré la veille la Nativité du Seigneur dans la Cathédrale Notre Dame Médiatrice, Son Excellence Monseigneur Daniel Nlandu Mayi s’est rendu à l’aumônerie militaire du Camp Redjaf à Matadi pour la célébration de la fête de Noël. Rassemblés au terrain de football du camp, les militaires sont venus nombreux avec leurs familles adorer « le Fils de Dieu fait Homme » qui vient apporter la paix à tous les hommes. A la tête du fil se trouvait le Général Mayala Vainqueur, Commandant de la 2ème Région Militaire à Matadi. Il y avait également le Général Commandant en charge des opérations et Renseignements, le Général Commandant en charge de l’Administration et logistique, le Colonel Chef d’Etat Major de la 2ème Région Militaire, les aumôniers militaires Protestant et Kimbanguiste. Tous étaient très heureux de se réunir autour de l’Evêque diocésain en ce jour de grande joie. Depuis les préparatifs jusqu'à ce jour, la mobilisation a été totale pour que le caractère festif de Noël ne souffre d’aucune faille. C’était aussi là l’occasion pour Monseigneur l’Evêque de célébrer la messe en « lignala », langue liturgique qu’il a utilisée pendant de longues années à Kinshasa.

Le message de l’Evêque, comme pour la message de la nuit, était essentiellement celui de la Renaissance. En effet, a-t-il dit, « Noël nous invite à la renaissance. Un renouvellement total de notre esprit et de notre vie ». En cela, l’idéal chrétien serait de « Faire le bien en imitant Jésus qui a passé sa vie à faire le bien. Le chrétien est celui qui met Jésus au centre de sa vie : dans ses pensées, dans ses paroles et dans ses œuvres ». Il s’agit pour le chrétien d’adopter un comportement qui doit l’amener à se considérer comme un « alter-Christus » et à briller au milieu des ténèbres du monde. « En contemplant le Christ-Fils de Dieu dans le mystère de l'Incarnation, dans le berceau de la Nativité, a souligné l’Evêque, laissons-nous transfigurer par sa Sainte Lumière pour renoncer à la vie ancienne marquée par le péché et commencer la vie nouvelle dans la Foi, l'Espérance et la Charité ou l'Amour ».

Très ravi de la visite de Son Excellence Monseigneur l’Evêque, le Général Mayala Vainqueur, a pris la parole au nom de la hiérarchie militaire, de ses troupes et de leurs familles pour remercier l’Evêque d’avoir honoré l’aumônerie militaire de Matadi en choisissant de fêter Noël chez eux, 17 ans après la dernière visite épiscopale dans leur paroisse. « Les militaires sont aussi des hommes, l’uniforme n’est qu’un signe distinctif. », a-t-il souligné. Comme pour dire que les militaires ont aussi besoin d’un encadrement spirituel et d’une assistance pastorale. Il a terminé son adresse par la remise d’un cadeau constitué des chèvres et autres danrés alimentaires que les militaires ainsi que leurs familles ont bien voulu offrir à leur pasteur. Après les avoir remerciés de leur générosité et après avoir félicité les militaires pour la victoire obtenue au combat de l’Est de notre pays, Monseigneur l’Evêque leur a promis son retour prochain au camp Redjaf pour une visite pastorale et les confirmations. Homélie de l'EvêqueDiaporama Photos.

Jules Mandaya Isambasa

Matadi : Célébration du Jubilé d’or de la paroisse Saint Gérard de Mvuzi 

1962-2012, cinquante ans passés depuis la fondation de la paroisse Saint Gérard de Mvuzi à Matadi, chef-lieu de la province du Bas-Congo situé à 350 km de Kinshasa. Ce jubilé d’or est une heureuse coïncidence avec la célébration par l’Eglise universelle de l’année de la foi qui commémore les 50 ans du Concile Vatican II, mais aussi avec l’année synodale de notre diocèse débutée depuis la Pentecôte passée.

La messe, d’une durée de cinq heures et demie, a été célébrée dans l’église paroissiale par Son Excellence Monseigneur Daniel Nlandu Mayi, Evêque du diocèse de Matadi, ce dimanche 9 décembre 2012. 18 prêtres ont concélébré cette eucharistie dont le Révérend Père Zéphyrin Luyila, Vice-Provincial des Pères Rédemptoristes au Congo. Une délégation des autorités politico-administratives de la place conduite par  Son Excellence Monsieur Déo Nkusu, Gouverneur intérimaire du Bas-Congo, a pris part à cette célébration. De nombreux religieux et religieuses, dont le Révérend Frère Roger Masamba, Visiteur des Frères des écoles chrétiennes au Congo, ont également rehaussé de leur présence ladite commémoration. La messe était animée par la chorale centrale et a connu la participation d’une foule nombreuse de chrétiens de la paroisse et des paroisses voisines.

A cette occasion, 229 catéchumènes ont reçu le sacrement de la Confirmation et sept couples chrétiens ont obtenu les diplômes de jubilé d’or des noces pour 50 ans de fidélité de vie conjugale.

Après l’eucharistie, un petit repas a été offert aux invités à cette joyeuse action de grâce.

Par ailleurs, bien que l’inauguration de la paroisse eût lieu en 1963, il convient de signaler que les premiers pas de la fondation de cette mission datent de 1962. C’est ce qui justifie, pour les organisateurs, la célébration de ce jubilé aujourd’hui.

mot-conseil-paroissial-p1.pdfmot-conseil-paroissial-p1.pdf  mot-conseil-paroissial-p2.pdfmot-conseil-paroissial-p2.pdf  

mot-conseil-paroissial-p3.pdfmot-conseil-paroissial-p3.pdf  mot-conseil-paroissial-p4.pdf mot-conseil-paroissial-p4.pdf  

mot-conseil-paroissial-p5.pdf mot-conseil-paroissial-p5.pdf  mot-conseil-paroissial-p6.pdf mot-conseil-paroissial-p6.pdf

Jules  Mandaya  Isambasa 

RTDM KUKIELE

Matadi, rdc          
00243 815904444  -  00243 843581593

CONFIRMATIONS A LA CATHEDRALE N.D. MEDIATRICE

 

confirmations-a-la-cath-drale-de-matadi-dscn0799-1.jpgLe dimanche 19 mai 2013, fête de la Pentecôte, Son Excellence Monseigneur Daniel Nlandu Mayi, Evêque du diocèse de Matadi, a célébré la messe à la Cathédrale Notre-Dame Médiatrice. A cette occasion, il a conféré le sacrement de confirmation à cinquante-quatre catéchumènes parmi lesquels quatorze ont reçu leur première communion. Tout était bien mis en place pour bien fêter cet événement malgré le temps de préparation très bref. Une très belle liturgie animée par la chorale Lumière de cette paroisse, et qui n’a duré que 2 h 45 minutes.

 S’adressant aux confirmés, Monseigneur l’Evêque les a invité à grandir dans la foi et à être désormais des témoins vivants de l’Evangile. Leur action doit se manifester dans l’engagement pour la promotion de l’Eglise et de la société. Ils doivent être des modèles. Tout acte qu’ils auront à poser doit être évalué en fonction de l’Esprit qu’ils viennent de recevoir en ce jour spécial de la descente de l’Esprit Saint.

Les Confirmés, à travers le mot lu par l’un d’eux, ont pris la ferme résolution d'être à l'écoute de l’Esprit Saint et d'être de vrais témoins du Christ en parole et en acte. 

Monsieur l’abbé Jean Tshingola, Recteur de la Cathédrale a profité de cette occasion pour faire à l’Evêque, curé canonique, et à tous les fidèles le rapport de la collecte spéciale des fonds (Nsisani) faite le dimanche passé en vue du carrelage de l’Eglise. De cette collecte, la paroisse a récolté  au total 11.857 $ US. L’Evêque a félicité ses paroissiens pour la bonne volonté manifestée et les a encouragés à persévérer dans cette voie pour faire encore plus dans l’avenir.

Après la messe, tous les confirmés se sont retrouvés autour de l’Evêque dans la grande salle paroissiale de la Cathédrale pour se partager un petit repas fraternel. A cette occasion, ils ont présenté à Monseigneur l’Evêque le cadeau d’un bouc et lui ont donné des avis sur leurs attentes du synode diocésain qui est à sa phase finale.

Ci-joint l’homélie de Monseigneur l’Evêque ainsi que le mot des confirmés. 

HomélieMot des Confirmés. [Diapositives]

Jules  MANDAYA ISAMBASA

rtdm

VISITE PASTORALE DE L'EVEQUE A SAINT SACREMENT / BELVEDERE

Matadi, dimanche 12 mai 2013 - Monseigneur Daniel Nlandu Mayi, Evêque de notre diocèse, s’est rendu à la paroisse Saint Sacrement (Belvédère) pour la célébration de la solennité de l’Ascension de Notre Seigneur Jésus-Christ. Etant donné le grand nombre des fidèles qui ont pris part à cette fête, l’eucharistie a été célébrée dans l’église en chantier. Malgré la grande chaleur sous laquelle ils étaient exposés, mais grâce à l'animation de la chorale centrale, tous les paroissiens ont manifesté leur joie de célébrer la montée du Seigneur autour de l'Evêque. L'ambiance était complète.

Dans son homélie, Monseigneur l'Evêque a commencé par inviter le peuple de Dieu à ne pas plonger dans la passivité et l'oisiveté, mais à s'engager résolument à témoigner du Christ dans la vie quotidienne. Pour cela, il faut le concours de l'Esprit Saint et d'une prière profonde. Le chrétien doit savoir "allier contemplation et action, prière et engagement", a-t-il souligné.

Plusieurs personnalités politiques ont rehaussé de leur présence ladite eucharistie. Leur délégation était conduite par Monsieur Jacques Mbadu, Gouverneur du Bas-Congo et Madame Marie-Louise Munga, Ministre national du portefeuille en mission de service à Matadi. Dans le cadre de soutenir les travaux de construction de l’église en cours dans cette paroisse, le Gouverneur du Bas-Congo a fait à la paroisse un don de 10.000 $ US, 1.000 sacs de ciment, 300 tonnes de sable, 300 tonnes de caillasse et un transformateur de 600 kW. Ce don vient s’ajouter à tout ce qu’il a déjà fait pour la construction de cette église dont il s’engage à accompagner les travaux jusqu’au bout. Le geste a été remercié par le Conseil paroissial, l'abbé Hippolyte Lubiku, vicaire de cette paroisse et par Monseigneur l'Evêque. Commencé à 10 h 00’, la messe a fini à 14 h 00’ sous un soleil piquant. Homélie. [Diapositives]

 

A. Jules  MANDAYA, rtdm

VISITE PASTORALE DE L'EVEQUE A SAINT JOSEPH / NZANZA

Matadi, 20 janvier 2013 - Messe du deuxième Dimanche ordinaire à la paroisse Saint Joseph de Nzanza

Depuis le jeudi 17 janvier 2013, le diocèse de Matadi a reçu la visite d’une délégation en provenance du diocèse de Rottenburg-Stuttgart en Allemagne. Il s’agit de l’abbé Matthias Hambücher, Mr Harald Fiedler et Mme Marie-Anna Ellmer. Ils ont été conduit par l’abbé Jean Lukombo, prêtre du diocèse de Matadi œuvrant dans le diocèse susmentionné. Ils ont bien voulu faire l’expérience missionnaire au-delà des frontières de leur terre natale. Pour leur faire vivre l’ambiance de la célébration eucharistique dans une des paroisses du diocèse, Monseigneur l’Evêque a choisi la paroisse Saint Joseph de Nzanza à Matadi où il a célébré la messe du deuxième dimanche ordinaire dans l’année liturgique C. Dans son homélie, Mgr l'Evêque est revenu sur le synode diocésain qui entre dans sa phase décisive en invitant les chrétiens à prier intensément, à travailler dur et à marcher la main dans la mains, grâce à la force de l'Esprit, pour un aboutissement heureux au renouveau pastoral tant attendu dans notre diocèse. Une célébration haute en couleur par la participation active des fidèles qui ont répondu nombreux à l’appel du Seigneur et par l’animation liturgique de tous les acteurs de cet événement. La messe était chantée par la chorale vocale« Jeunes voisins de Jésus » (JVJ) de la paroisse.

A l’occasion de cette visite, les amis allemands ont fait à la paroisse un don d’un calice et d’un ciboire pour la célébration eucharistique ; ils ont aussi remis un ballon de football aux jeunes pour le sport. Satisfaits de cette expérience, ils n’ont pas manqué d’exprimer leurs sentiments à travers le mot fait à la fin de la messe par l’abbé Matthias.

mot-da-la-gation-allemagne.jpg

Ci-joint le texte de l’homélie de Mgr l’Evêque à l’occasion de cette célébration. [Diapositives]

Jules Mandaya Isambasa

RTDM KUKIELE

SESSION DE FORMATION SUR LA FISCALITE

 

participants-1-1.jpg

Matadi, 5 décembre 2012 - Il s'est tenu dans la grande salle de Safari à Matadi, le mardi 04 décembre 2012, de 09 heures à 16 heures, une session de formation sur la fiscalité à l'intention de la Zone apostolique de Matadi. Elle a été animée par Monsieur Calice KUNGH WEN'BUS, agent vérificateur polyvalent des impôts à la Direction générale des impôts (DGI) et Monsieur Richard Mavoka, Chef de division à la Régie provinciale d'encaissement et de recouvrement des recettes (REPERE).

Cette session a concerné: les consacrés de la Zone apostolique de Matadi, tant au niveau des communautés que de diverses structures au sein desquelles ils exercent leur ministère et des personnes non consacrées impliquées dans la gestion matérielle des paroisses, communautés religieuses ou toute structure appartenant à l'Eglise de Dieu. Cependant, vu l'importance des matières traitées, tous ceux qui sont impliqués dans la gestion des biens dans les autres zones apostoliques du diocèse peuvent y trouver un gain dans la conduite à tenir vis-à-vis de la fiscalité.

L'objectif général de cette session de formation, qui entre dans le cadre du renforcement des capacités en matière de gestion fiscale, consiste à présenter aux participants les différentes obligations déclaratives portant notamment sur les différents impôts et taxes retenus auxquels ils sont assujettis, ainsi que les sanctions encourues en cas de non respect de ces obligations.

De manière spécifique, il s'est agi de permettre aux participants:

  • de distinguer les différentes obligations déclaratives édictées par la DGI, la DGRAD et la REPERE;
  • d'identifier les risques fiscaux liés à ces obligations au regard des impôts et taxes;
  • de comprendre le processus de redressement portant sur le non respect desdites obligations;
  • de mieux contrôler la gestion fiscale des structures.

Pour répondre à ces objectifs, quatre points ont constitué l'essentiel des matières, à savoir:

  • Les Généralités sur la fiscalité
  • Le régime fiscal des Associations sans but lucratif (A.S.B.L.)
  • Le régime des pénalités
  • La conduite à tenir devant les agents du fisc et les documents à prévoir

Il est attendu au terme de cette session que chaque participant puisse:

  • distinguer les différentes obligations déclaratives;
  • définir le profil de risques en matière d'obligations déclaratives;
  • connaître les sanctions encourues en cas de non respect des obligations déclaratives;
  • comprendre les procédures de redressement en cas de non respect desdites obligations;
  • effectuer avec efficacité les diligences minimales en matière de respect des obligations fiscales de sorte à minimiser les risques de redressement et de sanction.

Un rapport final sera rédigé sur la synthèse des communications des formateurs et des interventions des participants afin de permettre à tous ceux qui n'ont pas pris part à cette session de pouvoir s'informer sur le contenu de la formation.

 

Jules Mandaya Isambasa

RTDM KUKIELE

Matadi, rdc 
00243 815904444 - 00243 843581593

Session en Images: voir diapositives.

Matadi, 5 décembre 2012 - En rapport avec la session de formation sur la fiscalité qui s'est tenue dans la grande salle de Safari à Matadi, le mardi 04 décembre 2012, de 09 heures à 16 heures, à l'intention de la Zone apostolique de Matadi, ci-joint comme déjà annoncé les diapositives de cet événement.

cure-doyen.jpg  formateur.jpg  participants-1-3.jpg  participants-2.jpg

participants-3.jpg  participants-4.jpg  participants-5.jpg  participants-7.jpg

participants-6.jpg  session1.jpg  session2.jpg  session4.jpg

session5.jpg  session6.jpg  session7.jpg  session8.jpg

session9.jpg  session10.jpg  session11.jpg  session12.jpg