BIENVENUE SUR LE SITE INTERNET DU DIOCESE DE MATADI ET NOUS VOUS REMERCIONS DE VOTRE VISITE

Doyenné de Kimpese

Mgr Daniel NLANDU MAYI exhorte les décideurs à faire de l’éducation la priorité des priorités et les enseignants à faire preuve de rigueur

61Le dimanche  3O avril 2017, la communauté paroissiale de la Mission Catholique TUMBA, dans le Doyenné de Kimpese, a été gratifiée par une double visite, celle de l’Evêque de Matadi, Mgr Daniel NLANDU MAYI, et celle du Supérieur général des Frères des Ecoles Chrétiennes, le Frère Robert SCHIELER, 27e successeur de Saint Jean Baptiste De La Salle, Fondateur de l’Institut des Frères des Ecoles Chrétiennes.

A cette occasion, Mgr Daniel NLANDU a présidé, en l’église paroissiale Saint Jean l’Evangéliste, la messe du troisième dimanche de Pâques marquant quatre grands événements, à savoir :  la commémoration du  366e Saint Jean Baptiste De La Salle, Fondateur de l’Institut des Frères des Ecoles Chrétiennes, F.E.C. en sigle, la journée nationale de l’enseignement au Congo, la remise de clés du bâtiment scolaire de l’Institut Tumba Kunda dia Zayi réhabilité par l’entrepreneur aux Frères et l’action de grâce pour la visite canonique et pastorale du Supérieur général des FEC.

En présence du Frère supérieur général, du Frère visiteur au Congo et de plusieurs délégations venues de Kinshasa, de Matadi, de Mbanza-Ngungu et5 d’ailleurs, en majorité membres de l’ASSANEF (l’association des anciens élèves des Frères), de plusieurs prêtres dans une église pleine à craquer, Mgr Daniel, dans son homélie, a exhorté les décideurs à faire de l’éducation la priorité des priorités et les enseignants à faire preuve de rigueur. Pour lui, le tricentenaire de Saint Jean Baptiste De La Salle  est une occasion propice pour nous interroger : « qu’avons-nous fait de l’héritage lassalien dont nous sommes les bénéficiaires privilégiés ? Avons-nous suffisamment conscience du grand défi qui est le nôtre, celui de chercher toujours à correspondre à ce que nous avons reçu, à nous hisser toujours à la hauteur de ce que nous sommes vraiment de par notre formation ? »

« Notre fête nationale de l’enseignement, a-t-il enchainé,  est tout justement une belle occasion d’approfondir tout ce questionnement. Au regard de la situation actuelle de l’enseignement dans notre pays, nous sommes tous en droit de nous poser sérieusement ces questions. Enseignants, éducateurs et bénéficiaires de l’enseignement, tout le monde doit se sentir aujourd’hui interpellé ».

L’éducation étant un d’importants secteurs de la vie et le moteur pour un vrai décollage, le Père Evêque a indiqué qu’il est urgent de se questionner aujourd’hui sur « l’impact réel, sur notre société actuelle, de la formation dispensée aux jeunes suivant l’idéal lassalien. L’environnement étatique global offre-t-il encore aujourd’hui aux disciples de Jean-Baptiste de la Salle et à tous les enseignants et éducateurs chrétiens des conditions adéquates d’exercice de leur mission ? »

Lui-même fils d’enseignant, comparant la situation dans laquelle il a grandi en famille, le standing de vie qu’avait son père qui fut directeur d’école et les écoles où il a étudié à la réalité actuelle de l’enseignant et les conditions dans lesquelles les formateurs et les enfants vivent, travaillent et étudient aujourd’hui, Mgr Nlandu n’a pas cacher ses sentiments de pitié. Il a clairement dit que : « les conditions désastreuses actuelles de vie et de travail des élèves comme des formateurs, la réalité de la vie de l’enseignant aujourd’hui… tout cela me fait pitié … ».

Ceci pour dire qu’à côté du travail de fond qui doit continuellement être mené pour penser et repenser la noble tâche d’éducation et de formation de la jeunesse, l’Evêque de Matadi pense que « la construction et la réhabilitation des infrastructures scolaires est un des défis majeurs de notre pays dans le secteur primordial de l’éducation. Car il est difficile de produire un travail de qualité et d’en attendre de bons résultats, lorsque l’on travaille dans un environnement, un cadre inadéquat ». En plus de cela, il a exhorté les décideurs à faire de l’éducation la priorité des priorités (sans oublier la santé bien sûr) et à bien rémunérer les enseignants. Et que ceux-ci mettent un peu plus de rigueur dans leur travail. Car « aujourd’hui plus qu’hier, surtout dans notre pays, pour l’officiant, les enseignants, les formateurs sont appelés à faire preuve de rigueur dans leur travail, cette rigueur qui seule contribue à former effectivement des jeunes valeureux, compétents et consciencieux, capables d’assurer convenablement l’avenir de la patrie. Le manque de rigueur lorsque l’on exerce la fonction d’enseignant, est une semence destructrice dont les conséquences ravageuses à grande échelle ne tardent jamais à se manifester. Il est écœurant en effet de voir comment de nombreux enseignants ont perdu le sens de la rigueur ! Rigueur envers eux-mêmes et rigueur envers les jeunes pour leur formation intégrale. Il ne faut pas s’étonner qu’avec ce manque de rigueur, de nombreux Etats, surtout dans notre vaste continent, ont pris des virages tout à fait compliqués dont ils ont du mal à se redresser ».

Avant de terminer son adresse, il a salué le travail très appréciable abattu par les F.E.C. pour la réhabilitation des bâtiments scolaires de l’Institut Tumba Kunda dia Zayi dont l’état de délabrement avancé désolait tout le monde de passage par Tumba. Il a également félicité l’entrepreneur et fait appel à la bonne foi des bénéficiaires pour le soin et l’entretien de ces bâtiments restaurés.

L’occasion faisant le larron, Il a en outre fait un appel pressant à tous les cœurs sensibles afin d’apporter leur contribution non seulement pour la sauvegarde de ce patrimoine commun mais aussi pour la poursuite des travaux à Tumba. Il a enfin exprimé au Cher Frère Robert SCHIELER sa fierté d’être lui-même un « produit » de la valeureuse Congrégation des Frères des Ecoles Chrétiennes et ses souhaits d’un séjour agréable en R.D. Congo.

Après la communion, le Frère Supérieur Général a son tour s’est adressé à l’Evêque et à l’auguste assemblée. Et aussitôt après la messe, tout le monde s’est dirigé à l’Institut Tumba Kunda dia Zayi pour la cérémonie de coupure de ruban par Mgr l’Evêque précédée par les mots successifs du Frère préfet, des élèves en qualité des bénéficiaires directs de ce projet, du Frère Visiteur des F.E.C., de l’entrepreneur et du Président national de l’ASSANEF, et la remise des médailles et des trophées aux équipes gagnantes du tournoi de football organisé pour la circonstance ainsi que des clés des bâtiments réhabilités par l’entrepreneur au Frère Visiteur.  

Tout a fini par le partage du repas fraternel dans la grande salle du couvent des Frères.

 

Philibert MAYENGELE

RTDM KUKIELE

FgeFg1Fg605859

T1StatRub

La 8e édition des Rameaux des jeunes rassemble près de 3000 jeunes catholiques autour Mgr Daniel NLANDU MAYI au stade de la CILU à Lukala

20170409 102227Pour une huitième année consécutive, près de 3000 jeunes catholiques du diocèse de Matadi ont pris d’assaut le stade de la Cimenterie de Lukala, CILU en sigle,  sise à Lukala dans le doyenné de Kimpese, le dimanche 09 avril 2017, pour la célébration des rameaux des jeunes autour de leur Evêque, Mgr Daniel NLANDU MAYI.

Dès samedi 08 avril, en début d’après-midi, malgré le contexte particulièrement difficile de profonde crise politico-économique et d’incertitude du lendemain que traverse notre pays en général et la province du Kongo Central en particulier ces derniers temps, la jeunesse catholique de sept doyennés du diocèse confondus a envahi de façon très impressionnante la petite cité de Lukala. Et ce en réponse à l’appel du Père Evêque qui considère ce rassemblement des jeunes devenu annuel chez nous au diocèse comme « une occasion de faire écho, de transmettre les différents messages que le Pape François adresse aux jeunes du monde entier ».

Peu avant son arrivée à Lukala, Mgr Daniel a fait une halte à Kimpese, à l’Institut Supérieur de Technique Appliquée de Chimie Alimentaire, en sigle ISTACHA, où il s’est entretenu avec le Vice Provincial des Rédemptoristes au Congo, le Père Zéphyrin LUYILA, et un groupe des religieuses de la congrégation Saint Joseph de Cluny.

20170408 14555120170408 14165320170408 141702

Après le partage du repas avec ses hôtes et ceux de sa délégation,  à 15h00, l’Evêque a quitté Kimpese pour Lukala où un grande monde des jeunes qu’on pouvait reconnaître par les macarons de la 8e édition des Rameaux des jeunes à Lukala qu’ils portaient ou par les mouchoirs de tête et scarfs des différents groupes organisés des jeunes ainsi que des fidèles chrétiens de deux paroisses de Lukala, Saint Joseph et Sainte Marie de Ndeke, et bien d’autres hommes et femmes de bonne volonté, encadrée par quelques éléments de la police, s’est attroupée à l’entrée de la cité.

A sa descente de sa jeep Prado, sous les applaudissements de la masse, il a été chaleureusement accueilli par le curé de la paroisse Sainte Marie de Ndeke, l’Abbé Célestin MASAMBA et le vicaire de la paroisse Saint Joseph de la même cité, l’Abbé Jacques MANTUADI, accompagnés de deux fillettes dont l’une lui a adressé le petit mot de bienvenue et l’autre présenté le bouquet de fleurs. Après la cérémonie d’accueil, il a repris place dans sa jeep bien entourée par les Scouts et les Pax pour se diriger à la paroisse. Devant comme derrière et de part et d’autre de sa jeep, la foule était tellement nombreuse que cela a momentanément paralysé la circulation routière. Enfants, jeunes et vieux rameaux en mains, chantant et poussant des cris de joie sous le rythme de la fanfare de la CILU ont accompagné le cortège épiscopal jusqu’à la paroisse. Après un Km et demi, il est de nouveau descendu de sa jeep pour marcher à pieds sous un grand bain de foule jusqu’à la paroisse.

20170408 16260820170408 16274620170408 162920

A son arrivée à la paroisse inondée elle aussi des prêtres, religieux et religieuses et d’un grand nombre des chrétiens, le Père Evêque a été reçu par le Curé de la paroisse Saint Joseph de Lukala et Doyen du Doyenné de Kimpese, l’Abbé Roger MVULANENE, et l’Aumônier diocésain des jeunes, l’Abbé Freddy MASIKA. Et immédiatement après il s’est dirigé à l’église pour se recueillir devant le Saint Sacrement.

Autour de 18h30’,  l’Evêque de Matadi s’est dirigé au Stade de la CILU pour assister aux activités culturelles  et la soirée jusqu’autour de 21h30’.

Le dimanche 09 avril, autour de 08h45’, les fidèles chrétiens venus très nombreux se sont rassemblés devant le presbytère dans l’enceinte de la paroisse pour la bénédiction des rameaux. Après une brève allocution, l’Evêque célébrant a béni les rameaux, le diacre Christian MBIMBA a proclamé le récit évangélique de l’entrée messianique de Jésus. Aussitôt après, tout le monde, rameaux en main, s’est mis en procession jusqu’au Stade.

20170409 09514220170409 09500520170409 100514

A 09h35, en présence des autorités politico-administratives et militaires, du représentant de la CILU, des religieux et religieuses, d’une soixantaine des prêtres concélébrants et diacres, dans un stade  rempli de plusieurs milliers de jeunes et d’autres fidèles, l’Evêque a commencé la messe par la prière d’ouverture.

Dans son homélie, avant d’adresser son message aux jeunes, l’Evêque de Matadi a d’abord tenu saluer et remercier le Curé Doyen du Doyenné de Kimpese, l’Aumônier diocésain des Jeunes pour son travail de coordination, les autorités politico-administratives et militaires qui nous ont assuré la sécurité, les délégations des jeunes venus de tous les doyennés du diocèse ainsi que leurs aumôniers. De façon particulière, il a adressé un profond merci au responsable de la CILU pour le cadre offert et pour son implication dans la réussite de cette 8e édition des Rameaux des Jeunes.  

Quant à son message proprement dit, la célébration des Rameaux des jeunes étant une occasion propice pour faire écho des messages du Pape aux jeunes du monde entier, Mgr Daniel NLANDU a choisi d’entretenir ses fils et filles de Matadi sur le thème suivant : « Les Jeunes, la Foi et le Discernement vocationnel ». Ce message, a-t-il précisé, est le résumé du document préparatoire, « lineamenta », du prochain synode des Evêques qui se tiendra à Rome en octobre 2018 convoqué par le Pape ».

Pour la toute première fois, a dit Mgr Daniel, depuis 1915 qu’on a commencé avec cette tradition synodale dans l’Eglise, le Pape a décidé qu’on aborde cette fois-ci la question des Jeunes. Le Pape, a-t-il poursuivi, veut associer les jeunes à sa pastorale. Lorsqu’il s’adresse à la jeunesse, le pape leur rappelle souvent que « je vous porte au cœur ». Et aux Evêques, lors de la visite ad limina de l’année dernière, il a dit : « Soyez d’abord apôtre des jeunes ». Ce qui laisse entrevoir qu’il faut laisser la parole aux jeunes, les associer au travail pastoral, les consulter car l’avenir de l’Eglise est entre leurs mains et rien de meilleur ne peut se construire sans les jeunes. Saint Benoit dont la pensée inspire beaucoup le Saint Père disait que « Dieu révèle aux jeunes ce qui est meilleur ».

Raison pour laquelle, pense l’Evêque de Matadi, il est important d’encourager les jeunes dans leur existence, les aider à découvrir (à discerner) leurs projets de vie, les accompagner pour qu’ils participent à l’édification de l’Eglise et de la société.

Il a invité les jeunes, de reconnaitre l’appel à l’amour et à la vie en plénitude. Cet appel c’est justement la vocation à l’amour : Aimer Dieu, le prochain et les autres. Le trait caractéristique de notre humanité, c’est l’amour.  Accueillir et répondre à l’appel de Dieu dans le mariage ou dans la vie consacrée, c’est accueillir ce même amour, a précisé le célébrant.

Mais de quel jeune s’agit-il ? s’est interrogé le Père Evêque. Pour lui, la jeunesse dont il est question ce n’est pas une catégorie de personne mais une catégorie de vie. C’est ici qu’il a fait allusion à la jeune génération connectée et même hyper connectée ou digitale. Cette jeunesse est caractérisée par la communication avec le mode virtuel (les réseaux sociaux wattsap, face book, viber,        . Ceci comporte des avantages mais aussi des risques. Et pour ne pas tomber dans les antivaleurs, il a lancé un appel aux jeunes à ne jamais en abuser.

Il a aussi évoqué le cas des nombreux jeunes défavorisés. Ils ont difficile à se frayer un chemin, certains sans parents, sans famille, d’autres les parents sans possibilités de les envoyer à l’école, il y a aussi des jeunes  qui sont victimes d’exploitation, qu’on recrute dans des bandes des criminels, des fillettes devenues mères très tôt, etc…

Devant ce tableau sombre, le Prédicateur, à la suite du Pape, a suggéré comme modèle aux jeunes l’Evangéliste Jean. Celui-ci était très jeune et c’est le disciple que Jésus aimait. Il a choisi de suivre Jésus et il a cru en Lui.

La FOI, c’est l’élément fondamental. C’est ce qui donne une certaine garantie de posséder déjà ce qu’on espère, comme le souligne He 11, 1ss. La Foi, est donc source de discernement et de vocation à l’amour C’est elle qui fait découvrir la vocation à la vie consacrée, au mariage, et à toute autre profession. Etre militaire, avocat, enseignant, politicien, etc… a indiqué Mgr Nlandu est aussi une vocation. Et tout cela exige un bon discernement afin d’y voir clair.  D’où la nécessité d’avoir un père spirituel.

Pour terminer, il a donné quelques points fondamentaux : ne jamais limiter la vocation à deux types : le mariage et la vie consacrée. Il n’y a pas que cela,  car toutes les professions sont nécessaires pour la construction meilleure d’une société. Ici était le lieu d’exhorter les pasteurs à toujours rencontrer les jeunes dans leurs milieux de vie, de s’engager à la pastorale des jeunes car faire la pastorale des jeunes c’est faire comme Jésus.

Dès après l’homélie, Mgr l’Evêque a conféré le sacrement de confirmation à une cinquantaine des élèves et chrétiens de Lukala.

Avant la bénédiction finale, une collecte qui a mis en confrontation les jeunes de sept doyennés et quatre mots ont été entendus : celui du Curé Doyen suivi du Président du conseil paroissial de la paroisse hôte, le mot du Secrétaire général de la commission diocésaine des jeunes, et en dernier lieu, celui du Coordinateur décanal de Kimpese.

Plusieurs cadeaux dont 100 sacs de ciment, un bouc, des sacs de fufu, etc ont été remis à l’Evêque.

L’Abbé Aumônier des Jeunes Freddy MASIKA, pour motiver les jeunes à la culture, a ensuite invité Mgr le Célébrant à remettre les prix de bourses d’études offerts par l’ONG HEXAGONE aux quatre meilleurs élèves qui ont participé à la dictée et au récital de poème. Aussi, l’Evêque a procédé à la cérémonie de remise de fanion remis dernièrement au doyenné de Kinzau-Mvuete à l’Aumônier décanal de Matadi. Avec le doyenné de Kimpese, a dit Mgr l’Evêque, on a fait le tour de toux les doyennés (sans considérer le jeune doyenné de Mangembo qui a besoin d’un peu de temps pour mieux asseoir ses structures internes avant d’accueillir une si grande activité) et donc les prochains rameaux des jeunes auront lieu à Matadi.

C’est par cette cérémonie que cette grande célébration animée par la chorale sélectionnée du doyenné de Kimpese a pris fin. Il était 15h25 quand la foule qui a persévéré jusqu’à la fin en bravant le soleil de canicule recevait la bénédiction apostolique du Père Evêque.

Comme c’est le cas un peu partout, au terme de la messe, un palmier a été planté par Monseigneur à l’enceinte de la paroisse derrière l’église paroissiale. Et après, un repas a été offert dans la salle de fêtes de la CILU.  

    

Philibert MAYENGELE

     RTDM KUKIELE

20170408 17005220170408 18592420170408 162852

 

INSTALLATION OFFICIELLE ET ENVOI EN MISSION DE LA PREMIERE COMMUNAUTE DES PERES OBLATS DE MARIE IMMACULEE, A LA PAROISSE SAINT JOSEPH DE SONGOLOLO DANS LE DIOCESE DE MATADI

Obla debutLa date du 26 février 2017, huitième dimanche du Temps ordinaire de l’année A, restera désormais gravée en lettres d’or dans l’histoire du Diocèse de Matadi et celle de la congrégation des Oblats de Marie immaculée.

En effet, après plusieurs mois de tractations, d’échanges et d’harmonisation des vues, c’est ce jour que l’Evêque de Matadi, Mgr Daniel NLANDU MAYI et le Supérieur Provincial des Oblats de Marie Immaculée, le Très Révérend Père Abel NSOLU, ont choisi pour l’installation officielle de la première communauté des Pères Oblats de Marie Immaculée à la paroisse Saint Joseph de Songololo dans le Doyenné de Matadi.

Avec cette cérémonie haute en couleur, « la Congrégation de Marie Immaculée va inscrire son nom dans l’histoire du Diocèse de Matadi comme troisième congrégation à y travailler à la suite des Pères Rédemptoristes d’une part, fondateurs de notre diocèse et de cette paroisse avec le Père Roger AMPE en 1961, et des Scheutistes d’autre part, qui ont œuvré, dans le passé, à Luvaka et Kimpangu », a souligné le Père Evêque. Celui-ci est arrivé à Songololo, le même dimanche autour de 09h50’. 

Après son accueil par l’Abbé Hyppolite LUBIKU qui, en attendant l’installation des Pères Oblats, assurait l’expédition des affaires courantes de la paroisse, et après lui, l’hôte du jour a chaleureusement salué d’abord Son Excellence Mgr Louis MBOL, premier religieux oblat en R.D. CONGO, venu avec ses frères de la congrégation de Kinshasa, et par la suite, tous les prêtres, religieux et religieuses qui ont tenu être témoins de ce grand événement, le Père Evêque s’est directement dirigé à l’église paroissiale inondée d’un grand monde des fidèles de la cité de Songololo, de la gare et de Km 5 pour la Messe.

C’est à 10h25’ que la célébration eucharistique, concélébrée par vingt cinq prêtres  diocésains de Matadi et des Oblats de Marie Immaculée venus de Matadi, de Kinshasa et de la République Populaire d’Angola et animée par la chorale centrale de Songololo, a débutée. Dès l’ouverture de celle-ci, Mgr Daniel NLANDU a d’abord précisé qu’ « au cours cette célébration eucharistique, je vais procéder à l’installation officielle ainsi qu’à l’envoi en mission de la toute première communauté des Pères Oblats de Marie Immaculée qui devra désormais travailler dans cette vaste paroisse de Songololo. » Il s’agit là, a-t-il poursuivi, pour nous tous et   pour   lui-même   personnellement  un  motif  de   grande  joie,  de  fierté  et  de

 

satisfaction car cette « installation vient de concrétiser une de nombreuses recommandations de notre synode diocésain célébré du 21 avril  2012 au 25 mai 2013 (Cfr Actes du Synode Diocésain, n° 231) »

Ensuite, l’occasion faisant le larron dit-on, Mgr l’Evêque a saisi cette circonstance pour rendre un hommage mérité aux prêtres diocésains de Matadi, en particulier l’Abbé Grégoire NSIMBA, qui depuis la relève des Pères Rédemptoristes en 1999, ont abattu un grand travail dans cet immense champ pastoral qu’est la paroisse de Songololo. Tout le peuple de Dieu qui est à Songololo : les vaillants catéchistes et autres agents pastoraux, les fidèles laïcs de toute cette paroisse, ceux de sous postes inclus, ont été également remercié pour le soutien et l’aide précieuse qu’ils ont toujours apportés à leurs pasteurs dans leur lourde mission d’évangélisation et de promotion du plus grand bien de tous.

Et, enfin, tout en les remerciant pour l’accueil cordial et chaleureux qu’ils ont réservé aux nouveaux pasteurs, il a exhorté toute la communauté paroissiale de cette contrée du diocèse à les soutenir et à les aider également dans la lourde tâche qu’ils héritent de leurs prédécesseurs.

Dans son homélie inspirée des extraits de la Parole de Dieu prévus en ce 8e  dimanche du Temps ordinaire, le Célébrant a essentiellement insisté sur trois points : 

1°) L’attitude à adopter face aux soucis et diverses préoccupations de ce monde. Au lieu de laisser nos cœurs être tourmentés, il a invité chacun à faire  entièrement confiance à Dieu et de chercher d’abord le Royaume et sa justice ;

2°) Les conditions difficiles dans lesquelles la mission d’évangélisation s’exerce aujourd’hui à travers le monde et surtout dans nos pays pauvres, au moment où les Pères Oblats viennent remplacer les Abbés et poursuivre le travail pastoral dans cette vaste paroisse. Ces conditions, pense Mgr Daniel, pousse les agents pastoraux à la grande tentation de reléguer au second plan l’annonce de l’évangile pour se préoccuper à rechercher des solutions aux problèmes matériels et financiers. Reconnaissant qu’il est légitime de rechercher des solutions à ce genre de problèmes, le prédicateur, pour mieux éclairer les lanternes, a interpelé les agents pastoraux à ne jamais tomber dans le piège de la course effrénée à l’argent qui de plus en plus mène le monde en véritable maître réduisant les hommes au statut de véritables esclaves.

3°) Le vibrant appel lancé à tous les chrétiens du Diocèse de Matadi en général et ceux de Songololo en particulier à prendre à cœur l’opération « Construisons notre diocèse », une des grandes résolutions retenues au terme du Synode diocésain sus évoqué.

Parmi les prêtres de Matadi, on a noté dans la présence de l’Abbé Emmanuel Nsukula, recteur à l’Institut Supérieur Catholique de Limete à Kinshasa, ex. Institut Supérieur des Sciences religieuses et de l’Abbé Adrien Diakiodi, prêtre de Matadi fidei donum en France. Du côté des Oblats, en l’absence du Supérieur provincial empêché suite aux obsèques de son père biologique à Idiofa, le Vicaire provincial, Abel NSOLU a conduit la délégation de Kinshasa et le Supérieur de la mission de l’Angola, le Père Adrien Gesse était en tête de sa délégation.

Avant la bénédiction finale, sous les applaudissements de toute l’assemblée, sur demande de Monseigneur l’Evêque, le curé doyen du Doyenné de Matadi, l’Abbé Alexis KUTINU, a procédé à la présentation de la nouvelle équipe sacerdotale des Oblats affectée à Songololo et à l’installation officielle du Curé de la paroisse le Révérend Père Eyer qui sera secondé par le vicaire, le Père Bethouel.

Après cette cérémonie, le président du conseil paroissial a pris la parole pour remercier l’Evêque et exprimer le souhait de la communauté chrétienne de Songololo de voir les Pères Oblats assurer une bonne continuité du travail amorcé par leurs prédécesseurs. Quant au Père vicaire provincial, dans son mot, il a grandement remercié Mgr Daniel NLANDU pour n’avoir pas hésité d’accepter l’implantation des Oblats dans son diocèse. Aussi, invitant les fidèles à soutenir dans la prière et leurs conseils la nouvelle équipe sacerdotale dans l’accomplissement de leur mission pastorale, il a rappelé  l’option de la prise en charge matérielle de l’Eglise par ses propres fidèles initiée par la Conférence épiscopale nationale du Congo. « Nous sommes venus mains bredouilles, a-t-il dit, mais si vous pouvez nous prêter mains fortes notre travail deviendra facile et pourra porter beaucoup de fruits. »

L’Abbé Hyppolite, pour boucler  cette série des mots, a procédé à la présentation de Mgr Louis MBOL et de toutes les délégations des prêtres, des religieuses, des catéchistes régionnaires, des laïcs, du conseil paroissial et des fidèles de la cité de Songololo et ses environs.

Après la messe, le partage du repas fraternel a eu lieu dans la salle paroissiale.

A 15h45’, Mgr l’Evêque et sa suite ont quitté Songololo pour Matadi où ils sont arrivés après une heure et demi de route.  

 

Philibert MAYENGELE

Radio Catholique de Matadi

Oblats1Oblat114Oblat12Oblat10Oblat9 pres cureOblat9Oblat8Oblat6Oblat5Oblat4Oblat3Oblat1Oblat les soeursOblac conseil paroissialeObla repasObla repas mbolObla debutObl pretresObla pretresOblats9Oblat115

 

FETE PATRONNALE DE LA PAROISSE SAINTE BERNADETTE SOYO

Soyo sbDans un esprit de joie particulière, d’unité et de fraternité, les fidèles de la paroisse Sainte Bernadette / Soyo, dans le Doyenné de Matadi,  se sont retrouvés le dimanche 19 février 2017 en une messe unique à partir de 08h30 en leur église paroissiale pour fêter la mémoire de Sainte Bernadette de Soubirous, patronne de leur paroisse.

Puisque placée sous le signe de l’unité et de la fraternité, cette fête qui est tombée cette année liturgique en semaine, soit le samedi 18 février, a été ramenée de commun accord entre l’équipe sacerdotale et le conseil paroissial, au dimanche le plus proche pour donner la possibilité aux chrétiens de toutes catégories d’y prendre part. Chose faite et avec raison car un grand monde, enfants, jeunes et vieux se sont afflués vers la paroisse pour célébrer la sainte Bernadette.

En effet, à cette Messe qui a débuté à 08h30’, sous l’animation de la chorale Immaculée Conception, on a noté dans la foule la présence de la Très Révérende Mère Marie Thérèse MAMPAKA, Mère générale des Sœurs de Sainte Marie de Matadi, de sa vicaire général, la Sœur Marie BISENGA, et de son Econome, la Sœur Louise MAKIMUNA et  de plusieurs autres religieuses ainsi que les novice, postulantes et pré postulantes.

Tout au début de la célébration eucharistique après que le Célébrant, l’Abbé Gérard KINKELA, Curé de ladite paroisse, entouré des Abbés Philibert MAYENGELE, Philibert MAVILA et Jean-Claude Nekwa, a expliqué le sens de cette fête et donné les raisons de la célébration de cette fête  au dimanche 19 février qui marque le 7e dimanche du temps ordinaire de l’année liturgique A, l’Abbé Jean Claude a  retracé les grands traits de la vie de Sainte Bernadette de Soubirous et les vertus essentielles qu’elle a essayé de vivre.

S’inspirant de la vie de Bernadette et des textes liturgiques du jour, dans son homélie, le Célébrant a en substance invité ses paroissiens à imiter l’exemple de Sainte Bernadette, elle qui a su écouter et prendre au sérieux la voix de Marie et qui, dans sa maladie et sa pauvreté,  a su vivre dans la fidélité sa foi en Jésus Christ et porter sa croix jusqu’au bout. « A l’instar de la sainte patronne de notre paroisse, a-t-il souligné, nous sommes tous également invités à savoir écouter et mettre  en pratique ce que l’Eglise nous enseigne aujourd’hui et d’imiter Jésus Christ qui est toujours parmi nous ». Lui qui nous redit aujourd’hui à travers l’Evangile : « Soyez saints comme votre Père est Saint. » ; « Aimez votre prochain comme vous-même, même vos ennemis ». Et pour réaliser ce que le Maître, Jésus-Christ, nous enseigne, l’Abbé Gérard, a invité l’assemblée à éviter dans la vie deux instincts qui nous caractérisent : « la violence et la vengeance ». Il a indiqué, pour terminer que, « Aimez ceux qui nous persécutent et priez pour eux, tel est le chemin que Christ a parcouru et que chacun de nous est appelé à suivre… » 

A la fin de la célébration eucharistique, toute l’assemblée ainsi que les prêtres, au rythme de la fanfare catholique de Fatima, ont, en l’honneur de la Vierge Marie et de la sainte patronne de la paroisse Sainte Bernadette, procédé à la procession allant de la paroisse en passant par le rond point Buima jusqu’au bar Drapeau blanc pour chuter à la paroisse.

Tout a fini par une grande réception qui a permis aux différentes familles regroupées dans leurs Communautés Ecclésiales Vivantes respectives de faire l’expérience de la première communauté chrétienne. La mise en commun de ce que chacune d’elles a prévu et le partage d’ensemble du repas restent pour les chrétiens de Sainte Bernadette Soyo le signe visible de l’unité et de fraternité.

Philibert MAYENGELE

RTDM KUKIELE

Soyo 8Soyo 10Soyo 9Soyo 8Soyo 7Soyo 42Soyo 3Soyo 6Soyo 5Soyo 36Soyo 4Soyo 35Soyo 40Soyo 42

Monsieur l’Abbé Bernard MAMPASI ma NGWAMBA a été conduit à sa dernière demeure

Kinkanda 1Comme annoncé, la dépouille mortelle de Monsieur l’Abbé Bernard MAMPSI MA NGWAMBA, décédé le mercredi 21 décembre 2016, est sortie de la morgue de Kinkanda à Matadi le mardi 10 janvier 2017 autour de 11h00. Immédiatement après, le  cortège funéraire s’est dirigé à la paroisse Sacré-Cœur de Kinkanda où le Père Evêque, Mgr Daniel NLANDU MAYI, l’a accueilli et procédé à la bénédiction du corps.

En présence d’une foule immense des fidèles, le curé de la paroisse, Monsieur l’Abbé Alexis KUTINU a fait une petite exhortation et dirigé le recueillement qui a duré une heure et demi.

A 12h30’,  le cortège  funéraire a quitté Matadi pour Lukala où il est arrivé à 15h25’. A l’arrivée, avant l’exposition de la dépouille mortelle à l’église paroissiale Saint Joseph de Lukala, le curé de la paroisse, Monsieur l’Abbé Roger Mvul’a nene a procédé à la cérémonie d’accueil du corps et invité les fidèles présents au recueillement en gardant un climat de prière et de méditation.

Comme d’habitude, deux messes ont été programmées, celle du soir et celle d’enterrement. La Messe du soir du mardi 10 janvier a débuté à 20 heures et a été présidée par Monsieur Guy LUNTADILA, Curé de la paroisse Sainte Marie de Mbanza-Ngungu et un des collègues de promotion du défunt, en présence de Mgr l’Evêque qui est arrivé à Lukala à 17h40’.

Entouré des Abbés Philippe MASAMBA, prêtre de Matadi en mission pastorale en Corse en France, lui aussi collègue de promotion de l’illustre disparu ; du Curé de la paroisse de Lukala ; du Vice provincial des Rédemptoristes au Congo, le Très Révérend Père Zéphyrin LUYILA, de deux diacres et d’un très grand nombre de prêtres concélébrants, le célébrant principal, a dans sa prédication insisté sur le sens de la mort et le but de la vie. A cette occasion, a-t-il souligné, nous devons nous poser un certain nombre de questions : « Qu’est-ce que nous faisons de la vie que Dieu nous a donnée, où sommes-nous avec la mission que Dieu nous  a confiée. Pourquoi ne profitons-nous pas du temps que Dieu nous accorde pour harmoniser notre relation avec lui ? » Voir homélie Messe du soir004004 (376.14 Ko)006005005 (405.27 Ko)006 (378.3 Ko)007007 (438.15 Ko)008008 (138.8 Ko)

Après la célébration eucharistique, la veillée s’en est suivie jusqu’aux petites heures du matin.

Le mercredi 11 janvier, à 07h30’, Mgr Daniel NLANDU, les prêtres et quelques religieuses se sont retrouvé dans l’église pour l’office des défunts dirigé par le Diacre Christian MBIMBA. A la fin de l’office, quelques  confrères prêtres ont pris un petit temps de recueillement autour du cercueil.

A 10h00, c’était le début de la Messe des funérailles, célébrée par Mgr l’Evêque qui avait à ses côtés les deux collègues de promotion du feu l’Abbé Bernard, le Très Père Révérend Père Zéphyrin LUYILA, Mgr Dinzolele et deux diacres. Plus de quatre vingt prêtres diocésains de Matadi et Rédemptoristes ont concélébré, dans une église pleine à craquer, en présence d’un grand nombre des membres de la famille du défunt, des religieux et religieuses.

Dans son homélie, l’Abbé Philippe MASAMBA a résumé les moments forts et quelques vertus qui ont caractérisés la vie de l’Abbé Bernard. Du collège saint Eloi, actuellement collège Ndwenga à Luozi, à la Faculté Catholique de Kinshasa jusqu’à l’ordination sacerdotale, en passant par les Grands Séminaires de Mayidi et Jean XXIII, l’Abbé Mampasi a fait preuve d’un homme très talentueux. Il a connu beaucoup d’épreuves dans sa vie, il a eu à beaucoup souffrir tant sur les plans physique, psychologique, moral que social mais malgré cela, il est resté un homme simple, blagueur et très confiant envers son Dieu. Très sensible à l’endroit des nécessiteux, celui qui nous quitte, nous laisse l’exemple d’un homme de bien, il aimait partager et soutenir ceux qui étaient dans le besoin. Devenu prêtre, il est resté obéissant à son Evêque et très engagé dans son ministère pastoral. « Il meurt prêtre et bon prêtre, il s’est efforcé de l’être », a insisté l’Abbé Philippe.

Avant les absoutes présidées par son homonyme, Monsieur l’Abbé Bernard NKIAMBI, dès après la cérémonie du dépôt des gerbes de fleurs, deux témoignages ont été entendus et le mot de la famille biologique du défunt.

A 13h15, c’était la levée du corps pour l’hunimation à la Mission Catholique TUMBA. L’Abbé Pierre NKOMBE, curé de Tumba, a accueilli et conduit le long cortège funéraire jusqu’au cimetière des ecclésiastiques où l’Abbé Curé Bernard MAMPASI reposera désormais pour l’éternité.

 

Abbé Philibert MAYENGELE L.

                                                                                                                                                                                            RTDM KUKIELEImg 0863Kinkanda 2Ab20170111 14095320170110 20173120170110 20174520170111 13280620170111 14032820170111 14084220170111 123839

Triple événement à la paroisse Sainte Marie de Kimpese dans le Diocèse de Matadi

Kimp 16La journée du 04 novembre de l’année en cours, trente deuxième dimanche du temps ordinaire de l’année C, d’après l’agenda liturgique, et fête de la Toussant pour l’Eglise de Dieu qui est en R.D. Congo, a été particulière pour la communauté chrétienne de la paroisse Sainte Marie et pour l’ensemble de notre Diocèse.

En effet, c’est ce jour que le Père Evêque a retenu par la célébration de trois événements majeurs dans cette paroisse, à savoir : la célébration de la solennité de tous les saints, la confirmation de 144 fidèles et l’envoi officiel en mission de la première communauté des Sœurs de Sainte Marie de Matadi à Kimpese.

Sans transition, c’est à 10h30’, aussitôt après son arrivée que Mgr Daniel NLANDU a commencé la messe. Celle-ci, concélébrée par onze prêtres et animée par la chorale centrale, a connu la participation d’une grande foule de fidèles venus de tous les coins de la Mission catholique de Kimpese. Dans l’assistance, l’on a noté la présence de quelques autorités politico-administratives,  des Notables de la place, de nombreuses religieuses de SSMM et de SCJM, des novices et postulantes. L’Eglise était tellement comble à telle enseigne que plusieurs personnes  se sont vu obligées de rester débout.

Dès après la proclamation de l’Evangile, les Trois religieuses de la nouvelle communauté des Sœurs de Sainte Marie de Matadi, les Sœurs Marie-Janvier, Scholastique NIANGI  et Emilie, se sont dirigées devant l’autel.  L’Evêque leur a accordé sa bénédiction et confié officiellement leur mission, leur apostolat, à la puissante et maternelle intercession de Notre-Dame du Perpétuel secours.

Dans son homélie, l’Evêque de Matadi, avant d’exhorter tout le monde à suivre le chemin que le Christ nous indique dans les Béatitudes, a expliqué le sens même de la fête de la Toussaint. Par la suite, il a invité les confirmands à être pleinement conscients non seulement de la grâce qui leur sera donnée à travers la confirmation, mais aussi de l’importante responsabilité à laquelle cette grâce particulière les engage dans l’Eglise. S’adressant aux sœurs nouvellement installées, le célébrant a émis un souhait, celui de les voir accomplir leur apostolat dans la fidélité à l’esprit qui animait Saint Alphonse de Liguori, patron de leur communauté, celui d’aller vers les plus pauvres et de demeurer, en tout, fidèles au charisme de leur congrégation, telle que l’a voulu leur Père fondateur, Mgr Simon NZITA. Et, pour clore sa prédication, à la lumière de la Parole de Dieu entendue, il a appelé exhorté toute l’assistance, « à redécouvrir l’appel à la sainteté, à le réentendre au fond de nos cœurs, et à y répondre courageusement pour sauver notre monde qui court vers sa perte, vers sa ruine ! »

Peu avant la bénédiction finale, trois mots ont été entendus : celui de la Sœur Vicaire générale des SSMM, Marie BIZENGA, celui du Père Baudouin au nom de l’équipe des Amis du Père Charles et celui du curé de la paroisse. Pour boucler la boucle, Monseigneur NLANDU a remercié toute l’assemblée pour l’accueil qui lui a été réservé et la présence nombreuse à cette belle célébration eucharistique.

Après la messe, Mgr l’Evêque, tous les prêtres, les religieuses et  quelques invités se sont retrouvés au restaurant  de l’ISTACHA à CIVA / Kimpese pour le repas.

                                                                                                                                       Philibert MAYENGELE

                                                                                                                                           RTDM / MATADI

Kimp 25Kimp 24Kimp 23Kimp 22Kimp 21Kimp 20Kimp 19Kimp 18Kimp 17Kimp 16Kimp 15Kimp 14Kimp 13Kimp 7Kimp 6Kimp 13Kimp 11Kimp 8Kimp 9Kimp 6

Profession temporaire, jubilé d’argent et commémoration du 25e anniversaire de la mort du premier Evêque autochtone de Matadi, Mgr Simon NZITA wa Ne Malanda, ce dimanche 14 août 2016 à la paroisse

 

Prof 111Le dimanche 14 août 2016, en la fête de l’Assomption de la Sainte Vierge Marie, les Sœurs de Sainte Marie de Matadi ont célébré avec joie trois grands événements, à savoir : la profession temporaire de trois novices : Margueritte NSIMBA NIONGO, Christine NDEBE OFABI et Denise KUTUALAKANA NTONONO, le jubilé d’argent (25 ans de vie religieuse) des Sœurs Béatrice MAKANGALA KUNDIMA, Elisabeth KIAZEBA NSUNDA et Alexandrine NSUNGI MPOLO et la commémoration du 25e anniversaire de la mort  du premier Evêque autochtone du Diocèse de Matadi et Fondateur de la Congrégation des Sœurs de Sainte Marie de Matadi, Son Excellence Mgr Simon NZITA wa Ne Malanda. Un monument vient d’être édifié pour conserver sa mémoire à cette occasion. Et la paroisse Saint Joseph de Lukala dans le doyenné de Kimpese,  a servi de cadre pour abriter cette grandiose manifestation.

Animée par la chorale centrale Saint Joseph de Lukala, cette messe solennelle, concélébrée par une trentaine de prêtres et présidée par le père Evêque, Son Excellence Monseigneur Daniel NLANDU MAYI, assisté du Vice provinciale des Rédemptoristes au Congo, le Père Zephyrin LUYILA, du Curé Doyen du Doyenné de Mbanza-Ngungu, Mgr Philippe DINZOLELE et de l’Abbé Bernard NKIAMBI. La célébration eucharistique a débuté à 09h30 et a connu la participation d’une grande foule des fidèles venus d’un peu partout au diocèse et même ailleurs. Parmi les personnalités remarquables, on a noté la présence de Son Excellence Madame Thérèse NIANGI, ministre provincial en charge de la santé, représentante personnelle du Gouverneur de la province du Kongo Central, de Mme Député provincial, l’Honorable Antoinette NSIKU et de plusieurs autres autorités politico-administratives et cadres de la Cimenterie de Lukala.

Le 15 août n’étant plus un jour férié chez nous en République Démocratique du Congo, a noté Mgr l’Evêque, on a pris l’habitude de célébrer la solennité de l’Assomption le dimanche le plus proche. C’est pour cette raison que le dimanche 14 août a été retenu pour célébrer cette grande fête. Dans son homélie, l’officiant a rappelé le sens du dogme de l’assomption et invité toute l’assemblée non seulement à honorer Marie, notre mère du ciel, mais aussi et surtout à imiter sa foi en Dieu  et son obéissance à l’appel de Dieu. Aussi, a-t-il félicité les futures professes et les sœurs jubilaires en les exhortant à être dans le monde des témoins véritables du Christ et de tenir jusqu’à la fin de leur vie à l’engagement qu’elles viennent de prendre (pour les novices) et qu’elles ont pris (pour les jubilaires) devant Dieu et les hommes.

Juste après l’homélie, c’est avec l’hymne de la Congrégation des Sœurs diocésaines de Matadi que les cérémonies proprement dites de profession temporaire et du jubilé ont débuté. D’abord les trois novices, en l’occurrence, Margueritte NSIMBA NIONGO, Christine NDEBE OFABI et Denise KUTUALAKANA NTONONO ont été appelées. Prof 126Sorties du milieu de la foule, elles se sont dirigées devant l’autel du sacrifice. Après un dialogue avec la Mère Générale,  la Révérende Sœur Marie Thérèse MAMPAKA, au cours duquel elles ont exprimé clairement leur réel désir de s’engager à la suite du Christ dans la vie religieuse, elles ont été invitées à s’avancer devant elle pour prononcer officiellement les trois vœux d’obéissance, de chasteté et de pauvreté pour une année dans la Congrégation des Sœurs de Sainte Marie de Matadi. Par la suite, les nouvelles professes ont l’une après l’autre signé  l’acte de profession placé sur l’autel, porté, des mains de la Sœur Mampaka, la croix représentant les quatre initiales (SSMM) de la Congrégation et elles ont aussi reçu les constitutions et statuts.

La profession temporaire terminée, les trois jubilaires, notamment les Sœurs Béatrice MAKANGALA KUNDIMA, Elisabeth KIAZEBA NSUNDA et Alexandrine NSUNGI MPOLO, Prof 17ont, ensuite, été appelées pour consolider devant le Christ les vœux qu’elles ont émis il y a quelques années. Pour les honorer, la Mère Générale a placé à la tête de chacune d’elles une couronne blanche.

Immédiatement après la communion, Mgr Daniel NLANDU a procédé à la bénédiction du monument de Mgr Simon NZITA wa Ne MALANDA, premier Evêque autochtone de Matadi et Père fondateur de la Congrégation des Sœurs de Sainte Marie de Matadi. Cette œuvre architecturale vient d’être édifiée sur initiative de la Congrégation des Sœurs diocésaines de Matadi pour élever la mémoire de leur fondateur en l’occasion du 25e anniversaire  de sa mort. La cérémonie des bougies s’en est suivie. Chacune  des sœurs jubilaires a soufflé sur 25 bougies qui symbolisent les 25 années de fidélité dans la vie religieuse et réceptionné la grosse bougie du jubilaire en signe d’attachement au Christ Lumière du monde.

Et, pour finir, le Père Evêque a remis aux trois nouvelles sœurs jubilaires et à celles des années antérieurs la bénédiction apostolique du Pape François. A ce jour, la Congrégation compte au total 28 jubilaires ayant accompli 25 ans de vie religieuse.

Avant la bénédiction finale, quatre mots ont été entendus dont celui du Président du Conseil paroissial, celui de la représentante du Gouverneur de Province, Mme la Ministre provinciale en charge de la santé, qui, au terme de son adresse, a remis à chacune des Sœurs en honneur une enveloppe, celui des Sœurs lauréates et celui de la Mère Générale qui a brossé l’historique de la congrégation, donné la raison du choix de Lukala pour la célébration de cette grandiose fête ( il s’agit d’un retour aux sources, a-t-elle précisé, parce que la congrégation est née à Lukala, en 1971, avec un noyau de 10 membres venus de Kisantu ), présenté l’auteur du monument du Père fondateur et remercié tour à tour Mgr l’Evêque, le Gouverneur de Province, le Père Vice provincial des Rédemptoristes, les prêtres et toute l’assemblée.

Tout s’est clôturé à l’internat des filles, dans la grande salle pour Mgr l’Evêque, les autorités, les consacrés et les invités de marque et à la cour pour les membres de famille des sœurs en honneur et les autres invités, par le partage du repas festif.

A 17h30’, Mgr l’Evêque, accompagné de sa suite, a quitté la salle pour reprendre la route, après une petite escale au presbytère Saint Joseph pour dire aurevoir à son vénérable  prédécesseur, Tata Mgr Gabriel KEMBO MAMPUTU, jusqu’à Matadi où il est arrivé à 20h30’.

Philibert MAYENGELE

RTDM KUKIELE

Statue mgr nzita 2jpgS christS margS deniseProf 157 jub et prof 2Prof 173 jubProf 171 jubProf 170 jubProf 169 jubProf 168Prof 163Prof 162Prof 158Prof 157Prof 125         

     

  

CELEBRATION DES OBSEQUES DE MONSIEUR L’ABBE DANIEL TUNGADIO DIYABANZA A LA PAROISSE SAINT JOSEPH / LUKALA

Fun 19Décédé le mercredi 04 novembre 2015, à 07h04 du matin, au Centre de Santé Saint Sacrement / Belvédère, à Matadi, Mr l’Abbé  Daniel TUNGADIO DIYABANZA, vicaire et aumônier des jeunes à la paroisse Notre-Dame du Sacré-Cœur de Kinzau-Mvuete dans le Doyenné qui porte le même nom, a été conduit à sa derrière demeure ce jeudi 12 novembre 2015 au cimetière des ecclésiastiques de la Mission Catholique de Tumba.

En effet, après la sortie de son corps de la morgue de l’hôpital général de référence de Kinkanda, le mercredi 11 novembre 2015 vers 09h00, la dépouille mortelle de l’illustre disparu a été acheminée en l’église paroissiale Sacré-Cœur de Kinkanda pour recevoir les derniers hommages des fidèles de toutes les paroisses confondues du Doyenné de Matadi.  

Après un temps de prière, de médiation et de recueillement sous la conduite du Curé Doyen, l’Abbé Alexis KUTINU, le cortège funèbre a quitté la paroisse Sacré-Cœur pour Lukala où il est arrivé autour de 15h00. Notre Père Evêque, à sa suite, quelques prêtres, religieux et religieuses, a personnellement accueilli et béni le corps de Mr l’Abbé TUNGADIO à l’entrée de l’église paroissiale Saint Joseph de Lukala avant son exposition pour la célébration des funérailles dignes et chrétiennes.

Tristesse profonde, consternation, bouleversement… tel est le climat général au moment de l’arrivée de la dépouille mortelle de Mr l’Abbé Daniel à Lukala, sa terre natale. Un temps de recueillement s’en est suivi pendant que les fidèles et des consacrés venant de toutes parts rejoignaient l’église paroissiale Saint Joseph de Lukala pour s’incliner devant le corps du regretté Abbé TUNGADIO.

Le soir, à 20h00, débutait la célébration eucharistique présidée par la curé de la paroisse, Abbé Roger M’vul’anene, en présence de Son Excellence Mgr l’Evêque de Matadi, Daniel NLANDU MAYI, du Révérend Père Vice Provincial des Rédemptoristes au Congo, Zéphyrin LUYILA, de la Révérende Mère générale des Sœurs de Sainte Marie de Matadi, Marie-Thérèse MAMPAKA, de nombreux prêtres, religieux et religieuses ainsi que des fidèles chrétiens.

Pendant toute la nuit, à tour de rôle, les chorales de Lukala ainsi que la chorale centrale et la fanfare de la paroisse Notre-Dame du Sacré-Cœur ont pieusement animé la veillée mortuaire.

Le lendemain, c’es-à-dire le jeudi 12 novembre 2015, à 07h00, Mgr Nlandu et tous les consacrés se sont retrouvés en l’église autour du cercueil pour l’office des défunts  et  à 09h00’, c’était  le début de la messe d’enterrement présidée par Mgr Daniel NLANDU et concélébré par plus de 70 prêtres venus de tous les horizons du diocèse et d’ailleurs.

Dans l’assemblée l’on a noté la présence de du ministre provincial, Florian MASAKI, en charge de l’environnement,  et  du Commissaire provincial aux Sports.

Notre regretté Abbé Daniel, comme l’on si bien souligné les Abbés Louis LUBANZADIO et Edmond SOBA, dans leurs homélies des messes du soir et du jour, s’est distingué par quelques qualités qui méritent d’être soulignées : l’humilité, la disponibilité, la serviabilité avec bonne volonté jusqu’au risque d’essayer même l’improbable, l’optimisme, l’oubli de soi, la persévérance et l’esprit d’entreprenariat.  

C’est ainsi que partout où il est passé, l’on a reconnu en celui qu’on appelait affectueusement « Ya Tudio ou Ya Mbuta » un grand conseiller, un homme plein d’initiatives et faisant preuve d’intelligence pratique. Disons avec le Célébrant que « notre frère l’Abbé Daniel TUNGADIO nous quitte dans la force de l’âge et c’est  au moment où nous avions davantage besoin de son expérience et de ses capacités…  Nous sommes consternés par cette mort qui intervient suite à une maladie grave et pénible.»

Après avoir combattu le bon combat, comme un véritable militaire qui tombe sur le champ de bataille, que le Seigneur lui accorde la plénitude de la vie et la récompense promise à tous ceux qui auront tout quitté pour suivre le Christ.

Avant les absoutes, plusieurs délégations ont procédé au dépôt des gerbes des fleurs et trois mots, en l’occurrence celui du Curé de la paroisse Notre-Dame du Sacré-Cœur de Kinzau-Mvuete, Abbé Arthur MUMPASI, celui de la famille biologique du défunt et, enfin, le mot de remerciement du conseil paroissial de Lukala.

La levée du corps de l’église paroissiale de Lukala est intervenue à 12h05’ pour Tumba Mission suivie de la mise en terre à 13h15’.

Philibert MAYENGELE

    RTDM KUKIELE

Fun 1Fun 3Fun 4Fun 04Fun 6Fun 7Fun 11Fun 14Fun 20Fun 25Fun 26Fun 27Fun 28Fun 29Fun 30

Fun 31Fun 5Fun 32Fun 33Fun 34Fun 8Fun 39Fun 40Fun 41Fun 43Fun 44Fun 45

JUBILE DE DIAMANT, D’OR ET D’ARGENT ET EMISSION DES VŒUX PERPETUELS ET TEMPORAIRES CHEZ LES SŒURS DE LA CHARITE DE JESUS ET DE MARIE A KIMPESE

Voeux 21  Le samedi 04 juillet dernier, le Diocèse de Matadi en général et la Congrégation des Sœurs de la charité de Jésus et de Marie, en particulier, ont eu la joie de célébrer quatre jubilés et, à la même occasion, l’émission des vœux perpétuels et temporaires.

Il s’agissait du jubilé de Diamant (60 ans de vie religieuse) de la Sœur Hilaria BAEYENS, du double jubilé d’Or (50 ans) du Noviciat « Mère Hostia » après intégration des Sœurs de Charité de Jésus et de Marie à Kimpese et de la vie religieuse des Sœurs Erneste LHELO et Christine CIBOLA. Du jubilé d’argent (25 ans de vie religieuse) des Sœurs Mireille BOSUKU, Bernadette KANJINGA, Wivine MBOMBO et Jacqueline MVIKA.  Il y a eu ensuite l’émission des vœux perpétuels des Sœurs Adèle MFUMVU, Emilienne LEBOLE et Anastasie PEMBE et temporaires des Sœurs Elisabeth KANKU, Rosalie KAPINGA, Marceline TULANTSHIEDI VAN, Marie-Claire KAKOYI, Divine LUSILAWO et Judith MASISA. C’était au cours de la messe que l’Evêque de Matadi, Mgr Daniel NLANDU MAYI, entouré de 29 prêtres, a présidée personnellement en l’église paroissiale Sainte Marie de Kimpese, dans le Doyenné qui porte le même nom.

Dans son homélie, l’officiant a d’abord souligné que cette messe est une occasion pour chaque sœur de la charité de Jésus et de Marie à méditer sur le sens profond de sa vocation et celui du charisme propre de leur congrégation résumé dans les inscriptions gravées sur la croix qu’elles portent : « DEUS CARITAS EST ». Ce charisme, pour Mgr Nlandu, est « une belle vocation et une excellente mission : être témoin et signe efficace de la bonté et de la sollicitude de Dieu. » C’est dire, qu’ « en portant cette croix tous les jours, a-t-il poursuivi, chacune de vous s’engage à imiter le Cœur blessé de Jésus, signe d’amour et du don qu’il fait de lui-même pour le salut de chaque personne humaine quelle que soit sa condition sociale. »

Ensuite, il a présenté ses félicitations aux jubilaires pour leur fidélité, patience et persévérance et les a exhortées à tenir bon et à continuer à suivre le Christ.

Enfin, il a demandé à celles qui ont émis les vœux perpétuels et temporaires à suivre l’exemple sur leurs ainées, les jubilaires, et à aller de l’avant sans se laisser distraire par quoi que ce soit.

Par ces jubilés, a conclu le Célébrant, le Seigneur pose encore à chacun de nous la question : « Qui enverrais-je ? » ?  C’est pour dire que chacun de nous est non seulement appelé à répondre à cette question mais aussi il est envoyé pour libérer le monde du péché et du mal. A chacun donc de s’engager, là où il est et dans ce qu’il fait, à pratiquer la vraie religion.

Par ailleurs, dans son petit mot avant la bénédiction finale, saisissant cette opportunité, la Sœur Supérieure de la province Saint Bernard des Sœurs de la Charité de Jésus et de Marie a exprimé sa reconnaissance à Mgr l’Evêque, aux prêtres, aux parents, aux invités venus de partout et à toute l’assistance pour la présence à cette messe qui a été rendue solennelle. Aussi, elle a, tour à tour, remercié les jubilaires pour leur exemple de fidélité comme modèles et aînées dans la congrégation, exhorté celles qui ont émis les vœux perpétuels à rester fidèle, à leur engagement et à garder toujours la flamme allumée comme des témoins crédibles du Christ et souhaité aux nouvelles professes la bienvenue dans la congrégation tout en leur demandant de renouveler chaque jour le oui qu’elles viennent de prononcer et d’ être des femmes de prière et d’audace prophétique.  

Philibert MAYENGELE

                                                                                      RTDM KUKIELE

 

 

 

 

 

 

VISITE CANONIQUE AU PETIT SEMINAIRE St CHARLES LWANGA DE KIBULA

Visite canonique de mgr daniel nlandu kibulaMatadi, le 13 Mai 2014. « Je suis venu assurer de ma sollicitude pastorale tous mes frères dans le sacerdoce, ainsi que les grands séminaristes que j’ai affectés ici pour la formation de petits séminaristes. Je suis venu également apporter ma bénédiction paternelle à ces chers enfants, les encourager dans leur vocation, les affermir à une plus grande fidélité à la suite du Christ Ressuscité ! ». C’est par ces mots que Son Excellence Monseigneur Daniel Nlandu Mayi, Evêque de Matadi, a signifié le motif de sa visite canonique au Petit Séminaire Saint Charles Lwanga de Kibula, visite effectuée du vendredi 09 au lundi 12 Mai 2014. Au cours de cette visite, Monseigneur l’Evêque s’est entretenu d’abord avec l’équipe des formateurs, puis avec les élèves et, enfin, avec une délégation des parents d’élèves venus de Matadi, de Kimpese, de Mbanza-Ngungu et de Kinshasa pour rendre visite à leurs enfants. L’objectif est de promouvoir un bon encadrement et un rendement fructueux dans la formation intégrale de petits séminaristes au milieu des conditions difficiles du moment.

A l’occasion de cette visite canonique, Son Excellence Monseigneur l’Evêque a administré le sacrement de Confirmation à 58 petits séminaristes au cours de l’eucharistie célébrée dans la chapelle en présence des formateurs, des parents et des quelques fidèles des villages environnants. C’était une très belle messe chantée par les petits séminaristes eux-mêmes, épaulés par leurs chers parents. Cette ambiance a continué celle de la soirée culturelle qui a été organisée pour la circonstance le samedi : chants, danses, poèmes, théâtre étaient au menu de cette soirée. Une véritable démonstration des talents que regorgent ces jeunes artistes à l’école du savoir.

Dans son homélie basée sur la liturgie de Pentecôte, Monseigneur l’Evêque a insisté sur quelques aspects relatifs à la manifestation de l’Esprit Saint et qui doivent caractériser ceux qui sont appelés à être de vrais témoins du Christ : le courage, l’unité, l’engagement et la prière quotidienne.  Pour les petits séminaristes, a précisé l’Evêque, une forme particulière d’engagement à la suite du Christ, est le sacerdoce. Ainsi, ils sont invités à s’engager, avec l’aide et le soutien de l’Esprit Saint, sur le chemin du sacerdoce avec courage et détermination. ‘’N’ayez pas peur de ce cheminement ; n’ayez pas peur de vous engager. Elle est belle, la vie sacerdotale !’’, a lancé Monseigneur l’Evêque aux petits séminaristes. Cet appel au sacerdoce est celui aussi des parents qui, dans leur adresse, ont émis le vœu de voir leurs enfants poursuivre leurs études au grand séminaire et devenir plus tard des prêtres au service de Dieu.

Le Recteur du petit séminaire, Monsieur l’abbé Cyprien Dinakuiza, a remercié l’Evêque pour la visite canonique à ses fils de Kibula et tous ceux qui sont venus partager la joie ensemble avec les petits séminaristes devenus adultes dans la foi par le sacrement de confirmation.

[Homélie de l’Evêque]. [Diapositives].

Jules Mandaya Isambasa.

MESSE DE PAQUES A NDUIZI

Fete de paques 2014 a nduizi 35Matadi, le 25 Avril 2014. L’évêque de Matadi a célébré la fête de pâques à la sous paroisse de Nduizi située à près de 30Km de Matadi, dans la paroisse Saint Joseph de Songololo. Cette journée a coïncidé avec son 34ème anniversaire d’ordination sacerdotale. Monseigneur l’Evêque a donc voulu associer les fidèles de Nduizi à l’action de grâce qu’il a rendue à Dieu pour ce don précieux du sacerdoce.

Les 30 villages que compte le sous poste de Nduizi étaient bien représentés par des délégations des chrétiens qui sont venus à le rencontre de leur Pasteur. Une forte délégation des autorités politico-administratives de la province a également pris part à cette eucharistie, délégation conduite par Son Excellence Monsieur Florian Masaki, Ministre provincial de l’environnement. Il faut dire que la mobilisation était très grande pour que la fête réussisse et soit belle.

Au cours de cette messe chantée par la chorale centrale de la sous paroisse de Nduizi, Monseigneur l’Evêque a aussi béni les deux tabernacles affectés à cette église pour le repos du Corps du Christ ainsi que la salle polyvalente construite avec les efforts propres des fidèles de ce sous poste.

Dans son homélie, après avoir donné le sens de la Pâques, Mgr l’évêque  a invité ses fidèles à mourir dans leur vieil homme pour ressusciter avec le Christ dans une vie nouvelle en opérant un passage : passage de la mort à la vie, des ténèbres à la lumière...

A la fin de l’eucharistie, Monsieur l’abbé François Ndjimbi, pro-curé de Nduizi a d’abord remercié l’Evêque diocésain pour le choix que ce dernier a fait lui-même de célébrer Pâques dans sa sous-paroisse, mais aussi pour le don de deux nouveaux tabernacles pour son Eglise. Il a appelé en suite tous les chrétiens à marcher la main dans la main avec lui pour la réalisation de différents projets de développement de la paroisse et les a félicités des efforts qu’ils font déjà pour l’avancement de leur paroisse. Le même son des cloches a retenti dans la bouche de l’honorable KINKELA qui, en plus, a invité ses frères et sœurs de Nduizi à l’unité et au travail pour accompagner  l’église et le Pays au développement. Son vif désir est de voir le pro-curé de Nduizi constituer un comité des sages pour réfléchir sur les problèmes qui se posent à Nduizi et les éventuelles solutions à proposer.

[Homélie de l’Evêque]. [Diapositives]

Ange Lumpuvika, rtdm

 

Paroisse Saint Joseph: Visite pastorale à Lufu-Gare

messe-de-la-b-n-diction-de-la-grotte-de-lufu-gare-a-songololo-par-mgr-daniel-nlandu-16-2.jpgLufu-Gare, 5 mai 2013 - En ce sixième dimanche de Pâques, Monseigneur Daniel Nlandu Mayi s’est rendu, pour la première fois, au sous-poste de Lufu-Gare à 104 Km de Matadi, dans la paroisse de Songololo en visite pastorale. Au cours de la célébration eucharistique qu’il a présidée, Monseigneur l’Evêque a procédé à la bénédiction de la grotte mariale de ce sous-poste dédiée à Notre-Dame de Lourdes. Une œuvre qui est le fruit des efforts de la communauté locale sous la conduite de l’abbé Claude Ditula, vicaire à la paroisse de Songololo, qui s'est investi totalement à la réussite du projet, en accord avec son Curé, Mr. l’abbé Grégoire Nsimba. Cette cérémonie a coïncidé avec l’ouverture du mois marial et la fête de l’Acies où les légionnaires de la paroisse ont renouvelé leurs promesses. Il s’agit des légionnaires de la Curia « Mienze a Mienze » de Songololo et ceux de la Curia « Ngudi a Yenge » de Lufu-Gare. A cette même eucharistie, un groupe des jeunes catéchumènes a reçu la première communion des mains de Monseigneur l’Evêque.

Dans son homélie, Monseigneur Daniel a insisté sur l’amour que les chrétiens doivent avoir d’abord de Dieu puis les uns avec les autres, en conformant toujours leurs vies à l’Evangile du salut. Le plus important, a-t-il dit, n’est pas de professer la foi mais de vivre la foi à l’exemple de la Vierge Marie. Si nous prions avec foi, la Sainte Vierge Marie est capable d’intervenir pour obtenir auprès de son Fils toutes les grâces dont nous avons besoin.

A l’issue de la célébration, quelques mots ont été prononcés d’abord par Taata Lunkeba, catéchiste responsable du sous-poste puis par Buala Mbuku Corneille, préfet des études de l’Institut Kinzolani. Monsieur l’abbé Claude Ditula, vicaire à Songolo a invité les fidèles de Lufu-Gare à persévérer dans les efforts de reconstruction de leur Eglise sans compter d’abord sur les autres. Toute la communauté a reçu les félicitations et les encouragements de Son Excellence Monseigneur l’Evêque dans les efforts  fournis pour l’élévation de cet édifice destiné à la Vierge Marie. Homélie.[Diapositives]

A. Jules  MANDAYA, rtdm

 

PRESENTATION

SIEGE :

Paroisse Sainte Marie / Kimpese
B.P. 15 - Kimpese

CURE-DOYEN :
Abbé Grégroire NSIMBA

CONTACTS :

LES PAROISSES DU DOYENNE :

Doyenné de Kimpese
 N° Nom de la paroisse
1 Saint Joseph / Lukala
2 Saint Joseph / Kasi
3 Saint Jean L'évangéliste / Tumba
4 Petit Séminaire de Kibula
5 Sainte Marie / Kimpese